Entre le jihad et le terrorisme...

Apprendre sur l'Islam religion de Mohammed


Religion de l'Islam
La religion musulmane l'Islam, se veut une révélation en langue arabe de la religion originelle d'Adam, de Noé, et de tous les prophètes parmi lesquels elle place aussi Jésus. Ainsi, elle se présente comme un retour à la religion d'Abraham (appelé, en arabe, Ibrahim par les musulmans) du point de vue de la croyance, le Coran le définissant comme étant la voie d'Ibrahim (millata Ibrahim) c'est-à-dire une soumission exclusive à Allah.
'Abd asSalam

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 367
Enregistré le: 28 Sep 2014, 16:35

Message Sujet: Entre le jihad et le terrorisme...

Message Titre du message: Entre le jihad et le terrorisme...

Message Ecrit le 25 Jan 2018, 04:44

Louange à Allah, Celui qui guide vers la vraie foi, puis que les éloges d'Allah et la paix soit sur celui qui a dit: "Il ne sera pas fait miséricorde à celui qui ne fait pas miséricorde", Mohammed le Messager du Tout Miséricordieux vers l'ensemble des humains.

Pour prévenir d'un mal, il faut savoir le définir correctement. Tout d'abord, soyons donc d'accord sur ce qu'est que le terrorisme.
"Le terrorisme (al irhab) est l'agression perpétrée par des personnes, des groupes ou des Etats injustement contre l'humain, dans sa religion, son sang, sa raison, son argent, sa personne. Ceci englobe les types d'intimidation, de persécution, de menace et de meurtre sans droit, tout comme ce qui a un lien avec la mafia et le banditisme.
Ceci, ainsi que tout acte de violence ou menace entrant dans l'exécution d'un projet criminel individuel ou collectif ayant pour but de semer la peur contre les gens, ou de le terroriser en les persécutant ou de mettre en danger leur vie ou leur sécurité (...).
Tout ceci sont des illustrations de la corruption qu'Allah - glorifié et élevé soit-Il - a interdit aux musulmans, Il - élevé soit-Il - a dit (selon le sens): { Et ne recherche pas la corruption sur terre. Car Allah n'aime point les corrupteurs. } [Al Qasass (28), 77]." Fin de citation.
Telle est la définition légiférée établie à La Mecque lors du 16ieme séminaire de la "Ligue islamique mondiale" entre le 21 et 28 du mois de Chawal 1422 (soit du 5 au 12 Janvier 2002).
منقول من كتاب الإرهاب الأسباب والعلاج

Le terrorisme est une attaque injuste contre un ou des individus méritant la sécurité.
Cela se caractérise par une aliénation des idées et une vision obscure des relations entre les gens. Par exemple l'idée que la "modernité" est un mal ou le fait de qualifier de "moderne" tout ce qui n'a pas de lien avec l'Islam.

La première cause du terrorisme a un lien direct avec la personnalité du terroriste, son état psychologique et l'évolution de ses idées. Au lieu de balayer bêtement le rôle de la psychiatrie, il faudrait mieux donner à chacun les clés pour remédier au terrorisme. C'est en fait un travail multidimensionnel et altruiste dans lequel l'égoïsme et l'égotisme n'a pas de place.
Le terroriste est un corrupteur sans repères religieux fiables. En lui bouillonne la solitude. En lui se bouscule les considérations circonstancielles, les changements et les revirements de situations en lien avec le fil des événements dans notre monde.
L'ignorance de l'Islam chez les terroristes se revendiquant de l'Islam, ou voulant œuvrer pour l'Islam, est souvent si profonde que cela dépasse toute imagination. Ils ne distinguent pas entre un appel au Paradis et un appel au sectarisme auto-destructeur menant en Enfer. Pourtant l'apprentissage de l'Islam pour l'agrément d'Allah guide vers l'ouverture d'esprit, le bien être et la stabilité des idées. Ceci, sans oublier que c'est surtout et avant tout le chemin vers le Paradis.

Le terrorisme est extra jihad. Il n'est pas l'intimidation de l'ennemi trouvable dans le Livre d'Allah, mais il est une inimité et une oppression incompatible avec le jihad dans le sentier d'Allah. Il est une transgression des commandements d'Allah dans le sentier de l'ignorance, l'imprudence, l'impatience, et le sentier des troubles.
Le terrorisme ne sort jamais de l'injustice et il est sujet aux multiples contradictions. Ceci, tandis que le jihad fait partie de l'Islam, une religion qui interdit toute injustice. A l'opposé du terrorisme, le jihad a ses causes, ses conditions, ses règles et ses limites. Ayant une maladie en eux, certains jouent avec les mots pour consolider les amalgames. Ils voudraient détruire la distinction entre le terrorisme et le jihad. Ceci est clairement un déni de réalité et une posture hypocrite partant d'une mauvaise intention. En effet, car en Islam la condamnation du crime et de la corruption n'est jamais une simple nuance relative, adaptable ou modifiable en fonction des passions et des situations.
Ce sujet est au coeur de la société. Le malheureux perdant est cet insouciant qui laisse s'infiltrer dans son coeur des croyances autres que la réalité. Ceci se nomme le mensonge. C'est une perversité qui mène en Enfer. Le voleur ne pourrait voler que ton argent, mais le menteur peut voler ta raison, ta saine nature et ta foi en Allah.
La crainte d'Allah et la sincérité envers Lui demeurent la grande dissuasion empêchant de basculer dans le mal.
Tout comme nous ne pouvons pas mettre en danger des âmes sacrées, la prévention du terrorisme ne peut pas être le monopole des charlatans rancuniers. Nous ne pouvions pas éteindre le feu des troubles en y jetant dessus des combustibles. Résilier avec le terrorisme dit jihadisme commence par stopper l'attraction de l'idéologie kharijite. Hélas, beaucoup de gens sont comme un malade ignorant de la médecine voulant se soigner par lui même alors que près de lui se trouve un excellent médecin. Le Messager d'Allah (salla Allahu 'alayhi wa salam) est le médecin des coeurs et le coeur d'un humain ne peut se reformer que par la connaissance de son message avec la foi en lui.

L'imam Ibn Taymiya a dit: "Le combat est pour celui qui nous combat si nous voulons exposer la religion d'Allah, ceci, car Allah a autorisé de tuer des âmes en cas de besoin pour le bien des gens. Il a dit (selon le sens): {La mécréance (ou l'idolâtrie; la fitnah) est plus grave que le meurtre} [Al Baqarah, 191], cela signifie que même si il y a un mal et une corruption dans le fait de tuer, il y a dans la fitnah des kouffar du mal et de la corruption étant pire que cela. Celui donc qui n'empêche pas les musulmans d'établir leur religion d'Allah, sa mécréance ne nuit que à lui même." Majmou' al fatawa 28/354.
Noyés dans leur entêtement si étrange que satanique, les khawarij contemporains se comportent comme si il n'y avait pas de temps de paix en Islam mais uniquement l'ordre de la guerre en tout temps... Cependant l'égarement ne s'arrête pas ici, puisque leur conception de la guerre et du combat n'a pas de lien avec la miséricorde absolue de l'Islam. En effet, il n'y a pas de Texte indiquant qu'aucun mécréant n'est épargné au moment du combat, bien au contraire comme l'a expliqué l'imam Ibn Taymiya dans ce que j'ai traduis ci dessus.
Sa parole est générale. Nous trouvons aussi plein de détails chez les pieux prédécesseurs. Ainsi, l'exégète du Livre d'Allah et cousin du Messager d'Allah (salla Allahu 'alayhi wa salam); AbdouLlah ibn 'Abbas a dit en expliquant l'interdiction de transgresser dans le verset 190 de sourate al baqarah: "Ne tuez pas les femmes, ni les enfants, ni un vieux, ne tuez pas non plus un malade, ni un aveugle, ni un moine et ni un esclave." (Tafssir Ibn Abi Hatim). Il y a aussi unanimité que le Prophète (salla Allahu 'alayhi wa salam) a interdit de tuer les femmes et les enfants. Rapporté (sous différentes versions toutes authentiques) par l'imam Malik, Al Boukhari, Mouslim et Abou Daoud.

Les savants ont aussi dit qu'il est interdit de tuer le travailleur, l'artisan, le domestique ainsi que l'handicapé physique ou mental. De plus, le calife droit Omar ibn Al-Khattab a interdit de tuer les agriculteurs en disant: "Craignez Allah dans les paysans qui ne vous ont pas déclarés la guerre." Idem pour l'imam Al Awza'i.

En se penchant sur l'Histoire, nous constatons que les ennemis de l'Islam pratiquaient un terrorisme sans limite. Alors que les guerriers non musulmans atteignent des sommets inhumains dans l'injustice, l'Islam, la seule vraie religion d'Allah approuve la sacralité des civils non combattants.

Comme l'ont dit Mohammed Raslan, AsSan'ani et l'imam Ibn Taymiya, l'avis authentique est celui de la majorité des savants de l'Islam; que le motif autorisant de tuer les mécréants est le fait qu'ils déclarent la guerre aux musulmans. En effet, car si leur mécréance serait le motif, le Messager d'Allah (salla Allaho 'alayhi wa salam) n'aurait pas ordonné d'épargner les enfants et les femmes d'entre eux. De plus, il n'aurait pas indiqué le redoutable châtiment de celui qui tue un non musulman se trouvant sous la protection des musulmans. La Sounna rejoint ainsi le Qur'an.

Ceci dit, le terrorisme kharijite se dirige avant tout contre les musulmans et leurs responsables quand ceux-ci font des fautes ou ce qui est perçu comme péché par les kharijites. Pourtant, comme a dit l'imam Al Mou'alimy (1386 H.): "Les musulmans ont expérimenté la rébellion (contre leur gouverneur) et ils n'ont vus d'elle que le mal."

L'imam Badr A-dine Ibnou Jama'a (639 – 733) a dit: "Si il se produit de l'imam ou du sultan ce qui fait de lui un pervers, il n'est pas destitué pour autant de son imamat; pour cause de ce que cela engendre comme perturbation et convulsion (trouble). Au contraire du quaddi (le juge) si il advient de lui la perversité (al fousq), le plus juste est qu'il se fait destituer." Al-Jami' A-Ra-iq, p. 253.
L'imam Al Baghawi (571 H. – 1122 G.) a dit: "Allah a envoyé l'ensemble de ses Prophètes avec l'institution de la religion, la concorde, le groupe en union (al jama'a) ainsi que le délaissement de la division et de le divergence." Tafssir Sourate A-Choura (42), verset 13

Le savant AbdAllah ibn AbdeRahman Al-Basam (1423 – 2002), rahimahouLlah a dit :
« Celui qui médite sur la vie du Prophète (صلى الله عليه وسلم) constatera qu’il n’a jamais contraint à embrasser sa religion, ou qu’il n’a combattu que ceux qui le combattaient ; au contraire ceux qui concluaient avec lui une trêve, il la respectait tant qu’eux la respectaient, et il n’a jamais rompu son pacte.
Plus encore, Allah (سبحانه وتعالى) lui a accordé de respecter son engagement vis-à-vis d’eux, tant qu’ils le respectaient, ainsi Allah (سبحانه وتعالى) dit (selon le sens): { Tant qu’ils se montreront droits (ou loyaux) envers vous, soyez droits envers eux. Car Allah aime les pieux (al-muttaqûn). } [S. At-Tawbah (9), v.7]
Et lorsqu’il est arrivé à Médine, il a établi un traité de paix avec les Juifs et a accepté qu’ils gardent leur religion; et ce n’est que lorsqu’ils l’ont combattu et ont rompu ce pacte qu’il les a combattus. De même, ce sont les mécréants de Quraysh qui ont cherché à le combattre, comme pour la bataille de Uhud ou la bataille du fossé, de même pour la bataille de Badr, ce sont eux qui se sont dirigés vers lui, et s’ils s’en étaient allés, il ne les aurait pas combattus. L’essentiel est que personne n’a jamais été contraint d’embrasser sa religion, et les gens ne l’ont embrassé que par choix. La plupart des gens ont embrassé l’Islam lorsque la guidée et le fait qu’il soit le Messager d’Allah leur sont apparus. » Tawdih Al-Ahkam vol. 6, page 333, 334, traduction AbdAllah abou AbdiLlah Al-franssy

La haine envers l'Etat saoudien est un des symptômes les plus flagrants de l'idéologie terroriste et kharijite.
Ch. Soulaymane Ar-Rouhayli (savant de Médine, hafidhahuLlah) a dit: "Le savoir (al 'ilm), la justice (al 'adl), la civilité (al mourou-a) et la raison; ces quatre choses sont celles qui empêchent l'humain de tomber dans le mal et ceux-là (les khawarij) sont en perte de ces quatre choses."
Puis, il raconta l'histoire réelle d'un homme qui a grandi orphelin avec son cousin. Un jour il est partit se former pendant une session de 40 jours dans l'armée saoudienne... Quand il est revenu chez lui, son cousin l'a invité à une promenade dans le désert avec son frère. Il l'a ensuite ligoté; l'un d'eux filme pendant que l'autre le tua...
Allah a dit (selon le sens): { Certes, Allah ne fait pas prospérer ce que font les corrupteurs. } [Younous, 81].

L'imam Abou Bakr Mohammed ibn Al-Walid At-Tourtouchy (451 - 520 H.), rahimahouLlah, a dit: "Sache, qu'Allah te guide, que l'époque est le contenant de ses gens. La tête du contenant est meilleur que son fond, tout comme le haut de la cruche est plus clair et plus pur que son fond. Si donc tu dis: "Les rois d'aujourd'hui ne sont pas comme les rois d'avant", également, les gouvernés ne sont pas comme ceux d'avant. Et que tu blâme ton émir par rapport aux récits et eux exploits des émirs d'avant n'est pas plus vrai et méritoire que ton émir te fasse reproche s'il se penche sur les récits des gouvernés d'autrefois. Si donc le sultan te fait oppression, tu dois alors patienter et le péché revient sur lui." Siraj Al moulouk p.115, par le biais de Jami' Ar-ra-iq de Mahmoud All 'Awadd

Se regrouper pour se rebeller contre un dirigeant musulman fait partie du terrorisme définit ci dessus, ceci car le Messager d'Allah (salla Allahu 'alayhi wa salam) a interdit de combattre les dirigeants musulmans. Cette prohibition de la révolte et de la révolution en Islam est un signe de la miséricorde d'Allah; le mal qu'il peut y a avoir dans l'injustice d'un dirigeant musulman envers certaines personnes est un mal moindre par rapport aux troubles qu'engendre la guerre contre lui.

Abou Mansour Al-Azhari Al-Harawy (282 - 370) a dit: "L'homme qui se frotte à sa religion est celui qui s'exerce dans les troubles (fitan) et les construit. Il sort contre son imam (le gouverneur) et nuit donc à sa religion, sans non plus que son exagération en elle lui soit bénéfique. Ceci, comme un chameau galeux parmi les chameaux quand il se frotte contre un arbre; cela le fait saigner et il ne guérit pas pour autant de sa gale." Tahdhib al-lughat 295/12, Al-Jami' Ar-ra-iq p. 194

Parmi les idées malsaines des terroristes kharijites, il y a le fait d'assimiler systématiquement l'amour d'un pays au nationalisme qui est contraire à l'Islam. En effet, il y a souvent dans leurs paroles un rejet exagéré du patriotisme (wattaniya) et du nationalisme. Cela va parfois jusqu'à un rejet du passeport et de la nationalité. Or, comme a dit Mohammed Raslan (le 13/02/1436 - 5/12/2014):
"L'affiliation à un Etat ou un pays de naissance et d'enfance ne contredit en rien l'affiliation à la communauté de l'Islam, tant que sont respectés en cela les limites de l'Islam." Voir ici en arabe. Le titre du livre se traduit par "L'Islam: miséricorde dans la paix et la guerre" et la citation se trouve p. 69.

Selon certains savants, le calife droit Omar ibn Al Khattab aurait dit: "Allah a donné longue vie aux pays par l'amour des patries."
Le pieux savant AbdeSalam ibn Barjass a dit: "L'amour du musulman pour sa patrie (watan) qui a été établit dans l'Islam et qui est devenu la patrie des musulmans, ainsi que leur pays, est un amour légiféré, à la fois naturel et religieux...".
Plus loin dans l'audio il cite la parole des enfants d'Israël au temps de Moussa (selon le sens): { Et qu'aurions-nous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, alors qu'on nous a expulsé de nos maisons et qu'on a capturé nos enfants? } [Sourate al-baqarah, v. 246]
Puis il dit: "Celui donc qui a une nature saine et une religion droite trouve dans son coeur la sacralité de son pays comme la sacralité de sa famille, de ses parents et de ses frères. Ainsi, certains sages ont dit: La terre d'enfance se plante dans les âmes une sacralité tout comme la naissance plante dans le coeur une douceur."

Aussi, l'imam Ahmad An-Najmi a expliqué il y a plus de douze ans dans sa réfutation du khariji Al-Maghrawi, qu'il y a dans la nationalité, les cartes d'identités, les passeports et les frontières (qui ne datent pas du colonialisme) des intérêts évidents pour les musulmans. Voir en arabe "A-dourar An-najmiya" p. 161.

On remarque aussi qu'avec sa haine totale envers l'Islam, le tyran libyen Mo'ammar Al-Qadafi avait quasiment le même type de mensonge contre l'Arabie Saoudite que Oussamah ben Laden. La méthode: laisser apparaître un semblant d'amour pour l'Islam pour en fait attaquer l'Etat qui respecte le mieux l'Islam et fait des efforts considérables pour le bien des musulmans dans le monde entier (formation et envoi de prêcheur, bonne organisation du pèlerinage, offre de livres, etc.)

Il y a en notre temps des efforts de certaines personnes pour affaiblir les musulmans. Pour cela, il y a le fait que les décrets et les conseils concernant le jihad soient le domaine privilégié des insolents et des hypocrites en lieu et place des grands savants. C'est une volonté satanique récurrente voulant que l'amour du jihad mène les musulmans (ignorants) vers la colère d'Allah et le châtiment douloureux.
Dans une chronique de Décembre 2007, Romain Caillet présente l'imam Al-Albani comme un "opposant au jihad" et une "référence quiétiste"...
De part sa piété, sa détermination dans l'apprentissage et sa persévérance dans cette voie sublime qui mène au Paradis, l'imam Al-Albani est devenu une référence dans tout les domaines de l'Islam. Il n'a jamais été un "opposant au jihad", bien au contraire comme nous pouvons toujours l'entendre dans ses cassettes. Mais de par sa science de l'ordre d'Allah, il mettait en garde contre les révolutions, les attentats suicides et l'exagération dans le takfir, n'en déplaisent aux intrus qui veulent intégrer ces choses dans le jihad et les valeurs islamiques.
Romain Caillet ressemble à ces "journalistes" mécréants qui il y a déjà plus de 20 ans sortirent des Etats-Unis et de l'Angleterre vers le Pakistan pour s'assoir avec Oussama ben Laden et colporter son discours corrompu.

Les terroristes utilisent aussi la devise "la fin justifie les moyens", voir ici: http://vers-le-firdaws.blogspot.com/201 ... visme.html
AbdeSalam
http://vers-le-firdaws.blogspot.com/201 ... riste.html


Retourner vers Religion de l'Islam

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 36 invités