Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Forum sur les passionnants voyages de notre patrimoine religieux. Découvrez l'histoire des civilisations.


Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 15 Avr 2014, 14:35

Ok, au temps pour moi !
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

Arlitto

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 15 Avr 2014, 14:52

Tu ne connais pas l'histoire de la création ??? :roll: La terre est sortie des eaux..


Genèse 1
1.1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 1.2 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. 1.3 Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. 1.4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. 1.5 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour. 1.6 Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. 1.7 Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi. 1.8 Dieu appela l'étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour. 1.9 Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi. 1.10 Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon. 1.11 Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi. 1.12 La terre produisit de la verdure, de l'herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. 1.13 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour. 1.14 Dieu dit: Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années; 1.15 et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. 1.16 Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. 1.17 Dieu les plaça dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre, 1.18 pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d'avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. 1.19 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour. 1.20 Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l'étendue du ciel. 1.21 Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. 1.22 Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre. 1.23 Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour. 1.24 Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. 1.25 Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

1.26 Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 1.27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. 1.28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. 1.29 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture. 1.30 Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. 1.31 Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.

Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique

Message Ecrit le 15 Avr 2014, 15:45

Je ne prends pas le récit de la création consigné dans la genèse comme étant scientifiquement exact. Par exemple l'ordre de création des animaux dans la genèse ne correspond pas à l'ordre d'apparition constaté dans les strates.

Pour révéler sa parole aux humains, Dieu s'est accommodé de la perceptions et de la connaissances qu'ils avaient à l'époque.
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

Gabi

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 12:02

Ptitech a écrit:J'ai lu aussi une "preuve" que le déluge n'a pas été planétaire : des carottages ont été fait au pôle Nord dans des glaciers vieux de 10000 et aucune trace, aucune couche ne correspondant à un déluge n'a été découvert : depuis 10000 ans le glacier n'a pas bougé.



Idée juste stupide.
Des ours blanc daté de 100 000 ans ont été retrouvé dans des glaces, sauf que les ours blancs peuvent toujours se reproduire avec les ours bruns.
De quoi surprendre les évolutionnistes, car normalement, très rapidement selon les évolutionnistes les espèces même si elles peuvent se reproduire, donnent des bébés qui eux même ne le peuvent pas.

Or curieusement, le croisement ours brun / blanc, donnent des ours qui peuvent se reproduire.

L’évolutionniste dira que la différenciation entre ours brun/ blanc est récent un croyant dira que l'adaptation des espèces étaient prévu par Dieu, mais dans tous les cas, comment croire qu'une espèce comme l'ours blanc qui daterait de 100000 ans, puissent encore se croiser avec l'ours brun, et produire une descendance qui peut se reproduire?

J'ai pas un gros doute sur les datations avec la glace entre l'effet eau dure, l'effet réservoir marin et lacustre, et toute cette glace, j'ai aucun doute que ces datations sont COMPLETEMENT bidons.

Je ne connait pas de plus grande de foi dans le monde que les évolutionnistes avec 3 morceaux d'os à qui j'assimile les scientifiques soit disant droit dans leurs bottes qui ose affirmer que leurs datations sont 100% scientifique alors que leurs théories sont aussi vide qu'un ballon de baudruche.


La réponse est simple, les datations dans la glace sont fausses, les ours blanc sont une espèce très récente (quelques milliers d'années) ce qui explique pourquoi l'union des ours blanc/brun peuvent se reproduire.

Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 12:33

Dis-moi, tu es juste un troll ?
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

Gabi

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 12:40

Et toi, tu sais réfléchir par toi même?

Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 12:44

Gabi a écrit:
Idée juste stupide.



Je serai curieux de connaître l'avis des scientifiques à propos de ta remarque. Pour info voici le lien qui parle de ces datations (autrement plus sérieux que tes élucubrations) : http://www.scienceetfoi.com/ressources/ ... eluge-noe/

Je te propose de lire cet article aussi : http://www.scienceetfoi.com/les-scienti ... du-diable/

Et apporte un peu plus de source à tes remarques car franchement ton avis de pilier de bar ne vaut que dalle :lol:
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

Gabi

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 13:02

Ptitech a écrit:Je serai curieux de connaître l'avis des scientifiques à propos de ta remarque. Pour info voici le lien qui parle de ces datations (autrement plus sérieux que tes élucubrations) : http://www.scienceetfoi.com/ressources/ ... eluge-noe/


Je vois quand tu parlai de troll, tu es Ze spécialiste! Tu parles de l'existence ou non du déluge, alors que je n'ai fait remarquer QUE de la stupidité (et il faut une bonne couche) de baser son argumentations sur des datations, encore plus sur les datations qui implique de la glace.

Quand à la remarque sur le pilier de bars, vu ta connaissance des glaçons, c'est sur je suis en présence d'un spécialiste.

Les datations sont des approximations (parfois des aberrations) et encore plus en présence de certaines conditions climatiques (sécheresse, inondations..) mais t'as raison suit la pensée unique et sacrosainte scientifique qu'elle peut tout, explique tout et est la réponse à tout.

Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 19 Déc 2014, 13:05

Quelles sont tes croyances religieuses ?
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

Galileo

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 984
Enregistré le: 23 Nov 2014, 18:26

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 28 Déc 2014, 21:41

Je ne devais pas avoir plus de dix ans quand j'ai commencé à me poser des questions sur cette histoire de déluge. Je ne pensais pas impossible que la Terre entière ait été recouverte par les eaux, surtout si c'est par l'action de dieu (j'avais 10 ans hein), mais je m'interrogeais plutôt sur la place à bord de l'arche. :-) Bin oui, à dix ans, on se rend quand même compte qu'il y a pas mal de monde à caser sur ce rafiot. Heureusement que les baleines savent nager. Puis, à dix ans on se demande un peu aussi quel était le but aussi. Il a voulu faire quoi là dieu ? Moi avec mes copains on jouait à qui pissait le plus loin. Ça devait être un peu pareil pour dieu et puis on n'essayait pas d'en comprendre plus.
Tout ça pour dire qu'il y a quand même un âge les gars où il faut arrêter de croire au père Noel, aux petits lutins, et à tout le bestiaire biblique qui les ont précédés.

Gabi

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 30 Déc 2014, 06:29

Voici un extrait de la thèse de swinney sur le déluge. (Pour bien comprendre, il enlève 1000 ans dans son explication de base sur la chronologie classique, et fait des akkadiens, les hyksos. Notamment en comparant la 6ème dynastie égyptienne à la dynastie hyksos, et à la présence de mots akkadiens à une époque ou l'akkadiens n'étaient pas la langue diplomatique comme on pourra en retrouver à Amarna.
_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le déluge d'Ur était un événement World Wid



Dans ma Genèse d'Israël et l'Egypte (2008) je montre comment les premières civilisations ont commencé dans le sillage d'une grande catastrophe naturelle. Après cet événement, il semble l'impulsion à adorer les dieux en haut lieu («autels»), et la levée de ces (pyramides à degrés) livrés à l'humanité la connaissance de l'astronomie, les mathématiques, l'architecture et la tenue de dossiers. Ce cataclysme, rappelé dans toute l'ancienne légende, a laissé son empreinte clairement dans l'enregistrement archéologique, mais cette empreinte a été obscurcie et effacé par le jargon académique.


En 1922, un Anglais du nom de Leonard Woolley a commencé ce qui allait devenir l'une des fouilles archéologiques les plus célèbres de tous les temps. Le site choisi, il était Ur, un ancien port sumérienne nommé dans la Bible comme la maison d'Abraham, le père de la nation juive. Creuser à travers les différents niveaux de Bronze et de l'Age de Fer occupation et de faire quelques découvertes spectaculaires sur le chemin, son travail a mis en lumière nouvelle et fascinante sur la civilisation brillante et jusqu'ici presque insoupçonnée de l'ancienne Sumer. Ce est seulement quand il est allé en dessous de l'âge du bronze, cependant, que sa découverte la plus étonnante est venu à la lumière. Au bas de la première niveau associé à une civilisation utilisant métal, Woolley est venu à une strate profonde de ce qui semblait être de l'argile vierge. Toutefois, environ deux mètres et demi plus bas, les ouvriers sont venus à nouveau sur des preuves d'occupation humaine. Ce est alors seulement que Woolley a réalisé l'importance de la couche d'argile: l'argile était en fait de limon, de limon hydrique - preuve non équivoque d'une grande inondation. (Leonard Woolley Ur en Chaldée (édition Pelican, 1950) p. 21)


Nouvelles que Woolley avait découvert le Déluge de Noé a été flashé le tour du monde et a causé beaucoup d'excitation à l'époque. Dans les années qui suivirent, des efforts ont été faits pour découvrir des preuves de ce déluge dans d'autres régions de la Mésopotamie et au-delà. Si ce était effectivement le cas si vivement décrit dans le livre de la Genèse, il devrait sûrement laissé sa marque dans toute la Mésopotamie et bien au-delà. Mais, tandis que des signes clairs de l'inondation d'Ur pourrait en effet être trouvé à travers l'Irak, aucune preuve d'un tel événement, il a été affirmé, n'a pu être trouvée au-delà de la Terre des Deux Rivières. Finalement, tout le monde parle du déluge de Noé a été écartée, et l'événement Ur a été expliqué comme une catastrophe localisée causée par des pluies exceptionnellement fortes dans le cours supérieur des rivières du Tigre et de l'Euphrate.


Il se est reposé la question depuis de nombreuses années, mais en fait, une ou deux voix dissidentes ont été entendues de temps à autre. Il a été souligné, par exemple, qu'un dépôt de limon de deux mètres et demi indiquées eaux de crue de profondeur considérable, tandis que la discontinuité culturelle observée avant et après la strate d'inondation fait allusion à une catastrophe d'une beaucoup plus grande ampleur que tout un fleuve-inondation pourrait produire. (En fait, au-dessus des 2,5 mètres d'argile lourde il y avait une couche supplémentaire de cinq mètres de «débris», une couche apparemment pas déposé par les humains et montrant tous les signes d'être une couche stratifiée de matériau plus léger laissé par la même inondation, indiquant ainsi un dépôt d'inondation total de sept mètres et demi, ou vingt-trois pieds). Néanmoins, en dépit de ces facteurs, le déluge d'Ur a été décrété pour être locale à la Mésopotamie. Aucune preuve d'un événement contemporain dehors de la zone, il a été revendiquée, n'a pu être trouvée.


Pourtant, la preuve de grands cataclysmes, de feu et de l'eau, existe en abondance dans d'autres régions. Cette matière, si elle avait été correctement examiné, aurait résolu le mystère du Déluge une fois pour toutes.


Même comme Leonard Woolley a terminé ses fouilles à Ur, les archéologues découvrent des preuves de la destruction cataclysmique dans les temps anciens dans le site après site à travers le Proche-Orient. Ces destructions ont souvent été forgé par l'eau, mais également affichées les marques du tremblement de terre et le feu. Claude Schaeffer, par exemple, dont le travail inlassable dans tout le Proche-Orient a fait de lui une des plus grandes autorités de son temps sur l'archéologie des premières civilisations, a dit très clairement qu'il considérait la disparition des époques pierre, cuivre et bronze comme étant la conséquence directe de grands bouleversements de la nature. Travail définitif de Schaeffer, stratigraphie comparée et Chronologie de l'Asie occidentale, publié en 1948, a présenté au monde les conclusions d'une durée de vie de l'excavation, le catalogage et la recherche. Examiner en détail l'un certain nombre de sites très anciens en Anatolie, la Syrie, la Palestine et l'Iran, il a noté que dans tous ces endroits habitation humaine avait été perturbé à plusieurs reprises tout au long de l'âge de bronze. En particulier, il a noté que le Bronze ancien dite (ou plus exactement cuivre) colonies de l'âge étaient toujours terminés par une certaine forme de destruction catastrophique, les agents qui ont été normalement inondation, tremblement de terre et le feu. Cette destruction a été de loin la plus violente de ceux identifiés par Schaeffer, et nous aurons l'occasion d'y revenir à un stade ultérieur.


Schaeffer a fait peut-être son œuvre la plus mémorable à Ugarit, le célèbre port dans le nord de la Syrie. Ici, il a noté que "les plus anciennes tombes de règlement 2 ou Moyen Ugarit une reposent sur un lit de briques brisées couvrant une grande accumulation de cendres, témoin d'un vaste incendie qui avait ravagé Ugarit précoce 2.» (Ibid., P. 33 ) Il a noté, toutefois, que «Le feu d'Ugarit précoce 2 est ... plus de un épisode de l'histoire locale." (Ibid., p. 36) le sort de Ugarit, il a observé, a été partagée par les colonies dans toute l'Anatolie. À Tarse, par exemple, une culture de troisième millénaire "brillante" a été "détruit par le feu", tout en Alaca Hüyük, Troy, et Alishar Hüyük, il y avait des signes d'une «perturbation générale" qui a touché de vastes zones "".


Schaeffer finalement parvenu à la conclusion que, dans l'ensemble, six grandes catastrophes avaient à différentes époques frappé l'ensemble du Proche-Orient. Le premier de ceux-ci, et aussi de loin la plus violente, mis fin à l'époque du Bronze 2 en Syrie / Palestine.


Depuis la publication de la preuve stratigraphique comparée de ces catastrophes répétées a grandi de plus en plus globale. Bourse orthodoxe, tel qu'il est consacré par exemple dans Le Cambridge Histoire ancienne, a dans l'ensemble été contraint d'accepter la réalité de ces événements. Ainsi, nous trouvons J. Mellaart notant que chalcolithique (âge du cuivre) Troy 1 a été détruit dans un "soulèvement violent" (J. Mellaart, "Anatolie: c.4000-2300 BC," dans CAH Vol.2 partie 2 (3e éd. ) p. 383) et que "la combustion de Emporio, la destruction de Thermi, Bayrakli, Helvaciköy-Hüyücek, Bozköy-Hüyücek, et tous les autres Troy 1 site sur la côte égéenne entre Edremit et la presqu'île de Karaburun, dans la vallée et Caïcus les îles, suggère une catastrophe d'une certaine ampleur. "(Ibid.)


Ces cataclysmes étaient apparemment identiques à celles décrites si vivement dans les livres bibliques de la Genèse et de l'Exode, ainsi que dans les traditions de presque tous les peuples anciens. Parmi ces derniers, de nombreux volumes pourraient être remplis donnant un aperçu, mais il suffit de noter ici que les Grecs parlaient de ces événements, des perturbations catastrophiques de la nature accompagnées par de puissants raz de marée, et ils ont montré marqueurs pierres élevée sur les coteaux indiquant les niveaux à ces anciens qui avaient atteint marées. Les peuples de l'Europe occidentale et septentrionale avaient traditions semblables; et nous avons besoin seul point les légendes irlandais et gallois qui parlaient de vastes inondations de la mer et des terres et des colonies enfoncés. Ces traditions ont eux aussi trouvé leur confirmation archéologique dans les colonies innombrables Néolithique et âge du bronze submergées qui ont été découverts sur les côtes de l'Europe occidentale.


Serait-ce alors qu'à un certain moment dans l'âge de pierre et du Bronze la terre a subi une catastrophe ou une série de catastrophes les goûts dont l'homme moderne n'a pas d'expérience? La grande majorité des universitaires d'établissement continuent à hésiter à une telle suggestion; encore à la fin de stratigraphie comparée (un volume pour lequel il a été mis à l'écart par des professionnels), Schaeffer a examiné toutes les preuves, y compris la preuve claire de catastrophes similaires dans des domaines beaucoup plus loin que celles qu'il avait personnellement visité et est venu à la conclusion que ces bouleversements étaient des événements mondiaux, universelles dans le sens qu'ils avaient simultanément touché toutes les parties du globe. Mais si tel est le cas, lequel de ces cataclysmes était contemporain avec le déluge d'Ur, et comment se fait-il qu'il n'a jamais été reconnu comme tel?


La réponse à cette question réside dans les techniques contradictoires et incohérentes rencontres et les terminologies employées stratigraphiques par les archéologues dans les différentes régions du Proche-Orient: les détails de la nomenclature, des intérêts apparemment seulement pour les archéologues professionnels. Pourtant, comme tout le reste, le diable est dans le détail. Mais quel diable, et ce un détail!


Nous rappelons à ce stade combien Schaeffer a découvert des preuves de ce qu'il décrit comme un vaste incendie à Ougarit en Syrie du Nord. La catastrophe Ugarit laissé une couche de ce qui semblait être calciné ou de la cendre durcie près de quatre mètres de profondeur, et il détruit un règlement identifié par Schaeffer comme appartenant à la Bronze syrienne précoce 2. Ni Schaeffer lui-même, ni personne d'autre d'ailleurs, scie le feu d'Ougarit que contemporain avec le déluge d'Ur. Outre le fait que les agents de destruction étaient apparemment très différent, la chronologie est également en désaccord. Après tout, selon Woolley, le déluge d'Ur avait détruit un chalcolithique (âge du cuivre) règlement rapide du Circa 3300 BC, tandis que le feu de Ugarit avait détruit un règlement qui avait apparemment déjà atteint un état assez avancé de l'Age de Bronze ancien et a été datée Circa 2300 BC.


Il est donc clair, la destruction massive observée par Schaeffer et d'autres à travers la Syrie / Palestine et l'Anatolie ne pouvait pas être fait pour lier avec la grande inondation observé par Woolley en Mésopotamie. Telle est restée la sagesse accepté depuis de nombreuses années. Cependant, il y avait toujours un grand nombre des indices qui auraient dû alerter les chercheurs à la possibilité que ce point de vue peut-être tort. Pour en dépit des terminologies divergentes, la culture pré-le-feu d'Ougarit (EB syrienne 2) correspond de très près la culture pré-inondation d'Ur (Mésopotamie chalcolithique), tandis que les cultures post-catastrophe des deux villes correspondent aussi en détail. Le plus éclairant est le changement de styles de poterie. La commune de pré-embrasement d'Ugarit employé 'Ubaid type poterie de presque exactement la même nature que celle utilisée en pré-inondation Ur. De même, le lendemain de l'incendie Ugarit a vu l'introduction d'une nouvelle culture en employant la poterie fait au tour distinctive nommé Khirbet Kerak. Mais la culture Khirbet Kerak se rapproche beaucoup du Jamdat Na? R culture de post-inondations Mésopotamie. Encore une fois, pré-conflagration Ugarit était entièrement analphabète, avec les premiers hiéroglyphes ne apparaissant plus tard - une situation qui reflète précisément celle de pré- et post-inondation Mésopotamie.


Nous pourrions continuer encore et encore presque à l'infini comparant les deux stratigraphies, mais le tableau ci-dessous doivent illustrer les principaux points.


UGARIT UR
Moyen Bronze 2 (Hyksos) c. 1600 BC Du Bronze 3 (akkadien) c. 2300 BC
Bronze Moyen 1 Du Bronze 2 (Early Dynastic 2 et 3)
Early Bronze Bronze Moyen-(transitoire) Bronze Ancien 1 (Early Dynastic 1)
Du Bronze 3 (Khirbet Kerak) c. 2200 BC. Jamdat Na? R (Les parallèles étroits avec Khirbet Kerak) c. 3200 BC.
Grand feu (laissant quatre mètres de durci "cendres") Déluge (laissant trois mètres de vase)
Du Bronze 2 ('Ubaid) c. 2400 BC. Chalcolithique ('Ubaid) c. 3300 BC.


Outre montrant pourquoi aucune preuve pour le déluge de Woolley pourrait être découvert à l'extérieur de la Mésopotamie, le tableau ci-dessus permet également d'illustrer la nécessité d'une nouvelle datation radical de chronologie absolue. Comme on le voit, les stratigraphies rapport révèlent un énorme écart chronologique. Parce que les archéologues supposent toujours que les termes du Bronze et du Moyen Bronze signifient plus ou moins la même chose en Syrie et en Mésopotamie, les premiers Bronze 2 culture de Ugarit est daté de la même période (c. 2400 av. JC) que la sumérienne Bronze 2 la culture en Mésopotamie. Pourtant, le tableau montre très clairement que les termes Bronze ancien et moyen ne signifient pas la même chose dans les deux régions. Entièrement différents systèmes de classification sont suivies, deux systèmes sur la synchronisation par entre sept cents et mille ans.


Ce désalignement des stratigraphies se reflète dans les chronologies et écrit les histoires des nations de ces régions. Ainsi, par exemple, l'histoire de l'Egypte (comme je l'ai montré dans "L'appariement des Histoires d'Israël et l'Egypte") est hors de l'alignement par rapport à celle d'Israël et placé environ mille ans plus tôt - ce qui rend un non-sens de ces deux histoires !


Il est donc clair que le Déluge d'Ur était un événement d'une ampleur beaucoup plus grande que ce qui est maintenant généralement admis, et que ses effets se sont fait sentir au moins aussi loin que le nord de la Syrie - une région séparée de la Basse Mésopotamie par près de 1000 miles et un intérêt de chaîne de montagne. La véritable ampleur de ce cataclysme a été masquée par les rencontres-systèmes contradictoires employées par les archéologues dans les différentes régions. Cependant, ces incohérences ont suivi un modèle précis, et eux-mêmes mais un reflet de historiographies confuses et contradictoires qui formaient autour des grandes nations de la région, les Egyptiens et les Mésopotamiens étaient.

Gabi

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 26 Fév 2015, 08:57

Miami fouille archéologique déterre preuve de la montée des eaux

Par Jenny STALETOVICH, Miami Herald Février 25, 2015

MIAMI - Dans l'ombre d'un canyon de condo montée autour de l'embouchure de la rivière Miami, les archéologues ont mis au jour ce qu'ils disent est une preuve concrète de la Floride du Sud escalade de la montée du niveau de la mer.

Ou des preuves de briques, pour être plus précis. Dix briques. Et quelques cocotiers.

«Ce est la première ligne de la preuve que quelque chose avait vraiment changé ici en termes de niveau de la mer", a déclaré l'archéologue Bob Carr mardi à la construction creus Met Square sur Fourth Street où une équipe est l'excavation d'une vieille 2000 ans village indien Tequesta au centre-ville de Miami. Le site sera finalement présenté dans un complexe de divertissement imposante - un compromis après un débat controversé au printemps dernier sur la préservation de l'histoire ancienne de la ville.

Carr et son équipe ont découvert les briques submergés, datant de la guerre civile, il ya environ quatre mois le long d'une tranche de ancien rivage à long enterré quelques pieds de profondeur sous un parking. La découverte ne était pas inattendue - Carr savait Fort Dallas occupé le site dans les années 1800, avant l'industriel Henry Flagler célèbre construit son Royal Palm Hôtel et de jardins luxuriants, à la fin du 19ème siècle.

Mais quand Carr a commencé à reconstituer où les briques des années 1860 de l'ère ont été trouvés - environ un pied sous la table de l'eau - et ce qu'il savait de la construction, il est venu à une conclusion surprenante: les artefacts ont apporté la preuve que le niveau de la mer dans la région avait augmenté plus d'un pied dans le siècle dernier. Ni les briques ni cocotiers auraient existé sur terre submergée.

"Les chiffres ne remontent pas longtemps en Floride du Sud. Donc, ce est la preuve physique," at-il dit lors de sa visite sur le site, un paysage lunaire d'affleurements rocheux criblé de trous.

Le changement climatique se est produite naturellement au cours des éons en raison de causes organiques - les scientifiques savent quelque chose en analysant des mesures indirectes comme des carottes de glace, les anneaux des arbres, les longueurs des glaciers et les sédiments océaniques. Mais après la révolution industrielle a commencé à pomper carbone dans l'atmosphère, les températures ont commencé à grimper, dit l'Université de Miami géologue Hal Wanless. Trouver les briques soutient la théorie, dit-il, que les niveaux de la mer ont commencé à augmenter rapidement en Floride du Sud en raison de l'augmentation de carbone.

Mr Saucisse

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 298
Enregistré le: 27 Fév 2015, 23:37

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 04 Mar 2015, 08:12

Il est scientifiquement impossible que le niveau de la mer ait pu s’élever à 4 500 m d’altitude.
"L'ironie c'est quand tu rentres en prison pour vol de voiture et que tu sors pour bonne conduite"

Ptitech

[Religion] agnostique [Organisation] non
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4920
Enregistré le: 30 Mar 2014, 19:57

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 04 Mar 2015, 16:40

En fait c'est même pas 4500 mètres, ça serait plus de 8800 mètres (mont Everest).
Il est intellectuellement plus simple de croire que de réfléchir. Mais il est intelligent de réfléchir à ce que l'on croit.

La religion est la plus grande supercherie de l'histoire de l'humanité.

C’est en s’instruisant que l’on découvre son ignorance - René Descartes.

Image

indian

[Religion] Foi pluralisme
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 26329
Enregistré le: 25 Avr 2014, 10:14

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 04 Mar 2015, 16:57

Admettons que pris au pied de la lettre... tout ca est scientifiquement bien difficile à concevoir...

Mais tant d'histoires sont là pour expliquer... raconter... la nature de l'homme ou Dieu...

Pourquoi ne pas voir celle la tel la Genèse... une grande histoire... qui raconte... l'humanité... comme une parabole peut être...

Ou même une histoire vraie... exagéré par les ''gérants d'estrade''.. pour qui la victoire fut celle du siècle... alors qu''il s'agit uniquement d'un championnat parmi tant d'autre...

Juste comme ca :lol:
Unir l'humanité. Un seul Dieu. Les grandes religions de Dieu. Femmes, hommes sont égaux. Tous les préjugés sont destructeurs et doivent être abandonnés. Chercher la vérité par nous-mêmes. La science et la religion en harmonie. Nos problèmes économiques sont liés à des problèmes spirituels. La famille et son unité sont très importantes.


Retourner vers Livres & Archéologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités