L'éducation

Le bahaïsme est une religion abrahamique et monothéiste, proclamant l’unité spirituelle de l’humanité.


indian

[Religion] Foi pluralisme
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 26090
Enregistré le: 25 Avr 2014, 10:14

Message Sujet: L'éducation

Message Titre du message: L'éducation

Message Ecrit le 18 Oct 2016, 12:19

L'éducation baha'ie
http://www.bahai-biblio.org/centre-doc/ ... ion.htm#a1

1. Les prophètes et messagers de Dieu ont été envoyés dans l'unique but de guider l'humanité vers le droit chemin de la vérité.
L'objet de leur révélation a été d'instruire tous les hommes, de telle sorte qu'à l'heure de leur mort ils puissent, dans un état de pureté, de sainteté et de parfait détachement, s'élever jusqu'au trône du Très-Haut.
(Extraits des écrits de Baha'u'llah, n° LXXXI, p. 104)

2. Nous avons décrété, ô peuple, que le but ultime et le plus élevé de tout savoir est de reconnaître celui qui est l'objet de toute connaissance.
(Extraits des écrits de Baha'u'llah, n° XCVIII, p. 131)

3. Considère […] la révélation de la lumière du nom de Dieu, l'Éducateur. Vois comment en toutes choses se manifestent les preuves de cette révélation, comment l'amélioration de tous les êtres en dépend. Cette éducation est de deux sortes. L'une est universelle. Son influence pénètre toutes choses et les soutient. C'est pour cette raison que Dieu s'est donné le titre de "Seigneur de tous les mondes". L'autre est réservée à ceux qui se sont placés à l'ombre de ce nom et qui ont recherché l'abri de cette puissante révélation. Ceux, toutefois, qui n'ont pas recherché cet abri se sont eux-mêmes privés de ce privilège et ne peuvent en rien bénéficier de la nourriture spirituelle qui a été envoyée par la grâce céleste de ce plus grand Nom. Quel abîme profond les sépare !
(Extraits des écrits de Baha'u'llah, n° XCIII, p. 125)

4. L'homme est le talisman suprême. Mais, faute d'une éducation convenable, il a été privé de ce qui lui appartient en propre. Un mot sorti de la bouche de Dieu l'a fait naître ; un autre l'a rendu capable de reconnaître la source de son éducation ; et un autre mot encore lui a garanti son rang et sa destinée. L'Être suprême dit: Voyez en l'homme une mine riche en gemmes d'une inestimable valeur. Seule l'éducation peut révéler les trésors de cette mine et permettre à l'humanité d'en profiter.
(Extraits des écrits de Baha'u'llah, n° CXXII, p. 171)

5. Que votre esprit et votre volonté se concentrent sur l'éducation des peuples et des tribus de la terre, afin que, par le pouvoir du plus grand Nom, toutes les dissensions qui la divisent puissent disparaître, et que tous les êtres humains deviennent les défenseurs d'un même Ordre et les habitants d'une même Cité.
(Extraits des écrits de Baha'u'llah, n° CLVI, p. 219)

6. Nous prescrivons à tous les hommes ce qui mènera à l'exaltation de la parole de Dieu parmi ses serviteurs, ainsi qu'au progrès du monde de l'existence et à l'élévation des âmes. À cet effet, le meilleur moyen est l'éducation de l'enfant. Tous sans exception doivent s'y conformer strictement. En vérité, nous vous avons imposé cette obligation dans de multiples épîtres ainsi que dans mon Livre le plus saint. Bienheureux qui s'y soumet. Nous demandons à Dieu qu'il les aide tous, sans exception, à obéir à ce commandement inéluctable qui est apparu et a été envoyé par la Plume de l'Ancien des jours.

7. À chaque père, il a été enjoint d'instruire son fils et sa fille dans l'art de lire et d'écrire, et dans tout ce qui est décrété dans la sainte Épître. À celui qui refuse de faire ce qui lui est ordonné, s'il est riche, les mandataires devront lui prendre ce qui est nécessaire à cette instruction, et s'il ne l'est point, la question sera transmise à la Maison de justice. En vérité, nous en avons fait un abri pour les pauvres et les nécessiteux. Celui qui élève son fils ou le fils d'un autre, c'est comme s'il avait élevé un de mes fils ; sur lui reposent ma gloire, ma tendre bonté et ma miséricorde qui ont enveloppé le monde.
(Le Kitab-i-Aqdas, verset 48, p. 38-39)

8. […] chacun, homme ou femme, devrait remettre à une personne de confiance une partie de ce qu'il ou elle gagne par son activité commerciale, agricole ou autre, pour la formation et l'éducation des enfants, à dépenser à cette fin selon les conseils des administrateurs de la Maison de justice.
(Les tablettes de Baha'u'llah, p. 94)

9. Déployez les plus grands efforts pour acquérir des perfections tant intérieures qu'extérieures, car les fruits de l'arbre humain ont toujours été et seront toujours des perfections aussi bien du dedans que du dehors. Il n'est pas souhaitable qu'un homme demeure sans savoir ni compétences, car il n'est alors qu'un arbre stérile. Dans la mesure où les capacités et les facultés le permettent, il faut donc parer l'arbre de l'existence de fruits tels que la connaissance, la sagesse, la perception spirituelle et l'éloquence.

10. L'homme est comme l'acier, dont l'essence est cachée: grâce à des avertissements et à des explications, à de bons conseils et à l'éducation, cette essence sera révélée. Si, cependant, on lui permet de demeurer dans sa condition première, l'effet corrosif des désirs et des appétits arrivera à le détruire.

11. Plusieurs choses, si on les néglige, seront gâchées et n'aboutiront à rien. Combien de fois, dans ce monde, voyons-nous un enfant qui a perdu ses parents et qui, si l'on ne se préoccupe ni son éducation ni de sa formation, ne peut produire de fruits. Et la mort vaut mieux que la vie pour celui qui ne produit pas de fruits.

12. C'est le devoir impérieux des parents d'élever leurs enfants afin qu'ils soient des croyants fidèles, parce qu'un enfant qui s'éloigne de la religion de Dieu n'agira pas d'une manière qui plaise à ses parents et à son Seigneur. Car tout acte méritoire naît de la lumière de la religion, et sans ce don suprême, l'enfant ne se détournera d'aucun mal, ni ne s'approchera d'aucun bien.

13. La crainte de Dieu a toujours été le facteur primordial de l'éducation de ses créatures. Heureux ceux qui y sont parvenus !
(Épître au fils du Loup, paragraphe 49, p. 31)

14. Ce qui est de la plus haute importance pour les enfants, ce qui doit primer toute autre chose, c'est de leur enseigner l'unicité de Dieu et les lois de Dieu. Si cela fait défaut, la crainte de Dieu ne peut être inculquée, et si la crainte de Dieu fait défaut, une infinité d'actions odieuses et abominables seront soudainement commises, et des sentiments dépassant toute mesure seront exprimés [...] Les parents doivent déployer les plus grands efforts pour apprendre à leurs enfants à être religieux, car si les enfants sont privés de cette grande qualité, ils n'obéiront pas à leurs parents, ce qui, dans un certain sens, signifie qu'ils n'obéiront pas à Dieu. En effet, de tels enfants n'auront de considération pour personne et ne feront que ce qui leur plaît.

15. Les écoles doivent d'abord apprendre aux enfants les principes de la religion, afin que la promesse et la menace consignées dans les Livres de Dieu puissent les détourner des choses interdites et les vêtir du manteau des commandements ; mais sans que cela nuise aux enfants en les menant au fanatisme ignorant et au sectarisme.
(Les tablettes de Baha'u'llah, p. 70)

16. Les arts, les métiers et les sciences enrichissent le monde de l'existence et contribuent à son exaltation. La science est comme des ailes pour la vie de l'homme et une échelle pour son ascension. Il incombe à chacun de l'acquérir. Néanmoins, il faudrait acquérir des sciences qui soient profitables aux peuples de la terre, et non celles qui commencent par des mots et finissent par des mots. Certes, la connaissance est pour l'homme un véritable trésor, une source de gloire, de générosité, de joie, d'exaltation, de réjouissance et d'allégresse. Heureux l'homme qui s'y attache, et malheur à l'insouciant !
(Épître au fils du Loup, paragraphes 47-48, p. 30-31)

17. Les savants de cette époque doivent amener les gens à acquérir les branches de la connaissance qui sont utiles, de façon à ce que les savants eux-mêmes et la population en général puissent en tirer bénéfice. Les recherches théoriques qui commencent et se terminent uniquement par des mots n'ont jamais eu de valeur et ne vaudront jamais rien. La plupart des savants docteurs de Perse consacrent leur vie entière à l'étude d'une philosophie qui ne produit en fin de compte que des mots.
(Les tablettes de Baha'u'llah, p. 177-178)

18. Il incombe aux enfants de déployer absolument tous leurs efforts pour acquérir l'art de lire et d'écrire. Pour certains, une connaissance de l'écriture leur permettant de répondre aux besoins urgents suffira ; et ensuite, il vaut mieux et il est plus pertinent qu'ils consacrent leur temps à étudier les branches utiles du savoir. Pour ce qui est de ce que la Plume suprême a préalablement établi, la raison en est que, dans chaque art et métier, Dieu aime la plus grande perfection.

19. Dans les trésors de la connaissance de Dieu gît, caché, un savoir (*) qui éliminera en grande partie la peur, lorsqu'il sera appliqué. Toutefois, ce savoir devrait être enseigné dès l'enfance, car il contribuerait grandement à cette élimination.
(Épître au fils du Loup, paragraphe 57, p. 37)

(*) Quand on a interrogé Shoghi Effendi au sujet du "savoir" dont il est question dans ce passage, son secrétaire a répondu de sa part: "Malheureusement, il semblerait que le savoir qui pourrait dans une large mesure éliminer la peur n'ait pas été dévoilé ou identifié par Baha'u'llah ; nous ne savons donc pas de quoi il s'agit." Extrait d'une lettre du 5 janvier 1948 écrite au nom de Shoghi Effendi à Charles S. Krug, publiée dans Baha'i News, no 210, août 1948, p. 3.

20. Il vous appartient, à vous et aux autres membres du gouvernement, de vous réunir pour choisir une des langues et une des écritures existantes, ou bien de créer une langue et une écriture nouvelles à enseigner aux enfants des écoles du monde entier. Ainsi, ils n'apprendraient que deux langues: leur langue maternelle et la langue dans laquelle s'entretiendraient tous les peuples du monde. Si l'on s'en tient à ce qui vient d'être mentionné, la terre entière sera considérée comme un seul pays, et ses habitants libérés de la nécessité d'apprendre et d'enseigner des langues différentes.
(Épître au fils du Loup, paragraphe 200, p. 158-159)

21. Enseignez à vos enfants les paroles que Dieu a envoyées, afin qu'ils les récitent de la voix la plus douce. Cela est révélé dans un Livre puissant.

22. Enseignez à vos enfants les versets envoyés du ciel de la majesté et du pouvoir, afin qu'ils puissent réciter les épîtres du Très-Miséricordieux, avec les voix les plus mélodieuses, dans les salles des Mashriqu'l-Adhkars.
(Le Kitab-i-Aqdas, verset 150, p. 75)

23. L'Être suprême proclame: L'homme au savoir accompli et le sage doté d'une sagesse pénétrante sont les deux yeux du corps de l'humanité. Si Dieu le veut, la terre ne sera jamais privée de ces deux plus grands dons.
(Les tablettes de Baha'u'llah, p. 179)

24. Au début de tout effort, il importe de penser à l'objectif final. De tous les arts et de toutes les sciences, faites étudier aux enfants ceux et celles qui entraîneront des avantages pour l'homme, assureront son progrès et élèveront son rang. Ainsi, les odeurs méphitiques de l'anarchie seront dispersées, et ainsi, grâce aux grands efforts des dirigeants de la nation, tous vivront bercés, en sécurité et en paix.
(Les tablettes de Baha'u'llah, p. 177)

25. Pour ce qui est des enfants: Nous avons ordonné qu'on leur enseigne d'abord les règles et les lois de la religion ; et ensuite, les branches du savoir qui sont utiles, les activités commerciales caractérisées par leur intégrité, et les actes qui favoriseront la victoire de la cause de Dieu ou serviront d'une manière ou d'une autre à rapprocher le croyant de son Seigneur. Nous supplions Dieu d'assister les enfants de ses bien-aimés et de les parer de la sagesse, d'une bonne conduite, de l'intégrité et de la droiture. Il est, en vérité, Celui qui pardonne, le Clément.

26. Ô Husayn ! Ô toi, précepteur ! De sa plus grande Prison, le visage de l'Ancien des jours se tourne vers toi, et il t'enseigne ce qui te rapprochera de Dieu, le Seigneur de l'humanité. Béni l'enseignant qui se lèvera pour éduquer les enfants et pour guider les peuples dans les sentiers de Dieu, Celui qui donne, le Bien-Aimé.

27. Béni l'éducateur qui reste fidèle à l'Alliance de Dieu et qui s'occupe de l'éducation des enfants. La Plume suprême a inscrit pour lui la récompense qui est révélée dans le Livre le plus saint. Béni, béni soit-il !
Unir l'humanité. Un seul Dieu. Les grandes religions de Dieu. Femmes, hommes sont égaux. Tous les préjugés sont destructeurs et doivent être abandonnés. Chercher la vérité par nous-mêmes. La science et la religion en harmonie. Nos problèmes économiques sont liés à des problèmes spirituels. La famille et son unité sont très importantes.


Retourner vers Foi bahá’íe

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités