Eternel des armées

Forum sur les passionnants voyages de notre patrimoine religieux. Découvrez l'histoire des civilisations.


Prophètedel'éternel

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1210
Enregistré le: 15 Sep 2016, 08:01

Message Sujet: Eternel des armées

Message Titre du message: Re: Eternel des armées

Message Ecrit le 13 Oct 2016, 06:52

suite et fin

Année 14 et 15 de Rok-Lur

Notre population avait grandement augmenter ces 2 dernières années.
Certains commençaient à vouer un culte au dieu-vivant Kur.
Kur Da’ Ast’ était prête à une nouvelle extension de ses frontières. Les problèmes d’eau étaient résolus à Rok-Lur et Rok-Fark, et les éventuels problèmes d’eau à Oléa Ta’ Rok toujours sous le commandement de Girak avait été prévenu par l’installation d’un système comparable, boostant au passage les récoltes, le village n’ayant plus besoin d’une aide du royaume pour poursuivre son développement.

Année 16 de Rok-Lur

Alors que je préparais avec quelques généraux les 2 futures campagnes qui nous permettraient de nous étendre dans le nord et plus à l’est, une vague de réfugiés arriva du sud.
Ils avaient été chassés de leurs village.
Maudits par leur Dieu.
Ils cherchaient nos plantes médicinales...

Mais leur malédiction commença à se répandre aux nôtres. Bientôt tout le royaume fût atteint...

Il y avait encore une année, florissant, le royaume était à présent en proie aux doutes et à la peur.

Nous isolions les « maudits » derrière de grands murs de briques et leur faisions parvenir de quoi se restaurer. Au début il ne s’agissait que de petites huttes, mais bientôt de grands travaux durent être entrepris un peu partout pour loger les « maudits, et les isoler des autres. Nous leur fournissions le bois pour la crémation des morts. Rituel habituellement réservé aux plus riches, j’espérais que cela rassurerais mon peuple.

Presque toutes les villes avait perdu 1 habitants sur 5.
Je décidais donc d’avorter mes projet de campagne, bien que la malédiction soit passée, afin de permettre à tous de récupérer le moral qu’ils avaient perdus et de panser leurs plaies.



Année 17 de Rok-Lur

Cette nouvelle année qui commençait apportais son lot de bienfaits. Les récoltes avaient été particulièrement généreuse, et un nouveau filon de roche de Rok, désormais appelé communément Ad’Rok abréviation de Iopa’Ad’Da’Rok ( Précieux Don De Rok).

Les ralliement des populations des villages qui étaient proche de nos villes depuis le début de nos conquêtes avaient considérablement réduit le nombre de nos protectorats, ce qui nous rendait le service qu’ils étaient dirigés par nos lois, mais nous privaient de zones de tampon entre nous et les pillards, ainsi que d’information sur les zones plus lointaines.
La tactique des pillards consistait maintenant à faire bouger nos armées en se montrant proche de nos zones de ressources et de stockage, éloigner le gros de nos troupes, et d’envoyer un groupe plus petit pour prendre ce qu’ils pouvaient...Ce n’était pas un problème en soi, compte tenu des surplus impressionnant de nos productions alimentaires, mais cela était particulièrement humiliant pour ma position qui devenait de plus en plus celle d’un dieu qui marchait parmi les hommes – pas que j’y crois personnellement, mais c’est plutôt avantageux pour mes projets-.

Je délaissais pour le moment la partie ouest de mon royaume au profit du nord et de l’est. Dès la prise de Rok-Kourk, 3 de nos villages voisins avait décidé de devenir des protectorats, soit par crainte de nos intentions, soit car ils se craignaient les uns les autres... Quelques années plus tard, ces villages avaient été totalement désertés et les habitants avaient rejoint nos villes; comme cela se produisait un peu partout depuis le début.

Cette année, le village le plus proche de Rok-Lur au nord se trouvait à près d’une demi-lune de marche. Idem pour l’est, à l’exception de quelques villages qui se situaient entre 2 et 5 jours de marches. Tous des protectorats, qui ne faisait que verser leur tribut, mais n’avait jamais besoin de notre soutien militaire, puisque les pilleurs venaient directement sur nous.

La situation était identique au sud à Rok-Kourk, l’ouest dans la zone d’Oléa Ta’Kur. L’ancien pays de « Von » semblait épargné, sûrement à cause de la frontière que créait « Von », du fait que le système des protectorats avaient encore une certaine utilité.

Je réclamais donc des troupes à toutes nos villes pour ma prochaine campagne dès la fin de la récolte.
Une lune plus tard se réunissait donc à Lur-Kourk mes troupes. Je n’en revenais pas, mais les troupes étaient presque exclusivement constituées de nouvelles recrues. Seuls les commandants étaient des vétérans. Le seul général ayant fait le déplacement était Jodok qui m’apportais également un message de Gakir qui m’expliquait de vagues motifs quant au fait qu’il ne soit pas venu . Je pensais que plus viendraient sans que je n’ai besoin de le leur demander. La satisfaction d’être des gouverneurs guerroyants devaient probablement leur suffire – Ils me déçoivent, et ils le paieront cher, je convoque l’armée et le conseil ne daigne même pas se déplacer-.

Je me charge donc de former un nouveau conseil. Jodok devient mon nouveau bras droit en lieu et place de Luror, du fait que je n’ai pas d’enfant, cela signifie qu’il devient héritier du royaume. Lurir, son frère présent semblait prendre ma décision comme un véritable cadeau que je lui faisait – il faudra que je pense à me débarrasser de lui également, car sans Luror, il ne serait même pas là - .

Je nomme beaucoup de commandants au grade de général. Ainsi se passe le premier conseil de la campagne.
Le second aura lieu le lendemain. Je soumettais les 3 projets, Sud, Est ou Nord ? Mis à part Jodok qui insistait avec moults arguments pour délaisser le sud au profit de l’est ou du nord en prévision d’une prochaine campagne qui irait pacifier l’autre partie en prévision à dessein la sécurisation de la capitale avant toute extension au sud, les autres ne dirent rien – que me manque Gafur et Koyir, heureusement Jodok fait entendre sa voix-.

Je décidais donc d’envoyer de petits groupes d’éclaireurs vers l’est et vers le nord. Une mission qui durerai une à 2 lunes.

Nous entraînions donc nos nouvelles recrues aux manoeuvres. Dès le premier jour, Jodok et moi comprenions à quels point nous aurions risquer gros en partant sans préparation. A l’exception de 500 lanciers et 300archers en fin de compte les troupes que nous avions nous-même entrainer, tout était à revoir, parfaire, ou même apprendre...
Deux lunes d’entraînement ne seront pas de trop pour pouvoir gagner...

La caractéristique que je voulais insuffler à cette armée était l’importance que je voulais accorder aux archers depuis que notre art de la fabrication d’arcs permettait à ces derniers de décocher à 150 pas...J’insistais donc particulièrement sur l’entraînement des archers et leur formation au combat dans les bois. Leur réserve de flèches devaient désormais être de 20 et non plus 10 au minimum, plus si possible. Je créais également un corps « multi-rôles », portant à la fois la lance et l’arc. Une grande majorité des lanciers se voyaient également équipés de ce qu’ils nommaient Buk’An’Iopa ( abrégé en Buk’An’ ; Précieux Don au « Guerrier méritant ») des défenses de bois. Notre capacité a les produire avait grandement augmenter, même si celle de grande qualités n’était pas nombreuse, les Buk’An’ étaient légers, grands, maniables et offraient une protection autant contre les flèches que contre les lances. Notre armure de corps en cuir ne consistait plus seulement en un bustier, mais apportait une protection supplémentaire au niveau du cou et des cuisses. Bien que peu pratique lors des longs déplacements , ces protections étaient aisément détachables et simple à enfiler.

Après une lune, cette armée de débutants en quête de gloire commençait à prendre forme, sous les encouragements et punitions que Jodok et moi leurs prodiguions.

Les 1000 lanciers et 600 archers qui étaient arrivés il y a une lune devenaient peu à peu 600 lanciers purs munis de Buk’An’, 500 archers purs, qui commençaient à atteindre ce qu’ils voulaient à 100 pas, et les volées à 150 semblaient prometteuses, et 500 Archers/Lanciers, excellents aux tirs courts et aux manoeuvres de lances de contournements.
Je divisais donc l’armée en 5. 2 sous mon commandement, 2 sous celui de Jodok, et 1 sous la direction de Lurir, qui viendrais avec nous. La chaîne de commandement s’allongeait donc d’un niveau : Général en Chef, Général, Commandants. Le Roi à la tête du tout. En plus de devenir mon bras droit, Jodok fût le premier a atteindre le titre de Général en chef.

Malgré la faiblesse du nombre en comparaison de ce que pouvait soutenir le royaume, cette armée me semblait être la puissante que j’ai jamais eu sous mon commandement.

La 3ème lune commençait depuis l’envois des éclaireurs, lorsque les premiers revinrent.

A une demi-lune à l’est se trouvait une grande ville qui semble être le centre de direction d’un groupe de villes et de villages. Les éclaireurs qui en revenaient m’informaient que leurs conseils étaient formés des anciens de tous ces villages. Leur armée semblait inexistante, mais il y a avait là bas un fort potentiel de population. Par contre à mon grand désarrois, il m’appris que la roche de Rok était présente en grande quantité, bien qu’il ne l’utilisait que depuis quelques années...- Rok ? ferais-tu des dons au monde pour me tester ?-. Il n’avait pas vu d’activités militaires ni de stock d’armes... Une région riche et peuplé, possédant la roche de Rok. Une population totale avoisinant les 15000 habitants. Donc un potentiel de guerriers maximum d’environ 3 à 5000, néanmoins sans entraînement apparents, soit la moitié du nôtre malgré la « malédiction ».
Quelques jours plus tard, les éclaireurs partis vers le nord arrivèrent.

A une lune au nord, se trouvait la fédération de Huj’. Huj’ semble être leur Déesse protectrice. La fédération est composé d’une vingtaines de villages, sous alimentés, mais bien équipés, semblant être des habitués des pillages. – Ce sont sûrement eux, qui étaient venus et avaient tuer Kirak-. Une vague approximation du nombre d’habitants, ne permettais pas d’estimation réaliste de leurs capacités militaires.

Lors du conseil suivant, ceux qui, il y a 2 lunes encore, n’osaient dire un mot parlaient, discutaient, argumentaient pour me faire changer d’avis.

Le nord : La vengeance avant tout.
Et puis direction l’est.

Les raisons que je leur donnais étaient valables, bien que ce ne soient pas les véritables raisons : Il faut être aguerris aux combats et endurant pour gagner contre un plus grand nombre de guerriers

Jodok, principal défenseur de l’idée de la conquête de l’est fît volte-face et me soutînt après que j’eus énoncé mes arguments : Nous allions au nord.

Nous longions donc les Montagnes de Rok en direction du nord. Au-delà des montagnes nous traversions des forêts plus ou moins grandes, passions nos protectorats, et remontions les rivières. Des plaines, des forêts regorgeants de gibiers. Certains sites semblaient pouvoir acceuillir une future extension vers le nord.
Une lune s’était écoulé depuis notre départ, et les villages que nous avions rencontrer en chemin étaient peu peuplé, entre 50 et 500 habitants. Nous apprenions qu’ils étaient régulièrement victimes des pilleurs. Nous leur expliquions donc nos intentions, et ils nous fournissaient ce qu’ils pouvaient pour nous soutenir. Nous leur proposons de devenir des protectorats et les modalités d’adhésion, leur proposant de réfléchir jusqu’à notre retour pour ceux( peu nombreux) qui n’acceptaient pas sur le champ et nous pouvions désormais localiser le groupements de villages de pilleurs.

2 jours plus tard.

J’envoyais Lorir, avec ses 100 lances, 100 archers et 100 lanciers/archers brûler un petit village membre de notre cible. Lurir massacra la moitié des hommes, soit 50, en laissa 20 partir avec les femmes et les enfants. Les 30 autres nous serviraient de porteurs. Aucune perte n’était à déplorer.
Deux jours plus tard, cette attaque eût les effets escomptés : Une vaste armée de 2000 hommes se présenta devant nous.- peut-être pensent-ils pouvoir gagner...-
Leur armement était en os, et en pierre, leur armures de cuir semblaient peu épaisse et non traiter à la chaleur de Lur...Nombreux, mais ils ne feront pas le poids avait tranché notre conseil.

Ils disposaient de 1200 lances, alignés sur 3 rangs avec derrière 800 archers. Aucune stratégie notable à part l’attaque frontale.

Jodok tenait le flanc gauche. Sa proposition était simple : tenir en respect leurs lances tout en refermant sa mâchoire. Mon seul ordre à l’ensemble de mes généraux nos archers devaient pilonner les archers ennemis, jusqu’à une réduction notable de la force d’archers ennemis. Lurir était à droite.

Je tenais le centre, avec Furok, qui commandait une des 2 divisions.

L’ennemi se tenait face à nous, à environ 500 pas. Ils levaient leurs lances en hurlant. Leurs archers décochaient même des volées, qui immanquablement ne pouvaient pas nous atteindre et se fichaient entre 80 et 120 pas devant leur longue ligne de lances.
Nous avancions vers eux. Nos archers de 150 derrière la ligne des lanciers, les multirôles se tenaient un peu en retrait sur les flancs, arc en main. Je laissais entre mes 2 divisions 50 pas. Jodok pour sa part avait laisser près de 100 pas. Lurir semblait apeuré, mais à cette distance je pouvais me tromper.

300 pas, l’ennemi continuait ses harangues, sans venir au devant de nous.
200 pas. Toujours pas de réaction. Je fît s’arrêter l’armée. Je demandais aux archers de 150 de passer en première ligne avant de reprendre la marche

150 pas. Un peu plus loin devant nous les flèches ennemis gisaient dans leur dernière demeure.

ARRRRCCCHHHEEERRRsss

Mes lignes d’archers décochèrent.
La volée retombait. Les harangues cessèrent. J’ordonnais aux archers de 150 de reprendre leur position initiale
Et l’ennemi commença sa charge dans le plus parfait désordre. A 100 pas leurs lanciers commençaient à se bousculer les uns les autres. Ils souhaitaient visiblement tous converger dans la direction de mes lignes. Les multi roles commencèrent leurs volées. 50 pas. Les archers de 150 commençaient leur mission en même temps que la seconde volée touchait ses cibles. A gauche Jodok méritait bien son tout nouveau titre, il avait envoyer l’autre division commencer son contournement et s’apprêtait à tenir le centre. 20 pas, troisième volée.

Charggeeeeeeeee

La ligne de lanciers s’ébranla

Contact.
Leurs charge n’avaient servit à rien, leurs lances se brisaient souvent sur nos Buk’An, ou étaient tout simplement inutile Nos lignes allaient être entouré lorsque les assaillants furent surpris du changement d’armes et de la charge de ce qu’ils croyaient être des archers. Les archers de 150 poursuivaient leur tirs, tenant en respect les archers adverses qui devenaient inutiles. La mâchoire à gauche se refermait...
Lurir reculait quant à lui, les hommes qui nous faisaient face se débandèrent en voyant leur aile droite anéantie. J’envoyais aussitôt Furok au soutien de Lurir...

VICTTOOOIIIIRRREEEEEE !!!

Les survivants ennemis, essentiellement leurs archers fuyaient.
Nous achevons leurs blessés. 500 morts, 50 prisonniers de plus. De notre cotés 20 blessés légers, essentiellement parmi les multirôles...

Nous nous dirigeons vers ce qui est le centre de leur ligue de pilleurs, un village de semble-t-il 3000 habitants, vivants dans des huttes de bois. Je me remémorait Rok-Lur avant mon avènement...

Nous restons une demi-lune sur place.

Leurs villages subsistent essentiellement grâce aux pillages de villages plus au nord où la nourriture est abondante, notamment en grains qui permettent de faire une sorte de toulrouk, jusqu’alors inconnu. Leur maigre culture nous semble surtout être du à une mauvaise exploitation de leur terre, de plus les grandes étendues herbeuses semblent idéales à l’élevage d’animaux...
Une demi-lune m’avait convaincu, et me semblait-il les avaient convaincu de devenir des membre de Kur Da’Ast’- Tu ferais mieux de les massacrer, il sont nombreux...-
Je laissais donc Lurir et sa division en charge de l’administration de ce groupe de villages. Les ordres sont simples : 1 Améliorer leur agriculture 2 Créer des zones d’élevage 3 Leur apprendre notre langue.

Je repartais vers le sud-est en direction de mes prochaines proies. Cela faisait une demi-lune que nous marchions lorsqu’un messager arriva de Rok-Lur.


Rok-Kourk avait été ravagée. Pillée, brûlée, les réserves volées, ainsi que tout ce qu’elle pouvait compter de roche de Rok, des soldats venant de la zone de Von se rendaient en ce moment à Lur Kourk avec des provisions pour les rescapés du massacre de Rok-Kourk.
J’envoyais ce messager informer Lurir de la situation, et de me faire savoir au plus vite comment se déroulait l’occupation des villages de pillards, et de se rendre à Rok-Lur dès que possible.

Tous mes projets se trouvaient dès lors suspendus : Conquête de l’est, réorganisation du nord, etc...Je rentrais.

La seconde récolte devait bien tôt être faite, sous peine de la voir perdue.
Dès mon arrivée à Rok-Lur, j’ordonnais que nombre d’entre eux se rendent à Rok-Kourk pour les récoltes.

1500 soldats attendaient sous les ordres de Girak qui m’informais que Fildak se tenait prêt à venir, mais qu’il avait préféré rester pour la garde de la frontière ouest qui connaissait une période d’intensification des raids pillards. Les réfugiés avaient été surpris de l’attaque, tout les soldats avaient été massacrés, les hommes restant m’informaient que les « pillards étaient au nombre de 2 à 3000, et qu’il était évident que la roche de Rok étaient leur objectif. Des hommes des femmes et des enfants avaient été enlevés, les assaillants avaient brûlé tout ce qu’ils pouvaient. Tout les hommes de Rok-Lur et Rok-Fark, et Lur-Kourk s’étaient alors armés et l’ennemi préféra repartir vers le sud, en longeant les bords de Kourk.

Après la récolte, et la reconstruction de ce qui avait été détruit, soit une lune plus tard, j’ordonnais que soit construit un immense mur de brique autour des huttes et des zones de stockage. La quantité de briques nécessaires était colossale, et les travaux seraient sûrement longs.
J’appris que les pillards du nord semblaient bien disposés après que j’ai fait envoyer quelques roche de Rok. Que leurs récoltes s’annonçaient plus importantes, et que l’élevage commençait les laissant admiratifs...

Je préparais mon expédition vers le sud. Jusqu’au bout de la terre, je trouverais ceux qui ont fait ça et je les exterminerais.

Je pris plusieurs décisions en cette fin de cycle, avant de partir vers le sud.
J’avais réuni tous les haut conseillers à partager le feu.
Je nommais Girak Général en chef. Fildak également, et enfin Gonir.
Gonir prendrait la tête des villes de « Kur An’Von », « Oléa’ Ta’ Rok » et « Oléa Ta’Jido ». Cette zone se nommerait « Von Da’Ast »
Fildak devrait administrer « Oléa’ Ta’ Kur », « Kur An’ Jido’ Ta ‘ Rok » et « Oléa Ta Got » et « Kirk-Rok », zone nommé « Bur’Da’Ast’ »
Girak prendrait en charge Lur-Kourk, Rok-Kourk et Rok-Fark, nommé « Lur Da’ Ast ».

Je reléguais Luror à « KurRok » en tant que général. Il ne le prît pas très bien...

Rok-Lur serait administrée en notre absence à Jodok et moi par Kirok, maître dans l’art des messages, et très fin administrateur, et Ranur comme général de la défense.
Les Généraux en chef avaient pour ordre de faire bâtir des murs de briques autour des endroits stratégique, dont le but est de permettre de donner le temps à nos armées d’arriver prévenant ainsi de ce qui s’était passé à Rok-Kourk, ainsi que le soin de former entre 900 et 1200 soldats selon la taille de leur zone, je leur conseillais d’adopter la nouvelle stratégie que nous avions mis en place avec Jodok.

Année 18 de Rok-Lur

Les 2100 soldats de l’armée étaient prêts au départ. Désormais 1 général avait sous ses ordres une division de 100 lanciers, 100 archers de 150 et 100 multiroles. Je prenais 3 division sous mes ordres, dont une directement. Jodok s’en voyait confier 2, ainsi que Furok. Désormais, nous avions à disposition un nombre considérable de Buk’An : 700 pour cette campagne.

L’expédition durerait le temps qu’il faudrait, aussi je dotais l’expédition de nombreux messagers, et porteurs. Girak, Fildak et Gunor, bien que déçus de ne pouvoir participer à la campagne, étaient heureux de la confiance que je leur témoignais et m’avait offert une armure de cuir qu’il avait fait recouvrir de roche de Rok, somptueux, bien qu’inutile dans les combats.

Nous atteignons nos protectorats du sud aux quels nous avions fait parvenir de quoi se reconstruire. Ils nous accueillaient avec une joie non dissimulée. Certain voulaient se joindre à nous, mais nous refusions à cause de leur manque d’entraînement et de leur sous équipement.

Nous ne faisions désormais plus que suivre les traces du passage des pilleurs depuis bientôt une lune. Nous avions depuis longtemps dépassé nos protectorats, les villages que nous passions nous accueillaient souvent les lances à la main, quand nous leur expliquions que nous recherchions leurs assaillants, ils nous indiquaient des lieux de ravitaillements et la direction qu’ils avaient emprunter.

Quelques jours plus tard, une grande montagne nous faisait face, presqu’ aussi grande que celle de Rok. De cette montagne coulait une large rivière qui se séparait en deux. Au milieu, une ville de la taille de Rok-Kourk se dressait. De grande zone était cultivées. Plus haut on pouvait voir poindre des huttes de briques en grand nombre. A l’ouest une autre ville irrigué par une autre rivière se dressait devant une grande forêt. Nous étions probablement à une demi journée de marche de ces villes, quand apparût une armée assez imposante en face de nous. On pouvait voir que certaines lances possédaient des pointes de roche de Rok. L’armée s’approchait, et nous commencions à distinguer des enfants et des anciens parmi les soldats. La plupart n’avaient même pas de simple protection de cuir. Les seuls véritables guerriers semblaient être blessés. Je demandais à notre armée de se mettre en ordre de bataille, mais de ne pas avancer. J’allais au devant des adversaires, scintillant de mille lumière dans l’armure de cuir recouverte de roche de Rok.
500 pas
400 pas...
je vois les adversaires qui déposent les armes. Certains se mettent à pleurer. D’autres encore s’agenouillent avant de plier face contre terre à mon approche.
100 pas.
Ce qui semble être le chef s’approche de moi en marchant sur ses genoux...
Il parle une langue que je comprends en grande partie :

Il pense que je suis un dieu...

Un quartier de lune s’est écoulé.

Les pillards étaient passés par ici avant de traverser les montagnes vers l’est. Ils étaient venu pour prendre cette roche, que dans le nord on nomme roche de Rok, et dont l’utilisation, bien que mystérieuse faisait le bonheur de ce peuple, qu’ils en avaient découvert ici il y avait quelques cycles de culture. Ils furent surpris d’entendre que nous étions ce peuple du nord. Il voulaient rejoindre mon royaume- ça c’est de la conquête inattendue- Je leur laissais une de mes divisions pour leur sécurité. Mon représentant serait le général Jihok que je chargeais de la sécurité, et de l’annexion de cette fédération de villages, avec l’approbation de ses habitants. Avant de reprendre la poursuite des pilleurs. A la sortie des montagnes, 2 jours plus tard, se reproduisit une situation équivalente. Je nommais le chef messager de notre entreprise comme notre représentant pour cette fédération modeste mais disposant également d’un peu de roche de Rok, je le nommais général, mais même sans troupes hormis une 10aines de messagers, je le chargeais d’informer Jihok de la situation, de proposer des statuts de protectorats de « Kur Da’Ast’ » aux villages que nous avions traverser en arrivant du nord, et d’aller demander qu’une division de Rok-Lur, avec leurs familles descendent vers le sud pour s’installer dans la nouvelle ville, de toute façon, Rok-Lur commençait à avoir des difficultés à supporter un tel nombre d’habitants.2 divisions pour une extension subite et inattendue. Les pilleurs poursuivaient leur routes vers l’est. En chemin, les villages dévastés étaient nombreux. Je proposais le statut de protectorat aux plus proche de la seconde fédération. Et demandais simplement le chemin de nos ennemis aux plus éloignés.

Cela faisait 2 lunes que nous étions partis quand nous rencontrions les premiers villages non pillés- territoire ennemi-.

Certains nous annoncèrent qu’ils faisaient du commerce avec un très grand village où des hommes marchaient sur l’eau plus à l’est. Plus nous approchions, plus les renseignement étaient précis.

Quelques jours plus tard nous atteignons un village d’un milliers d’habitants. Nos renseignements étaient que ce village faisait partie de ceux d’où venaient les pillards. Les hommes et moi y allions et détruisirent tout, laissant libre court à notre rage, nous n’avions pût tuer qu’une 100aine d’hommes qui protégeaient la fuite des autres. Nous attendrions ici nos adversaires. Le terrain était propice, et des réserves de nourriture de qualité étaient à disposition.

3 jours plus tard.

2000 lances nous faisaient face et un bon milliers d’archers. Il disposait de pointe de roche de Rok sur leurs lances, mais de simple protection de cuir au buste. Pratiquement 2 fois plus nombreux que nous, un armement offensif équivalent, seul un doute subsistaient sur les flèches, mais nos protection de corps et nos Bur’An étaient inégalés.- c’était plus simple du temps ou je menais 300 guerriers contre 500...-

100 multi roles étaient dissimulés à 300 pas sur notre droite et 100 autres 200 pas sur notre gauche. Les archers de 150 était 20 pas derrière la ligne des lanciers et avaient pour ordre de maintenir à distance les archers ennemis. Les 400 multiroles restants étaient répartis entre les lignes de 100 lanciers 10 pas derrière ( comme un damier en gros) leurs ordres étaient d’envoyer des volées sur la charge ennemie et quand les lanciers seraient au contact de charger à leur tour.
Afin d’allonger nos lignes en longueur je réduis nos rangs de lanciers à 2.

300 pas...200 pas...100 pas.

Nos archers de 150 décochent sur les lignes ennemies. Les flèches s’abattent autant sur leurs archers que sur leurs lanciers. Il semblent particulièrement surpris et un hurlement précède de peu la charge.

Les volées s’abattent sur eux. Leurs archers se tiennent à 80 pas avant de commencer leurs travail, mais sont déjà bien amoindris.

50 pas...
Nous encaissons la première volée sans trop de dégâts, une grande partie s’en allant se ficher dans nos Buk’An, les hommes s’encouragent entre eux
20 pas...
Le ciel semble se noircir du nombre de flèches qui volent d’un camp à l’autre.

CHHARARRRRGGGGGEEEEE lancé-je en même temps que les autres généraux

Contact. Leurs lances percent les Buk’An, ou se plante dedans. Ils sont presque tous inutilisables, tout comme les lances adverses. Ils se font étriper pour ceux qui n’arrivent pas à fuir.
Comme attendu, Jodok à droite fait sortir les multirole des bois qui chargent les archers ennemis , tout comme Furok le fait à gauche.

Au centre de la bataille je transperce, j’ai sorti mon couteau et je l’utilise comme un artiste.

L’ennemi est en déroute. La moitié de leurs lanciers est à terre, l’autre en fuite, leurs archers ont été amputer des 2/3 et nos archers de 150 finissent leurs réserves sur les lanciers fuyards, ou bien récupèrent les flèches ennemies dans le même but. J’ordonne à 100 multiroles de reprendre leurs arcs et de faire de même, bientôt tous suivent le mouvement, et courent après les fuyards en décochant leurs flèches...

La victoire est totale. Mais j’ai comme un goût amer dans la bouche, je n’ai pas eu ma dose de sang et de combat...

Les hommes sont heureux, nous n’avons perdu qu’une centaine d’hommes, 80 parmi les lanciers, et un peu plus d’une vingtaine parmi les lanciers archers.

Nous achevons les blessés ennemis : 1700 cadavre environ. Nous gardons 200 prisonniers. Plus de 1000 ennemis ont réussi à s’enfuir. J’ordonne d’entasser les cadavres et de les faire brûler...
Je vomi, comme beaucoup de mes hommes à l’odeur de toute cette chair brûlante. J’envoie des messagers annoncer notre victoire à nos nouveaux territoires, ainsi qu’au reste du royaume.

Ce soir là après la bataille j’invite le conseil à partager le feu :
- La vengeance est-elle assouvie pour vous ? demandé-je alors que les fumées nauséabonde nous entourent encore.

Un petit temps de réflexion :
- A mon avis ils ne sont pas prêt de recommencer, lance Furik
- A mon avis, nous devons aller libérer les nôtres qui sont peut être encore en vie un peu plus loin dit Jodok.
- Pour moi, ce n’était pas une bataille, mais un massacre que Rok a voulu, bien que 2 fois moins nombreux, ils se sont fait écrasés, Maitre Kur, dit un commandant.
Je laisse un peu de temps au cas où quelqu’un aurait eu quelque chose à ajouter.

- hé bien je suis d’accord avec vous tous, annoncé-je, mon seul problème est que cette campagne nous a fait gagner une zone considérable, et que nos bases sont assez éloignées, tu vois ce que je veux dire Jodok ?
- Je vois tout à fait Maître Kur, « Kur Da’ Ast’ » s’étendant à présent sur plus d’une lune de marche, il est difficile d’y maintenir la même cohésion qu’entre Rok-Lur et les principautés qui lui sont proches...
- D’autant que ma stratégie pour obtenir cette cohésion dont tu parles est l’échange d’otages, et le transfert de populations, qui nécessite escorte et ravitaillement... Kur Da’ Ast a peut être grandie trop vite

Beaucoup semble ébahis par ma déclaration, mais se reprennent vite en me disant qu’il s’agit là de la volonté de Rok et de Lur, Ma Volonté...

Nous poursuivons notre avancée.

Les villages ennemis sont désertés, et c’est tranquillement que nous entrons dans ce que nous savons être la ville principale. Nous y restons un moment, ne pouvant pas nous empêcher de remarquer que leur mode de vie est semblable à celui de Von, mais qu’un morceau de terre semble flotter au milieu de l’eau. Nous y restons jusqu’à l’arrivée de représentants.

Il est étrange de constater que nos langues sont plus semblables que celle de l’ancienne « fédération de Von ». Bien évidement les nôtres encore en vie nous sont rendus immédiatement, ainsi que d’autres de leurs prisonniers, qui sont des membres des villages et fédérations que nous avons traverser.

Cette fédération de villages regroupe une 10 aines de villages, peuplé de 1000 à 2000 habitants et leurs villages chef 5000. Ils avaient fait cette campagne pour obtenir de la main d’oeuvre, et de la roche de Rok. Après le massacre de leur meilleur guerriers et bien qu’ils puissent encore aligner 3 à 4000 lances, ils acceptèrent de se soumettre à l’autorité de « Kur Da’Ast’ ». Je décidais de laisser Furok et ses hommes comme nos représentants, et d’emmener comme otages 500 hommes, 1000 femmes et 2000 enfants, qui devaient être libérer 2 cycles plus tard.

Ainsi une demi-lune plus tard 1200 soldats, accompagnés de 1000 anciens prisonniers et 3500 otages partirent sur la route, ensemble, mais chacun ayant sa destination personnelle.

Je prenais le reste de l’année pour organiser nos nouvelles conquêtes au sud et sud-est.

Les 3 fédérations se virent offrir le statut de principautés : ces fédérations seraient dirigées par un de mes représentant et un conseil de leurs villages. Je ne m’occuperait que des grandes lignes et leur laisserais les détails. Hormis la dernière, que je séparais en deux principautés distinctes.

Tout le monde accepta avec gratitude, à ma grande surprise.

Sur le chemin du retour, en passant dans un villages de 1000 habitants devenu protectorat entre temps, je proposais ma nouvelle invention : devenir une principauté. Ils ne comprenaient pas vraiment ce que cela voulait dire, mais étant donné qu’ils se trouvaient à une demi-lune de la première principauté au sud et une demi-lune de « Rok-Kourk » Jodok argumenta et obtint leur accord. Les villages alentours étaient ravis de cette situation. Je laissais donc Jodok et son armée sur place avec la moitié des otages pour fonder une ville, qui serait la capitale de cette principauté, et lui mon représentant.

En arrivant à « Rok-Kourk » j’eut l’agréable surprise de voir un mur de briques haut de 2 hommes qui entouraient la zone de stockage des grains, d’outils et de roche de Rok, clôturé par une barrière de bois amovible. Je fut acclamer à mon retour.

Je suis apparemment devenu Rok et Lur eux-mêmes marchant parmi les hommes...

Les nouvelles du nord sont plutôt bonnes, l’ancienne fédération de pillards est désormais autonome en nourriture, voire même excédentaire et l’élevage s’y porte à merveille.


Année 19 de Rok-Lur

Je consacre cette année à la réorganisation administrative du Royaume.

Désormais il y a le domaine royal : Rok-Lur, les 2 villes sur le Kourk, Rok-Fark, et s’étendant vers l’ouest jusqu’à « Oléa’Ta’Kur ».
L’ancien pays de Von est divisé en 3 principautés, Luror et Gonir ayant décider de mener une campagne contre les pillards des environs de KurRok, et fonder 1 nouvelle ville.
Vers le nord je propose également à nos 2 plus gros protectorats situés à une demi lune le statut de principauté qu’ils acceptent immédiatement avec gratitude.
La fédération de pillard à une lune au nord reçoit et accepte la proposition de devenir une principauté

Le reste de cette année est consacré à l’élaboration des droits et des devoirs des principautés à l’égard du Roi et de leurs administrations internes. Avec l’aide de Kurok et de quelques messagers- qui porte de plus en plus mal leur nom-. Un code est finalement établi :

1 Interdiction de l’export de roche de Rok en dehors des frontières de « Kur Da’ Ast’ »
2 Le prince est nommé par le Roi
3 Un conseil formé de représentants des villages accompagnera le prince dans sa tâche
4 Toute principauté doit subvenir au besoin d’une école de messager
5 Toute principauté doit entraîner et équiper 1200 hommes, placé sous le commandement du Prince, et un équipement complet pour 300 de plus qui peuvent être appelé au service du Roi
6 Toute principauté doit transmettre régulièrement les informations la concernant au Roi.
7 Toutes les principautés se doivent mutuellement assistance face aux pilleurs.
En cas de difficultés dans le respect de ce règlement, il doit en être fait rapport au roi dans les plus brefs délais.

Ce règlement semblait satisfaire tout les princes, et également le peuple qui avait son mot à dire grâce à ses représentants.

Evidement, le domaine royal aidait considérablement les 3 principautés en formation.
C’est alors qu’arriva, tout droit d'« Oléa’Ta’Got » une toute nouvelle invention : Faire tracter les chargements par les animaux les plus forts. Le commerce et les fournitures arrivaient plus rapidement.

J’avais à présent sous mon autorité : le domaine Royale, avec un potentiel militaire de plus du double de n’importe quelle principauté, et 11 principautés. Parmi les princes seul Fildak n’avait pas participé à la première bataille que j’avais commandé, il y a bientôt 20 cycles.

Les petites principautés deviennent plus grande, et leurs villes croissent.

Ma campagne vers l’est attendra encore quelques temps.

Année 20 de Rok-Lur

Ce cycle marque un tournant.

Cette fois c’est officiel : Je suis les Dieux « Rok et Lur » qui ont pris une forme humaine... Je ne peux même plus marcher tranquillement ailleurs qu’à Rok-Lur, et au sein de mes troupes. Un tout petit village de 20 habitants étaient arrivé des montagnes un peu plus loin au motif que Rok et Lur ne lui parlait plus depuis près de 40 cycles de récolte, et que leurs récoltes étaient mauvaises, leurs chasses également... elle ne faisait que de se plaindre que Rok et Lur l’ai abandonné....
Il n’en avait pas fallut plus pour que tout le monde y voit ce qu’il voulait : que je sois un dieu...
Ceci fît le tour du Royaume en moins de 2 lunes
Statut hautement utile pour la loyauté de mes sujets, mais hautement risqué... -qu’en penseront Rok et Lur ?-.

Aussi, je vis arriver les princes les uns après les autres, accompagnés chacun par une division environ 2 lunes encore plus tard.
Cela faisait 20 cycles de récoltes que j’avais pris les commandes du petit village des montagnes.
Tous m’avaient apporter des cadeaux somptueux. Mais le plus intéressant était un anneau de roche de Rok conçu pour ceindre ma tête. – Très pratique, ça empêche mes cheveux de retomber devant mes yeux-.

Je profitais de leurs présences pour leur demander leur conseil pour ma future campagne à l’est ainsi que de l’états de leurs principautés.

Les 3 principautés en construction étaient désormais bien peuplé, les réserves protégées, les soldats formés et armés, les récoltes bonnes, l’élevage poursuivait son expansion. Le seul bémol est la quantité de roche de Rok, qui est très limité, obligeant tout le monde à poursuivre l’utilisation d’outil de pierre taillée.

Les 8 autres étaient en mesure de fournir plus de soldats, mais le manque de roche de Rok ne permettait pas un armement optimum.

Pour la campagne les princes me conseillaient de la mener vers des endroits où se trouverait de la roche de Rok, au lieu de me focaliser vers l’est, malgré la richesse de cette région. Luror m’informai que de nombreux villages sous protectorats à l’ouest semblaient troquer de la roche de Rok avec d’autres villages plus lointains à l’ouest...

J’avais jusqu’à l’année suivante pour choisir...

Année 21 à 25 de Rok-Lur

Je régnais désormais sur près de 100000 habitants. L’armée du domaine royale comptait 20 divisions, dont 7 permanentes.

Dès la fin de la récolte, je mobilisais 7 divisions et partaient avec les 7 permanentes en direction de l’est.

Une demi lune plus tard, eu lieu la bataille, et la victoire. J’avais perdu une division entière, l’ennemi avait fait appel à toutes ses forces, enfants, vieillards, et même des femmes. 5000 adversaires, inorganisés, mal équipés. Un vrai massacre des 2 cotés. Mais j’avais eu mon côtat de sang, et je demandais que l’on acheva pas les blessés, mais les envoyaient vers les 3 principautés qui manquaient encore d’un peu de main d’oeuvre. J’obtint rapidement satisfaction à mes demandes et créait 2 nouvelles principautés que je laissais sous la garde de 2 divisions chacune. Les généraux en chef nommé Prince se chargèrent de mettre en place ce qu’il fallait. Je restais jusqu’à l’arrivée des familles des soldats qui resteraient sur place, et puis rentrais..

Le tout en à peine 4 lunes... Je rongeais mon frein.

Les années suivantes visèrent à étendre à une lune à l’ouest le rayonnement de Kur Da’ Ast’... comme d’habitude, les batailles furent peu nombreuse, mais meurtrière. 5 nouvelles principautés furent fondées, largement exportatrices de roche de Rok et importatrice de grains. « Rok-Lur » rayonnait à une lune autour d’elle.

Le domaine royal, centre d’échange entre les différents coins du royaume était de plus en plus peuplés. Et le peuple semblait y trouver son bonheur.

A la 25 année, je commençais à m’ennuyer...

Année 26 à 30 de Rok-Lur

Je décidais de passer les montagnes du sud avec 10 divisions.

J’arrivais dans une zone herbeuse. Il n’y avaient que très peu de villages, mais des villes de briques. Où la culture paraissait particulièrement florissante.

Comme d’habitude, batailles, victoires

Et comme d’habitude, création de nouvelles principautés, introduction de l’élevage et de la roche de Rok.

Cela pris 4 années, mais 5 nouvelles principautés naquirent, avec le même règlement. A la fin de la campagne, alors que je passais dans un grand village de 1500 habitants ceux-ci me demandèrent à devenir une principauté, ce que je leur accordais et leur laissait 2 divisions et leur nouveau prince, introduisant l’élevage d’animaux locaux, l’utilisation de roche de Rok etc...

Je rentrais dans mon domaine, avec beaucoups de nouveautés à leur montrer et encore plus de gloire.

Je remplaçais les princes incompétents ou morts.





Année 31 de Rok-Lur

J’appelais Kirok, que j’avais nommé prince suite au décès de Jodok. J’inventais un nouveau titre, et le faisait avaliser par le peuple. Prince dans sa principauté, et héritier du domaine Royale : « Prince héritier ».

Il était temps pour moi de partir. Mon coeur cessa de battre pendant mon sommeil. L’obscurité se fît et une question revenait :

Du sang, beaucoup de sang, mais pourquoi ?
Une voix me réponds
Parce qu’il fallait le faire

Intitulé : La colère appelle le sang, Trop de sang l’apaise
http://www.lire-des-livres.com/alice-au ... erveilles/ ( celui là se commence au commencement )

http://www.lire-des-livres.com/de-lautr ... du-miroir/ ( celui là se commence par la fin )

Constater que de l'autre coté du miroir le style change légèrement.

jipe

[ Christianisme ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2632
Enregistré le: 03 Juin 2016, 13:19

Message Sujet: Eternel des armées

Message Titre du message: Re: Eternel des armées

Message Ecrit le 13 Oct 2016, 13:30

:hi:
Proverbe =Chap:27 , ver:11

Prophètedel'éternel

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1210
Enregistré le: 15 Sep 2016, 08:01

Message Sujet: Eternel des armées

Message Titre du message: Re: Eternel des armées

Message Ecrit le 29 Déc 2016, 04:52

comment se passe le donnut ? t'as pris une petite bière pour accompagner ?
http://www.lire-des-livres.com/alice-au ... erveilles/ ( celui là se commence au commencement )

http://www.lire-des-livres.com/de-lautr ... du-miroir/ ( celui là se commence par la fin )

Constater que de l'autre coté du miroir le style change légèrement.




Retourner vers Livres & Archéologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

Open chat