Le devoir d'aimer

Forum Athée / croyant


Athéisme et Religions
L’athéisme peut être considéré comme une attitude ou une doctrine qui ne conçoit pas l’existence ou affirme l’inexistence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit. C'est une position philosophique qui peut être formulée ainsi : il n'existe rien dans l'Univers qui ressemble de près ou de loin à ce que les croyants appellent un « dieu », ou « Dieu ».
MonstreLePuissant

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16490
Enregistré le: 20 Fév 2004, 13:29

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 13 Fév 2018, 12:47

Farore97 a écrit:Ah bon ? pourtant dans ta phrase, "je compte en profiter" transparait bien le fait que tu comptes en faire un usage personnel !

C'est la façon dont toi tu l'as interprété. Je n'ai pas dit comment j'allais en profiter.

Farore97 a écrit:Qu'est ce que tu leur doit aux autres d'ailleurs selon ta définition de l'amour? Rien !

Exact ! Mais comme je me dois à moi même, fatalement, c'est bon pour les autres.

Farore97 a écrit:Tu as la liberté que tu désires pourtant, dans le contexte que je t'ai donné, qui plus est la liberté la plus TOTAL. Je te rappelle que en plus, si tu donnes la liberté à autrui, tu restreins automatiquement la tienne, non seulement en te forçant à partager quelque chose qui, pluss il est vaste, plus il comble ton bonheur, mais par le devoir de respecter celle d'autrui !Autant la garder cette liberté ; ça ne t'apporterai que des emmerdes. C'est bon pour toi du coup, non ? Toi qui comptais avoir, la plus grande liberté, la plus grande paix et la plus grande joie intérieur !

:hum: C'est tout le contraire en fait ! Tu ne restreins pas ta liberté en donnant de la liberté aux autres. Tu leur permets d'accéder à la même liberté que toi en les libérant de leurs peurs.

« Quand tu donnes de la liberté à une personne, tu écartes le danger, tu ne l'augmentes pas. » (N.D. Walsh - Conversation avec Dieu)

Farore97 a écrit:Et puis les autres qui n'ont plus de liberté, ... tu les laisses conformément à la défintion de ton amour libre (libre de chercher la liberté par eux même, au lieu de la donner :lol: :lol: :lol: ) !

La peur est une prison. Et parfois, même quand la porte est ouverte, le prisonnier refuse de franchir la porte. Donc, il arrive que même lorsque tu donnes la liberté aux autres, ils ne s'en emparent pas.

Farore97 a écrit:Est-ce une question de justice, ou de bein être personnel, sachant que les deux dans ton cas, sont inconciliable

Selon ton point de vue, mais non selon le mien.

Farore97 a écrit:EN QUOI LA PERSONNE EST ELLE MA-TE-RIEEEEEEEEEEEL ??????

Tu te considères donc comme un esprit, une sorte de fantôme vivant dans un autre espace immatériel ? :shock:
Je te dis que tu raisonnes du point de vue matériel. C'est comme si tu ne faisais que voir avec tes yeux, alors que la compréhension du monde qui t'entoure requiert de voir le monde avec une conscience plus vaste, une conscience spirituelle.

Farore97 a écrit:Absolument faux ! Des gens foncent dans le danger pour sauvé des vies ; les sapeurs pompiers par exemple ! Ca ne leur est en rien profitable : mais ça reste profitable aux autres par contre. Le sapeurs pompier sais qu'il a tout à perdre en allant se vautrer dans les flammes : il n'a rien à ganger et son choix en rien ne lui sera profitable. Mais il sera profitable à celui qu'il sauvera : il n'aura comme récompense que de la fierté...
Mais qu'est-ce que la fierté comparé à tout ce qu'il a risqué ??? (au passage c'est comme pour moi avec les skis - seulment que je l'ai fais pour moi -, j'avais que de la fierté à gagner, et la coincidence m'a confisqué l'usage de ma jambe droite pour faire des choses que j'aime).

J'ai seulement dit : « il n'y a que ton choix de décider ce qui est profitable ou pas. ». Encore une fois, tu interprètes mes propos car je n'ai jamais dit pour qui ça devait être profitable. Ce n'est d'ailleurs pas le propos. Le propos, c'est de dire qu'il n'y a ni bien, ni mal, et qu'il ne s'agit que d'interpréter les événements selon sa vision du monde.

Dès l’instant où nous avons commencé à diviser en bien et en mal, tous nos problèmes ont commencé. - René Egli

Farore97 a écrit:L'amour c'est ça MLP ! C'est de risqué pour quelqu'un d'autre (chose que nous ne possederons jamais) ce qui nous est le plus cher au monde et de s'en foutre mais alors royalment parce que on l'aime voilà tout !

Ca c'est ta définition de l'amour. Celle des films hollywoodiens, et du christianisme. Tu crois que quelqu'un t'aime parce qu'il est prêt à sacrifier quelque chose pour toi. C'est une définition absurde fondée sur les croyances antiques qui voulaient que seuls les sacrifices pouvait contenter les dieux. Il fallait que tu sacrifies tes meilleures bêtes, ton premier fils ou ta fille préférée, donner le meilleur de ta récolte pour prouver ton amour et ta dévotion à ton dieu. Et toi comme beaucoup d'autres, vous appelez ça de l'amour. L'amour qui passe par le sacrifice et l'obéissance.

(Jean 14:15) 15 “ Si vous m’aimez, vous observerez mes commandements 

(1 Jean 5:3) Car voici ce que signifie l’amour de Dieu : que nous observions ses commandements ;

(Jean 3:16) 16 “ Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique-engendré, afin que tout homme qui exerce la foi en lui ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle.


Ca c'est la conception judéo-chrétienne de l'amour, dont on peut observer tous les jours les résultats désastreux.

Farore97 a écrit:Et si tout le monde pense come toi alors jamais rien ne sera fais ! Parce que personne n'aura le courage d'essayer !

La plupart des gens pensent comme toi, et regarde le résultat.

Farore97 a écrit:Non ! Effectivement je suis d'accord avec toi Auschwitz c'était un détail, tu as raison ... J'admire ta spiritualité

Lequel des mots n'as tu pas compris dans "globalité du monde" ?

Farore97 a écrit:Je ne peux pas prouver l'existence du mal ! Mais je peux prouver l'existence de son contraire qui permet d'en déduire directement son existence : le bien = l'harmonie !
Là où l'harmonie existe, le bien existe. Et même si au fond, je désire le chaos et la destruction avec ce en quoi je suis en désaccord (oui je suis humain on a tous ses excès, et plus il me dépasse, plus je les dominent), je sais que l'harmonie est la seule chose qui me servira. C'est que je choisi ; car avec elle nait la beauté, la paix, la plenitude, ... et servir cette harmonie demande avant tout à ne pas la trahir, ... à commencer s'harmoniser avec autrui. Et cela prendra une vie entière si il le faudra...

L'harmonie est une façade. C'est ce que tu vois à la surface. Dans la belle et somptueuse harmonie de la nature, les animaux s'entre-tuent. Mais pour toi, comme c'est harmonieux, c'est forcément le bien. Comme c'est beau, c'est forcément bien, même si la beau n'est pas nécessairement inoffensif. Dans l'harmonie de la savane, le lion tue la gazelle et c'est bien. Donc, la violence, c'est bien. La mort c'est bien. Mais c'est beau la savane ! C'est magnifique même ! C'est harmonieux !

Farore97 a écrit:Visiblement, tu n'es pas si indifférent que cela à ce que je dis, puisque je génère des réactions de ta part :lol:. Sinon tu arrêterais de me parler, tout comme Navam, Inti, Spalmaer, Oiseau du paradis, Shonin ... Tout cela ne nous suivent plus au cas où tu ne l'aurai pas remarqué. Tu aurais fais comme eux si tu avais été indifférent !

Est ce ta jeunesse qui te fait ainsi comprendre les choses de travers ? :hum: Je suis indifférent à tes remarques. Ca ne signifie pas que je suis indifférent à ton discours. Comment être indifférent face à tant d'absurdité et de prétention ?
« La vérité est une. Si il y a des versions, il n'y a plus de vérité. »
« Ce que nous croyons en toute bonne foi n'est pas nécessairement la vérité. »
- Elizabeth Loftus
« Si on laisse à la religion la mainmise sur l'existence, elle sanctifie l'aveuglement. » - Anthony de Mello

Farore97

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 487
Enregistré le: 15 Avr 2017, 12:37

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 13 Fév 2018, 15:03

C'est la façon dont toi tu l'as interprété. Je n'ai pas dit comment j'allais en profiter.


Dans "je vais en profiter", il n'y a pas "faire profiter", mais "profiter" tout seul, qui vient du terme "profit" qui veut dire aussi "gain" ! Ne joue pas la mauvaise Foi MLP, ... ça te sied tellement mal


C'est tout le contraire en fait ! Tu ne restreins pas ta liberté en donnant de la liberté aux autres. Tu leur permets d'accéder à la même liberté que toi en les libérant de leurs peurs.


Tu vois, je pense que les cours d'éducation civique t'aurait bien servi... La liberté (en France par exemple), n'est pas total : car il y a des devoirs qui nous sont imposés, si nous voulons qu'elles persitent durablement et que la cohésion entre individu tiennent... (jusqu'à là j'éspère ne pas t'avoir trop bousculé parce que c'est la base !)

Je vais reprendre ton exemple avec la savane et poser l'existence hypothétique du prédateur le plus redoutable de tout les temps. Rien ne peux s'opposer à lui, tous les autres animaux sont dominé par sa puissance. Il est au sommet de la chaine alimentaire, le champion de la loi du plus fort ! Dans "manger ou être mangé", "manger" c'est son second nom.
Il va là où son instinct lui dit d'aller, mais aussi, là où son désir le guide.

Il n'est soumis à rien : il est libre, avec un grand L majuscule et il n'est esclave de rien du tout (sauf de ses besoins vitaux bien entendu).
Ainsi donc, il a le territoire à sa disposition entier.

Maintenant, je vais poser ce prédateur dans une population d'être semblable à lui. Notre prédateur n'est donc plus seul : il fait face à ses congénère, qui deviennent du coup la seule menace imminente de mort ; car il se retrouve confronté à des adversaire de sa taille. Il est obligé de discuter les territoire, de les defendre, de les concquérir, de se regrouper avec d'autre compagnons, etc...

Et même si il reste redoutable aux yeux des autres animaux, son existence en reste néanmoins toute bouleversée ; parce qu'il a perdu sa liberté suprême. Il a été forcé de la partagé, car sinon les autres se liguerais contre lui ; c'est ce que l'on appelle l'équilibre de la terreur !

Nous humains, nous sommes différents de cela : nous étions tout en bas de cette chaine. Et nous avons mis en commun nos efforts pour triompher de la tyrannie de la nature qui ne faisait pas obéir nos droit "naturel" (appellations données par Leibniz) et qui rendait notre vie insupportable.
Et ensemble nous nous sommes hisser en haut de la pyramide, avons dominé le monde, etc,etc,etc..... blablabla ! on connaît tous la suite.

Mais nous nous sommes tous lié à travers la solidarité, l'espoir, la mémoire de notre histoire, le partage, la coopération,... etc.
Seulement voilà ! arrivé au sommet de cette chaine alimentaire, en reversant l'oligarchie de la nature, nous avons eu envie de nous vengé, de faire eclater ce qui en nous n'as cessé d'être réprimé depuis des millénaire. Une envie de domination ... de dominer toujours plus, la peur même d'être un jour dominé semblait toujours rodé autour de nous. La peur !

Elle a donc mené les Hommes à se liguer contre eux-même, car la dernière menace qui dardait sur eux ... c'était eux même.
(ils ont recherché le bien être, la plénitude, la liberté absolue, etc... simple petite aparté pour toi MLP)
C'est à ce moment là que des gens ont pris conscience de la supercherie : la loi de la nature ne faisait que continuer d'exister. Car l'Homme était devenu ce prédateur le plus redoutable de tout les temps, au sommet de la chaine, celui qui était même prêt à tuer les siens pour être sûr de dominer. Il était devenu ce qu'il avait combattu et vaincu il y a fort longtemps.

Ainsi, en s'étant tous donné la liberté (ou en layant acquéri par la force du groupe), les Hommes se sont détruits entre eux. Il a fallut des siècle afin d'imposé des règles pour mettre des chaines à ce monstre incontrolable qu'est notre liberté : le respect ! C'est à dire restreindre notre liberté, sinon, mourrir détruit par la liberté de son prochain...

C'est pour cela MLP que en donnant la liberté à autrui, tu permet à ce mal, tel que la peur, l'indifférence, ou encore même la haine de revenir, parce qu etu ne garanti rien. Donner un devoir, c'est donner un droit ; permettre une garanti à que tu peux faire...

Et l'amour est ce qui détruit ce monstre qui est en chacun de nous et qui le transforme en un conscience capable de controler sa liberté, donc de la restreindre mais de l'utiliser sans crainte.

« Quand tu donnes de la liberté à une personne, tu écartes le danger, tu ne l'augmentes pas. » (N.D. Walsh - Conversation avec Dieu)


Bah non justement ! au contraire tu t'y confronte. Mais tu t'en moque parce que tu aime plus que tu n'as peur.

La peur est une prison. Et parfois, même quand la porte est ouverte, le prisonnier refuse de franchir la porte. Donc, il arrive que même lorsque tu donnes la liberté aux autres, ils ne s'en emparent pas.


C'est pour cela qu'existe l'amour. C'est la sensation de sécurité tout en étant libre ! C'est cela qu'il fait montrer à ce prisonnier, pour qu'il puisse prendre part à l'aventure.

Tu te considères donc comme un esprit, une sorte de fantôme vivant dans un autre espace immatériel ?
Je te dis que tu raisonnes du point de vue matériel. C'est comme si tu ne faisais que voir avec tes yeux, alors que la compréhension du monde qui t'entoure requiert de voir le monde avec une conscience plus vaste, une conscience spirituelle.


Pas du tout. Je n'ai pas cette vision si triviale de la vie. Et pourtant ...
Et pourtant je me concidère comme un être doué d'une raison, d'une mémoire, d'une histoire, d'une identité, une perception qui différe de mes congénères face à certains de mes conceptes et qui désir tout comme un Homme peut en rêver.
EST-CE MATERIEL POUR TOI TOUT CA ?

"Ca c'est ta définition de l'amour. Celle des films hollywoodiens, et du christianisme. Tu crois que quelqu'un t'aime parce qu'il est prêt à sacrifier quelque chose pour toi. C'est une définition absurde fondée sur les croyances antiques qui voulaient que seuls les sacrifices pouvait contenter les dieux. Il fallait que tu sacrifies tes meilleures bêtes, ton premier fils ou ta fille préférée, donner le meilleur de ta récolte pour prouver ton amour et ta dévotion à ton dieu. Et toi comme beaucoup d'autres, vous appelez ça de l'amour. L'amour qui passe par le sacrifice et l'obéissance.][/quote]

C'est pourtant la seule manière de montrer à quelqu'un à quel point tu comptes pour lui ... Mais de là à sacrifier des vies ou son propre fils j'avoue que cet episode de la bible est vraisemblablement exclu du terme "amour" et surtout du terme respect. Mais c'est aussi ce pourquoi, je ne vénererai jamais un Dieu... La fin ne justifie jamais les moyens

[quote=" a écrit:
Ca c'est la conception judéo-chrétienne de l'amour, dont on peut observer tous les jours les résultats désastreux.


Je te concède cela, sans la moindre hésitation !

La plupart des gens pensent comme toi, et regarde le résultat.


Nan, c'est bien ça le problème ! Personne n'est comme moi et personne n'est d'accord avec moi. Tiens pour te dire, si je faisais un sondage, je suis sûr qu'une majorité serai de ton côté... Une majorité qui réfléchirait le monde d'aujourd'hui !

Lequel des mots n'as tu pas compris dans "globalité du monde" ?


Dans la globalité du monde, les masscres ont desservis tout le monde. Ils ont detruit les victimes et deshumaniser les assassins. Ils ont brisé notre harmonie et notre paix.
C'est mal !

L'harmonie est une façade. C'est ce que tu vois à la surface. Dans la belle et somptueuse harmonie de la nature, les animaux s'entre-tuent. Mais pour toi, comme c'est harmonieux, c'est forcément le bien. Comme c'est beau, c'est forcément bien, même si la beau n'est pas nécessairement inoffensif. Dans l'harmonie de la savane, le lion tue la gazelle et c'est bien. Donc, la violence, c'est bien. La mort c'est bien. Mais c'est beau la savane ! C'est magnifique même ! C'est harmonieux !


N'importe quoi ! Tout sauf harmonieux ! L'harmonie s'insrcit dans l'eternité. Et ce n'est certainement pas le cas de la nature ; elle evolue sans trouvé de forme stable. Elle mute face à tout, au prix de la disparition de milliard d'espèce.
Aucune harmonie ici ; Il n'y a que disharmonie, car tout est ephémère et l'eternité est un lointain rêve !

Est ce ta jeunesse qui te fait ainsi comprendre les choses de travers ? Je suis indifférent à tes remarques. Ca ne signifie pas que je suis indifférent à ton discours. Comment être indifférent face à tant d'absurdité et de prétention ?


Au même titre que ceux qui ont laissé tomber l'affaire en pensant qu'il ne vallait pas la peine de discuter plus peut être de quelques choses qui était faux ...
Tu devrais peut être concidérer mes remarques et ignorer le fait que je sois jeune. Parce que même sans être majeur, je peux t'en faire un quand je veux !

cdt

septour

[Religion] Aucune [Organisation] Aucune
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7312
Enregistré le: 23 Oct 2003, 18:08
Localisation: québec

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 13 Fév 2018, 17:45

et septour

Farore97

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 487
Enregistré le: 15 Avr 2017, 12:37

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 13 Fév 2018, 18:09

et septour quoi ?

MonstreLePuissant

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16490
Enregistré le: 20 Fév 2004, 13:29

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 13 Fév 2018, 19:38

Farore97 a écrit:Dans "je vais en profiter", il n'y a pas "faire profiter", mais "profiter" tout seul, qui vient du terme "profit" qui veut dire aussi "gain" ! Ne joue pas la mauvaise Foi MLP, ... ça te sied tellement mal

Je persiste ! Ca reste ton interprétation, et non quelque chose que j'ai affirmé. J'ai dit : "j'en profite". Tout le reste provient de ton imagination.

Farore97 a écrit:Tu vois, je pense que les cours d'éducation civique t'aurait bien servi... La liberté (en France par exemple), n'est pas total : car il y a des devoirs qui nous sont imposés, si nous voulons qu'elles persitent durablement et que la cohésion entre individu tiennent... (jusqu'à là j'éspère ne pas t'avoir trop bousculé parce que c'est la base !)
[...]
Ainsi, en s'étant tous donné la liberté (ou en layant acquéri par la force du groupe), les Hommes se sont détruits entre eux. Il a fallut des siècle afin d'imposé des règles pour mettre des chaines à ce monstre incontrolable qu'est notre liberté : le respect ! C'est à dire restreindre notre liberté, sinon, mourrir détruit par la liberté de son prochain...

C'est pour cela MLP que en donnant la liberté à autrui, tu permet à ce mal, tel que la peur, l'indifférence, ou encore même la haine de revenir, parce qu etu ne garanti rien. Donner un devoir, c'est donner un droit ; permettre une garanti à que tu peux faire...

Mais bordel, élève un peu ta pensée. Tu raisonnes toujours et encore au niveau matériel. C'est pénible ! Elève ta conscience au niveau spirituel. Reviens à l'ÊTRE !

La liberté n'est pas et n'a jamais été la possibilité de tout faire. Ce n'est pas parce que je suis le roi de la jungle ou la plus fort que je peux tout faire. Ca n'a rien à voir avec la liberté. C'est le pouvoir ! La liberté de faire ou de ne pas faire, c'est le pouvoir. Il ne s'agit pas d'équilibrer les libertés, mais d'équilibrer les pouvoirs. La liberté est le pourvoyeur du pouvoir. Le rapport de force n'est pas dans la liberté, mais dans le pouvoir. La liberté n'est pas dangereuse, c'est le pouvoir. Si tu donnes de la liberté, tu augmentes le pouvoir. Le pouvoir d'être, de ne pas être, de faire, et de ne pas faire.

Si je te dis que tu peux rouler à 130 km/h au lieu de 90, j'augmente ta liberté, mais surtout, j'augmente ton pouvoir. Mais en te donnant cette liberté, je ne restreins pas la mienne. Que tu roules à 130 ne m'oblige pas à rouler à 90. J'augmente ta liberté, sans que ça restreigne la mienne. Donc, ce n'est pas en donnant de la liberté que la haine, le mal, l'indifférence ou la peur viennent. Et ce n'est certainement pas en restreignant la liberté qu'elle disparaîtra. La question est : comment utiliser le pouvoir que me donne cette liberté ? Je peux l'utiliser à bon escient, comme je peux l'utiliser mal. Je peux en user intelligemment, comme je peux en abuser. Mais c'est valable, quels que soit le niveau de liberté, et donc, le niveau de pouvoir.

La puissance d'une grande liberté, c'est de te donner un grand pouvoir. Le pouvoir te t'accomplir. Le pouvoir d'être qui tu veux être. Et c'est dans l'affirmation de Soi qu'on découvre la plénitude. Ne pas avoir de limite, ça équivaut à trouver ses limites, parce que celui qui a la plus grande liberté et le plus grand pouvoir peut choisir parmi toutes les options possibles ce qui lui est profitable.

Farore97 a écrit:Et l'amour est ce qui détruit ce monstre qui est en chacun de nous et qui le transforme en un conscience capable de controler sa liberté, donc de la restreindre mais de l'utiliser sans crainte.

:lol: Un enfant ne naît avec aucun monstre en lui Farore97, et il n'y a rien de plus vrai que l'amour d'un enfant. Il est sincère, parce qu'il est innocent. Le monstre, tu le construis en perdant ton innocence et en succombant à la peur. Si tu veux faire taire le monstre, retrouve ton innocence, abandonne tes peurs, et il restera de l'amour. Tu n'as besoin ni de restreindre, ni te contrôler ta liberté.

Farore97 a écrit:Pas du tout. Je n'ai pas cette vision si triviale de la vie. Et pourtant ...
Et pourtant je me concidère comme un être doué d'une raison, d'une mémoire, d'une histoire, d'une identité, une perception qui différe de mes congénères face à certains de mes conceptes et qui désir tout comme un Homme peut en rêver.
EST-CE MATERIEL POUR TOI TOUT CA ?

Tu es une personne matérielle. Ta raison et ta mémoire disparaîtront avec toi. Ton histoire et ton identité ne t'appartiennent pas, elles appartiennent à ceux qui te connaissent.

Farore97 a écrit:Dans la globalité du monde, les masscres ont desservis tout le monde. Ils ont detruit les victimes et deshumaniser les assassins. Ils ont brisé notre harmonie et notre paix. C'est mal !

Mais tu ne comprends pas ! Il ne peut y avoir de paix si il n'y a pas de guerre. Pas de chaud, si il n'y a pas de froid. Là où nous sommes aujourd'hui et maintenant est le résultat de tout ce qui nous a précédé. Si nous recherchons la paix, c'est parce que nous avons connu la guerre. Si nous recherchons le bonheur, c'est parce que nous avons connu la malheur. Si nous recherchons la richesse, c'est parce que nous avons connu la pauvreté. Ainsi, tu peux voir le mal dans l'événement isolé, mais dans la globalité du monde, tu verras l'utilité de chaque événement.

« Vois la fleur en train de mourir et tu verras la fleur d'un regard triste. Mais considère la fleur comme une partie de tout un arbre en train de changer, et qui portera bientôt ses fruits, et tu verras la fleur dans sa véritable beauté. » (N.D. Walsch - Conversations avec Dieu)

Farore97 a écrit:N'importe quoi ! Tout sauf harmonieux ! L'harmonie s'insrcit dans l'eternité. Et ce n'est certainement pas le cas de la nature ; elle evolue sans trouvé de forme stable. Elle mute face à tout, au prix de la disparition de milliard d'espèce.
Aucune harmonie ici ; Il n'y a que disharmonie, car tout est ephémère et l'eternité est un lointain rêve !

Donc, comment peux tu prétendre créer l'harmonie, alors que même la nature après 13,8 milliards d'années n'a pas réussi. Tu es vraiment très prétentieux.

Laisse moi te rappaler ce que tu as écris :

Farore97 a écrit:Je ne peux pas prouver l'existence du mal ! Mais je peux prouver l'existence de son contraire qui permet d'en déduire directement son existence : le bien = l'harmonie !
Là où l'harmonie existe, le bien existe. Et même si au fond, je désire le chaos et la destruction avec ce en quoi je suis en désaccord (oui je suis humain on a tous ses excès, et plus il me dépasse, plus je les dominent), je sais que l'harmonie est la seule chose qui me servira. C'est que je choisi ; car avec elle nait la beauté, la paix, la plenitude, ... et servir cette harmonie demande avant tout à ne pas la trahir, ... à commencer s'harmoniser avec autrui. Et cela prendra une vie entière si il le faudra...


Pour ensuite écrire :

Farore97 a écrit:Aucune harmonie ici ; Il n'y a que disharmonie


Tu vas donc à toi seul, créer l'harmonie dans ce monde, ou alors tu ne sais plus ce que tu racontes ?

Farore97 a écrit:Tu devrais peut être concidérer mes remarques et ignorer le fait que je sois jeune. Parce que même sans être majeur, je peux t'en faire un quand je veux !

Je n'ai pas compris cette phrase. C'est une menace ? :shock: Si c'est bien ce que je pense, tu es en train de saboter ton devoir d'aimer encore plus que tu le faisais déjà. Ne pas appliquer toi même le principe que tu prônes est la preuve ultime qu'il est inapplicable.
« La vérité est une. Si il y a des versions, il n'y a plus de vérité. »
« Ce que nous croyons en toute bonne foi n'est pas nécessairement la vérité. »
- Elizabeth Loftus
« Si on laisse à la religion la mainmise sur l'existence, elle sanctifie l'aveuglement. » - Anthony de Mello

septour

[Religion] Aucune [Organisation] Aucune
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7312
Enregistré le: 23 Oct 2003, 18:08
Localisation: québec

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 14 Fév 2018, 09:52

SEPTOUR qui ne veut plus parler avec toi, tu es aussi ferme qu'une huitre, alors a quoi bon parler

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 387
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 15 Fév 2018, 05:43

MonstreLePuissant a écrit:L'amour c'est la liberté, la paix, la plénitude, la joie, le bonheur. C'est ça l'amour. Ce n'est pas être captif du monde, au contraire, c'est s'en détacher.
Tu raisonnes toujours de façon matérielle. Tu n'as aucune spiritualité. Tu penses que les choses et les gens sont importants. Mais ils ne sont rien.


Salut,

Je ne dirais pas que les gens ne sont rien dans la mesure où à mes yeux ils peuvent aussi être le pire.. En relativisant sur la vie, du point de

vu scientifique que tout ce qui naît meure donc cours à sa destruction, j'admire les relations comme tout les possibles, (cf : bouddhisme et

dignité de la vie, reconnaissance chez l'autre) ,

et j’emploie le mécanisme de fermeture du coeur et ouverture du coeur, comme un muscle... Il faut être fort pour être heureux !
Lorsque notre coeur se ferme, nous sommes en état de souffrance, jouissif ou non ^^
Lorsque notre coeur s'ouvre, il est souvent accompagné de peur et d'expériences, cela demande parfois un effort.
Seul sur sa colline, loin de tous, et sans besoin de l'autre, donc sur sa colline ayant ses besoins vitaux de remplie (car de nos jours le seul problème est là, et non dans un devoir d'aimer) , il est très simple de se sentir pleinement heureux.

Loin d'un culte de la personnalité.
pour ma part je vis davantage pour les autres que pour moi, et cela me rend triste parfois^^
Surtout dans un pays qui nous apprend de "tendre l'autre joue" , d'être gentil avec son prochain, reconnaissant de son travail et du reste, constamment.
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

MonstreLePuissant

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16490
Enregistré le: 20 Fév 2004, 13:29

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 15 Fév 2018, 08:49

Salut Shonin,

J'ai suffisamment vécu pour les autres, et ça ne m'a apporté que malheur et déception. Je vis désormais pour moi, et je connais enfin la joie et le bonheur.

Les autres sont là pour te donner l'occasion de te découvrir, d'évoluer et de devenir qui tu es. C'est pourquoi j'affirme qu'ils ne sont pas importants en tant qu'individus (tel personne n'est pas plus importante qu'une autre, d'un point de vue spirituel bien sûr), mais ils le sont collectivement. Que l'on soit attaché affectivement plus à tel ou tel personne est normal. Ca les rend important à nos yeux. Mais la vérité est qu'ils ne sont pas indispensables. En d'autres termes, ce qui importe, c'est l'or et non le véhicule qui le transporte. Les imbéciles s'attachent désespérément au véhicule, alors que ce qu'il faut suivre, c'est l'or.
« La vérité est une. Si il y a des versions, il n'y a plus de vérité. »
« Ce que nous croyons en toute bonne foi n'est pas nécessairement la vérité. »
- Elizabeth Loftus
« Si on laisse à la religion la mainmise sur l'existence, elle sanctifie l'aveuglement. » - Anthony de Mello

Farore97

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 487
Enregistré le: 15 Avr 2017, 12:37

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 16 Fév 2018, 06:00

Je persiste ! Ca reste ton interprétation, et non quelque chose que j'ai affirmé. J'ai dit : "j'en profite". Tout le reste provient de ton imagination.


... trop facil.

La liberté de faire ou de ne pas faire, c'est le pouvoir.


Alors monsieur pourrait il nous faire part de sa longue et grande expérience sur ce qu'est la liberté ?

Parce que jusqu'à là, la définition que tu en donne correspond bien au courant des lumières...

Si tu donnes de la liberté, tu augmentes le pouvoir


Et par la même occasion, tu rabaisse les autres autour d'un cran, puisque le pouvoir ecrase la liberté d'autrui. Obligatoirement, des que tu donne une possibilité supplémentaire a l'un, l'autre se sent asservi et restreint parce qu'il se dit « et pourquoi pas moi »... c'est pour cela qu'en France, on le compense par le devoir. Car le pouvoir ; on doit l'assumer de l'avoir choisit.

Mais tu touche ici un nerf sensible a ton argumentaire ...

Car qu'est ce que la liberte sans le pouvoir ?
Respecter la liberté la liberté d'autrui est une forme de pouvoir, un droit que l'ont s'est donné a chacun... et par la même occasion un devoir.

Si tu enlève le pouvoir a la liberté, la liberté n'est plus rien, car elle ne peut même pas se faire respecter. Le pouvoir est dangereux, mais pour celui qui sais s'en servir. Et celui qui sais s'en servir, le donne a tout le monde.

Mon devoir d'aimer, donne le droit d'être aimé, parce que nous ne choisissons pas ce que nous sommes... nous n'avons pas ce pouvoir : le déterminisme naturel etant la seule limite imposée qui restreint notre plein potentiel...

Tu vas me dire que je raisonne ICI matériellement... mais la vérité c'est que l'on veut connaitre autrui si dors et déjà, l'autre nous attire a lui... par son apparence, si il a l'air sympa... ce n'est pas l'essentiel je suis absolument d'accord. C'est même je dirai ridiculement insignifiant... mais c'est ainsi que nos choix se font après tout.

Dans ton exemple avec le camion qui transporte de l'or, il en a un qui transporte de l'or a l'air libre et l'autre qui le transporte confiné dans un énorme coffre....

On irai plus vers le véhicule qui transporte la précieuse marchandise a l'air libre que vers celui qui la transporte confinée...
Donc malheureusement, le véhicule importe ici sur nos choix.

Nous sommes comme ces véhicules MLP. On ne choisit pas comment on sera conçu.

Alors en quel honneur avons nous le pouvoir sur autrui de les choisir, si eux même n'ont pas ce pouvoir et si nous même nous ne l'avons pas ?

Ou est la liberté ici ?

N'est ce pas une forme total d'incohérence ici, digne de la mauvaise foi humaine ?

Mon devoir d'aimer aboli cette incohérence.
Il permet d'aller de pourvoir tout le monde d'amour, malgré ce déterminisme naturel.


Si je te dis que tu peux rouler à 130 km/h au lieu de 90, j'augmente ta liberté, mais surtout, j'augmente ton pouvoir. Mais en te donnant cette liberté, je ne restreins pas la mienne. Que tu roules à 130 ne m'oblige pas à rouler à 90.


Oui c'est un exemple qui marche ... dans ce cas là. Et encore, ....

Parce que le fait que tu permette d'aller plus vite signifie que lui comme toi devront faire attention pour qu'auncun accident n'arrive entre vous... ce qui a plus de chance de se produire si ton ami roule a 130 km/h que si il roule a 90km/h. C'est bien connu.
Donc automatiquement, tu as des conditions a respecter plus strictes si tu veux vivre plus longtemps...

Mais voici un autre exemple qui est un peu plus illustratif...
Le jour ou tu donne la liberté a quelqu'un de devenir ton roi pu ton chef (ce qui s'est passé plus d'une fois dans l'histoire) ta liberté s'ecroule et ton pouvoir avec, au profit de la sécurité.

La puissance d'une grande liberté, c'est de te donner un grand pouvoir. Le pouvoir te t'accomplir. Le pouvoir d'être qui tu veux être. Et c'est dans l'affirmation de Soi qu'on découvre la plénitude.


N'est ce pas le but de mon devoir d'aimer ?

Ne pas avoir de limite, ça équivaut à trouver ses limites, parce que celui qui a la plus grande liberté et le plus grand pouvoir peut choisir parmi toutes les options possibles


Oui tout a fait d'accord... d'où un devoir d'aimer c'est a dire un droit d'être que tout le monde peut decider de ne pas en faire usage. Car a l'heure actuelle c'est une limite qui nous est imposé, et qui en détruit plus d'un.

:lol: Un enfant ne naît avec aucun monstre en lui Farore97, et il n'y a rien de plus vrai que l'amour d'un enfant. Il est sincère, parce qu'il est innocent.


Innocent ne veut pas dire inoffensif... Si tu laisse une intelligence artificielle forte des sa naissance, prendre conscience d'elle, elle irai de pied ferme s'affirmer comme une intelligence dominatrice ! Où du moins elle essaierai.
Car la conscience se contruit dans l'opposition et la confrontation.

Un enfant ferai pareil ; c'est pourquoi des tuteurs sont au moins là pour l'éduquer...

Attention j'ai parlé de tuteur et non de parents : pas la même chose !...


Oups c'est quoi cette horreur ?

Tu n'as besoin ni de restreindre, ni te contrôler ta liberté.


Ne pas avoir de limite, ça équivaut à trouver ses limites, parce que celui qui a la plus grande liberté et le plus grand pouvoir peut choisir parmi toutes les options possibles


Si nous voulons avoir la plus grande liberté, il faut lui imposer des limites...
Mais pour cela, il faut contrôler da liberté. Or tu dis que nous n'avons pas besoin de contrôler notre liberté.
Donc que nous n'aurions pas besoin d'imposer des limites a notre liberté...


N'est ce pas ... contradictoire ?

Tu es une personne matérielle. Ta raison et ta mémoire disparaîtront avec toi. Ton histoire et ton identité ne t'appartiennent pas, elles appartiennent à ceux qui te connaissent.


La mémoire appartiendra aux autres et aux generations qui succède, tel un savoir... esr ce que pour autant le savoir est materiel. Ma raison, n'est qu'une logique... et tout comme la memoir elle se transmettras.

Ni l'un ni l'autre ne sont materiel ; parce qu'il ne s'altere pas avec le temps. Ce sont des idées tout comme l'art, la justice, les math ; des construction de l'esprit.

Et quand bien même, le dernier humain viendrait a mourir, les idée, de son peuple elle lui survivrait. Disparaître, ne veut pas dire ne plus exister pour l'immatériel. Il veut dire tout simplement ne plus être percu dans le matériel.

Car ma raison, et ma memoir sont inscrite a jamais dans l'histoire d'un cosmos eternel. Et donc en fin de compte je deviens, en triuvant la place dans cet univers une parcelle d'éternité (luc ferry).

C'est toi qui matérialise tout chez l'Homme, MLP.

Il ne peut y avoir de paix si il n'y a pas de guerre. Pas de chaud, si il n'y a pas de froid.


Je me rapelle d'un tres lointain topic ou nous avons déjà discuter de cela... et tu argumentais exactement contre ces idées.

« si tu connais la lumière, tu connais les ténèbres »

Par rapport a ce que tu dis, il faut bien le temps a l'Homme de se calibrer de trouver son etat d'equilibre... et il le cherche depuis qu'il existe.

Mais alors qu'il croit le trouver, il se rends compte que ce n'etait pas ce qu'il cherchait. Si l'attitude de l'homme esr si changeante, ce n'est parce qu'il a besoin d'aller osciller entre ces deux positions mais qu'il a besoin de trouver un équilibre justement. Mais pour trouver cet equilibre, il lui faut du temps,.... car il a beau savoir ce qu'il veut, son coeur corruptible n'arrete pas de le berner pour ses besoins ...

Tu vas donc à toi seul, créer l'harmonie dans ce monde, ou alors tu ne sais plus ce que tu racontes ?


Pas que moi ... l'homme est en marche pour la créer parce qu'il est en train de s'emanciper de son côté naturel en devenant de moins en moins un individu et de plus en plus une personne.

La nature n'avais rien a curée de la personnalité. Elle n'ecoutait que l'individu et les critères physique permettant sa survivabilite. Et l'individu n'est pas fait pour etre éternel... contrairement a la personnne qui reste elle eternel puisqu'elle s'inscrit dans la logique de l'amour et donc de la mémoire !

Je n'ai pas compris cette phrase. C'est une menace ? :shock: Si c'est bien ce que je pense, tu es en train de saboter ton devoir d'aimer encore plus que tu le faisais déjà.


C'est un jeu de mot (majeur majorité, majeur le troisième doigt de la main).
J'ai beau aimé, ca ne m'empêche pas de te remettre a ta place et d'exiger du respect de ta part (au cas ou tu aurais oublié la définition que j'ai donné de l'amour ; l'amour et reconnaissance de la singularité d'autrui.)

J'applique parfaitement mon devoir d'aimer. Mais ca ne m'empêche pas de te dire que tu dépasse les bornes et que je te demande d'arrêter de comparer nos deux âges.

MonstreLePuissant

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16490
Enregistré le: 20 Fév 2004, 13:29

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 16 Fév 2018, 20:39

MonstreLePuissant a écrit:Si tu donnes de la liberté, tu augmentes le pouvoir

Farore97 a écrit:Et par la même occasion, tu rabaisse les autres autour d'un cran, puisque le pouvoir ecrase la liberté d'autrui. Obligatoirement, des que tu donne une possibilité supplémentaire a l'un, l'autre se sent asservi et restreint parce qu'il se dit « et pourquoi pas moi »...

:hum: « Le pouvoir écrase la liberté d'autrui » ? Non ! Le pouvoir mal utilisé. Le pouvoir n'est pas un mal en soi. Le pouvoir n'est qu'un possibilité donnée par la liberté, mais tu es libre d'utiliser ce pouvoir, pour faire le bien ou pour faire le mal. Affirmer que le pouvoir écrase nécessairement la liberté d'autrui est donc absurde.

Farore97 a écrit:Car qu'est ce que la liberte sans le pouvoir ?
Respecter la liberté la liberté d'autrui est une forme de pouvoir, un droit que l'ont s'est donné a chacun... et par la même occasion un devoir.

Si tu enlève le pouvoir a la liberté, la liberté n'est plus rien, car elle ne peut même pas se faire respecter. Le pouvoir est dangereux, mais pour celui qui sais s'en servir. Et celui qui sais s'en servir, le donne a tout le monde.

La liberté donne du pouvoir, mais en aucun cas le pouvoir n'est dangereux. A moins d'en faire « mauvais usage », et encore, c'est relatif.

Farore97 a écrit:Mon devoir d'aimer, donne le droit d'être aimé, parce que nous ne choisissons pas ce que nous sommes... nous n'avons pas ce pouvoir : le déterminisme naturel etant la seule limite imposée qui restreint notre plein potentiel...

Pour qu'un droit d'être aimé existe, il faudrait que l'on puisse instituer une interdiction d'être aimé. Or, il n'existe pas d'interdiction d'être aimé. Donc, un droit d'être aimé n'est pas nécessaire.

Farore97 a écrit:Dans ton exemple avec le camion qui transporte de l'or, il en a un qui transporte de l'or a l'air libre et l'autre qui le transporte confiné dans un énorme coffre....

On irai plus vers le véhicule qui transporte la précieuse marchandise a l'air libre que vers celui qui la transporte confinée...
Donc malheureusement, le véhicule importe ici sur nos choix.

Nous sommes comme ces véhicules MLP. On ne choisit pas comment on sera conçu.

Il ne s'agit pas de voler l'or. Donc, que le véhicule soit blindé ou pas est sans importance. L'important, c'est la valeur de l'or. Autrement dit, il y a des dizaines, des centaines ou des milliers de personnes capables de t'apporter ce que tu cherches. La personne n'est donc pas importante.

Farore97 a écrit:Alors en quel honneur avons nous le pouvoir sur autrui de les choisir, si eux même n'ont pas ce pouvoir et si nous même nous ne l'avons pas ?
Ou est la liberté ici ?
N'est ce pas une forme total d'incohérence ici, digne de la mauvaise foi humaine ?

Nous avons le droit de choisir ce qui nous plait ou qui nous plait, et nous en avons le pouvoir. Nous ne faisons rien de mal en exerçant ce droit.

Farore97 a écrit:Mon devoir d'aimer aboli cette incohérence.
Il permet d'aller de pourvoir tout le monde d'amour, malgré ce déterminisme naturel.

:shock: Il vaudrait mieux leur offrir des poupées gonflables, et encore, certains refuseraient de les utiliser. Pourvoir tout le monde en "amour", comme si tout le monde réclamait de l'amour.

Farore97 a écrit:Le jour ou tu donne la liberté a quelqu'un de devenir ton roi pu ton chef (ce qui s'est passé plus d'une fois dans l'histoire) ta liberté s'ecroule et ton pouvoir avec, au profit de la sécurité.

Seulement si tu fais un mauvais choix. Encore une fois, il y a plusieurs façons d'utiliser son pouvoir. Certains ont utilisé leur pouvoir pour abolir la peine de mort, l'apartheid, donner le droit de vote aux femmes, abolir l'esclavage, ou donner le droit à l'avortement. D'autres l'ont utilisé pour oppresser les populations.

MonstreLePuissant a écrit:La puissance d'une grande liberté, c'est de te donner un grand pouvoir. Le pouvoir te t'accomplir. Le pouvoir d'être qui tu veux être. Et c'est dans l'affirmation de Soi qu'on découvre la plénitude.

Farore97 a écrit:N'est ce pas le but de mon devoir d'aimer ?

Non ! Le but est de combler ton ego. Tu veux absolument croire que tu fais quelque chose de bien en obligeant chacun à aimer l'autre.

Farore97 a écrit:Oui tout a fait d'accord... d'où un devoir d'aimer c'est a dire un droit d'être que tout le monde peut decider de ne pas en faire usage. Car a l'heure actuelle c'est une limite qui nous est imposé, et qui en détruit plus d'un.

Et en français, ça veut dire quoi ? :hum:

Farore97 a écrit:Innocent ne veut pas dire inoffensif... Si tu laisse une intelligence artificielle forte des sa naissance, prendre conscience d'elle, elle irai de pied ferme s'affirmer comme une intelligence dominatrice ! Où du moins elle essaierai.
Car la conscience se contruit dans l'opposition et la confrontation.

Un enfant ferai pareil ; c'est pourquoi des tuteurs sont au moins là pour l'éduquer...

Il arrive un moment où tu n'as plus besoin de tuteur. Et c'est le rôle des maîtres de t'aider à élever ta conscience. La conscience élevée ne se construit ni dans l'opposition, ni dans la confrontation, mais dans l'unité.

Farore97 a écrit:Si nous voulons avoir la plus grande liberté, il faut lui imposer des limites...
Mais pour cela, il faut contrôler da liberté. Or tu dis que nous n'avons pas besoin de contrôler notre liberté.
Donc que nous n'aurions pas besoin d'imposer des limites a notre liberté...

Tu confonds choisir et imposer. J'ai une grande liberté, et je choisis mes actions, celles qui sont profitables pour moi (et qui de facto sont profitables pour les autres).
Je n'ai donc pas besoin de m'imposer quoi que ce soit. M'imposer voudrait dire que je lutte contre un besoin.

Farore97 a écrit:La mémoire appartiendra aux autres et aux generations qui succède, tel un savoir... esr ce que pour autant le savoir est materiel. Ma raison, n'est qu'une logique... et tout comme la memoir elle se transmettras.
Ni l'un ni l'autre ne sont materiel ; parce qu'il ne s'altere pas avec le temps. Ce sont des idées tout comme l'art, la justice, les math ; des construction de l'esprit.
Et quand bien même, le dernier humain viendrait a mourir, les idée, de son peuple elle lui survivrait. Disparaître, ne veut pas dire ne plus exister pour l'immatériel. Il veut dire tout simplement ne plus être percu dans le matériel.
Car ma raison, et ma memoir sont inscrite a jamais dans l'histoire d'un cosmos eternel. Et donc en fin de compte je deviens, en triuvant la place dans cet univers une parcelle d'éternité (luc ferry).
C'est toi qui matérialise tout chez l'Homme, MLP.

Tout, non ! Mais toi, en tant que personne, tu es définitivement matériel, à moins que tu ne te prennes pour un fantôme.

Farore97 a écrit:Je me rapelle d'un tres lointain topic ou nous avons déjà discuter de cela... et tu argumentais exactement contre ces idées.
« si tu connais la lumière, tu connais les ténèbres »
Par rapport a ce que tu dis, il faut bien le temps a l'Homme de se calibrer de trouver son etat d'equilibre... et il le cherche depuis qu'il existe.
Mais alors qu'il croit le trouver, il se rends compte que ce n'etait pas ce qu'il cherchait. Si l'attitude de l'homme esr si changeante, ce n'est parce qu'il a besoin d'aller osciller entre ces deux positions mais qu'il a besoin de trouver un équilibre justement. Mais pour trouver cet equilibre, il lui faut du temps,.... car il a beau savoir ce qu'il veut, son coeur corruptible n'arrete pas de le berner pour ses besoins ...

:lol: Son coeur corruptible ? On croirait lire un livre religieux : « L'homme est mauvais, son coeur est corruptible ».
Tu vois trop loin. Tu devrais te préoccuper de ta propre expérience. Le monde de dualité te permet de te trouver, et de déterminer qui tu es. Tu ne pourrais pas être gentil, si tu n'avais pas conscience de la méchanceté. Il est donc absurde de vouloir mettre fin à cette dualité, car alors, tu ne pourrais plus être qui tu veux être.

Farore97 a écrit:Pas que moi ... l'homme est en marche pour la créer parce qu'il est en train de s'emanciper de son côté naturel en devenant de moins en moins un individu et de plus en plus une personne.

Il est tant que tu comprennes qu'une personne est un individu. Selon le dictionnaire.

http://www.cnrtl.fr/definition/personne

PERSONNE, subst. fém.
I. − Individu de l'espèce humaine, sans distinction de sexe.
1. Cet individu défini par la conscience qu'il a d'exister, comme être biologique, moral et social.


Farore97 a écrit:La nature n'avais rien a curée de la personnalité. Elle n'ecoutait que l'individu et les critères physique permettant sa survivabilite. Et l'individu n'est pas fait pour etre éternel... contrairement a la personnne qui reste elle eternel puisqu'elle s'inscrit dans la logique de l'amour et donc de la mémoire !

Ouhh, comme c'est beau ! Sauf que ça ne veut rien dire, vu qu'une personne est un individu.

Farore97 a écrit:J'ai beau aimé, ca ne m'empêche pas de te remettre a ta place et d'exiger du respect de ta part (au cas ou tu aurais oublié la définition que j'ai donné de l'amour ; l'amour et reconnaissance de la singularité d'autrui.)

:shock: Désolé, mais je n'avais même pas remarqué que tu tentais de me remettre à ma place. Ca doit être une question de génération.
« La vérité est une. Si il y a des versions, il n'y a plus de vérité. »
« Ce que nous croyons en toute bonne foi n'est pas nécessairement la vérité. »
- Elizabeth Loftus
« Si on laisse à la religion la mainmise sur l'existence, elle sanctifie l'aveuglement. » - Anthony de Mello

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 387
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 19 Fév 2018, 08:21

Farore97 a écrit:
Mon devoir d'aimer, donne le droit d'être aimé, parce que nous ne choisissons pas ce que nous sommes... nous n'avons pas ce pouvoir : le déterminisme naturel etant la seule limite imposée qui restreint notre plein potentiel...

MonstreLePuissant a écrit:
Pour qu'un droit d'être aimé existe, il faudrait que l'on puisse instituer une interdiction d'être aimé. Or, il n'existe pas d'interdiction d'être aimé. Donc, un droit d'être aimé n'est pas nécessaire.


J'admire ton "Or" en mobilisant le véhicule encore une fois.. hihi : Bonjour MonstreLePuissant :Bye: ,
et merci à Farore, sans qui nous n'aborderions pas ce sujet sous différents points de vues et expériences.

Je souhaite attirer ton attention sur le fait qu'il existe une interdiction (morale) d'aimer. La morale met les formes, les conditions... Ainsi, en tant que femme, je suis très loin de constater la liberté d'aimer. Un auteur connu (sauf à ma mémoire) détermine l'amour comme étant "la chienne du diable" . Je ne rejoins pas ces mots cependant, puisqu'ils me restent incompris.


Au risque de ne pas être assez clair pour d'autre lecteurs, reformulation : si tout l'amour que j'ai dans le cœur servait autant que le malheur nous sert , le devoir d'aimer n'aurait aucun sens, en effet.
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

MonstreLePuissant

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 16490
Enregistré le: 20 Fév 2004, 13:29

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 19 Fév 2018, 09:36

Shonin a écrit:Je souhaite attirer ton attention sur le fait qu'il existe une interdiction (morale) d'aimer.
Ainsi, en tant que femme, je suis très loin de constater la liberté d'aimer.

Bonjour Shonin !
Pourrais tu être plus explicite ? As tu constater des menaces contre des individus qui entraverait leur liberté d'aimer ?
« La vérité est une. Si il y a des versions, il n'y a plus de vérité. »
« Ce que nous croyons en toute bonne foi n'est pas nécessairement la vérité. »
- Elizabeth Loftus
« Si on laisse à la religion la mainmise sur l'existence, elle sanctifie l'aveuglement. » - Anthony de Mello

Agrado

Nouveau
Nouveau
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1
Enregistré le: 19 Fév 2018, 09:49

Message Sujet: Le devoir d'aimer

Message Titre du message: Re: Le devoir d'aimer

Message Ecrit le 19 Fév 2018, 10:32

Bonjour à tous,
Le sujet proposé pose 2 difficultés "devoir" et "aimer" . D'abord, comme l'ont dit certains, et à voir les nombreuses interventions dans toutes les directions, le verbe "aimer" n'a pas le même sens pour tout le monde. pour que le sujet proposé ait un sens, il faut à mon avis, considérer que, dans le christianisme, l'amour n'est pas un sentiment mais une décision qui engage la vie du croyant: selon le message de Jésus, que l'on trouve rappelé de différentes façons dans les lettres de Paul et dans les évangiles, cela signifie se mettre au service les uns des autres, songer d'abord à l'autre avant de songer à soi. Ainsi, par réciprocité, tout le monde y trouve son compte. Evidemment on peut penser que ce serait l'idéal! En réalité , cela ne devait pas être aussi facile à mettre en place puisque dès les premières communautés, les fidèles ont besoin constamment qu'on leur rappelle ce "devoir"! Cependant, aujourd'hui encore, les chrétiens essaient de construire leur vie sur ce principe, au niveau individuel et au niveau collectif . D'où l'engagement de nombreux chrétiens,( qu'ils soient catholiques, protestants historiques,protestants évangéliques, orthodoxes) , dans les associations humanitaires , dont plusieurs ont été créées précisément, par eux.
Ensuite, le verbe "devoir". On ne peut imposer ce qui est un choix de vie! Mais il est certain que la solidarité avec ses semblables humains ( frères humains!)peut être considérée, indépendamment de toutes croyances, comme un minimum ! Payer ses impôts fait partie de ce minimum grâce auquel , pour ne parler que de la France, il peut y avoir (encore, mais pour combien de temps?) des hôpitaux publics, des écoles publiques, des allocations pour les personnes atteintes de handicap physique ou psychique, un minimum retraite etc.


Retourner vers Athéisme et Religions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Baidu et 26 invités