Métamatière, éternité et renouvellement

Sujet d'actualité Au Québec l'accommodement raisonnable, un sujet d'actualité.


Claude De Bortoli

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 137
Enregistré le: 24 Déc 2005, 13:18
Localisation: france

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 19 Juin 2018, 04:32

Il n'y a pas de réincarnation ni de vies antérieures. Le corps humain meurt et se dissout dans la nature de matière. L'humain, à qui appartenait le corps, ne revient pas dans la nature de matière sous aucune forme, dans aucun corps matériel, ni animal, ni végétal, ni humain. Il se voit vivre dans la nature de métamatière pour l'éternité et ne revient plus dans la nature de matière.

L'idée de réincarnation n'est fausse pour autant. Elle est obsolète. La découverte de la métamatière par la Croyance a fait évolué ce concept. Ce n'est pas réincarnation, c'est renouvellement.

Comment se déroule le processus de renouvellement ?

A la mort d'un corps humain, l'esprit qui était en gestation dans ce corps humain, naît dans la nature de métamatière. Dès son arrivée, la nature de métamatière juge si le nouvel arrivant est viable ou non viable au regard des lois métamatérielles. S'il est jugé viable tout va bien pour lui. Il accède de suite au hautes sphères de la nature de métamatière. S'il est jugé non viable il est contraint de s'améliore. La vie dans les basses sphères de la nature de métamatière est impossible tant les angoisses sont profondes. Elles sont métaphysiques. 

Ce n'est pas à cause de son intelligence que le nouvel esprit souffre l'enfer. C'est à cause de l'instinct vicié que son géniteur humain lui a fait mémoriser lorsqu'il était en gestation dans cette vie humaine. Il doit impérativement améliorer son instinct s'il veut sortir la tête de ces angoisses métaphysiques. Il ne peut pas le faire en puisant de l'instinct dans la nature de métamatière : il n'y a pas d'instinct naturel chez elle. Il est obligé de chercher de l'instinct non altéré dans la nature de matière en parrainant des vies humaines. La difficulté est que les humains peuvent ne pas être disposés à cette entente au grand dam du pauvre esprit. 

La connexion entre les esprits et les humains est possible. C'est par cet unique passage que se transfère les énergies instinct et intelligence nécessaire à la super symbiose des univers matériel et métamatériel.  

Un esprit, intelligent au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'intelligence, est capable de transférer son intelligence chez un partenaire humain qui en a fondamentalement besoin pour améliorer son existence. En contre partie, l'humain parrainé, instinctif au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'instinct, lui transfère de l'instinct pur afin qu'il s'en serve pour améliorer son existence. C'est le principe de la symbiose des humains et des esprits

Un esprit n'est pas figé dans l'éternité à la différence de tout ce qui vit dans la nature de métamatière. Il se renouvelle dans le Matériel en parrainant et en participant à des vies humaines jusqu'à attendre les plus hautes sphères de la nature de métamatière. L'humain gestateur de cet esprit, par un processus défiant les lois matérielles, se voit vivre dans l'esprit issue de sa propre vie. Il se voit lui aussi parrainer et participer à des vies humaines.

Les humains ne connaissent pas la Mort (grand M) comme la connaissent les animaux et les végétaux. Eux meurent et puis plus rien. Après la mort (petit m) de leur corps de matière les humains se voient vivre dans la vie de l'esprit issue de leur propre vie pour l'éternité.



Le concept obsolète de "Dieu créateur"

En Croyance le concept de "Dieu créateur" est vrai mais obsolète depuis la découverte de la métamatière. En effet, l'entité au-delà du Matériel que le génie en Croyance Abraham avait découvert il y a 4000 ans et avait appelé Dieu et que d'autres génies en Croyance après lui, Moïse, Jésus, Mahomet ont adapté à leur peuple est en fait un univers aussi puissant que notre univers de matière : L'univers de métamatière. Les deux univers vivent en symbiose et s'échangent leur énergie.

L'univers de métamatière est créateur de fratries humaines chez son partenaire l'univers de matière par l'intermédiaire de l'intelligence humaine.

Le Terrien, fratrie humaine habitant la planète Terre, au milieu d'une infinité d'autres fratries humaines habitant une infinité de planètes habitables, a été créé par la nature de métamatière à travers l'intelligence d'une ou de plusieurs fratries humaines lesquelles ont provoqué sciemment sur Terre une ambiance favorable aux mammifères qui se sont développés jusqu'à leur apogée : le Terrien.

Le Terrien est issu d'une création - une action intelligente dans un milieu instinctif - suivie d'une évolution dans une matrice mammifère, du mammifère primitif à l'Australopithèque et de l'Australopithèque à l'Homme de Cro-Magnon.

La biodiversité issue de sa domination est quand à elle issue seulement d'une évolution.



Le doute et le dogme

L'intelligence humaine est évolutive contrairement aux instincts humains qui sont figés au plus haut degré par les lois immuables de la nature de matière.

La nature de matière est détentrice et émettrice d'instinct.
La nature de métamatière est détentrice et émettrice d'intelligence.

La Science étudie la matière, son univers et tout ce qu'il contient.
La Croyance étudie la métamatière, son univers et tout ce qu'il contient.

La Science et Croyance sont évolutives.
La Science évolue grâce à des outils matériels performants.
La Croyance évolue grâce à son seul outil métamatériel : l'intelligence, à condition quelle soit performante.  

La Science est sujette au doute. Elle est donc tributaire des preuves matérielles.
La Croyance est sujette au dogme. Elle est donc tributaire des preuves intelligentes.

La théorie d'une Terre plate et de l'univers tournant autour d'elle est une étape cruciale dans l'évolution de l'étude de l'univers de matière par la Science. Devenue obsolète au fil du temps elle a été remplacée par une Terre ronde tournant autour du soleil avec preuves matérielles à l'appuie.

La croyance en Dieu est une étape fondamentale dans l'évolution de l'étude de l'entité au-delà du Matériel par la Croyance. Cette croyance a commencé il y a 4000 ans avec sa découverte par le génie en Croyance Abraham. Elle est devenue obsolète de nos jours, inapte à guider le Terrien et incapable de le protéger contre les attaques incessantes des forces maléfiques lesquelles ont pu pénétrer son évolution et sont en train de le mettre à terre.

Une nouvelle croyance remplace la croyance en Dieu, plus en phase avec l'évolution du Terrien avec preuves intelligentes à l'appuie : la croyance à l'univers de métamatière, sa symbiose avec l'univers de matière et sa relation avec les humains.


L'excommunication, agent immunitaire efficace de la croyance en Dieu

La Croyance a découvert une évolution de la croyance en Dieu. La croyance en Dieu, devenue obsolète au niveau de l'évolution du Terrien, n'a plus aucun effet sur la conduite de son évolution. C'est pourtant le rôle d'une croyance de guider l'évolution humaine.

Avant, au temps où la croyance en Dieu était efficace, elle avait toute la crédibilité pour guider le Terrien de façon profitable. Elle l'immunisait. Elle était un rempart pour lui contre les forces du mal. Un de ses agents immunitaires tant redouté était l'excommunication. Les forces du mal ne pouvaient pas pénétrer l'évolution du Terrien pour l'affaiblir tellement l'excommunication était efficace.

La croyance en Dieu, affaiblie de toutes parts par les progrès de la Science, est devenue obsolète au fil du temps. Ses agents immunitaires se sont affaiblis jusqu'à devenir inopérants. Les forces du mal ont pu envahir l'évolution du Terrien et sont en train de le mettre à terre. Son seul salut est une nouvelle croyance en phase avec son évolution. Elle lui apportera les défenses immunitaires nécessaire pour chasser les forces du mal de son évolution et le protéger contre les agressions maléfiques permanentes.



Réponse de la Croyance au questionnement de la Science

- Pour quelle raison les humains ont-ils besoin de sommeil ?

Les humains ont besoin de dormir longtemps quotidiennement parce qu'ils ont besoin de rêver longtemps quotidiennement. Un humain est éternel. Il est fait d'une vie matérielle mortelle et d'un avenir métamatériel éternel après la mort du corps de matière. L'avenir métamatériel éternel se déroule dans la vie d'un esprit. Un esprit se génère dans une vie quotidienne humaine. Sa formation se visualise dans les rêves. Il importe de le visionner quasi quotidiennement afin d'orienter ses comportements matériels quotidiens de façon à ce qu'ils produisent des particules de métamatière conformes qui engendreront un esprit viable lequel sera l'hôte de l'humain pour l'éternité après la mort de son corps de matière.

Plus long est le sommeil, plus long est le rêve. Plus long est le rêve, meilleure est la vision sur l'état de croissance du foétus d'esprit. Meilleure est la spirituographie, meilleure est la détermination de changer de comportements quotidiens ou de persévérer dans nos comportements quotidiens. 



- Comment l'Univers (de matière) est-il apparu ?

L'univers de matière n'est pas apparu. Il est éternel. Son déroulement est une ronde sans commencement ni fin. Il est éternel parce qu'il vit en symbiose avec l'univers de métamatière dans lequel la mort n'existe pas. Tout est éternel chez lui. 

Les univers matériel et métamatériel vivent en symbiose en s'échangeant leur énergie. Seuls ils ne sont pas viables. Si l'un disparaît l'autre disparaît aussi. Impensable pour l'univers de métamatière. Il ne connait pas la mort. Elle n'existe pas chez lui. Par effet symbiotique, son partenaire l'univers de matière est aussi éternel en renouvelant sans cesse sa matière sans jamais se rassasier. 



- Y a-t-il de la vie ailleurs ?

Les univers matériel et métamatériel ont besoin de deux espèces d'êtres vivants - une dans chaque univers - pour transmettre les énergies nécessaire à leur symbiose. L'espèce humaine coté univers de matière et l'espèce esprit coté univers de métamatière.

Les humains transfèrent l'instinct matériel en direction du métamatériel et récupèrent l'intelligence métamatérielle pour la diffuser dans l'environnement matériel qui en a fondamentalement besoin. Les esprits transfèrent l'intelligence en direction du matériel et récupèrent l'instinct matériel pour le diffuser dans l'environnement métamatériel qui en a fondamentalement besoin. 

Sans humains, pas de transfèrent d'énergie symbiotique, pas de symbiose des univers, pas d'univers. L'espèce humaine ne peut donc pas être mortelle. Une fratrie humaine comme le Terrien installée sur une planète habitable comme la Terre est mortelle. Le Terrien ne peut donc pas être considérer comme l'ensemble de l'espèce humaine. D'autres fratries humaines, liées à d'autres biodiversités, sur d'autres planètes habitables, dans tous les degrés d'évolution,  constituent avec le Terrien : l'Humanité.

Oiseau du paradis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 844
Enregistré le: 31 Jan 2017, 15:52

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 19 Juin 2018, 13:49

Bonjour,

Nous retrouvons le même texte au forum Abraham et certaines idées méritent d'être bonifiées. J'ai donc poursuivi en abordant la question (matière et métamatière) sous l'angle des réalités sensibles et intelligibles. Malheureusement, vous n'avez pas donné suite au débat. Vraiment dommage, non ?

À tout hasard, je copie le lien de référence http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t26 ... iere#73928

Bonne fin de journée.

Inti

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7396
Enregistré le: 20 Juil 2013, 14:00

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 19 Juin 2018, 14:59

Claude de Bertoli a écrit:Sans humains, pas de transfèrent d'énergie symbiotique, pas de symbiose des univers, pas d'univers. L'espèce humaine ne peut donc pas être mortelle. Une fratrie humaine comme le Terrien installée sur une planète habitable comme la Terre est mortelle. Le Terrien ne peut donc pas être considérer comme l'ensemble de l'espèce humaine. D'autres fratries humaines, liées à d'autres biodiversités, sur d'autres planètes habitables, dans tous les degrés d'évolution,  constituent avec le Terrien : l'Humanité

Tiens le formalisme quantique dit la même chose. Que sans observateur ( ou classes d'observateurs) l'univers n'aurait pas eu lieu où ne se serait pas concrétiser. Selon cette " logique scientifique" il faudrait que l'émergence d'observateurs au niveau macroscopique soit déjà contenu au niveau quantique pour que l'univers ou univers local se compose. Et dire qu'on parle d'une physique déclarée indéterministe et aléatoire. C'est dire à quel point l'anthropocentrisme a investi toutes les sphères de la pensée humaine.

Au fond ici on n'a fait que remplacer le vocable métaphysique par métamatière. Ça donne un air de renouveau mais ça goûte pareil que l'ancienne recette. Matérialisme et surréalisme. Toute notre civilisation est construite là dessus. :hi:
Modifié en dernier par Inti le 19 Juin 2018, 21:23, modifié 1 fois.

Oiseau du paradis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 844
Enregistré le: 31 Jan 2017, 15:52

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 19 Juin 2018, 21:17

Ce n'est pas moi mais Claude De Bortoli qui a écrit la citation qui figure sur ton message, Inti. Par contre, je suis d'accord avec le ton et la teneur de ton commentaire à savoir que le nouveau vocable (métamatière) goûte pareil que l'ancienne recette (métaphysique). Et puisque le sujet s'y prête, je pousse la réflexion en résumant un chapitre du livre de Jean-Marc Lepain qui utilise un langage de l'antiquité à la portée de monsieur et madame tout le monde.

Réalités sensibles et réalités intelligibles

Les réalités sensibles (mahsùs) sont celles sur lesquelles nos sens nous renseignent : le soleil, le bruit, les parfums, les aliments, les saveurs, la chaleur, le froid. Les réalités intelligibles (ma'qulih), quant à elles, n'ont pas de formes extérieures, ne tiennent pas de place et ne tombent pas sous les sens. Citons par exemple l'intelligence, l'amour, la matière éthérée ou l'esprit de l'homme. La caractéristique principale des réalités intelligibles, c'est qu'elles se trouvent au-delà du langage. Si nous voulons expliquer ces réalités intellectuelles (intelligibles), nous sommes forcés de recourir à des formules sensibles. Par conséquent on ne peut parler des choses intelligibles que dans un langage métaphorique. Ainsi nous comparons symboliquement le savoir à la lumière et l'ignorance à l'obscurité.

Les réalités intelligibles ont deux propriétés principales. Elles échappent au sens et elles sont au-delà du langage. Elles peuvent être comprises par l'intelligence car celle-ci peut échapper à l'illusion sensorielle, d'où sa supériorité. Pour Platon, c'est la base de la théorie des Idées, puisqu'il faut supposer qu'il existe au-delà du monde perçu par les sens un monde purement intelligible peuplé par des réalités en soi.

Dans la pensée d''Abdu'l-Baha, l'intelligence au sens de pouvoir raisonner, ne se voit pas reconnaître la même efficacité parce qu'elle est trop dépendante du langage. Il faut donc avoir recours à l'intuition qui est la capacité de l'homme à appréhender directement certaines réalités sans avoir recours ni aux représentations sensibles ni au langage.

Ici se pose le problème de certaines réalités qui participent aux deux modes, intelligible et sensible. Il est capital de saisir la nature des réalités imaginales pour en comprendre la teneur. Un exemple est celui des nombres qui sont à la fois des réalités sensibles et des réalités intelligibles.

On peut dire qu'il est possible que le concept de chaque nombre soit né de l'expérience empirique de l'homme. On peut imaginer que le concept du chiffre 3 soit né directement de la perception de ce que un tas de trois pommes et un tas de trois cailloux ont en commun. Cette expérience représente la réalité sensible du nombre. Mais cela n'empêche pas que le nombre 3 a une existence indépendante de l'esprit de l'homme puisqu'il est contenu dans l'architecture de l'univers.

Le problème devient plus complexe lorsqu'on imagine le cas d'objets mathématiques ayant une complexité croissante. On comprend très bien que l'homme puisse avoir une expérience empirique du chiffre 3 mais cela devient plus difficile de dégager cette expérience à propos du nombre 1239. L'expérience empirique du nombre 3,141,592,653 et ainsi de suite est encore plus difficile à imaginer tout comme les expressions mathématiques complexes ou les formules comme par exemple, celles décrivant la fonction d'onde d'une particule.

On pourrait donc dire que le nombre (PI) existe indépendamment de l'esprit de l'homme comme la constante de Planck, et qu'il en va de même de toutes les expressions mathématiques. Malheureusement, toutes les expressions mathématiques ne sont pas inscrites dans l'univers. Des mathématiciens à l'esprit fertile ont inventé toutes sortes de systèmes mathématiques mutuellement exclusifs qui n'ont aucun rapport avec une quelconque réalité. On peut donc dire que tous les objets mathématiques ont une existence indépendante de l'homme.

Si nous revenons à la définition d''Abdu'l-Baha des réalités intelligibles, nous nous apercevons qu'elle englobe deux sortes de réalités, celles qui ont une existence indépendante de l'homme et celles qui n'existent que dans l'esprit humain. Il s'agit là d'une distinction fondamentale d'avec le platonisme classique.

Inti

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7396
Enregistré le: 20 Juil 2013, 14:00

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 11:10

Faudra bien un jour abandonner ce vocabulaire ampoulé de réalités sensibles et réalités intelligibles pour parler de sens humains et connaissance humaine, de toute cette réalité universelle qui cherche à être comprise par l'esprit pensant. Sauf dans les bibliothèques du patrimoine mondial pour se rappeler de la métaphysique comme stade mystique de la pensée humaine. :hi:

Oiseau du paradis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 844
Enregistré le: 31 Jan 2017, 15:52

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 14:17

Inti a écrit:Faudra bien un jour abandonner ce vocabulaire ampoulé de réalités sensibles et réalités intelligibles pour parler de sens humains et connaissance humaine, de toute cette réalité universelle qui cherche à être comprise par l'esprit pensant. Sauf dans les bibliothèques du patrimoine mondial pour se rappeler de la métaphysique comme stade mystique de la pensée humaine. :hi:


Que veux-tu ? Les communs des mortels ne bénéficient que d'un ampérage de 60 watts. Il faut être rayonnant comme le soleil afin d'éclairer leur lanterne à l'aide d'une carte-mère sursaturée d'ismes. Ce vocable n'est que du réchauffé. Tu me vois donc ravie d'apprendre que tu peux t'abstenir de l'utiliser, ne serait-ce que le temps de 2 courtes phrases. Mais quel tact et gentillesse, tu sais parfois m'agréer. Alors, merci de me donner ainsi des ailes. Du coup, je me sens légère comme une plume au sein de mon patrimoine mondial.

Ceci dit, je reviens au texte de l'auteur de ce sujet afin de mettre en exergue les parties avec lesquelles je suis en désaccord. Je les remplacerais par d'autres citations de ma bibliothèque préférée en ce qui suit.

Claude De Bortoli a écrit:Comment se déroule le processus de renouvellement ?

A la mort d'un corps humain, l'esprit qui était en gestation dans ce corps humain, naît dans la nature de métamatière. Dès son arrivée, la nature de métamatière juge si le nouvel arrivant est viable ou non viable au regard des lois métamatérielles. S'il est jugé viable tout va bien pour lui. Il accède de suite au hautes sphères de la nature de métamatière. S'il est jugé non viable il est contraint de s'améliore. La vie dans les basses sphères de la nature de métamatière est impossible tant les angoisses sont profondes. Elles sont métaphysiques.

Ce n'est pas à cause de son intelligence que le nouvel esprit souffre l'enfer. C'est à cause de l'instinct vicié que son géniteur humain lui a fait mémoriser lorsqu'il était en gestation dans cette vie humaine. Il doit impérativement améliorer son instinct s'il veut sortir la tête de ces angoisses métaphysiques. Il ne peut pas le faire en puisant de l'instinct dans la nature de métamatière : il n'y a pas d'instinct naturel chez elle. Il est obligé de chercher de l'instinct non altéré dans la nature de matière en parrainant des vies humaines. La difficulté est que les humains peuvent ne pas être disposés à cette entente au grand dam du pauvre esprit.

La connexion entre les esprits et les humains est possible. C'est par cet unique passage que se transfère les énergies instinct et intelligence nécessaire à la super symbiose des univers matériel et métamatériel.

Un esprit, intelligent au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'intelligence, est capable de transférer son intelligence chez un partenaire humain qui en a fondamentalement besoin pour améliorer son existence. En contre partie, l'humain parrainé, instinctif au plus haut niveau parce que vivant dans un monde où règne l'instinct, lui transfère de l'instinct pur afin qu'il s'en serve pour améliorer son existence. C'est le principe de la symbiose des humains et des esprits

Un esprit n'est pas figé dans l'éternité à la différence de tout ce qui vit dans la nature de métamatière. Il se renouvelle dans le Matériel en parrainant et en participant à des vies humaines jusqu'à attendre les plus hautes sphères de la nature de métamatière. L'humain gestateur de cet esprit, par un processus défiant les lois matérielles, se voit vivre dans l'esprit issue de sa propre vie. Il se voit lui aussi parrainer et participer à des vies humaines.

Les humains ne connaissent pas la Mort (grand M) comme la connaissent les animaux et les végétaux. Eux meurent et puis plus rien. Après la mort (petit m) de leur corps de matière les humains se voient vivre dans la vie de l'esprit issue de leur propre vie pour l'éternité.


Les éléments et parties de l'univers sont tous très solidement reliés les uns aux autres dans cet espace illimité et, de cette interconnexion, naît une réciprocité d'effets matériels. Nous retrouvons donc l’idée que ce sont des influences mutuelles qui mènent aux phénomènes ou effets matériels que nous observons dans la nature. La métamatière ne juge donc de rien.

Le theravada distingue rigoureusement le nirvana du monde phénoménal ou samsara. Dans les sutras pali du theravada on ne trouve pas la moindre allusion que cette réalité, le nirvana, soit métaphysiquement indiscernable à un niveau profond de son contraire évident, le samsara. En fait, pour le Theravada, l’antithèse samsara/nirvana est la base de la quête pour la libération. S’il n’y avait pas de différence toute idée de libération du monde samsarique imparfait serait inutile. Je ne vois donc pas en quoi l'affliction est plus métaphysique que la joie. Je bifferais donc toute allusion à cet effet.

Pour le reste, je suis d'accord avec l'idée que l'esprit humain (matériel et immatériel) n'est pas figé dans son évolution. L'âme est immortelle (une réalité en soi) et c'est par son intermédiaire qu'il y a interpénétration d'états entre les deux mondes. Cette assertion suffit à résumer le processus de renouvellement exprimé en détails par l'auteur. J'ignore cependant pourquoi celui-ci néglige d'en faire mention en la (âme) reléguant au pays des oubliettes d'un monde révolu.

Inti

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7396
Enregistré le: 20 Juil 2013, 14:00

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 15:58

Oiseau du paradis a écrit:Que veux-tu ? Les communs des mortels ne bénéficient que d'un ampérage de 60 watts. Il faut être rayonnant comme le soleil afin d'éclairer leur lanterne à l'aide d'une carte-mère sursaturée d'ismes. Ce vocable n'est que du réchauffé. Tu me vois donc ravie d'apprendre que tu peux t'abstenir de l'utiliser, ne serait-ce que le temps de 2 courtes phrases

Pourtant bien plus simple de parler des sens humains en place de " réalités sensibles" et de connaissance au lieu de " réalités intelligibles". Notre monde manque suffisamment de réalisme philosophique comme ça pour ne pas tenter de dépoussiérer les discours de la transcendance ou des mythes et légendes.

Du genre. ;.

Oiseau du paradis a écrit:Le theravada distingue rigoureusement le nirvana du monde phénoménal ou samsara. Dans les sutras pali du theravada on ne trouve pas la moindre allusion que cette réalité, le nirvana, soit métaphysiquement indiscernable à un niveau profond de son contraire évident, le samsara. En fait, pour le Theravada, l’antithèse samsara/nirvana est la base de la quête pour la libération. S’il n’y avait pas de différence toute idée de libération du monde samsarique imparfait serait inutile. Je ne vois donc pas en quoi l'affliction est plus métaphysique que la joie. Je bifferais donc toute allusion à cet effet

Ça c'est du gros calibre. :shock:

:hi:

Oiseau du paradis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 844
Enregistré le: 31 Jan 2017, 15:52

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 17:49

Oiseau du paradis a écrit:Que veux-tu ? Les communs des mortels ne bénéficient que d'un ampérage de 60 watts. Il faut être rayonnant comme le soleil afin d'éclairer leur lanterne à l'aide d'une carte-mère sursaturée d'ismes. Ce vocable n'est que du réchauffé. Tu me vois donc ravie d'apprendre que tu peux t'abstenir de l'utiliser, ne serait-ce que le temps de 2 courtes phrases.

Inti a écrit:Pourtant bien plus simple de parler des sens humains en place de " réalités sensibles" et de connaissance au lieu de " réalités intelligibles". Notre monde manque suffisamment de réalisme philosophique comme ça pour ne pas tenter de dépoussiérer les discours de la transcendance ou des mythes et légendes.


Alors soit ! Allons-y avec ton réalisme philosophique mais abordé à partir d'un point de vue scientifique. Je cite donc un extrait de Louis Hénuzet, professeur universitaire en étude comparée des religions.

Le point de vue de la science

En lisant le livre publié récemment par Jean Guitton et les frères Bogdanov, Dieu et la Science, j'ai été frappé par cette vérité que non seulement la révélation et la science se rejoignent, mais aussi que la révélation précède souvent la science de quelques décades. Les extraits que j'ai cités des écrits de Baha'u'llah datent de la seconde moitié du XIXe siècle alors que le nouveau regard de la science sur l'univers prend cours à partir de 1927 qui marque l'envoi de la philosophie méta-réaliste. C'est l'année où Heisenberg expose son Principe d'Incertitude, où le chanoine Lemaître exprime sa théorie sur l'expansion de l'univers, où Einstein propose sa théorie du champ unitaire, où Teilhard de Chardin publie les premiers éléments de son oeuvre. C'est l'année du congrès de Copenhague, qui marque la fondation officielle de la théorie quantique.

L'univers matériel qui tombe sous nos sens, se spiritualise progressivement lorsque nous progressons dans l'infiniment petit. Les particules élémentaires qui ont une forme matérielle, les protons, les neutrons, les électrons, sont constituées de champs quantiques, c'est-à-dire des ensembles d'effets qui interagissent en permanence entre eux. Au sens strict, ces champs n'ont pas de substance, autre que vibratoire, auxquels sont associés des "quantons" qui sont les manifestations matérialistes du champ. Néanmoins les champs quantiques sont plus que des abstractions, bien que ce qui les constitue n'a plus rien de matériel sans être pour autant le vide. Les champs quantiques sont les supports de ce que Guitton appelle l'esprit de réalité. L'opposition millénaire esprit-matière disparaît dans cette conception nouvelle. L'esprit et la matière ne sont plus que les deux aspects d'une seule et même réalité.

L'esprit, émanant d'une intelligence pure affranchie de toute contingence de temps et d'espace, n'est rien d'autre qu'une intelligence active, chargée d'informations, et qui dirige l'évolution par une complexification croissante.


Inti a écrit:Du genre :


Oiseau du paradis a écrit:Le theravada distingue rigoureusement le nirvana du monde phénoménal ou samsara. Dans les sutras pali du theravada on ne trouve pas la moindre allusion que cette réalité, le nirvana, soit métaphysiquement indiscernable à un niveau profond de son contraire évident, le samsara. En fait, pour le Theravada, l’antithèse samsara/nirvana est la base de la quête pour la libération. S’il n’y avait pas de différence toute idée de libération du monde samsarique imparfait serait inutile. Je ne vois donc pas en quoi l'affliction est plus métaphysique que la joie. Je bifferais donc toute allusion à cet effet


Inti a écrit:Ça c'est du gros calibre. :shock: :hi:


Ceci s'adressait à l'esprit de bottines du dualisme dont les ramifications en beurrent pas mal trop épais depuis l'avènement du nouvel-âge. Mais si le chapeau te va, met-le. Pour ma part, j'ai bien mieux en termes d'unité.

Toutes les parties du monde créé sont parties d'un seul tout. Il n'y a qu'une seule intelligence primordiale qui guide l'univers même si les savants distinguent encore quatre forces fondamentales : la gravité, les champs électromagnétiques, les interactions nucléaires faibles et fortes. Beaucoup commencent cependant à penser qu'il s'agit de différentes modalités d'un même principe.

La loi de Dieu est une, l'évolution de l'existence est une, l'ordre divin est un; les êtres, faibles ou forts, sont soumis à une loi et à un ordre uniques. - Abdu'l-Baha

Ça c'est ce que j'appelle un discours qui se tient; du calibre quoi. Un colonne vertébrale et ça urge Homer ! (homer)
Modifié en dernier par Oiseau du paradis le 20 Juin 2018, 22:24, modifié 1 fois.

Inti

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7396
Enregistré le: 20 Juil 2013, 14:00

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 19:26

Vais je me donner un défi en commentant ce qui est du parasitage mystique des avancées scientifiques. D'autant plus que les spiritualistes ont toujours défendu le dualisme esprit et matière et que s'ils se ravisent c'est bien sous l'influence et ténacité des physicalistes ou matérialistes qui ont toujours plutôt favorisé le " monisme". D'autant plus encore une fois que tu te contentes de citer les éculubrations de "sommités" en guise d'échange.

Sur le plan de la connaissance, le monisme interdit de dissocier les sciences de la nature et celles de l'esprit. L'ensemble de la science est alors représenté comme un édifice solidaire[2]. Il établit également un rapport étroit entre la philosophie et la science


Oiseau du paradis a écrit:L'esprit, émanant d'une intelligence pure affranchie de toute contingence de temps et d'espace, n'est rien d'autre qu'une intelligence active, chargée d'informations, et qui dirige l'évolution par une complexification croissante.

Tiens! Le dessein intelligent qui entre par la fenêtre comme un voleur. Un "esprit émanant d'une intelligence pure affranchie de toute contingence de temps et d'espace" est un dualisme physique et métaphysique. Assimile bien les notions et concepts que tu prétends manipuler.

Oiseau du paradis a écrit:Toutes les parties du monde créé sont parties d'un seul tout. Il n'y a qu'une seule intelligence primordiale qui guide l'univers même si les savants distinguent encore quatre forces fondamentales : la gravité, les champs électromagnétiques, les interactions nucléaires faibles et fortes. Beaucoup commencent cependant à penser qu'il s'agit de différentes modalités d'un même principe

Ah Ben oui. Tout le monde sait que théorie quantique, 4 forces de l''univers, force gravitationnelle, théorie de la relativité ont été initié par l'intuitionnisme bahaie. Ce même principe la science tente de l'identifier sous la forme d'une théorie du tout. Même sen no sen pensait l'avoir trouvé dans sa thermodynamique de l'évolution. Toi tu crois l'avoir trouvé avec bahaulla et sa gloire du divin. Déjà vu. Passer des frères Bogdanov à Einstein via George Lemaître et cie faut le faire question confusion des idées.

Oiseau du paradis a écrit:La loi de Dieu est une, l'évolution de l'existence est une, l'ordre divin est un; les êtres, faibles ou forts, sont soumis à une loi et à un ordre uniques. - Abdu'l-Baha

Ça c'est ce que j'appelle un discours qui se tient; du calibre quoi. Un colonne vertébrale et ça urge Homer !

Là tu prends tes rêves pour la réalité scientifique. Tu as besoin de fantastique? Lis de la science fiction ou du romanesque. Mais arrêtes d'essayer de faire concorder science et mysticisme. :hi:

Oiseau du paradis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 844
Enregistré le: 31 Jan 2017, 15:52

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 21:58

Ça y est; chassez le naturel et il revient au galop. La colonne vertébrale d'Homer vient de s'affaisser en régurgitant encore son fiel. Je parie que les prêts-à-porter de sa carte-mère suivront la même trajectoire vers le trône de son bidet. Que voulez-vous ? Étiqueter pour mieux régner est l'un des vices cachés de son mème philosophique.

http://dict.xmatiere.com/suffixes/mots_ ... n_isme.php :shock:

Ceci dit, je passe maintenant à la deuxième section du message initial qui se penche sur des multivers à la sauce Darwin. Je vais donc perroqueter de nouveau avec les notions préhistoriques provenant de mes maîtres à penser puisque l'opinion de la foi baha'ie n'est pas prise en compte dans l'énoncé.

Claude De Bortoli a écrit:Le concept obsolète de "Dieu créateur"

En Croyance le concept de "Dieu créateur" est vrai mais obsolète depuis la découverte de la métamatière. En effet, l'entité au-delà du Matériel que le génie en Croyance Abraham avait découvert il y a 4000 ans et avait appelé Dieu et que d'autres génies en Croyance après lui, Moïse, Jésus, Mahomet ont adapté à leur peuple est en fait un univers aussi puissant que notre univers de matière : L'univers de métamatière. Les deux univers vivent en symbiose et s'échangent leur énergie.

L'univers de métamatière est créateur de fratries humaines chez son partenaire l'univers de matière par l'intermédiaire de l'intelligence humaine.

Le Terrien, fratrie humaine habitant la planète Terre, au milieu d'une infinité d'autres fratries humaines habitant une infinité de planètes habitables, a été créé par la nature de métamatière à travers l'intelligence d'une ou de plusieurs fratries humaines lesquelles ont provoqué sciemment sur Terre une ambiance favorable aux mammifères qui se sont développés jusqu'à leur apogée : le Terrien.

Le Terrien est issu d'une création - une action intelligente dans un milieu instinctif - suivie d'une évolution dans une matrice mammifère, du mammifère primitif à l'Australopithèque et de l'Australopithèque à l'Homme de Cro-Magnon.

La biodiversité issue de sa domination est quand à elle issue seulement d'une évolution.


L'embryon humain a pu, à un moment donné de sa croissance, ressembler à un poisson, avec des branchies et une queue, mais ce n'était pas un poisson. C'était un embryon humain. De même, l'espèce humaine au cours des stades variés de son long développement, peut avoir ressemblé superficiellement à diverses espèces d'animaux inférieurs; c'était néanmoins déjà le genre humain, doué de ce mystérieux pouvoir latent lui permettant d'acquérir les caractéristiques humaines que nous lui connaissons aujourd'hui et, bien plus, de développer dans l'avenir des êtres hautement perfectionnés. Ceci est très différent de la théorie transformiste selon laquelle l'homme descendrait du singe ou d'un mammifère.

Et pour appuyer cette notion tirée des écrits baha'is, voici un résumé de mon cru en réponse à une question qui me fut posée sur un autre forum à savoir si la conscience est programmée de la même façon indépendamment des règnes du Vivant.

La conscience renvoie aux connaissances, au savoir, aux idées et finalement à l'esprit. Quel que soit le chemin que notre réflexion emprunte, nous retombons systématiquement sur une polarité ou dialectique entre une réalité qui transcende (conscience) et à une réalité physique (intellect). Aborder ce thème revient donc à réfléchir sur la relation entre le monde sensible objectif et le monde non sensible subjectif.

Sur cette planète, seul le règne humain est doté de conscience mais elle n'est pas acquise à la naissance bien que présente à l'état latent. Bref, dans la différenciation de la vie du monde de l'existence, nous retrouvons quatre degrés: le minéral, le végétal, l'animal et l'humain.

Grosso modo, le minéral possède la propriété de cohésion. Le végétal contient des attributs de cohésion et de croissance. L'animal comprend les vertus du minéral et du végétal, auxquelles s'ajoutent les sens et l'instinct. L'humain, quant à lui, embrasse tous les éléments des règnes inférieurs en plus d'être doté de la faculté de raisonnement et de la puissance de l'esprit conscient qui lui permettent non seulement de pénétrer et découvrir les lois de la nature mais de les amener du monde de l'invisible au plan du visible.


Voili, voilou... tout y est ou presque quant à mes commentaires sur cette 2e partie de l'exposé initial. Quant au reste, je vais y revenir si une idée géniale me traverse l'esprit. Sinon, bonne continuité à ce fil.
Modifié en dernier par Oiseau du paradis le 20 Juin 2018, 22:48, modifié 1 fois.

Inti

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 7396
Enregistré le: 20 Juil 2013, 14:00

Message Sujet: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Titre du message: Re: Métamatière, éternité et renouvellement

Message Ecrit le 20 Juin 2018, 22:07

Oiseau du paradis a écrit:Étiqueter pour mieux régner est l'un des vices cachés de son mème philosophique

C'est ça "isme" comme dans bahaïsme et concordisme. :hi:


Retourner vers GÉNÉRAL Libre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 12 invités