La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Sujet d'actualité Au Québec l'accommodement raisonnable, un sujet d'actualité.


sibira

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 369
Enregistré le: 28 Juin 2018, 11:50

Message Sujet: La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Message Titre du message: La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Message Ecrit le 11 Aoû 2018, 20:59

La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Ce qui est à constater dans le merdier qui vient (et plus vite qu'on ne le pense) c'est que presque tout le monde reçoit son salaire ou son allocation sur son compte en banque mais jamais de la main à la main sans passer par la case banque.

Voilà à présent les estimations inquiétantes de la FAO pour l'année 2018
...lol soit disant qu'avec les OGM la production mondiale de céréales ne pouvait pas diminuer
encore une foutaise :lol:
(ceci dit une mauvaise nouvelle étant toujours accompagnée de deux autres toutes aussi mauvaises)

un petit rappel voir là pour la première ->http://www.forum-religion.org/general/charles-gave-l-heure-des-comptes-t60984.html#p1258622
pour info l'Espagne est engagée à hauteur de 83 milliards de dollars en dette turque
un dévissement de la livre turque entraine de façon automatique une baisse de sa solvabilité (et donc des taux qu'elle doit payer pour sa dette: c'est automatique)
( alors que l'Allemagne ne l'est que de 17 Milliards (la France elle c'est de 38 milliards mais c'est pas un problème pour ces deux là)
effectivement
Image

et là pour la seconde http://www.forum-religion.org/general/melt-up-en-phase-deux-par-j-powell-t60985.html#p1258702

Bon bref en ce qui concerne les prévisions de la FAO

Tel que c'est parti, ça fera au final une bonne petite centaine de millions de tonnes de céréales qui ne seront pas vendues (voir les prévisions en bleu du graphique ci-joint en dessous...environ un dixième du total) qui vont s'enlever à l'offre et cela face à une demande qui elle croit de façon naturelle grosso modo de dix millions de tonnes par an.

Il s'avère qu'à cause des intempéries, une pression inflationniste menace les grandes économies mondiales dont la croissance n'est pas au mieux quand on compare celles-là à celles des années d'avant 2008

Inflation que redoute la BCE à cause de sa politique de QE à outrance et qui contrairement à la FED ne fait que repousser années après années depuis le début des années 2010 sa sortie.
Rappellons que dans le sujet annexe http://www.forum-religion.org/general/melt-up-en-phase-deux-par-j-powell-t60985.html#p1258702 la FED s'est déjà préparée depuis un bon moment à l'après QE
En fait bien avant que Donald Trump soit arrivé au pouvoir: il était devenu impossible que cette politique soit maintenue alors qu'en même temps les USA par le moyen de ses bons d'obligations rapratrie les surplus de dollars qui sans cela se seraient retrouvés sur le marchés de change.
Logique puisque ce qui se passe sur les marchés de change lorsqu'une balance commerciale est déficitaire par rapport à une autre, c'est une augmentation de l'offre de sa monnaie (elle est obligée de vendre de sa monnaie pour acheter la devise de celle qui est bénéficiaire et qu'elle peut donc utiliser pour payer les marchandises importées dans la devise du pays bénéficiaire)
La pratique courante pour les USA c'est de maintenir sa monnaie en s'évitant de vendre ses dollars puisque ce qu'elle "vend" (entre guillemets en quelque sorte) ce sont ses bons du trésor.
Mais pour cela il faut proposer à l'acheteur un certain intérêt qui forcément est en corrélation avec les taux de la FED
La pratique de QE (quantitative easy) empêche justement de pouvoir monter ces taux car elle menace les débiteurs encore en cours.
Si il est facile de lancer une QE il est très difficile d'en sortir à cause de ça et c'est pourquoi l'Europe actuellement n'arrive pas à en sortir sans mettre en danger son économie.

Alors que se passe t-il dans le cas d'une inflation liée à une baisse de l'offre alors même que la croissance est faible en Europe?
Celle-ci augmente de façon artificielle (car il n'y a pas plus de création de richesse) et si elle peut permettre de relever ses taux sans les inverser vis à vis du PIB
alors du coup elle menace alors à cause de l'endettement de ceux qui supportait les taux moins forts

Image
Image

sibira

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 369
Enregistré le: 28 Juin 2018, 11:50

Message Sujet: La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Message Titre du message: Re: La FAO s'en mêle à présent (allons bon! lol)

Message Ecrit le 13 Aoû 2018, 07:08

Une nouvelle crise du blé arrive et elle sera plus grave que celle des années 2007-2012

La cause : la sécheresse en Europe occidentale, en Amérique du nord, en Australie et en Russie.

Paris AFP le 11-08-2018

Peter Thoenes Expert de la FAO consulté par téléphone explique que la situation n'est pas alarmante (lol)

Selon lui deux facteurs permettent de l'affirmer en ce qui concerne le blé

1-Les prévisions de la récolte russe sont révisées à la hausse d'un million de tonnes (68MT au lieu des 67MT prévues)

contre cet argument on pourra lui faire remarquer qu'on est loin des 85MT de l'an passé

2-le monde dispose de quatre mois de réserves contre deux mois en 2007 (au moment de la dernière crise)

contre cet argument on pourra lui faire remarquer que deux mois de réserves sont la limite avant que les cours explosent uniquement à cause de la demande (en 2007 les réserves étaient de deux mois) et que deux mois supplémentaires ne calmeront les marchés que si les prévisions pour l'année 2019 sont revues à la hausse par rapport à celles prévues pour 2018
Ce qui est loin très loin d'être le cas car rien ne semble indiquer que la sécheresse n'est pas devenue structurelle en Amérique du nord, en Australie ou en Europe


Mais voici ce qu'il dit:

Le monde sort de plus de quatre années de très bonne production de blé et les indicateurs ne sont pas alarmants, car on dispose de suffisamment de produits pour nourrir la planète", explique-t-il à l'AFP, lors d'un entretien téléphonique.

------------------------------------------------
ministère de l'agriculture américain
Washington DC le 10-08-2018


Les marchés du blé ont gagné 17% entre le 11 juillet et le 10 août.
Les récoltes sont très en dessous de celles des années précédentes et aucun grand pays exportateur n'est épargné.
Les prévisions sont revues à la baisse (à part pour la Russie) et de manière importante notamment en Europe occidentale.
L'UE devrait produire seulement 137,50 millions de tonnes de blé cette année, au lieu de 145 MT estimé il y a tout juste un mois.
En Allemagne, grillée par la sécheresse, la récolte attendue de céréales devrait tomber à son plus bas niveau depuis 1994, selon les coopératives agricoles.
La Russie dont les révisions viennent d'êtres revues à la hausse d'un million de tonnes, sont estimées à 68 MT sont bien loin du volume historique de blé engrangé l'an passé: 85 millions de tonnes.


Retourner vers GÉNÉRAL Libre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : ESTHER1, Oiseau du paradis et 15 invités