Devise maçonnique de l'Antéchrist : Diviser pour régner !

Sujet d'actualité Au Québec l'accommodement raisonnable, un sujet d'actualité.


Gilbert Chevalier

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 426
Enregistré le: 25 Mar 2015, 17:09
Localisation: Pays de la Loire

Message Sujet: Devise maçonnique de l'Antéchrist : Diviser pour régner !

Message Titre du message: Devise maçonnique de l'Antéchrist : Diviser pour régner !

Message Ecrit le 16 Avr 2018, 16:30

La Papauté de Zénon et l'Axiome de Sherlock Holmes

La Papauté de Zénon
François coupe des tranches de réalité de plus en plus fines
en réduisant chaque jour la distance
entre lui-même et une déclaration formelle d'hérésie.


Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 14 avril 2018
( The Remnant )


L'ancien Philosophe mathématicien Grec Zénon d'Élée ( vers 450 av. J.-C. ) proposa une sorte d'expérience de pensée dans laquelle, pour compléter une distance de, disons, cent mètres, un coureur devait d'abord diviser la moitié de la distance entre lui-même et la ligne d'arrivée. Mais pour arriver à cette marque de cinquante mètres, il devrait d'abord atteindre la moitié de cette distance, ce qui exigerait à son tour qu'il divise par deux ces 25 mètres, et pour arriver à cette marque, il faudrait diviser par deux cette distance ...

Pour aller d'ici à là, il faut diviser la différence encore et encore, ce qui signifie qu'il faudrait traverser une régression infinie de distances de plus en plus petites pour atteindre la ligne d'arrivée.

Le Paradoxe de Zénon me revint à l'esprit alors qu'un autre des scandales apparemment infinis du Pape François éclata quand on a rapporté qu’il avait à nouveau proféré des hérésies. Les journaux laïques de langue anglaise éclatent en chansons de louanges joyeuses alors que le Pape — le Jeudi Saint pas moins ! — a nié tout le sujet du Sacrifice Rédempteur du Christ sur la Croix.

Le Pape aurait dit à propos des âmes non repentantes qu’« elles ne vont nulle part en punition. Celles qui se repentent obtiennent le pardon de Dieu et vont parmi les rangs de celles qui Le contemplent, mais celles qui ne se repentent pas et ne peuvent donc pas être pardonnées disparaissent. L'enfer n'existe pas, seulement la disparition des âmes pécheresses ».

Le message à retenir du Pape aux fidèles Catholiques la veille du Vendredi Saint ? « Alors vraiment, il n'y avait aucun intérêt à toute cette affaire de crucifixion / résurrection. C'était juste un coup pour rien plutôt triste ... Souffrance rédemptrice ? Unir sa propre souffrance à celle du Christ sur la Croix ? La Rédemption de quoi ? »

Comme toujours, cela a été fait d'une manière qui fournissait une couverture suffisante, en permettant à nouveau à l’octogénaire, athée radical et anti-Catholique notoire Eugenio Scalfari de rapporter les paroles du Pape « de mémoire ». La méthode permet à peine assez de déni plausible pour encourager les suspects habituels à émettre leurs excuses ( de plus en plus absurdes ) ; Austen Ivereigh [ biographe du Pape ] et d'autres apologistes professionnels de François ont de nouveau suggéré que c'était le François « miséricordieux » qui essayait de convertir Scalfari. Ces affirmations ont été renforcées avec encore un autre « non-déni » hâtif publié par le Vatican. Le fait que les contrôleurs du message du Vatican aient complètement échoué à affirmer que le Pape n'a pas dit cela ou que le Pape croit ce que l'Église croit de l'existence de l'enfer et de l'immortalité de l'âme humaine, ne semblait pas les décourager d’un iota.

Comme l'a observé Antonio Socci, la méthodologie ici, qui semble être le jeu préféré de François, est double : premièrement, émettre des messages « vagues et théologiquement ambigus » destinés à être entendus par le monde Catholique, en évitant méticuleusement les « déclarations explicites » tout en « démolissant peu à peu » la Doctrine Catholique ; et deuxièmement, envoyer des signaux au monde séculier, aux lecteurs non-Catholiques de La Repubblica d'extrême gauche, que la position réelle du Pape est celle d'un doute radical et à la mode sur les questions centrales de l'enseignement Catholique. Socci affirme que ce doute radical est la substance des « vraies idées » de François et que ces messages sont émis de cette manière « afin de construire sa « révolution » et d'avoir de la popularité parmi les non-Catholiques et les médias ».

En d'autres termes, il se cache derrière Eugenio Scalfari spécifiquement à cause du manque de crédibilité de Scalfari ; parce que Scalfari est un croisé amer anti-Catholique de toujours ; parce qu'il a 90 ans ; parce qu'il a admis ne pas prendre de notes ni faire d'enregistrements. Ceci est la couverture que François utilise pour faire passer son message à ceux qui ont des oreilles pour entendre, tout en restant avec ses orteils à peine de ce côté de la ligne de l’« hérésie formelle », la ligne qu'il sait que nous attendons tous qu’il traverse.

Étant donné la régularité avec laquelle le monde Catholique a dû endurer cet exercice monotone de subversion en deux étapes depuis les premiers jours de ce Pontificat, il est difficile d'argumenter contre la thèse de Socci sans ignorer une grande partie de ce que nous pouvons observer de nos propres yeux. D'après ce que rapportent ses anciennes victimes en Argentine, c'est son jeu patent, le Tango Bergoglien, qu'il a utilisé dès les premiers jours de sa carrière ecclésiastique. Jorge Bergoglio était et reste connu principalement pour son habileté à manipuler et son empressement à provoquer la division, le conflit et le chaos afin de consolider son propre pouvoir. Un Péroniste classique.

Parmi les questions restantes à cette passe étonnante est combien il sera capable de couper la distance infinitésimale restante entre lui et une déclaration formelle d'hérésie ? Et, peut-être même plus sur ce sujet ce mois-ci, alors que les Cardinaux Burke et Brandmuller parlaient à une conférence de Rome sur la « confusion dans l'Église » sur la Doctrine sans jamais appeler François par son nom pour exiger qu'il déclare et défende la vérité Catholique : qui va le tenir à la vérité ? Qui, parmi ces « bons » Évêques et Cardinaux, va lui dire, à sa face : « Saint Père, vous êtes un hérétique et vous perdrez la fonction papale si vous ne vous rétractez pas immédiatement » ? Qui de notre hiérarchie va avoir le courage de soulever la question ?

Alors que ces deux Cardinaux, Mgr Athanasius Schneider et le Cardinal Zen par téléconférence à distance, sont à Rome, où sont les Évêques en exercice ? Tous ou presque tous les Évêques qui ont dit quelque chose jusqu'ici — alors que le Pape devient de plus en plus audacieux, réduisant de moitié la distance encore et encore — sont à la retraite, n'ont aucun siège à gouverner, aucun séminariste à former. Les Ordinaires, les Évêques en exercice et les Archevêques se cachent dans un silence studieux ou sont en train d'obtenir la faveur de ce Pape par des déclarations de plus en plus ouvertes contre la Doctrine Catholique pérenne.

Je sais que nous nous sommes demandés pendant tout ce temps ; jusqu'où les « bons Évêques » vont laisser aller?

Bien sûr, la lutte désormais normale pour savoir si le Pape « l'a vraiment dit » a immédiatement éclaté dans les médias sociaux, avec précisément les mêmes excuses que celles que nous avons vues pendant cinq ans. On m'a dit que c'était « du bon sens » qu'un Pape ne dise jamais de telles choses, et donc « les médias » le faisaient « hors de proportion », « le sortant de son contexte », « qu’il était mal cité » et de toute façon — une vieille favorite — que « c'était probablement une erreur de traduction ». Avec chacun de ces scandales d'interview étant tellement les mêmes, à la fois dans ce que le Pape dit et la réaction, il peut être difficile de garder une trace de tout, mais quelqu'un que je connais a creusé l’affaire et a fait un décompte : c'est la huitième fois que François a eu une de ces petites « causettes informelles » avec Eugenio Scalfari.

Plus d'un organe de presse Catholique a posé la question évidente : « Si, comme les services de presse du Vatican continuent à insister, Scalfari ment, interprète ou représente de façon erronée les paroles du Saint-Père dans ses « reconstitutions » de leurs conversations — et qu’à chaque fois ça cause un tollé considérable dans le monde Catholique — pourquoi François continue-t-il à retourner à lui ? » L'infortuné Catholic Herald du Royaume-Uni, qui tente encore courageusement de résoudre la quadrature du cercle « conservateur », déplore que cette habitude provoque une « confusion » parmi les fidèles.

Peut-être que le Herald fait cette chose Anglaise ( qui aggrave ) de parler autour du sujet afin de le rendre évident. Le point, bien sûr, étant qu'il est parfaitement clair que François continue de revenir à Scalfari spécifiquement dans le but de créer cette confusion.

Mais comment savons-nous que c'est l'interprétation correcte ?
Comment pouvons-nous comprendre ce qui se passe vraiment ?


Facile ; en éliminant tout ce qui ne colle pas.

Il y a une technique dans l'art réaliste classique appelée le dessin de l'espace négatif. Dessiner un portrait est l'une des tâches les plus difficiles pour un artiste ; tout, chaque trait, chaque courbe et chaque ombre doivent être dans des proportions absolument parfaites et exactement exactes les unes des autres dans le système complexe d'un visage humain. L'œil humain est si bien entraîné à reconnaître les visages que même la plus infime inexactitude dans le placement de n'importe quel élément du dessin sera repérée instantanément. L'un des trucs qu'un artiste emploiera pour placer, par exemple, l'œil gauche exactement par rapport à l'œil droit, c'est de le contourner. Mon instructeur a appelé ça « s’approcher furtivement de lui ». Si vous avez du mal à obtenir le bon positionnement, dessinez tout sur le visage qui n'est pas l'œil gauche. Une fois que vous avez tout fait avec une précision parfaite, le seul espace restant sera l'endroit précis pour l'œil.

Cette idée d'identifier tous les alentours d'un problème a été articulée par Arthur Conan Doyle qui l'a présentée sous la forme d'un axiome logique qui était le système d'opération de son grand enquêteur, Sherlock Holmes ; « une fois que vous avez éliminé tout ce qui est impossible, tout ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité ». Dans une réalité idéalisée, dans un univers parallèle dans lequel, par exemple, Scola aurait été élu Pape en 2013, il y aurait eu bien du « bon sens » qu'un Pape ne nie jamais une partie dogmatiquement définie, de fide, de la Foi Catholique. Mais puisque nous vivons dans cet univers, et que nous avons ce puzzle à examiner, faisons-le rationnellement.

Ce qu'Austen Ivereigh et ses amis veulent que nous fassions, c'est de considérer chaque artefact produit par le Grand Générateur de scandales Bergogliens comme un objet singulier sans contexte. Ils veulent que nous regardions seulement l'œil gauche, sans référence à sa position dans le reste du visage. Quand il dit à Eugenio Scalfari qu'il n'y a pas d'enfer, cela doit être examiné dans une sorte de « chambre propre et aseptisée » hermétiquement scellée où ce sera examiné exclusivement sur ses propres mérites, sans aucune référence à toutes les autres fois qu'il a dit ceci ou quelque chose de similaire.

Ils veulent que nous ne nous rappelions pas que Bergoglio a dit exactement cela et d'autres choses scandaleuses à Scalfari, et pas une fois mais plusieurs fois. Ils veulent que nous ne pensions pas au fait que, dans tous les cas, il n'a jamais émis une déclaration claire et sans équivoque que l’affirmation de Scalfari n'était pas vraie. Ils veulent que nous ignorions le fait que quelque chose de très similaire à cela a été inséré dans le texte d'Amoris Laetitia — encore une fois avec une torsion ambiguë pour donner un voile diaphane de dénégation de plus en plus invraisemblable : « Personne ne peut être condamné pour toujours parce que ce n'est pas la logique de l'Évangile ! Ici, je ne parle pas seulement des divorcés et des remariés, mais de tout le monde, quelle que soit la situation dans laquelle ils se trouvent ».

Avec chaque floraison pourrie de scandale, nous sommes supposés ne regarder que ce cas particulier et ignorer le contexte de tout ce que nous avons appris au cours des cinq dernières années. Nous sommes censés oublier que les habitudes de longue date de Bergoglio ont été rapportées par les Argentins avec lesquels il a travaillé dans le passé et ces rapports sont tout à fait conformes à ce que nous voyons aujourd'hui. Et nous avons nous-mêmes entendu et lu des douzaines, voire des centaines, de fois qu'il a « malencontreusement » mal cité les Écritures, soutenu des activistes homosexuels, des idéologues du genre et des avorteurs, insulté des fidèles Catholiques, laïques et cléricaux ; qu’il a déclaré que les athées peuvent être rachetés par de bonnes œuvres, qu’il a déclaré que le Christ et sa Sainte Mère étaient coupables de péchés ...

Après cinq ans de ce flot constant de scandales, d'erreurs, d'hérésies, de blasphèmes et de mensonges flagrants, devons-nous maintenant croire que François n'a pas dit à Eugenio Scalfari ce que Scalfari a dit qu'il a fait ? Il est vrai que nous n'avons pas d'enregistrement de la conversation, et oui, il est vrai que Scalfari est un vieux Communiste et ennemi de l'Église. Mais ce sont les seuls espaces négatifs qui subsistent dans le dessin et tout ce qui les entoure nous dit clairement ce que nous regardons.

Source : http://dieuetmoilenul.blogspot.ro/2018/ ... me-de.html
LE BON CHAPELET

Prenez votre chapelet
Et souvent le récitez
https://www.youtube.com/watch?v=5xgxKl0 ... 2&index=69
Ou bien le psalmodiez
Ou encore le chantez :
Un chapelet bien récité
Ou chanté ou psalmodié
Et bien intentionné
Est un bon chapelet !


Retourner vers GÉNÉRAL Libre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google, Oiseau du paradis et 17 invités