Comprendre le Coran

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.



Dialogue islamo-chrétien
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
Charaf-eddine

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 726
Enregistré le: 18 Mar 2010, 20:02

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 21 Avr 2010, 15:47

tortuegeniale a écrit:mieux comprendre l islam, les guerres de mahomet, ses razzias, ses femmes, l actualite sur les derives de l islam dans le monde........

http://www.islamajesus.com

-


Lol,tu veux parler du WC.Islamajesus
? :d

Yass

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1925
Enregistré le: 28 Mar 2010, 14:44

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 21 Avr 2010, 15:47

:mrgreen: :lol: :twisted:
« 15.94 Proclame donc hautement les ordres que tu as reçus et détourne-toi des idolâtres ! 95 En vérité, Nous Nous chargeons des persifleurs, »

Maried

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 910
Enregistré le: 03 Mar 2010, 10:30

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 22 Avr 2010, 10:58

tortuegeniale a écrit:mieux comprendre l islam, les guerres de mahomet, ses razzias, ses femmes, l actualite sur les derives de l islam dans le monde........

http://www.islamajesus.com

-

(y)
ce site ne fait pas dans la langue de bois de l' islamiquement correct
Image

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12798
Enregistré le: 21 Juil 2009, 14:04

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 11 Oct 2016, 11:06

« La Jizya islamique, réalité et fiction », par Raymond Ibrahim



Un article de Raymond Ibrahim, publié ici et traduit par @nounpopulus (son blog)

La demande des musulmans aux non musulmans, « les infidèles », de payer la jizya –au risque de mourir– ne cesse d’augmenter, alors que l’Occident oscille entre n’avoir aucune idée de ce qu’est la jizya et penser que la jizya n’est qu’un exemple de « tolérance » islamique.

Dans une vidéo de l’État islamique montrant le massacre de 30 éthiopiens chrétiens en Libye en avril dernier, le porte-parole indiquait plusieurs fois que le paiement de la jizya (que les migrants éthiopiens appauvris ne pouvaient payer, ni les 21 coptes avant eux) était le seul moyen pour les chrétiens du monde entier de préserver leurs vies :

« Mais quiconque refuse de payer la jizya ne verra rien d’autre de nous que le bout de la lance. Les hommes seront tués et les enfants seront réduits en esclavage, et leurs biens seront pris en guise de butin. Ceci est le jugement d’Allah et de son messager. »

Quand l’Etat islamique envahit d’anciennes régions chrétiennes autour de la Plaine de Ninive en juin dernier, il déclara : « Nous leurs offrons (aux assyriens chrétiens) trois choix : l’islam, le contrat de dhimmitude (sous entendu le paiement de la jizya), et s’ils refusent, ils n’auront rien d’autre que le sabre. »

L’Etat islamique n’est pas le seul à demander la jizya aux chrétiens « infidèles ». En 2002, le cheikh saoudien Muhammad bin Abdul Rahman, alors qu’il discutait de la prédiction du prophète affirmant que l’islam irait conquérir Rome, affirmait : « Nous contrôlerons le territoire du Vatican, nous contrôlerons Rome et nous y introduirons l’islam. Oui, les chrétiens nous paieront la jizya, en signe d’humiliation, ou ils se convertiront à l’islam. »

Dans une récente vidéo postée, le cheikh Issam Amira dans un sermon à la mosquée Al Aqsa, se lamente que trop de musulmans pensent que le jihad n’est que pour se défendre contre les envahisseurs, alors qu’en fait les musulmans sont aussi obligés de mener une guerre offensive contre les non musulmans :

« Quand vous êtes face à l’ennemi païen, appelez-le à se convertir à l’islam, ou demandez l’aide d’Allah et combattez-le. Même s’il ne vous combat pas, combattez-le ! Combattez-le ! Quand ? Quand il vous combat ? Non, quand il refuse de se convertir à l’islam ou qu’il refuse de payer la jizya. Que ça leur plaise ou non, ils se soumettront à l’autorité d’Allah. »

En bref, si l’État islamique impose la jizya aux infidèles, les exigences pour son retour sont en augmentation dans le monde musulman. Si le chef salafiste égyptien, Abu Shadi, stipulait que les coptes « devaient se convertir à l’islam, payer la jizya, ou se préparer à la guerre », Dr. Amani Tawfiq, une professeure à l’université de Mansoura en Égypte, a déclaré que « si l’Égypte veut lentement mais sûrement sortir le pays de la pauvreté, la jizya devait être imposée aux coptes. »

LA DOCTRINE ET L’HISTOIRE DE LA JIZYA

Le terme « jizya » apparaît à la sourate 9:29 du coran :

« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés. »

Dans un hadith, Mahomet appelle régulièrement les musulmans à imposer la jizya aux infidèles :

« S’ils refusent d’accepter l’islam, demandez leur la jizya. S’ils acceptent de payer, acceptez leur choix et tenez à distance vos mains. S’ils refusent, demandez l’aide d’Allah et combattez les. »

Le deuxième calife « bien-guidé », Omar al-Khattab, a ordonné que tout infidèle qui refuse de se convertir « doit payer la jizya par humiliation et humilité. S’il refuse, c’est le sabre sans clémence. »

Selon l’Encyclopédie de la civilisation médiévale islamique, « les juristes musulmans sont venus à penser que certaines répressions et humiliations de la dhimmitude sont de rigueur. On exige des dhimmis [les chrétiens et juifs soumis à la loi islamique], de payer la jizya en plein jour, les paumes de mains levées, et de recevoir une claque sur le front ou sur la nuque par l’officier chargé de collecter la taxe. »

Certains juristes islamiques ont mandaté d’autres rituels humiliants lors du paiement de la jizya, où l’officier qui préside frappe, étrangle, et dans certains cas, tire sur la barbe du dhimmi, et à qui on peut même demander de s’approcher de l’officier à quatre pattes.

Pour faire simple, les non musulmans vaincus doivent acheter leur vie, sur laquelle une amende a été imposée par les conquérants musulmans, avec de l’argent. Au lieu de prendre leur vie, ils leur prennent leur argent. Selon un juriste médiéval : « leur vie et leurs possessions sont seulement protégées par le paiement de la jizya. »

Dans le passé comme au présent, les musulmans ont immensément profité des peuples conquis par le système de jizya.

Amr bin al-As, le compagnon de Mahomet qui conquit l’Égypte chrétienne en 640, a torturé et tué tous les coptes qui essayèrent de cacher leur fortune. Quand un copte lui demandait « Combien faut-il payer pour la jizya ? », le héro islamique répondait: « Si tu me donnes tout ce que tu possèdes –du sol jusqu’au plafond– je ne te dirais pas combien tu me dois. A la place, vous (les chrétiens) êtes notre sac à trésor, comme ça, si nous sommes dans le besoin, vous serez aussi dans le besoin, et si ça se passe bien pour nous, ça le sera aussi pour vous. »

Même cela ne fut pas assez. Plus tard, le calife Uthman avait réprimandé Amr bin al-As parce qu’un autre gouverneur d’Égypte avait réussi à augmenter la fortune du califat en doublant ce qu’Amr avait. Selon Uthman, ces « chameaux (appartenant aux coptes chrétiens) produisaient plus de lait. » Des années plus tard, un autre calife, Suliman Abdul Malik, écrivit au gouverneur d’Égypte, le conseillant « de traire la chamelle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lait et qu’il en sorte du sang. »

Pas étonnant que l’Égypte soit passée d’une majorité chrétienne au VIIe siècle, à l’Égypte actuelle avec à peine 10% de coptes, en constante diminution, à cause des persécutions qui ne s’arrêtent guère.

Institutionnaliser la jizya est une notion islamique qui permet de s’adonner au butin dès que possible. L’Encyclopédie de l’islam affirme que la jizya « avec ou sans justification doctrinale, et demandes arbitraires (pour l’argent) apparaissent à chaque fois. » Le voyageur médiéval Marco Polo, dont les chroniques sont réputées impartiales, a fait une observation intéressante concernant les musulmans à Tauris (Irak actuel) au XIIIe siècle :

« Selon leur doctrine (l’islam), tout ce qui est volé ou pillé des gens issus d’une confession différente, est acquis, et le vol n’est pas un crime. Tandis que ceux qui sont blessés ou sont morts par la main des chrétiens [au cours de ces raids] sont des martyrs. Ces principes sont communs à tous les Sarrasins [musulmans]. »

Pour le cheikh contemporain Abu Ishaq al-Huwaini, concernant ce que le monde musulman doit faire pour surmonter les problèmes économiques :

« Si nous pouvons mener une invasion djihadiste au moins une fois par an ou si possible deux ou trois fois, alors beaucoup de personnes sur terre deviendraient musulmanes. Et tous ceux qui nous empêchent de faire notre dawa [invitation à se convertir] ou se mettent en travers de notre chemin, alors nous devons les tuer ou les prendre en otages et confisquer leurs biens, femmes et enfants. De telles batailles permettront de remplir les poches des moudjahidins [combattants de la guerre sainte] qui pourront retourner à la maison avec trois ou quatre esclaves, femmes et enfants. Cela peut être un business profitable si on multiplie chaque tête de 300 ou 400 dirham. Cela peut être l’équivalent d’un abri financier par lequel un djihadiste, en temps de besoin financier, peut toujours vendre l’une de ses têtes. »

C’est ainsi que pendant plus d’un millénaire, les chefs musulmans ont extorqué de l’argent aux infidèles sous leur emprise, de façon légitime, pour en tirer profit.

Cette escroquerie financière s’est terminée grâce à l’intervention européenne. Au milieu du XIXe siècle, les territoires musulmans abolirent un à un la jizya et donnèrent aux non musulmans des droits dont ils ne bénéficiaient pas auparavant – à l’origine, pour apaiser les puissances occidentales, et ensuite par rivalité avec le mode de gouvernement des occidentaux. Le décret Hatti-Humayoun de l’empire Ottoman (1856) abolit la jizya dans de nombreux territoires régit par l’empire. Dans le reste du monde musulman, la jizya fut petit à petit abolie là où les puissances occidentales furent présentes.

Pourtant, aujourd’hui, alors que les musulmans réclament leur héritage islamique – souvent face à l’approbation et à l’encouragement de l’Occident, maintenant sous le charme du multiculturalisme – la jizya, qu’elle soit institutionnalisée sous l’État islamique ou justifiée pour piller les infidèles, est de retour.

Même en Occident, en 2013, un prédicateur musulman britannique qui recevait plus de 25 000 livres par an grâce à des aides sociales, a comparé les contribuables britanniques à « des esclaves » :

« Nous prenons la jizya, qui est de toute façon notre haq (droit en arabe). C’est une situation normale par laquelle nous prenons l’argent des kafirs (les infidèles). C’est normal. Ils nous donnent de l’argent, vous travaillez, et vous nous versez l’argent, Allahu Akhbar (Allah est grand). Nous prenons l’argent. »


LES MENSONGES ACADEMIQUES CONCERNANT LA JIZYA

Pourtant si les musulmans – de l’État islamique jusqu’aux professeurs d’universités égyptiennes – connaissent la vérité sur la jizya, l’Occident semble inconscient, à cause de l’influence de ceux qui font autorité en islam : les universitaires occidentaux et autres « experts. »

Selon John Esposito, directeur du Centre Prince Alwaleed pour une entente entre musulmans et chrétiens, à l’université Georgetown :

« Sur beaucoup d’aspects, la population locale (chrétienne, juive et autres) trouvait la loi islamique plus flexible et tolérante que celle des byzantins ou des perses. Les communautés religieuses étaient libres de pratiquer leur foi et étaient régies par des chefs religieux et des lois dans des domaines tels que le mariage, le divorce, et l’héritage. En échange, il leur était demandé de payer la capitation qui leur donnait droit à la protection islamique pour toute agression extérieure et les exemptait du service militaire. Ainsi, ils étaient appelés « les protégés » (dhimmis). En effet, cela signifiait souvent une baisse des impôts, une plus grande autonomie locale… »

L’idée que la jizya demandée permettait d’acheter « une protection islamique pour toute agression extérieure » n’est que pur mensonge. Son affirmation que la jizya était payée pour les « exempter de tout service militaire » l’est encore plus, comme si les conquérants musulmans auraient même voulu ou accepter que les « infidèles » se battent à leurs côtés au nom du jihad (guerre contre les infidèles) sans d’abord les convertir à l’islam. Et pourtant ces deux mythes sont largement répandus.

En réalité, la jizya est une capitation de protection, non pas des agresseurs extérieurs, mais de leurs propres voisins musulmans. Qu’elle soit issue du premier califat ou du nouvel auto proclamé État islamique, les suzerains musulmans continuent à juger la vie de leurs infidèles sujets, qui doivent l’acheter, en échange d’argent. Les infidèles soumis ne sont que des vaches à lait à traire « jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lait et qu’il en sorte du sang » pour ne pas citer les mots mémorables du calife de l’époque.

Il n’y a rien d’humain, de raisonnable, ou d’admirable dans la demande d’une capitation pour les minorités non musulmanes conquises, comme les universitaires peuvent le prétendre. La jizya n’est qu’une extorsion d’argent.

Son but a toujours été de fournir une protection aux non musulmans des musulmans dans l’ordre qui suit : paie, ou bien convertis-toi à l’islam, ou meurs.

Et ceci est demandé aussi bien dans le coran que dans les hadiths, les deux piliers de l’islam. En bref, la jizya n’est qu’un autre fait lamentable de l’islam (comme le jihad offensif, l’impérialisme, la misogynie, l’esclavage etc.), dont le sens est déformé par les universitaires, mais qui ne peuvent dissimuler la vérité, tandis que le monde reste les bras croisés en regardant sa reprise, au XXIe siècle.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

omar13

[ Musulman ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6842
Enregistré le: 06 Nov 2014, 10:05

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 11 Oct 2016, 12:31

yacoub a écrit:« La Jizya islamique, réalité et fiction », par Raymond Ibrahim



Un article de Raymond Ibrahim, publié ici et traduit par @nounpopulus (son blog)

La demande des musulmans aux non musulmans, « les infidèles », de payer la jizya –au risque de mourir– ne cesse d’augmenter, alors que l’Occident oscille entre n’avoir aucune idée de ce qu’est la jizya et penser que la jizya n’est qu’un exemple de « tolérance » islamique.

Dans une vidéo de l’État islamique montrant le massacre de 30 éthiopiens chrétiens en Libye en avril dernier, le porte-parole indiquait plusieurs fois que le paiement de la jizya (que les migrants éthiopiens appauvris ne pouvaient payer, ni les 21 coptes avant eux) était le seul moyen pour les chrétiens du monde entier de préserver leurs vies :

« Mais quiconque refuse de payer la jizya ne verra rien d’autre de nous que le bout de la lance. Les hommes seront tués et les enfants seront réduits en esclavage, et leurs biens seront pris en guise de butin. Ceci est le jugement d’Allah et de son messager. »

Quand l’Etat islamique envahit d’anciennes régions chrétiennes autour de la Plaine de Ninive en juin dernier, il déclara : « Nous leurs offrons (aux assyriens chrétiens) trois choix : l’islam, le contrat de dhimmitude (sous entendu le paiement de la jizya), et s’ils refusent, ils n’auront rien d’autre que le sabre. »

L’Etat islamique n’est pas le seul à demander la jizya aux chrétiens « infidèles ». En 2002, le cheikh saoudien Muhammad bin Abdul Rahman, alors qu’il discutait de la prédiction du prophète affirmant que l’islam irait conquérir Rome, affirmait : « Nous contrôlerons le territoire du Vatican, nous contrôlerons Rome et nous y introduirons l’islam. Oui, les chrétiens nous paieront la jizya, en signe d’humiliation, ou ils se convertiront à l’islam. »

Dans une récente vidéo postée, le cheikh Issam Amira dans un sermon à la mosquée Al Aqsa, se lamente que trop de musulmans pensent que le jihad n’est que pour se défendre contre les envahisseurs, alors qu’en fait les musulmans sont aussi obligés de mener une guerre offensive contre les non musulmans :

« Quand vous êtes face à l’ennemi païen, appelez-le à se convertir à l’islam, ou demandez l’aide d’Allah et combattez-le. Même s’il ne vous combat pas, combattez-le ! Combattez-le ! Quand ? Quand il vous combat ? Non, quand il refuse de se convertir à l’islam ou qu’il refuse de payer la jizya. Que ça leur plaise ou non, ils se soumettront à l’autorité d’Allah. »

En bref, si l’État islamique impose la jizya aux infidèles, les exigences pour son retour sont en augmentation dans le monde musulman. Si le chef salafiste égyptien, Abu Shadi, stipulait que les coptes « devaient se convertir à l’islam, payer la jizya, ou se préparer à la guerre », Dr. Amani Tawfiq, une professeure à l’université de Mansoura en Égypte, a déclaré que « si l’Égypte veut lentement mais sûrement sortir le pays de la pauvreté, la jizya devait être imposée aux coptes. »

LA DOCTRINE ET L’HISTOIRE DE LA JIZYA

Le terme « jizya » apparaît à la sourate 9:29 du coran :

« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés. »

Dans un hadith, Mahomet appelle régulièrement les musulmans à imposer la jizya aux infidèles :

« S’ils refusent d’accepter l’islam, demandez leur la jizya. S’ils acceptent de payer, acceptez leur choix et tenez à distance vos mains. S’ils refusent, demandez l’aide d’Allah et combattez les. »

Le deuxième calife « bien-guidé », Omar al-Khattab, a ordonné que tout infidèle qui refuse de se convertir « doit payer la jizya par humiliation et humilité. S’il refuse, c’est le sabre sans clémence. »

Selon l’Encyclopédie de la civilisation médiévale islamique, « les juristes musulmans sont venus à penser que certaines répressions et humiliations de la dhimmitude sont de rigueur. On exige des dhimmis [les chrétiens et juifs soumis à la loi islamique], de payer la jizya en plein jour, les paumes de mains levées, et de recevoir une claque sur le front ou sur la nuque par l’officier chargé de collecter la taxe. »

Certains juristes islamiques ont mandaté d’autres rituels humiliants lors du paiement de la jizya, où l’officier qui préside frappe, étrangle, et dans certains cas, tire sur la barbe du dhimmi, et à qui on peut même demander de s’approcher de l’officier à quatre pattes.

Pour faire simple, les non musulmans vaincus doivent acheter leur vie, sur laquelle une amende a été imposée par les conquérants musulmans, avec de l’argent. Au lieu de prendre leur vie, ils leur prennent leur argent. Selon un juriste médiéval : « leur vie et leurs possessions sont seulement protégées par le paiement de la jizya. »

Dans le passé comme au présent, les musulmans ont immensément profité des peuples conquis par le système de jizya.

Amr bin al-As, le compagnon de Mahomet qui conquit l’Égypte chrétienne en 640, a torturé et tué tous les coptes qui essayèrent de cacher leur fortune. Quand un copte lui demandait « Combien faut-il payer pour la jizya ? », le héro islamique répondait: « Si tu me donnes tout ce que tu possèdes –du sol jusqu’au plafond– je ne te dirais pas combien tu me dois. A la place, vous (les chrétiens) êtes notre sac à trésor, comme ça, si nous sommes dans le besoin, vous serez aussi dans le besoin, et si ça se passe bien pour nous, ça le sera aussi pour vous. »

Même cela ne fut pas assez. Plus tard, le calife Uthman avait réprimandé Amr bin al-As parce qu’un autre gouverneur d’Égypte avait réussi à augmenter la fortune du califat en doublant ce qu’Amr avait. Selon Uthman, ces « chameaux (appartenant aux coptes chrétiens) produisaient plus de lait. » Des années plus tard, un autre calife, Suliman Abdul Malik, écrivit au gouverneur d’Égypte, le conseillant « de traire la chamelle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lait et qu’il en sorte du sang. »

Pas étonnant que l’Égypte soit passée d’une majorité chrétienne au VIIe siècle, à l’Égypte actuelle avec à peine 10% de coptes, en constante diminution, à cause des persécutions qui ne s’arrêtent guère.

Institutionnaliser la jizya est une notion islamique qui permet de s’adonner au butin dès que possible. L’Encyclopédie de l’islam affirme que la jizya « avec ou sans justification doctrinale, et demandes arbitraires (pour l’argent) apparaissent à chaque fois. » Le voyageur médiéval Marco Polo, dont les chroniques sont réputées impartiales, a fait une observation intéressante concernant les musulmans à Tauris (Irak actuel) au XIIIe siècle :

« Selon leur doctrine (l’islam), tout ce qui est volé ou pillé des gens issus d’une confession différente, est acquis, et le vol n’est pas un crime. Tandis que ceux qui sont blessés ou sont morts par la main des chrétiens [au cours de ces raids] sont des martyrs. Ces principes sont communs à tous les Sarrasins [musulmans]. »

Pour le cheikh contemporain Abu Ishaq al-Huwaini, concernant ce que le monde musulman doit faire pour surmonter les problèmes économiques :

« Si nous pouvons mener une invasion djihadiste au moins une fois par an ou si possible deux ou trois fois, alors beaucoup de personnes sur terre deviendraient musulmanes. Et tous ceux qui nous empêchent de faire notre dawa [invitation à se convertir] ou se mettent en travers de notre chemin, alors nous devons les tuer ou les prendre en otages et confisquer leurs biens, femmes et enfants. De telles batailles permettront de remplir les poches des moudjahidins [combattants de la guerre sainte] qui pourront retourner à la maison avec trois ou quatre esclaves, femmes et enfants. Cela peut être un business profitable si on multiplie chaque tête de 300 ou 400 dirham. Cela peut être l’équivalent d’un abri financier par lequel un djihadiste, en temps de besoin financier, peut toujours vendre l’une de ses têtes. »

C’est ainsi que pendant plus d’un millénaire, les chefs musulmans ont extorqué de l’argent aux infidèles sous leur emprise, de façon légitime, pour en tirer profit.

Cette escroquerie financière s’est terminée grâce à l’intervention européenne. Au milieu du XIXe siècle, les territoires musulmans abolirent un à un la jizya et donnèrent aux non musulmans des droits dont ils ne bénéficiaient pas auparavant – à l’origine, pour apaiser les puissances occidentales, et ensuite par rivalité avec le mode de gouvernement des occidentaux. Le décret Hatti-Humayoun de l’empire Ottoman (1856) abolit la jizya dans de nombreux territoires régit par l’empire. Dans le reste du monde musulman, la jizya fut petit à petit abolie là où les puissances occidentales furent présentes.

Pourtant, aujourd’hui, alors que les musulmans réclament leur héritage islamique – souvent face à l’approbation et à l’encouragement de l’Occident, maintenant sous le charme du multiculturalisme – la jizya, qu’elle soit institutionnalisée sous l’État islamique ou justifiée pour piller les infidèles, est de retour.

Même en Occident, en 2013, un prédicateur musulman britannique qui recevait plus de 25 000 livres par an grâce à des aides sociales, a comparé les contribuables britanniques à « des esclaves » :

« Nous prenons la jizya, qui est de toute façon notre haq (droit en arabe). C’est une situation normale par laquelle nous prenons l’argent des kafirs (les infidèles). C’est normal. Ils nous donnent de l’argent, vous travaillez, et vous nous versez l’argent, Allahu Akhbar (Allah est grand). Nous prenons l’argent. »


LES MENSONGES ACADEMIQUES CONCERNANT LA JIZYA

Pourtant si les musulmans – de l’État islamique jusqu’aux professeurs d’universités égyptiennes – connaissent la vérité sur la jizya, l’Occident semble inconscient, à cause de l’influence de ceux qui font autorité en islam : les universitaires occidentaux et autres « experts. »

Selon John Esposito, directeur du Centre Prince Alwaleed pour une entente entre musulmans et chrétiens, à l’université Georgetown :

« Sur beaucoup d’aspects, la population locale (chrétienne, juive et autres) trouvait la loi islamique plus flexible et tolérante que celle des byzantins ou des perses. Les communautés religieuses étaient libres de pratiquer leur foi et étaient régies par des chefs religieux et des lois dans des domaines tels que le mariage, le divorce, et l’héritage. En échange, il leur était demandé de payer la capitation qui leur donnait droit à la protection islamique pour toute agression extérieure et les exemptait du service militaire. Ainsi, ils étaient appelés « les protégés » (dhimmis). En effet, cela signifiait souvent une baisse des impôts, une plus grande autonomie locale… »

L’idée que la jizya demandée permettait d’acheter « une protection islamique pour toute agression extérieure » n’est que pur mensonge. Son affirmation que la jizya était payée pour les « exempter de tout service militaire » l’est encore plus, comme si les conquérants musulmans auraient même voulu ou accepter que les « infidèles » se battent à leurs côtés au nom du jihad (guerre contre les infidèles) sans d’abord les convertir à l’islam. Et pourtant ces deux mythes sont largement répandus.

En réalité, la jizya est une capitation de protection, non pas des agresseurs extérieurs, mais de leurs propres voisins musulmans. Qu’elle soit issue du premier califat ou du nouvel auto proclamé État islamique, les suzerains musulmans continuent à juger la vie de leurs infidèles sujets, qui doivent l’acheter, en échange d’argent. Les infidèles soumis ne sont que des vaches à lait à traire « jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lait et qu’il en sorte du sang » pour ne pas citer les mots mémorables du calife de l’époque.

Il n’y a rien d’humain, de raisonnable, ou d’admirable dans la demande d’une capitation pour les minorités non musulmanes conquises, comme les universitaires peuvent le prétendre. La jizya n’est qu’une extorsion d’argent.

Son but a toujours été de fournir une protection aux non musulmans des musulmans dans l’ordre qui suit : paie, ou bien convertis-toi à l’islam, ou meurs.

Et ceci est demandé aussi bien dans le coran que dans les hadiths, les deux piliers de l’islam. En bref, la jizya n’est qu’un autre fait lamentable de l’islam (comme le jihad offensif, l’impérialisme, la misogynie, l’esclavage etc.), dont le sens est déformé par les universitaires, mais qui ne peuvent dissimuler la vérité, tandis que le monde reste les bras croisés en regardant sa reprise, au XXIe siècle.


n importe quelle personne qui te lis, comprendra que ce forum, est pour toi vitale: tu es payé pour divulguer de fausses informations sur l islam et sur le prophete Mohamed saws.
Tu es dans ce forum depuis 2009, tu n es pas encore fatiguer de raconter des mensonges 24/24?????
stp, raconte nous la vérité, si vraiment tu as besoin de quoi vivre, ce n est pas la peine de te prostituer, on vas faire une collecte et de sauver des mains de ceux qui te tiennent par le coup comme un animal.

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12798
Enregistré le: 21 Juil 2009, 14:04

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 11 Oct 2016, 12:46

Toi, la bourrique mahométane, tu as été chargée de me troller.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

omar13

[ Musulman ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 6842
Enregistré le: 06 Nov 2014, 10:05

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 11 Oct 2016, 12:52

avec tout le respect a la prostituée, je t ai définie comme tel, mais en réalité tu es pire: au moins , la prostituée, elle tire sa dignité au moment difficile, ce n est pas ton cas.

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12798
Enregistré le: 21 Juil 2009, 14:04

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 11 Oct 2016, 13:51

C'est toi la pouffiasse qui boit de l'urine de PBSL avec gourmandise. Ne le nie pas.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

florence_yvonne

[Religion] Deiste [Organisation] Aucune
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2164
Enregistré le: 11 Jan 2008, 13:34
Localisation: FRANCE

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 12 Oct 2016, 12:51

On dirait deux gamins qui se chamaillent.
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes.
http://www.forum-religions.org/

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12798
Enregistré le: 21 Juil 2009, 14:04

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 12 Oct 2016, 13:30

ABROGEANT / ABROGÉ, une des clés indispensables pour comprendre l’islam.
Coran Sunnah Mahomet


Source:

Anne-Marie Delcambre nous le rappelle: «dans le cas de deux versets qui se contredisent, pour les spécialistes, le verset révélé en dernier abroge le verset révélé en premier». Il faut donc une première approche essentielle, celle de la lecture chronologique du coran. Plusieurs islamologues ont établi un coran chronologique, différent du coran traditionnel dans lequel les sourates sont classées de la plus longue sourate à la plus courte, mis à part la première, la Fatiha. Pour ma part, je recommande l’édition française de la traduction de Sami Aldeeb, excellent islamologue. Cette édition simplifie la lecture et la compréhension du coran car elle comporte des renvois aux abrogations.

On a ainsi un coran divisé en 2 sections: la première, qui concerne les «révélations» faites entre 610 et 622, dénommées pré-Hégire ou mecquoises, et la seconde, celle qui date de 622 à la mort de Mahomet, dénommées post-Hégire ou médinoises.

Cette lecture éclaire les contradictions relevées dans le coran et elle sont expliquées par la science islamique par le principe des versets abrogés (Mansukh) et des versets abrogeants (Nasikh) : les versets les plus récents concernant un sujet donné abrogent les versets plus anciens portant sur le même sujet.

N’en déplaise au Professeur Mohammed Talbi, qui nie l’existence du principe abrogeant/abrogé et qui affirme que le “verset du sabre” [abrogeant les verset antérieurs tolérants] est une invention de quelques exégètes afin de théoriser “l’abrogeant et l’abrogé” qui trouve son origine dans l’ijtihad (effort d’interprétation) de l’imam Al-Chafii (cf wikipédia: coran ), le principe verset abrogeant (nasikh) / verset abrogé (mansukh) est contenu dans le coran lui-même:

– 2.106: Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblabke. Ne sait-tu pas qu’Allah est Omnipotent?

– 16.101: Quand Nous remplaçons un verset par un autre – et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre – ils disent : “Tu n’es qu’un menteur”. Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.

Rien du contenu du coran ne peut être contesté, sous peine d’hérésie. Donc, la preuve apportée par ces versets est amplement suffisante. Mais s’il le fallait, d’autres preuves viennent renforcer cette thèse d’abrogeant/abrogé, comme ce hadith de Bukhari (sahih 56/19):

– Anas ibn Malik a dit: « L’envoyé d’Allah prononça pendant trente matins des malédictions contre les meurtriers des gens du puits de Mawna, contre Ril, Dhakwan, Usayya, qui s’étaient montrés rebelles à Allah et à son envoyé» . Anas ajoute: « un morceau du Coran fut révélé relativement aux gens du puits de Mawna ; nous le récitâmes puis il fut abrogé » . C’était: “Apprenez aux nôtres que nous avons rencontré notre seigneur ; il a été content de nous et nous a rendus content de lui”.

Wikipédia, qui par ailleurs cite le coran chronologique du Professeur Sami Aldeeb, dit à ce propos que «selon l’islamologue français Jacques Berque sur les 114 sourates du Coran, 71 sont plus ou moins concernées par l’abrogation». Ce qui représente 62 % du contenu du coran.

Outre que le principe apporte la preuve que le coran n’est pas la parole de dieu, car dieu est par définition omnipotent et omniscient et ne peut en aucun cas se tromper, surtout au point d’abroger sa propre parole, ce principe n’est donc pas reconnu par tous les musulmans. Mais alors, comment expliquent-ils les versets tolérants de la première période (à l‘exemple du verset 109.6 qui s‘adresse aux kafirunes (les mécréants, infidèles, impies): «à vous votre religion, à moi ma religion», comparés à ceux belliqueux, haineux, incitant au crime et au génocide, etc, de l’autre période? Les ouloumates qui réfutent le principe mansukh/nasikh ont beau utiliser la parabole du médecin qui fait évoluer son traitement en fonction de l’état du malade, en prétextant que la révélation ne peut être donnée d’un coup, ils sont loin d’être convaincants.

La meilleure explication, qui a aussi le mérite d’être claire, est dans les versets concernant le vin. Pour bien comprendre l’évolution de la position de Mahomet sur ce sujet, il suffit de replacer les versets dans l’ordre chronologique:

– 16.67: Des fruits des palmiers et des vignes, vous retirez une boisson enivrante et un aliment excellent. Il y a vraiment là un signe pour des gens qui raisonnent.

– 2.219: Ils t’interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : “Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l’utilité”. Et ils t’interrogent : “Que doit-on dépenser (en charité)? ” Dis : ” L’excédent de vos bien.” Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez.

-4.43: Ô les croyants! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d’impureté [pollués] – à moins que vous ne soyez en voyage – jusqu’à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité est Indulgent et Pardonneur.

– 5.90: Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, oeuvre du Diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez.

On passe d’un «aliment excellent» qui est de plus un signe de dieu, dont la consommation est donc encouragée, par des étapes intermédiaires (un grand péché … mais quelques avantages, l’interdiction de prier quand on est ivre) et on finit par l‘interdiction la plus formelle. Si les versets ne s’abrogent pas l’un l’autre, comment expliquer cette pirouette, ce revirement total?

À moins d’admettre que dieu et son prophète son faillibles, ou que Mahomet est un âne qui ne comprend pas le message de son dieu, ou que ce dieu n’est pas un dieu, ou enfin, que Mahomet, dans ses transes de «révélation», n’est qu’atteint d’une maladie dont ont ne connait pas la cause.

En consultant le précieux coran de Sami Aldeeb, on s’aperçoit que la sourate 16 est mecquoise et les 3 autres médinoises, «révélées» dans l’ordre suivant: la sourate 2 est 87ème, la 4 est 92ème et enfin, la 5 est 112ème sur 114.

Qu’en pensent les ulémas «négateurs»? Quels sont les arguments de ceux qui nient le principe mansukh/nasikh? Très superficiels, pour ne pas dire inexistants. Jugez-en plutôt, par la réponse de Mohammed al-Ghazali. Ce savant de l’islam est un auteur prolixe et un théologien réputé, de la fameuse Université al-Azhar. Il est reconnu comme l’un des artisans du renouveau de la foi islamique en Égypte. Ses arguments: «Ceux qui disent aussi que 120 versets sur la bonne prédication aurait été abrogés par un seul (le verset de l’épée) sont d’une stupidité incompréhensible, que nous ne pouvons expliquer que par le degré de régression qui a abruti nos raisons durant les siècles de déclin et de stagnation […] La prédication serait annulée, pour que l’épée prenne place ? Voila une aberration qu’aucun esprit raisonnable ne peut accepter!» (Mohamed al-Ghazali, «Comprendre le Coran aujourd’hui»).

Selon lui, tout verset est là pour agir sur la société à un moment donné, il suffit de savoir quand l’actionner . Sic ! C’est tout, c‘est plus que léger et ça n‘apporte aucune preuve, bien au contraire. Ce qui laisse penser que ces grands savants ne cherchent qu’à nous tromper en essayant de faire passer le coran pour ce qu‘il n‘est pas. D’autant qu’ils ont pour habitude d’invoquer les versets mecquois pour nous faire croire que leur dogme est tolérant, pacifique et cultive l’amour du prochain.

Un des versets les plus souvent cités par les musulmans est le 2.256 «nulle contrainte en religion» Dans le but de faire croire que l‘islam tolère les non-musulmans chez lui, dans le Dar al Islam. Or ce verset est abrogé par le verset dit de la «dhimmitude»:

– 9.29: Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humilies.    



CONCLUSION:

Voici, copiée sur le site «mejliss.com», la traduction du tafsir (exégèse) d’Ibn Kathir du verset 5 de la sourate 9 (appelé verset de l’épée):

Ceci est le verset de l’épée. Mujahid, `Amr bin Shu`ayb, Muhammad bin Ishaq, Qatadah, As-Suddi et `Abdur-Rahman bin Zayd bin Aslam ont dit que les quatre mois mentionnés dans ce verset sont les quatre mois de grâce mentionnés dans le verset : (Voyagez librement pendant quatre mois à travers la terre.)Allah a ensuite dit : (Et quand les mois sacrés seront passés…), ce qui signifie “Après la fin des quatre mois durant lesquels Nous vous avons interdit d’attaquer les associateurs, qui est la période de grâce que Nous leur avons accordée, combattez et tuez les associateurs où que vous les trouviez” La phrase suivante d’Allah :( Alors combattez les associateurs où que vous les trouviez) signifie sur la terre en général, à l’exception de la Mosquée Sacrée, car Allah a dit : (Ne les combattez pas près de la Mosquée Sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc.) Allah a dit ensuite : (et capturez-les), exécutez certains et gardez les autres comme prisonniers, (assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade), n’attendez pas de tomber sur eux. Cherchez-les plutôt, et assaillez-les sur leurs terres et dans leurs forts, rassemblez-vous intelligemment sur les routes et les chemins pour que ce qui est large leur paraisse petit. De cette façon, ils n’auront d’autre choix que mourir ou embrasser l’Islam, (Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.) Abu Bakr As-Siddiq a utilisé cet honorable verset comme preuve pour combattre ceux qui avaient refusé de payer la zakat. Ce verset a autorisé de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils embrassent l’Islam et appliquent ses règles et obligations. Allah mentionne ici les plus importants aspects de l’Islam, ainsi que ce qui est moins important. Les plus importants éléments de l’Islam après les deux attestations de foi, sont certainement la prière, qui est le droit d’Allah, l’Exalté et le Plus Haut, et ensuite la zakat, qui profite aux pauvres et aux nécessiteux. Ce sont les plus honorables actes que la créature puisse accomplir, et c’est pourquoi Allah mentionne souvent la prière et la zakat ensemble. Dans les deux sahihs, il est mentionné que Ibn `Umar a dit que le Messager d’Allah a dit : (On m’a ordonné de combattre ces gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah. On m’a ordonné aussi d’établir la prière et de faire payer la zakat.) Ce verset honorable (9:5) a été appelé le Verset de l’Epée, et à propos de celui-ci Ad-Dahhak bin Muzahim a dit : “Il a abrogé tous les accords de paix entre le Prophète et les associateurs, tout traité, et tout pacte.” Al-`Awfi a dit que Ibn `Abbas a commenté : “Aucun associateur n’avait eu autant de traités ou promesses de paix depuis que la sourate Bara’ah avait été révélée. Les quatre mois, en plus de tous les traités de paix établis avant que Bara’ah soit révélée et annoncée s’étaient terminés le 10ème jour du mois de Rabi` Al-Akhir”.

On ne peut ÊTRE PLUS CLAIR: le verset de l’épée est une «prescription divine» qui demande aux musulmans de tuer les non-musulmans, et il abroge les versets précédents de tolérance.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

Etoiles Célestes

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9937
Enregistré le: 02 Oct 2014, 15:33

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 12 Oct 2016, 14:25

florence_yvonne a écrit:Mon but, c'est d'apprendre et de comprendre le Coran.

T'as pas compris le Coran en postant ici depuis ton inscription?
Allah envoie des diables pour nous égarer à vie, empêchant ainsi toute possibilité de repentir (19.83).
L'Eternel envoie son fils pour nous guider et nous offrir le salut par la repentance (Jean 3:16).

Matthieu 7:15 Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.

Imperiocristo

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2712
Enregistré le: 11 Mai 2015, 00:24

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 12 Oct 2016, 17:31

Il y a quoi a comprendre ? oui depuis 2008 ça fait 8 ans quand même !
Jean 14
14 Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai

florence_yvonne

[Religion] Deiste [Organisation] Aucune
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2164
Enregistré le: 11 Jan 2008, 13:34
Localisation: FRANCE

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 13 Oct 2016, 08:05

florence_yvonne a écrit:Mon but, c'est d'apprendre et de comprendre le Coran.

Etoiles Célestes a écrit:T'as pas compris le Coran en postant ici depuis ton inscription?


J'ai surtout compris qu'il a été falsifié. des hadiths on remplacé des sourates.
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes.
http://www.forum-religions.org/

indian

[Religion] Foi pluralisme
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 26302
Enregistré le: 25 Avr 2014, 10:14

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 13 Oct 2016, 08:32

florence_yvonne a écrit:J'ai surtout compris qu'il a été falsifié. des hadiths on remplacé des sourates.


Il est intéressant de suivre tous les divers chisme au sein de toutes les branches des religions... tant juives, chrétiennes, musulmanes ou même Baha'ies.


Qui remplace quoi chaque fois? ;)
Unir l'humanité. Un seul Dieu. Les grandes religions de Dieu. Femmes, hommes sont égaux. Tous les préjugés sont destructeurs et doivent être abandonnés. Chercher la vérité par nous-mêmes. La science et la religion en harmonie. Nos problèmes économiques sont liés à des problèmes spirituels. La famille et son unité sont très importantes.

florence_yvonne

[Religion] Deiste [Organisation] Aucune
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2164
Enregistré le: 11 Jan 2008, 13:34
Localisation: FRANCE

Message Sujet: Comprendre le Coran

Message Titre du message: Re: Comprendre le Coran

Message Ecrit le 13 Oct 2016, 08:34

Des Hadiths remplacent des sourates.
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes.
http://www.forum-religions.org/


Retourner vers Dialogue islamo-chrétien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 34 invités