Qui est Muhammad SAW ?

Forum Chrétien / Musulman / Judaisme Bible -Thora face au Coran. Lire la charte du forum religion.



Dialogue islamo-chrétien
Le dialogue interreligieux est une forme organisée de dialogue entre des religions ou spiritualités différentes. Ultérieurement, la religion a considéré l'autre comme n'étant pas la vérité révélée. C'est ainsi que les premiers contacts entre l'islam et le christianisme furent souvent difficiles, et donnèrent lieu à des guerres impitoyables comme les croisades.
slamani

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3677
Enregistré le: 10 Nov 2008, 15:33
Localisation: sur la terre d'Allah

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 08 Mar 2018, 08:13

Ronin33 a écrit:Absolument pas, c'est la rhétorique musulmane classique car ce récit décrédibilise votre goût pour cette pratique. Donne moi une source islamique de ton ineptie stp (verset coranique par exemple).


je t'invite à aller consulter les commentaires chrétiens concernant le passage de la femme adultère et revenir vers nous avec tes commentaires :) .
Quel est le commandement le plus important de tous? Jésus répondit:
« Voici le commandement le plus important: Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, il est le seul Dieu; tu aimeras donc le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie. » (Marc 12:28-30)

Athanase

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3193
Enregistré le: 12 Fév 2015, 08:45
Localisation: Nord de Paris

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 12 Mar 2018, 06:13

e t'invite à aller consulter les commentaires chrétiens concernant le passage de la femme adultère et revenir vers nous avec tes commentaires .


cela ça s'appelle botter en touche. Non c'est à vous de donner les commentaires qui conforte votre opinion.... pas de souci on attendra!
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ; Psaume 84

slamani

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3677
Enregistré le: 10 Nov 2008, 15:33
Localisation: sur la terre d'Allah

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 14 Mar 2018, 07:30

Athanase a écrit:
cela ça s'appelle botter en touche. Non c'est à vous de donner les commentaires qui conforte votre opinion.... pas de souci on attendra!


Tu te trompes Athanase.

Ronin33 a nié que l'histoire de la femme adultère est un ajout tardif.. et il affirme: c'est la rhétorique musulmane classique car ce récit décrédibilise votre goût pour cette pratique... donc c'est a lui de nous rapporter des preuves qui confirment cette affirmation.

Selon toi Athanase, le passage de la femme adultère dans la Bible est un ajout tardif ou pas?
Quel est le commandement le plus important de tous? Jésus répondit:
« Voici le commandement le plus important: Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, il est le seul Dieu; tu aimeras donc le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie. » (Marc 12:28-30)

Georges_09

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 17 Aoû 2012, 08:47

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 14 Mar 2018, 11:29

Esperance23 a écrit:Quand Âmina engendra le Prophète (صلى الله عليه و سلم), un Ange vint lui dire : Tu viens d'engendrer le meilleur de cette communauté. Quand tu le mettras au monde, tu diras : "Je prie Allâh l'Unique de le protéger contre tout envieux.


Je pensais que les arabes étaient polythéistes avant la révélation de Mohamad, comment est-il possible qu'un ange vienne parler d'allah à sa mère? Existe -il une référence dans le coran?


Les arabes, avant l'islam, avait plus de 360 cultes dont le judaïsme et le christianisme. La première femme de Mahomet était probablement chrétienne.
Mahomet aussi a écouté des moines et des rabbins quand ils récitaient ou commentait la Bible.
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King

Ronin33

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 180
Enregistré le: 08 Fév 2018, 10:40

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 15 Mar 2018, 04:21

slamani a écrit:Selon toi Athanase, le passage de la femme adultère dans la Bible est un ajout tardif ou pas?


Quelle est la source coranique indiquant cela? Merci!

C'est marrant mais vous aimez vous fier à la critique textuelle (codex) quand ça vous arrange (sur la Bible) mais dès lors que l'on fait pareil avec le coran oulala :accordeon: :accordeon: arrêtez vos deux poids deux mesures. Sinon pour répondre à ta question :

Le récit de la femme adultère est effectivement absent des codex Vaticanus et Sinaiticus. Pourquoi est-il absent? C'est parce que ces manuscrits ont probablement été copiés à partir d'autres manuscrits qui ne contenaient pas non plus cette péricope. Mais, ce n'est probablement pas ce « pourquoi » là qui vous intéresse. Le « pourquoi » est une question très complexe à laquelle je ne crois pas que vous puissiez trouver une réponse définitive. Voici les grandes lignes de ce que je connais de cette problématique.

La science qui s’occupe de ce genre de problèmes dans les manuscrits est la critique textuelle... et comme toutes les sciences, elles ne peuvent que répondre que de façon descriptive aux questions de « pourquoi ». Sinon, elle nage alors à la limite de la science, de la philosophie et de la spéculation, avec un mélange plus ou moins prononcé dans ces domaines.

On a retrouvé ce récit de la femme adultère à des endroits différents dans certains manuscrits. Comme par exemple, certains le placent plus loin dans l'évangile de Jean au chapitre 21. Certains manuscrits l'ont même placé à la fin du chapitre 24 de l'évangile de Luc. Ce dernier choix n'est pas sans raison, puisqu'il est vrai que le style littéraire de ce récit est plus proche de celui de Luc que de celui de Jean. Dans nos Bible actuelles, il est présenté à Jean 7,53 – 8,11.

Le passage de la femme adultère doit néanmoins être considéré comme étant canonique et inspiré au même titre que tous les autres passages de la Bible. Bien qu'il soit absent des codex Vaticanus et Sinaiticus, il est toutefois présent dans le codex Bezae qui date aussi de la même époque que les deux précédents. Cependant, il n'est pas impossible que le scribe qui a copié le codex Vaticanus ait voulu signifier l'existence de ce récit avec une ponctuation spéciale (deux points). L'image suivante explique comment (en anglais) :



Nous avons aussi le témoignage de Papias (2e siècle) et d'Eusèbe dans son histoire de l'Église (3e siècle) qui font référence à une femme qui a été accusée de nombreux péchés devant le Seigneur et qui pourraient référer à ce passage. Saint Augustin et saint Ambroise ont commenté ce passage, ce qui démontre bien l'existence de ce passage au 4e siècle en occident. Saint Augustin va même jusqu'à dire que certaines personnes ont exclu ce passage de peur que cela donne l'impression que le Seigneur Jésus ne condamnait pas l'adultère. En orient, la seule mention de ce passage avant le 12e siècle, je crois, provient de l'alexandrin Didyme l'Aveugle dans son « commentaire sur l’Ecclésiaste », mais sans mentionner le péché de la femme ni son emplacement dans les évangiles. Saint Jérôme, qui a étudié un temps avec Didyme, nous dit aussi que le récit de cette femme se retrouvait à différents endroits selon les manuscrits.

Comme vous pouvez le constater, le problème n'est pas simple. Cependant, il faut se méfier de certaines sites ou livres qui utilisent d'une façon malveillante ces variantes pour nous faire douter des évangiles. Ma conclusion personnelle : je crois que ce récit a pu circuler pendant un moment sans avoir de « domicile fixe », mais cela n'est pas vraiment une raison d'en contester l'authenticité ou son origine apostolique.

Source : http://www.foicatholique.com/2013/12/qu ... de-la.html

Athanase

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3193
Enregistré le: 12 Fév 2015, 08:45
Localisation: Nord de Paris

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 15 Mar 2018, 07:28

slamani a écrit:Selon toi Athanase, le passage de la femme adultère dans la Bible est un ajout tardif ou pas?


Quelle importance qu'il le soit ou non? Ce qui est important est qu'il y soit et que tous les chrétiens aujourd'hui le comprennent et l'acceptent comme étant partie intégrante de notre foi.
Le fait qu'il ne soit pas dans certains manuscrits ne veux pas forcément dire qu'il puisse avoir été un rajout mais plutôt qu'il a dérangé certaines consciences qui l'ont rejetées comme contraire à la morale.
pour moi le fait que ce passage dérange les "bonnes" consciences plaide beaucoup en faveur de sa véracité historique et en tous cas de sa cohérence évangélique.
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ; Psaume 84

slamani

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3677
Enregistré le: 10 Nov 2008, 15:33
Localisation: sur la terre d'Allah

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 25 Mar 2018, 10:58

Athanase a écrit:
Quelle importance qu'il le soit ou non? Ce qui est important est qu'il y soit et que tous les chrétiens aujourd'hui le comprennent et l'acceptent comme étant partie intégrante de notre foi.
Le fait qu'il ne soit pas dans certains manuscrits ne veux pas forcément dire qu'il puisse avoir été un rajout mais plutôt qu'il a dérangé certaines consciences qui l'ont rejetées comme contraire à la morale.
pour moi le fait que ce passage dérange les "bonnes" consciences plaide beaucoup en faveur de sa véracité historique et en tous cas de sa cohérence évangélique.


Quelle importance ??!! La majorité des Chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme coupable d’adultère, alors il aurait par conséquent abolit cette pratique. Ceci n’est pas vrai.
Quel est le commandement le plus important de tous? Jésus répondit:
« Voici le commandement le plus important: Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, il est le seul Dieu; tu aimeras donc le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie. » (Marc 12:28-30)

Athanase

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3193
Enregistré le: 12 Fév 2015, 08:45
Localisation: Nord de Paris

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 26 Mar 2018, 05:23

slamani a écrit:[
Quelle importance ??!! La majorité des Chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme coupable d’adultère, alors il aurait par conséquent abolit cette pratique. Ceci n’est pas vrai.


Pas vrai? mais si, c'est bien ce que nous comprenons de ce passage et l'important est qu'il existe et continue à être opérant. Donc en étant très pragmatique que ce soit par le Christ ou par ce que le christianisme a compris de son message, la lapidation a bel et bien été abolie. Comme le reste de la loi d'ailleurs, sur les items qui contredisent la charité et la raison Mt15:11.
Comment voulez que le Christ d'un coté dise "aimez vos ennemis" en Mt5:44 puis aille sélectionner une pierre ni trop petite pour ne pas que blesser ni trop grosse pour ne pas tuer trop vite cette pécheresse qui, bien que pécheresse, en est pas moins une pauvre femme.
Comme voulez vous que celui qui, sur la croix offre le paradis au bon larron dans Luc 23:35-43 ne pardonne pas à cette femme, lui qui aussi a prié pour ses bourreaux qui le crucifiaient Luc 23:34.
Ce n'est pas seulement sur un élément que vous pouvez baser votre argumentation car l'action du Christ s'appuie sur un axe qui est l'amour et ses corolaires que sont, l'ouverture, le pardon et la guérison... et sur ce dernier point, le moins qu'on puisse dire est que les pierres n'ont guère d'utilité.
Si Mohamed dans les hadiths accepte la lapidation c'est bien justement pour instaurer ou/et en partie restaurer une loi qu'il reconnait puis prétend être volonté divine. Le dieu de Mohamed est une divinité ambivalente capable du bien et du mal, celui de Jésus Christ est uniquement capable d'Amour (1Jean 4:7-13)
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ; Psaume 84

yacoub

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12998
Enregistré le: 21 Juil 2009, 14:04

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 28 Mar 2018, 05:11

Athanase a écrit:
Quelle importance qu'il le soit ou non? Ce qui est important est qu'il y soit et que tous les chrétiens aujourd'hui le comprennent et l'acceptent comme étant partie intégrante de notre foi.
Le fait qu'il ne soit pas dans certains manuscrits ne veux pas forcément dire qu'il puisse avoir été un rajout mais plutôt qu'il a dérangé certaines consciences qui l'ont rejetées comme contraire à la morale.
pour moi le fait que ce passage dérange les "bonnes" consciences plaide beaucoup en faveur de sa véracité historique et en tous cas de sa cohérence évangélique.


slamani a écrit:Quelle importance ??!! La majorité des Chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme coupable d’adultère, alors il aurait par conséquent abolit cette pratique. Ceci n’est pas vrai.

Ni les chrétiens ni les juifs ne continuent de lapider
Seuls les vrais musulmans ne renoncent pas à cette >Noble Tradition.
Image
Le premier forum tunisien qui a inspiré les forums de religion Recherche "les religions font peu de bien et beaucoup de mal" Voltaire

slamani

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3677
Enregistré le: 10 Nov 2008, 15:33
Localisation: sur la terre d'Allah

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 29 Mar 2018, 05:50

Athanase a écrit:Pas vrai? mais si, c'est bien ce que nous comprenons de ce passage et l'important est qu'il existe et continue à être opérant. Donc en étant très pragmatique que ce soit par le Christ ou par ce que le christianisme a compris de son message, la lapidation a bel et bien été abolie. Comme le reste de la loi d'ailleurs, sur les items qui contredisent la charité et la raison Mt15:11.
Comment voulez que le Christ d'un coté dise "aimez vos ennemis" en Mt5:44 puis aille sélectionner une pierre ni trop petite pour ne pas que blesser ni trop grosse pour ne pas tuer trop vite cette pécheresse qui, bien que pécheresse, en est pas moins une pauvre femme.
Comme voulez vous que celui qui, sur la croix offre le paradis au bon larron dans Luc 23:35-43 ne pardonne pas à cette femme, lui qui aussi a prié pour ses bourreaux qui le crucifiaient Luc 23:34.
Ce n'est pas seulement sur un élément que vous pouvez baser votre argumentation car l'action du Christ s'appuie sur un axe qui est l'amour et ses corolaires que sont, l'ouverture, le pardon et la guérison... et sur ce dernier point, le moins qu'on puisse dire est que les pierres n'ont guère d'utilité.
Si Mohamed dans les hadiths accepte la lapidation c'est bien justement pour instaurer ou/et en partie restaurer une loi qu'il reconnait puis prétend être volonté divine. Le dieu de Mohamed est une divinité ambivalente capable du bien et du mal, celui de Jésus Christ est uniquement capable d'Amour (1Jean 4:7-13)


Donc, Jésus a aboli la loi de Moise?
Quel est le commandement le plus important de tous? Jésus répondit:
« Voici le commandement le plus important: Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, il est le seul Dieu; tu aimeras donc le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ton énergie. » (Marc 12:28-30)

Athanase

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3193
Enregistré le: 12 Fév 2015, 08:45
Localisation: Nord de Paris

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 30 Mar 2018, 03:11

slamani a écrit:Donc, Jésus a aboli la loi de Moise?

Pas les dix commandements en tous cas

Tu adoreras Dieu seul et tu l'aimeras plus que tout.
Tu ne prononceras le nom de Dieu qu'avec respect.
Tu sanctifieras le jour du Seigneur.
Tu honoreras ton père et ta mère.
Tu ne tueras pas.
Tu ne feras pas d'impureté.
Tu ne voleras pas.
Tu ne mentiras pas.
Tu n'auras pas de désir impur volontaire.
Tu ne désireras pas injustement le bien des autres.

Qu'il faut lire en relation avec les béatitudes qui complètent ses paroles et leur donnent leur sens véritable qui est l'amour car si on respecte les commandements ci-dessus, ce n'est pas par obligation ou obéissance mais par le principe d'amour qui nous relit à Dieu et à notre prochain.
1. Voyant les foules, il gravit la montagne, et quand il fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui.
2. Et prenant la parole, il les enseignait en disant :
3. Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.
4. Heureux les affligés, car ils seront consolés.
5. Heureux les doux, car ils posséderont la terre.
6. Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
7. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
8. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
9. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
10. Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.
11. Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.
12. Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux : c'est bien ainsi qu'on a persécuté les prophètes, vos devanciers

Alors d'une certaine manière la loi de Moïse est abolie quand elle contrevient à ce principe essentiel. Mais de quelle loi parle-t-on d'ailleurs celle de Moïse ou celle de Dieu? Celle de Moïse est caduque et même contraire à la charité quand elle régit l'esclavage, la peine de mort etc.... et par ailleurs sur ses 613 mistvot beaucoup sont de fait abolis par le fait de l'histoire car relevant du fonctionnement du temple de Jérusalem qui a été détruit. Par rapport à la loi , ce point d'histoire est capital car il permet au Christ de définir la vrai adoration celle qui se passe de la médiation d'un support matériel: Jean 4
[color=#0000FF]23Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. 24Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent en esprit et en vérité.…
Plus de temple plus de sacrifice, de moutons et de bœufs égorgés pour payer ses péchés... plus de loi non plus elle n'est plus nécessaire, le péché est payé par le sacrifice d'amour du Christ et dans la nouvelle adoration le prix du péché sera l'amour reçu et redonné
34Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.
Voilà, in fine, ce qui abolit la loi, voilà le sens et le centre de la révolution morale que le Christ propose à l'humanité, qui rejette l'ancienne loi celle du talion où l'on enferme l'ennemi dans la vengeance sans fin, le vol dans la chair du voleur et la pierre dans le crâne de l'adultère.
43Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 44Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,
11 Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent ; Psaume 84

olma

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1584
Enregistré le: 05 Oct 2015, 07:33

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re:

Message Ecrit le 28 Juin 2018, 08:59

Mustapha a écrit:source : http://www.risala.net/

La mort de son oncle Abou Tâlib (رضي الله عنه)

Al-Musayyab Ibn Hazn (رضي الله عنه) a dit : "Au moment où Abou Tâlib était à l'article de la mort, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) vint le voir et trouva chez lui Abou Jahl et 'Abd-Allâh Ibn Abî 'Umayya Ibn Al-Mughîra. L'Envoyé d'Allâh s'adressa à Abou Tâlib en disant : "Ô mon oncle, Atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah. C'est là un mot dont je serai témoin en ta faveur auprès d'Allah". Aussitôt Abou Jahl et 'Abd-Allâh Ibn 'Abî 'Umayya s'écrièrent : "Ô Abou Tâlib Vas-tu renier la foi de 'Abd Al-Muttalib?"
L'Envoyé d'Allâh ne cessa de lui proposer de prononcer la profession de foi en répétant les mêmes mots, (tandis que les deux autres lui répétaient les mêmes propos). Mais, les dernières paroles de Abou Tâlib furent qu'il persistait dans la foi de 'Abd Al-Muttalib en refusant d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah.
- "Par Allâh!, s'écria l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), je demanderai à Allâh de te pardonner, tant que cela ne me soit pas défendu". Ce fut à cette occasion qu'Allah, le Très-Haut, révéla ce verset : {Il n'appartient pas au Prophète et aux Croyants d'implorer le pardon en faveur des polythéistes, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer}. Ensuite, Allah, le Très-Haut, révéla au sujet de Abou Tâlib, en s'adressant à l'Envoyé d'Allâh ce verset : {Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c'est Allâh qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés}. (Mouslim n°35)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) demande à 'Ali (رضي الله عنه) de l'enterrer


'Alî Ibn Tâlib (رضي الله عنه) a dit : "J'ai dit au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "ton vieil oncle égaré (c'est-à-dire son propre père, Abou Tâlib) vient de mourir. Qui va l'enterrer ?"
- "va enterrer ton père".
- "Je ne l'enterrerai pas puisqu'il est mort idolâtre".
- "Va l'enterrer. Et puis ne fais rien d'autre avant de retourner auprès de moi".
- "Je suis allé l'enterrer. Ensuite je suis retourné auprès de lui avec des traces de sable sur moi. Il me dit d'aller me laver et a fait pour moi des prières qui me sont plus précieuses que tout ce qu'il y a sur la terre". (Silsila as-Sahîha de Al-Albâni n°161)

Le voyage à At-Tâif (Chawwâl)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم), en compagnie de son esclave affranchi Zayd Ibn Hârithah et marchant à pieds aller et retour, se rendit à Tâif, localité située à environ 111 km de la Mecque. Il appelait à l'Islam les tribus qu'il croisait sur son chemin mais aucune ne lui répondit. Arrivé à Tâif, il choisit trois frères parmi les chefs de la tribu des Tâifiens à savoir Abd Yâlil, Masaoud et Habib les trois enfants de Amr Ibn Omair Ath-Thakafi. il s'installa parmi eux, les appela à Allâh et à assister l'Islam.
Le premier dit qu'il allait déchirer le voile de la Ka'ba si Allâh l'avait envoyé.
Le deuxième dit : "Allâh n'a-t-il pas trouvé un autre messager que toi?".
Le troisième dit : "Par Allah, je ne te parlerai jamais. Si tu étais un Messager tu n'aurais pas besoin que je te réponde par la parole. Si tu mentais contre Allah, il ne conviendrait pas que je te parle".

Sur ces mots, le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se leva et leur dit : "Puisque vous refusez, taisez-vous à mon sujet".

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) séjourna pendant dix jours parmi les gens de Tâif. Au cours d'une telle période, son appel n'épargna aucun des notables de la localité.

Ceux-ci lui répondirent : "Sors de notre pays!". Ils incitèrent contre lui les sots et les stupides. Au moment où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) allait sortir, les sots et les esclaves le suivirent, l'injuriant et lui criant dessus au point d'ameuter les gens autour de lui. Organisés en deux rangs, ils se mirent tous à lui jeter des pierres et à lui adresser des grossièretés. Ils lui jetèrent des pierres aux tendons au point que ses chaussures fussent teintées de sang. Zayd Ibn Hâritha s'offrait en bouclier pour le protéger mais fut blessé à la tête. Les sots et les stupides ne cessèrent de le suivre et de l'acculer au point de le contraindre à aller vers un jardin appartenant à Otba et à Chayba les deux enfants de Rabîa à 5,5 km de Tâif. Après que le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se fût réfugié dans ce jardin, les gens s'en retournèrent. Alors, il alla jusqu'à un cep de vigne et s'asseya à son ombre, adossé à un mur.

C'est là qu'il fit, après avoir retrouvé son calme, sa célèbre invocation qui dénotait que son coeur était rempli de tristesse pour la violence déjà subie et aussi de regret que personne ne crût au . Il dit :

"Seigneur! Je me plains auprès de toi de ma faiblesse, de mon impuissance et du mépris que j'inspire aux gens.
Ô Toi, le plus Clément des Cléments! Tu es le Seigneur des affaiblis. Tu es mon Seigneur.
A qui me confies-tu?
Est-ce à ceux qui me détestent?
Ou bien me laisses-Tu avec mes ennemis?
Tout cela importe peu, si je ne m'attire pas Ta colère car, pour moi, Ton salut est plus vaste que tout.
Je cherche refuge auprès de la lumière de Ton visage par laquelle Tu dissipes les ténèbres et redresse qualitativement les affaires de ce monde et celles de l'au-delà, contre toute décharge de Ta colère sur moi.
Je ne cherche qu'à te satisfaire et il n'y a ni force ni puissance si ce n'est en Toi".

Lorsque les deux enfants de Rabîa le virent, ils le prirent en pitié. Aussi appelèrent-ils un garçon à eux, un chrétien nommé Addâs et lui dirent : "Prends de ce cep une grappe de raisins que tu porteras à cet homme"

Addâs s'exécuta. Il posa la grappe. Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui, tendant alors la main dit : "Au nom d'Allah" avant de manger.
Le garçon dit : "Les gens de ce pays ne prononcent pas une telle parole".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : "Et toi, de quel pays viens tu?".
Addâs : "Je suis chrétien, originaire de "Ninawâ"".
Le Messager Allâh (صلى الله عليه و سلم) reprit : "Tu es originaire du village d'un homme vertueux, Yoûnous Ibn Mattâ".
Le garçon dit : "Comment as tu connu Younous Ibn Mattâ ".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) répondit : "Celui-là est mon frère. C'était un Prophète et moi aussi je suis Prophète".
Cela dit Addâs se pencha, baisa les mains et les pieds du Prophète (صلى الله عليه و سلم).
Les deux enfants de Rabîa se dirent alors l'un à l'autre : "Voilà, il a corrompu ton gosse".
Au retour de Addâs ils lui dirent : "Malheur à toi! qu'est ce que c'est, ce que tu viens de faire? ".
Le garçon répondit : "Maître! il n'existe pas sur terre meilleur que cet homme. Il m'a informé d'une chose que seul un Prophète peut savoir".
Ils lui dirent : "Malheur à toi! qu'il ne te détourne pas de ta religion car ta religion est meilleure que la sienne".

Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) prit la route du retour à la Mecque après avoir quitté le jardin, triste et le cœur brisé. A l'entrée de la ville, Allâh lui envoya l'ange Jibril, accompagné de l'ange des montagnes. Celui-ci lui proposa de renverser les deux montagnes sur les Mecquois.

Selon 'Âicha, elle a dit une fois au Prophète : "As-tu connu un jour plus pénible que le jour de Ouhoud?"
Il dit : "Oui, j'ai supporté de ton peuple des choses plus pénibles encore et la plus pénible d'entr'elles fut ce que j'ai éprouvé de leur part le jour de la 'Aqaba. J'avais alors demandé la protection d'Ibn 'Abd Yàlil qui me la refusa. Je partis abattu par la déception et je me suis trouvé sans le savoir sur le mont "Qam Ath-tha'àlib" (sur la route de Nejd). En levant la tête je vis un nuage qui me couvrit de son ombre. Je regardai dans le nuage et y vis l'Ange Gabriel (salut d'Allâh sur lui) qui m'appela en disant : "Allâh exalté a entendu ce que vient de te dire ton peuple et le refus qu'ils t'ont opposé. Il t'a envoyé l'Ange des montagnes pour que tu lui ordonnes de leur faire ce que tu veux".
Juste à ce moment l'Ange des montagnes m'appela. Il me salua et me dit : "Ô Mohammad! Allâh a bien entendu ce que t'a dit ton peuple et je suis l'Ange des montagnes. Or mon Seigneur m'a envoyé à toi pour que tu m'ordonnes de faire ce que tu veux. Si tu veux que je les écrase entre les deux montagnes qui entourent la Mecque, je le ferai". Le Prophète lui dit : "Je souhaite plutôt que Allâh sorte de leurs reins une progéniture adorant Allâh seul sans rien Lui associer". (Al-Boukhâri, Mouslim n°643)

La rencontre avec les génies [Jinn]

Ensuite, il avança en direction de la Mecque et atteignit la vallée Nakhla où il séjourna pendant des jours. Il existait dans cette vallée deux endroits où l'on pouvait séjourner; As-Sayl AI­Kabir et Az-Zayma, dans la mesure où il y avait de l'eau et de la fertilité. Toutefois, à notre connaissance, aucune source ne précise l'endroit exact de son séjour dans la vallée.

Au cours de son séjour en ce lieu, Allâh lui envoya un groupe de djinns. Ceux-ci, le Très Haut en a fait mention dans deux endroits du Coran :

{Rappelle-toi lorsque nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu'ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent à sa récitation, ils dirent : "Écoutez attentivement..." Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple, en avertisseurs. Ils dirent : "Ô notre peuple! Nous venons d'entendre un livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l'a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit. Ô notre peuple! Répondez au prédicateur d'Allâh et croyez en lui. Allâh vous pardonnera une partie de vos péchés et vous protègera contre un châtiment douloureux} (46/29-31)

{Dis : il m'a été révélé qu'un groupe de djinns prêtèrent l'oreille puis dirent : nous avons certes entendu une lecture merveilleuse qui guide vers la droiture. Nous y avons cru et nous n'associerons jamais personne à notre Seigneur} (72/1-2)

Le retour à la Mecque

Alors, Zayd Ibn Hâritha lui dit : "Comment les réintégrer (les qouraichites) alors qu'ils t'ont fait sortir?".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : " Zayd! Allâh va décanter la situation que tu vois et lui apportera une solution. Il secourra Sa religion et fera triompher son Prophète".

A l'approche de la Mecque, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) resta à Hirâ et envoya quelqu'un des Khouzâ'a auprès d'Al-Akhnas Ibn Shouraik demandant à ce dernier de le protéger. Celui-ci dit : "Je suis un allié et l'allié ne protège pas".

Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) envoya alors auprès de Souhayl Ibn Amr qui répondit : "Banou Amir ne protègent pas Banî Kaab".

Il envoya auprès d' Al-Moutaim Ibn Adi qui dit : "Oui", s'arma puis appela ses fils et son peuple et leur parla en ces termes : "Prenez vos armes et postez-vous aux coins de la maison car j'ai accepté de protéger Mouhammad".
Ensuite il envoya auprès du Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) pour lui dire de venir. A son arrivée, il lui dit "Entre!". En compagnie de Zayd Ibn Haritha le Prophète (صلى الله عليه و سلم) entra à la Mecque et alla jusqu'à la sainte mosquée.

Debout sur sa monture, Al-Moutaim Ibn Adi appela : "Ô Qouraich! j'accorde ma protection à Mouhammad. Alors, que personne ne le touche!".
Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) alla jusqu'à l'encoignure, fit le tour du temple accomplit deux prosternations et, escorté par Moutaim et ses fils armés, rentra chez lui.

On raconte que ce jour-là, Abou Jahl! interrogea Moutaim en ces termes : "Mais, toi, es-tu protecteur ou un adepte : un musulman?".
Celui-ci répondait : "Plutôt protecteur!"
Abou Jahl reprit : "Ton protègé est le nôtre".

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) voyage une une nuit de la Mecque à Jérusalem, puis monte jusqu'au Jujubier célèste

Allâh (تعالى) a dit : {Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Mouhammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles.} (17/1)

Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait- me fut amenée. Je la montai et fus transporté à Jérusalem. Là-bas, je l'attachai à l'anneau destiné à l'usage des Prophètes. Je pénétrai dans la mosquée où je pria deux rak'a. A ma sortie, Gabriel (عليه السلام) m'offrit deux récipients : l'un contenant du vin, l'autre du lait. Je choisis le lait; et Gabriel me déclara alors que j'avais élu la voie primordiale. Porté par lui, je m'élevai jusqu'aux régions célestes. Gabriel demanda la permission d'y accéder.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt Adam qui me souhaita la bienvenue et invoqua (Allah) en ma faveur. Puis, je fus porté au second ciel, Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt les deux cousins maternels : Jésus ('Isa), le fils de Marie et Jean Baptiste, fils de Zacharie (qu'Allâh leur accorde Ses bénédictions) qui me souhaitèrent la bienvenue et le bien. Puis, je fus porté au troisième ciel, et Gabriel demanda aussi la permission d'y pénétrer.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai aussitôt Joseph (Yûsuf) (عليه السلام) à qui a été assignée la moitié de la beauté humaine. Celui-ci me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au quatrième ciel et Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai Anoch ('Idris) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Allâh - à Lui la puissance et la gloire - dit à ce sujet : {Et Nous l'élevâmes à un haut rang}. Je fus alors porté au cinquième ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Aaron (Hârûn) (صلى الله عليه و سلم) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au sixième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Moïse (Mûsa) (صلى الله عليه و سلم) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus porté enfin au septième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Abraham ('Ibrâhim) (صلى الله عليه و سلم), le dos appuyé contre la Maison Peuplée dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille anges. Puis, il m'emmena vers "Sidrat al-Muntaha" (le Lotus de la limite extrême) dont les feuilles ressemblaient aux oreilles d'éléphants et les fruits étaient (grands) comme les cruches. Au moment où -par l'ordre d'Allah- le lotus fut couvert de ce qui le couvrit, il se transforma et aucun des créatures d'Allâh ne pourrait décrire sa splendeur. Allâh me révéla, alors, ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prières par jour. Je retournai voir Moïse (Mûsa) qui me demanda : "Qu'est-ce qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté?".
- "Une cinquantaine de prières", lui dis-je.
- "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription. Je connais bien les israélites; je les avais mis à l'épreuve et je m'étais employé à les ramener sur la bonne voie".
Le Prophète poursuivit : Je retournai à mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières. J'allai ensuite trouver Moïse (Mûsa) pour l'informer de la réduction des cinq prières. Toutefois, il me répéta : "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point". Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur (à Lui la puissance et la gloire) et Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allâh me décréta : "Ô Muhammad! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la faite pas, on lui inscrira une récompense à son actif; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action". Je redescendai et arrivai auprès de Moïse (que la paix soit sur lui) pour l'informer de la chose, mais il me dit : "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction".
"Je suis déjà retourné plusieurs fois à mon Seigneur, jusqu'à ce que j'aie trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande." répondis-je à Mûsa. (Mouslim n°234)

D'après Mâlik Ibn Sa'sa'a (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : Pendant que je me trouvais auprès de la Maison sacrée (la Ka'ba) dans un état intermédiaire entre le réveil et le sommeil, j'entendis quelqu'un appeler : "L'homme se trouvant entre les deux autres!". (il y avait, selon les commentateurs, deux hommes à côté du Prophète). J'y répondis. On m'emmena et m'offrit ensuite un bassin d'or rempli de l'eau de Zamzam. On me fendit la poitrine d'ici jusque là. Un autre transmetteur, Qatâda, s'enquérit : "Et qu'a-t-il entendu par (d'ici jusque là)?". -"Jusqu'au bas-ventre", répliqua Anas. - On m'extraira le cœur, dit le Prophète, et après l'avoir lavé avec l'eau de Zamzam, on me le remit à sa place en le bourrant de la foi et de la sagesse. Puis, me fut amenée "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait-; sur laquelle on me fit monter. Puis, je m'en allai avec Gabriel, jusqu'à atteindre le ciel le plus proche où il demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit donc en disant : "Qu'il soit donc le bienvenu! Quelle heureuse arrivée que la sienne!". J'y trouvai alors Adam (que la paix soit sur lui)". Et le Prophète se mit à relater la suite des événements (déjà mentionnés dans le hadith précédent) en disant qu'il avait rencontré au second ciel, Jésus ('Isa) et Jean-Baptiste (Yahiya) (que la paix soit sur les deux); au troisième, Joseph (Yûsuf); au quatrième, Anoch ('Idris); et au cinquième, Aaron (Hârûn) (que la bénédiction d'Allâh soit sur eux tous). - Nous parvînmes enfin au sixième ciel, continua le Prophète, là je vis Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) que je saluai. Et lui de me répondre : "Que tu sois le bienvenu, frère vertueux et Prophète vertueux!". A peine l'avais-je dépassé, qu'il se mit à pleurer. "Pourquoi tu pleures?", lui demanda-t-on.
- "Ô Seigneur, répondit-il, ce jeune homme, vous l'avez envoyé après moi; et pourtant une multitude de sa Communauté iront au Paradis, tandis que ceux qui y accéderont parmi ma Communauté seront moins nombreux". Puis, nous montâmes au septième ciel où je vis Abraham ('Ibrâhim). Or, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) raconta qu'il avait vu quatre fleuves : deux apparents et deux autres sous terre. "Ô Gabriel! Quels sont donc ces fleuves?", demanda-t-il.
L'Archange répondit : "Les deux fleuves souterrains sont du Paradis; quant aux deux autres, ils sont le Nil et l'Euphrate". Le Prophète poursuivit son récit : Puis, on me montra la Maison Peuplée à son endroit sur laquelle j'interrogeai Gabriel qui me dit : "C'est la Maison Peuplée où chaque jour, soixante-dix mille anges font la prière pour une seule fois dans leur vie". Ensuite, on m'apporta deux récipients : l'un contenant du vin et l'autre de lait. Je choisis celui-ci. "Vous y êtes! Qu'Allâh te bénis pour la faveur de ta Communauté! Tu as opté pour la voie primordiale", constata Gabriel. Aussi, il me fut prescrit d'accomplir cinquante prières par jour..." Et le Prophète relata ce qui s'était passé à ce sujet. (Mouslim n°238)

A son retour, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) raconte cela à Qouraych et les preuves qu'Il leur apporte

Oum Hâni' (رضي الله عنها) dit : "Le Prophète - que la paix et les bénédictions d'Allâh soient sur lui - dormait chez nous la nuit où le miracle d'al-Isrâ' eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l'œil de peur qu'un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m'expliqua : "Gabriel - que la paix soit sur lui - vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison. Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l'âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes.
Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse : il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs, il ressemblait aux gens de Azd Shanu'ah (une tribu arabe). Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à 'Urwah Ibn Mas'ûd Ath-Thaqafî. Il me montra aussi l'Imposteur [l'Antéchrist]. Borgne de l'œil droit, il ressemblait à Qotn Ibn 'Abd Al-'Ozzâ." Puis il me dit : "Je veux sortir raconter tout ce que j'ai vu à Qoraïsh." Je le retins par ses vêtements et lui dit : "Je t'en conjure, tu sais bien que ses gens te démentissent et je crains qu'il ne te fassent du mal !" Il libéra ses vêtements de ma main et sortit.
Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. Mut'am Ibn 'Udayy se leva et lui dit : "Ô Muhammad, si tu étais aussi jeune que tu l'étais dans le temps, tu n'aurais pas dit une telle chose et resté impuni !"
Un autre homme lui dit : "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit ?"
Le Prophète répondit : "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche."
L'homme lui demanda : "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel ?"
Le Prophète dit : "Oui, je l'ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s'est cassé [un membre]. Ils avait un récipient d'eau que j'ai bu."
Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu'il n'y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abî Quhâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain de telle direction.
Le lendemain, ils attendirent à l'endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu'un chameau s'était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu'une chamelle rouge s'était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d'eau. Abou Bakr Ibn Abî Qohâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu'ils avaient bien un récipient et qu'il l'avait remplit lui même et qu'il ne savait pas qui avait bien pu la boire. Quand Abou Bakr prit connaissance de toute l'histoire il fit foi au Prophète et cru ce que le Prophète avait relaté. C'est depuis ce moment là qu'il fut qualifié d'As-Siddîq (i.e. celui qui croit).

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Je me vis (en songe) dans l'enceinte de la Ka'ba (le Hijr), pendant que les Qoraychites me questionnaient sur mon Voyage Nocturne. Ceux-ci m'interrogèrent alors sur des détails concernant le Temple de Jérusalem que je n'avais pas retenus; ce qui me causa une affliction qui me fut inconnue jusqu'alors. Le Prophète ajouta : "Allâh fit alors apparaître le monument à ma vue, et ainsi je pus répondre à toutes leurs questions". (Mouslim n°251)


Rien à voir avec l'histoire, il s'agit de l'explication du monde invisible.

Allâh (تعالى) a dit : {Si vous ne lui portez pas secours... Allâh l'a déjà secouru, lorsque les mécréants l'avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu'il disait à son compagnon : "Ne t'afflige pas, car Allâh est avec nous." Allâh fit alors descendresur lui Sa sérénité et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des mécréants, tandis que la parole d'Allâh eut le dessus. Et Allâh est Puissant et Sage.} (9/40)

en réalité Muhammad n'est réellement écrit que 4 fois, chose incroyable, Muhammad ne se site pas lui-même.

deuxième de deux est un produit invisible
"et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas" est un produit invisible, tu es dans un conflit de terriens qui n'a rien à voir avec l'invisible.

LES COURSIERS Sourat 100
le SECOURS c'est Sourate 109
la COURSe AUX RICHESSES Sourate 102


40.50. Ils diront : "vos Messagers, ne vous apportaient-ils pas les preuves évidentes"? Ils diront : "Si"! Ils [les gardiens] diront : "Eh bien, priez"! Et l'invocation des mécréants n'est pas qu'aberration.

"Eh bien, priez"
68.16. Nous le marquerons sur le museau [nez] .
(le nez des mots bien sûre !) les lettres ne sont-ils pas des signes ?

olma

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1584
Enregistré le: 05 Oct 2015, 07:33

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re:

Message Ecrit le 28 Juin 2018, 08:59

Mustapha a écrit:source : http://www.risala.net/

La mort de son oncle Abou Tâlib (رضي الله عنه)

Al-Musayyab Ibn Hazn (رضي الله عنه) a dit : "Au moment où Abou Tâlib était à l'article de la mort, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) vint le voir et trouva chez lui Abou Jahl et 'Abd-Allâh Ibn Abî 'Umayya Ibn Al-Mughîra. L'Envoyé d'Allâh s'adressa à Abou Tâlib en disant : "Ô mon oncle, Atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah. C'est là un mot dont je serai témoin en ta faveur auprès d'Allah". Aussitôt Abou Jahl et 'Abd-Allâh Ibn 'Abî 'Umayya s'écrièrent : "Ô Abou Tâlib Vas-tu renier la foi de 'Abd Al-Muttalib?"
L'Envoyé d'Allâh ne cessa de lui proposer de prononcer la profession de foi en répétant les mêmes mots, (tandis que les deux autres lui répétaient les mêmes propos). Mais, les dernières paroles de Abou Tâlib furent qu'il persistait dans la foi de 'Abd Al-Muttalib en refusant d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah.
- "Par Allâh!, s'écria l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), je demanderai à Allâh de te pardonner, tant que cela ne me soit pas défendu". Ce fut à cette occasion qu'Allah, le Très-Haut, révéla ce verset : {Il n'appartient pas au Prophète et aux Croyants d'implorer le pardon en faveur des polythéistes, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer}. Ensuite, Allah, le Très-Haut, révéla au sujet de Abou Tâlib, en s'adressant à l'Envoyé d'Allâh ce verset : {Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c'est Allâh qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés}. (Mouslim n°35)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) demande à 'Ali (رضي الله عنه) de l'enterrer


'Alî Ibn Tâlib (رضي الله عنه) a dit : "J'ai dit au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "ton vieil oncle égaré (c'est-à-dire son propre père, Abou Tâlib) vient de mourir. Qui va l'enterrer ?"
- "va enterrer ton père".
- "Je ne l'enterrerai pas puisqu'il est mort idolâtre".
- "Va l'enterrer. Et puis ne fais rien d'autre avant de retourner auprès de moi".
- "Je suis allé l'enterrer. Ensuite je suis retourné auprès de lui avec des traces de sable sur moi. Il me dit d'aller me laver et a fait pour moi des prières qui me sont plus précieuses que tout ce qu'il y a sur la terre". (Silsila as-Sahîha de Al-Albâni n°161)

Le voyage à At-Tâif (Chawwâl)

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم), en compagnie de son esclave affranchi Zayd Ibn Hârithah et marchant à pieds aller et retour, se rendit à Tâif, localité située à environ 111 km de la Mecque. Il appelait à l'Islam les tribus qu'il croisait sur son chemin mais aucune ne lui répondit. Arrivé à Tâif, il choisit trois frères parmi les chefs de la tribu des Tâifiens à savoir Abd Yâlil, Masaoud et Habib les trois enfants de Amr Ibn Omair Ath-Thakafi. il s'installa parmi eux, les appela à Allâh et à assister l'Islam.
Le premier dit qu'il allait déchirer le voile de la Ka'ba si Allâh l'avait envoyé.
Le deuxième dit : "Allâh n'a-t-il pas trouvé un autre messager que toi?".
Le troisième dit : "Par Allah, je ne te parlerai jamais. Si tu étais un Messager tu n'aurais pas besoin que je te réponde par la parole. Si tu mentais contre Allah, il ne conviendrait pas que je te parle".

Sur ces mots, le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se leva et leur dit : "Puisque vous refusez, taisez-vous à mon sujet".

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) séjourna pendant dix jours parmi les gens de Tâif. Au cours d'une telle période, son appel n'épargna aucun des notables de la localité.

Ceux-ci lui répondirent : "Sors de notre pays!". Ils incitèrent contre lui les sots et les stupides. Au moment où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) allait sortir, les sots et les esclaves le suivirent, l'injuriant et lui criant dessus au point d'ameuter les gens autour de lui. Organisés en deux rangs, ils se mirent tous à lui jeter des pierres et à lui adresser des grossièretés. Ils lui jetèrent des pierres aux tendons au point que ses chaussures fussent teintées de sang. Zayd Ibn Hâritha s'offrait en bouclier pour le protéger mais fut blessé à la tête. Les sots et les stupides ne cessèrent de le suivre et de l'acculer au point de le contraindre à aller vers un jardin appartenant à Otba et à Chayba les deux enfants de Rabîa à 5,5 km de Tâif. Après que le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se fût réfugié dans ce jardin, les gens s'en retournèrent. Alors, il alla jusqu'à un cep de vigne et s'asseya à son ombre, adossé à un mur.

C'est là qu'il fit, après avoir retrouvé son calme, sa célèbre invocation qui dénotait que son coeur était rempli de tristesse pour la violence déjà subie et aussi de regret que personne ne crût au . Il dit :

"Seigneur! Je me plains auprès de toi de ma faiblesse, de mon impuissance et du mépris que j'inspire aux gens.
Ô Toi, le plus Clément des Cléments! Tu es le Seigneur des affaiblis. Tu es mon Seigneur.
A qui me confies-tu?
Est-ce à ceux qui me détestent?
Ou bien me laisses-Tu avec mes ennemis?
Tout cela importe peu, si je ne m'attire pas Ta colère car, pour moi, Ton salut est plus vaste que tout.
Je cherche refuge auprès de la lumière de Ton visage par laquelle Tu dissipes les ténèbres et redresse qualitativement les affaires de ce monde et celles de l'au-delà, contre toute décharge de Ta colère sur moi.
Je ne cherche qu'à te satisfaire et il n'y a ni force ni puissance si ce n'est en Toi".

Lorsque les deux enfants de Rabîa le virent, ils le prirent en pitié. Aussi appelèrent-ils un garçon à eux, un chrétien nommé Addâs et lui dirent : "Prends de ce cep une grappe de raisins que tu porteras à cet homme"

Addâs s'exécuta. Il posa la grappe. Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui, tendant alors la main dit : "Au nom d'Allah" avant de manger.
Le garçon dit : "Les gens de ce pays ne prononcent pas une telle parole".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : "Et toi, de quel pays viens tu?".
Addâs : "Je suis chrétien, originaire de "Ninawâ"".
Le Messager Allâh (صلى الله عليه و سلم) reprit : "Tu es originaire du village d'un homme vertueux, Yoûnous Ibn Mattâ".
Le garçon dit : "Comment as tu connu Younous Ibn Mattâ ".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) répondit : "Celui-là est mon frère. C'était un Prophète et moi aussi je suis Prophète".
Cela dit Addâs se pencha, baisa les mains et les pieds du Prophète (صلى الله عليه و سلم).
Les deux enfants de Rabîa se dirent alors l'un à l'autre : "Voilà, il a corrompu ton gosse".
Au retour de Addâs ils lui dirent : "Malheur à toi! qu'est ce que c'est, ce que tu viens de faire? ".
Le garçon répondit : "Maître! il n'existe pas sur terre meilleur que cet homme. Il m'a informé d'une chose que seul un Prophète peut savoir".
Ils lui dirent : "Malheur à toi! qu'il ne te détourne pas de ta religion car ta religion est meilleure que la sienne".

Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) prit la route du retour à la Mecque après avoir quitté le jardin, triste et le cœur brisé. A l'entrée de la ville, Allâh lui envoya l'ange Jibril, accompagné de l'ange des montagnes. Celui-ci lui proposa de renverser les deux montagnes sur les Mecquois.

Selon 'Âicha, elle a dit une fois au Prophète : "As-tu connu un jour plus pénible que le jour de Ouhoud?"
Il dit : "Oui, j'ai supporté de ton peuple des choses plus pénibles encore et la plus pénible d'entr'elles fut ce que j'ai éprouvé de leur part le jour de la 'Aqaba. J'avais alors demandé la protection d'Ibn 'Abd Yàlil qui me la refusa. Je partis abattu par la déception et je me suis trouvé sans le savoir sur le mont "Qam Ath-tha'àlib" (sur la route de Nejd). En levant la tête je vis un nuage qui me couvrit de son ombre. Je regardai dans le nuage et y vis l'Ange Gabriel (salut d'Allâh sur lui) qui m'appela en disant : "Allâh exalté a entendu ce que vient de te dire ton peuple et le refus qu'ils t'ont opposé. Il t'a envoyé l'Ange des montagnes pour que tu lui ordonnes de leur faire ce que tu veux".
Juste à ce moment l'Ange des montagnes m'appela. Il me salua et me dit : "Ô Mohammad! Allâh a bien entendu ce que t'a dit ton peuple et je suis l'Ange des montagnes. Or mon Seigneur m'a envoyé à toi pour que tu m'ordonnes de faire ce que tu veux. Si tu veux que je les écrase entre les deux montagnes qui entourent la Mecque, je le ferai". Le Prophète lui dit : "Je souhaite plutôt que Allâh sorte de leurs reins une progéniture adorant Allâh seul sans rien Lui associer". (Al-Boukhâri, Mouslim n°643)

La rencontre avec les génies [Jinn]

Ensuite, il avança en direction de la Mecque et atteignit la vallée Nakhla où il séjourna pendant des jours. Il existait dans cette vallée deux endroits où l'on pouvait séjourner; As-Sayl AI­Kabir et Az-Zayma, dans la mesure où il y avait de l'eau et de la fertilité. Toutefois, à notre connaissance, aucune source ne précise l'endroit exact de son séjour dans la vallée.

Au cours de son séjour en ce lieu, Allâh lui envoya un groupe de djinns. Ceux-ci, le Très Haut en a fait mention dans deux endroits du Coran :

{Rappelle-toi lorsque nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu'ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent à sa récitation, ils dirent : "Écoutez attentivement..." Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple, en avertisseurs. Ils dirent : "Ô notre peuple! Nous venons d'entendre un livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l'a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit. Ô notre peuple! Répondez au prédicateur d'Allâh et croyez en lui. Allâh vous pardonnera une partie de vos péchés et vous protègera contre un châtiment douloureux} (46/29-31)

{Dis : il m'a été révélé qu'un groupe de djinns prêtèrent l'oreille puis dirent : nous avons certes entendu une lecture merveilleuse qui guide vers la droiture. Nous y avons cru et nous n'associerons jamais personne à notre Seigneur} (72/1-2)

Le retour à la Mecque

Alors, Zayd Ibn Hâritha lui dit : "Comment les réintégrer (les qouraichites) alors qu'ils t'ont fait sortir?".
Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : " Zayd! Allâh va décanter la situation que tu vois et lui apportera une solution. Il secourra Sa religion et fera triompher son Prophète".

A l'approche de la Mecque, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) resta à Hirâ et envoya quelqu'un des Khouzâ'a auprès d'Al-Akhnas Ibn Shouraik demandant à ce dernier de le protéger. Celui-ci dit : "Je suis un allié et l'allié ne protège pas".

Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) envoya alors auprès de Souhayl Ibn Amr qui répondit : "Banou Amir ne protègent pas Banî Kaab".

Il envoya auprès d' Al-Moutaim Ibn Adi qui dit : "Oui", s'arma puis appela ses fils et son peuple et leur parla en ces termes : "Prenez vos armes et postez-vous aux coins de la maison car j'ai accepté de protéger Mouhammad".
Ensuite il envoya auprès du Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) pour lui dire de venir. A son arrivée, il lui dit "Entre!". En compagnie de Zayd Ibn Haritha le Prophète (صلى الله عليه و سلم) entra à la Mecque et alla jusqu'à la sainte mosquée.

Debout sur sa monture, Al-Moutaim Ibn Adi appela : "Ô Qouraich! j'accorde ma protection à Mouhammad. Alors, que personne ne le touche!".
Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) alla jusqu'à l'encoignure, fit le tour du temple accomplit deux prosternations et, escorté par Moutaim et ses fils armés, rentra chez lui.

On raconte que ce jour-là, Abou Jahl! interrogea Moutaim en ces termes : "Mais, toi, es-tu protecteur ou un adepte : un musulman?".
Celui-ci répondait : "Plutôt protecteur!"
Abou Jahl reprit : "Ton protègé est le nôtre".

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) voyage une une nuit de la Mecque à Jérusalem, puis monte jusqu'au Jujubier célèste

Allâh (تعالى) a dit : {Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Mouhammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles.} (17/1)

Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait- me fut amenée. Je la montai et fus transporté à Jérusalem. Là-bas, je l'attachai à l'anneau destiné à l'usage des Prophètes. Je pénétrai dans la mosquée où je pria deux rak'a. A ma sortie, Gabriel (عليه السلام) m'offrit deux récipients : l'un contenant du vin, l'autre du lait. Je choisis le lait; et Gabriel me déclara alors que j'avais élu la voie primordiale. Porté par lui, je m'élevai jusqu'aux régions célestes. Gabriel demanda la permission d'y accéder.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt Adam qui me souhaita la bienvenue et invoqua (Allah) en ma faveur. Puis, je fus porté au second ciel, Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt les deux cousins maternels : Jésus ('Isa), le fils de Marie et Jean Baptiste, fils de Zacharie (qu'Allâh leur accorde Ses bénédictions) qui me souhaitèrent la bienvenue et le bien. Puis, je fus porté au troisième ciel, et Gabriel demanda aussi la permission d'y pénétrer.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai aussitôt Joseph (Yûsuf) (عليه السلام) à qui a été assignée la moitié de la beauté humaine. Celui-ci me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au quatrième ciel et Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai Anoch ('Idris) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Allâh - à Lui la puissance et la gloire - dit à ce sujet : {Et Nous l'élevâmes à un haut rang}. Je fus alors porté au cinquième ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Aaron (Hârûn) (صلى الله عليه و سلم) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au sixième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Moïse (Mûsa) (صلى الله عليه و سلم) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus porté enfin au septième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Abraham ('Ibrâhim) (صلى الله عليه و سلم), le dos appuyé contre la Maison Peuplée dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille anges. Puis, il m'emmena vers "Sidrat al-Muntaha" (le Lotus de la limite extrême) dont les feuilles ressemblaient aux oreilles d'éléphants et les fruits étaient (grands) comme les cruches. Au moment où -par l'ordre d'Allah- le lotus fut couvert de ce qui le couvrit, il se transforma et aucun des créatures d'Allâh ne pourrait décrire sa splendeur. Allâh me révéla, alors, ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prières par jour. Je retournai voir Moïse (Mûsa) qui me demanda : "Qu'est-ce qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté?".
- "Une cinquantaine de prières", lui dis-je.
- "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription. Je connais bien les israélites; je les avais mis à l'épreuve et je m'étais employé à les ramener sur la bonne voie".
Le Prophète poursuivit : Je retournai à mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières. J'allai ensuite trouver Moïse (Mûsa) pour l'informer de la réduction des cinq prières. Toutefois, il me répéta : "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point". Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur (à Lui la puissance et la gloire) et Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allâh me décréta : "Ô Muhammad! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la faite pas, on lui inscrira une récompense à son actif; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action". Je redescendai et arrivai auprès de Moïse (que la paix soit sur lui) pour l'informer de la chose, mais il me dit : "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction".
"Je suis déjà retourné plusieurs fois à mon Seigneur, jusqu'à ce que j'aie trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande." répondis-je à Mûsa. (Mouslim n°234)

D'après Mâlik Ibn Sa'sa'a (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : Pendant que je me trouvais auprès de la Maison sacrée (la Ka'ba) dans un état intermédiaire entre le réveil et le sommeil, j'entendis quelqu'un appeler : "L'homme se trouvant entre les deux autres!". (il y avait, selon les commentateurs, deux hommes à côté du Prophète). J'y répondis. On m'emmena et m'offrit ensuite un bassin d'or rempli de l'eau de Zamzam. On me fendit la poitrine d'ici jusque là. Un autre transmetteur, Qatâda, s'enquérit : "Et qu'a-t-il entendu par (d'ici jusque là)?". -"Jusqu'au bas-ventre", répliqua Anas. - On m'extraira le cœur, dit le Prophète, et après l'avoir lavé avec l'eau de Zamzam, on me le remit à sa place en le bourrant de la foi et de la sagesse. Puis, me fut amenée "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait-; sur laquelle on me fit monter. Puis, je m'en allai avec Gabriel, jusqu'à atteindre le ciel le plus proche où il demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit donc en disant : "Qu'il soit donc le bienvenu! Quelle heureuse arrivée que la sienne!". J'y trouvai alors Adam (que la paix soit sur lui)". Et le Prophète se mit à relater la suite des événements (déjà mentionnés dans le hadith précédent) en disant qu'il avait rencontré au second ciel, Jésus ('Isa) et Jean-Baptiste (Yahiya) (que la paix soit sur les deux); au troisième, Joseph (Yûsuf); au quatrième, Anoch ('Idris); et au cinquième, Aaron (Hârûn) (que la bénédiction d'Allâh soit sur eux tous). - Nous parvînmes enfin au sixième ciel, continua le Prophète, là je vis Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) que je saluai. Et lui de me répondre : "Que tu sois le bienvenu, frère vertueux et Prophète vertueux!". A peine l'avais-je dépassé, qu'il se mit à pleurer. "Pourquoi tu pleures?", lui demanda-t-on.
- "Ô Seigneur, répondit-il, ce jeune homme, vous l'avez envoyé après moi; et pourtant une multitude de sa Communauté iront au Paradis, tandis que ceux qui y accéderont parmi ma Communauté seront moins nombreux". Puis, nous montâmes au septième ciel où je vis Abraham ('Ibrâhim). Or, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) raconta qu'il avait vu quatre fleuves : deux apparents et deux autres sous terre. "Ô Gabriel! Quels sont donc ces fleuves?", demanda-t-il.
L'Archange répondit : "Les deux fleuves souterrains sont du Paradis; quant aux deux autres, ils sont le Nil et l'Euphrate". Le Prophète poursuivit son récit : Puis, on me montra la Maison Peuplée à son endroit sur laquelle j'interrogeai Gabriel qui me dit : "C'est la Maison Peuplée où chaque jour, soixante-dix mille anges font la prière pour une seule fois dans leur vie". Ensuite, on m'apporta deux récipients : l'un contenant du vin et l'autre de lait. Je choisis celui-ci. "Vous y êtes! Qu'Allâh te bénis pour la faveur de ta Communauté! Tu as opté pour la voie primordiale", constata Gabriel. Aussi, il me fut prescrit d'accomplir cinquante prières par jour..." Et le Prophète relata ce qui s'était passé à ce sujet. (Mouslim n°238)

A son retour, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) raconte cela à Qouraych et les preuves qu'Il leur apporte

Oum Hâni' (رضي الله عنها) dit : "Le Prophète - que la paix et les bénédictions d'Allâh soient sur lui - dormait chez nous la nuit où le miracle d'al-Isrâ' eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l'œil de peur qu'un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m'expliqua : "Gabriel - que la paix soit sur lui - vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison. Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l'âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes.
Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse : il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs, il ressemblait aux gens de Azd Shanu'ah (une tribu arabe). Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à 'Urwah Ibn Mas'ûd Ath-Thaqafî. Il me montra aussi l'Imposteur [l'Antéchrist]. Borgne de l'œil droit, il ressemblait à Qotn Ibn 'Abd Al-'Ozzâ." Puis il me dit : "Je veux sortir raconter tout ce que j'ai vu à Qoraïsh." Je le retins par ses vêtements et lui dit : "Je t'en conjure, tu sais bien que ses gens te démentissent et je crains qu'il ne te fassent du mal !" Il libéra ses vêtements de ma main et sortit.
Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. Mut'am Ibn 'Udayy se leva et lui dit : "Ô Muhammad, si tu étais aussi jeune que tu l'étais dans le temps, tu n'aurais pas dit une telle chose et resté impuni !"
Un autre homme lui dit : "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit ?"
Le Prophète répondit : "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche."
L'homme lui demanda : "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel ?"
Le Prophète dit : "Oui, je l'ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s'est cassé [un membre]. Ils avait un récipient d'eau que j'ai bu."
Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu'il n'y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abî Quhâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain de telle direction.
Le lendemain, ils attendirent à l'endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu'un chameau s'était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu'une chamelle rouge s'était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d'eau. Abou Bakr Ibn Abî Qohâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu'ils avaient bien un récipient et qu'il l'avait remplit lui même et qu'il ne savait pas qui avait bien pu la boire. Quand Abou Bakr prit connaissance de toute l'histoire il fit foi au Prophète et cru ce que le Prophète avait relaté. C'est depuis ce moment là qu'il fut qualifié d'As-Siddîq (i.e. celui qui croit).

Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Je me vis (en songe) dans l'enceinte de la Ka'ba (le Hijr), pendant que les Qoraychites me questionnaient sur mon Voyage Nocturne. Ceux-ci m'interrogèrent alors sur des détails concernant le Temple de Jérusalem que je n'avais pas retenus; ce qui me causa une affliction qui me fut inconnue jusqu'alors. Le Prophète ajouta : "Allâh fit alors apparaître le monument à ma vue, et ainsi je pus répondre à toutes leurs questions". (Mouslim n°251)


Rien à voir avec l'histoire, il s'agit de l'explication du monde invisible.

Allâh (تعالى) a dit : {Si vous ne lui portez pas secours... Allâh l'a déjà secouru, lorsque les mécréants l'avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu'il disait à son compagnon : "Ne t'afflige pas, car Allâh est avec nous." Allâh fit alors descendresur lui Sa sérénité et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des mécréants, tandis que la parole d'Allâh eut le dessus. Et Allâh est Puissant et Sage.} (9/40)

en réalité Muhammad n'est réellement écrit que 4 fois, chose incroyable, Muhammad ne se site pas lui-même.

deuxième de deux est un produit invisible
"et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas" est un produit invisible, tu es dans un conflit de terriens qui n'a rien à voir avec l'invisible.

LES COURSIERS Sourat 100
le SECOURS c'est Sourate 109
la COURSe AUX RICHESSES Sourate 102


40.50. Ils diront : "vos Messagers, ne vous apportaient-ils pas les preuves évidentes"? Ils diront : "Si"! Ils [les gardiens] diront : "Eh bien, priez"! Et l'invocation des mécréants n'est pas qu'aberration.

"Eh bien, priez"
68.16. Nous le marquerons sur le museau [nez] .
(le nez des mots bien sûre !) les lettres ne sont-ils pas des signes ?

Elimélec

Christianisme [Évangélique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2130
Enregistré le: 23 Mar 2006, 03:58
Localisation: dans les lieux célestes en Christ

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 28 Juil 2018, 04:55

Georges_09 a écrit:Mahomet aussi a écouté des moines et des rabbins quand ils récitaient ou commentait la Bible.

Oui cela ne fait aucun doute, notamment des récits d'évangiles apocryphes dont ils s'est inspiré et dont nous retrouvons quelques épisodes
dans le coran, par contre je doute qu'il ait eu une grande connaissance de la bible.

Georges_09

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 675
Enregistré le: 17 Aoû 2012, 08:47

Message Sujet: Qui est Muhammad SAW ?

Message Titre du message: Re: Qui est Muhammad SAW ?

Message Ecrit le 28 Juil 2018, 10:22

Elimélec a écrit:Oui cela ne fait aucun doute, notamment des récits d'évangiles apocryphes dont ils s'est inspiré et dont nous retrouvons quelques épisodes
dans le coran, par contre je doute qu'il ait eu une grande connaissance de la bible.


Certains historiens disent que sa première femme Khadija était chrétienne. Le coran est un plagiat de la bible. Il n'est original que par certains interdits comme celle du vin
qui montrent que cette interdiction a été progressive.
"Rien n'est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse".
Martin Luther King


Retourner vers Dialogue islamo-chrétien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Arké, Athanase, Bing et 39 invités