Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Forum sur les passionnants voyages de notre patrimoine religieux. Découvrez l'histoire des civilisations.


R.U.Kidding

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 292
Enregistré le: 14 Sep 2015, 07:27

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 22 Jan 2016, 11:51

Merci.

Sinon concernant :
On vient de démontrer l'existence de véritables océans d'eau solide sous la croûte terrestre


Pour moi de l'eau solide, c'est le glaçon que je mets dans mon pastis. Là on parle de radicaux -OH combinés à des minéraux. On n'a pas un océan sous les pieds.
"Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes"
Philosophie Shadok

Recherches22

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 401
Enregistré le: 03 Juin 2016, 18:19

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 18 Juin 2016, 11:43

Hello,

L'Arche de Noé et le Déluge Preuves Historiques et Scientifiques (vidéo 53’17):
https://www.youtube.com/watch?v=TkqZ7Jto5Zw

Questions sur les animaux :(vidéo 36’67)
Dr Ken Cumming Professeur de Biologie / Dr Kenneth Ebel Professeur de Biologie
D’où pouvait bien provenir toute cette pluie et que devinrent ces eaux après la décru ? : (vidéo 38’19)
Les fossiles : Roger Oakland Professeur de sciences
Dr David Clark Professeur d’études Bibliques
Dr Larry Vardiman Professeur des Sciences de l’Atmosphère
Dr Walter Pitman Géologue, Lamont-Doherty Clumbia Earth Institute, New York
Dr Fred Hiebert Archéologue, Nacional Geography Society
Explication de Walter Brown Professeur émérite de Physique ancien directeur d’un des laboratoires de recherche et de développement du département de la défense américaine

Le Figaro: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/ ... rquie-.php
http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine ... blique.php

Charles Berlitz : L’arche de Noé retrouvé
Très haut sur une montagne de Turquie orientale, visible en certaines saisons sous la glace et la neige, repose un objet fait de la main de l'homme, plus ancien que l'histoire, et qui ressemble à un navire. En est-ce bien un ? L'objet mystérieux a été photographié à partir de satellites et mesuré par radar. Des échantillons de son bois datés au Carbone 14 remonteraient à la préhistoire, à une époque contemporaine au déluge. Peut-il véritablement s'agir de l'Arche de Noé ? Charles Berlitz mène ici une minutieuse et passionnante enquête sur le terrain à la recherche des preuves de la validité historique du déluge et de l'arche.
« Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito». Albert Einstein

claudem

[ Croyances ] Urantia
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1838
Enregistré le: 21 Oct 2015, 15:26
Localisation: Canada

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 18 Juin 2016, 12:24

Recherches22 a écrit:Hello,

L'Arche de Noé et le Déluge Preuves Historiques et Scientifiques (vidéo 53’17):
https://www.youtube.com/watch?v=TkqZ7Jto5Zw

Questions sur les animaux :(vidéo 36’67)
Dr Ken Cumming Professeur de Biologie / Dr Kenneth Ebel Professeur de Biologie
D’où pouvait bien provenir toute cette pluie et que devinrent ces eaux après la décru ? : (vidéo 38’19)
Les fossiles : Roger Oakland Professeur de sciences
Dr David Clark Professeur d’études Bibliques
Dr Larry Vardiman Professeur des Sciences de l’Atmosphère
Dr Walter Pitman Géologue, Lamont-Doherty Clumbia Earth Institute, New York
Dr Fred Hiebert Archéologue, Nacional Geography Society
Explication de Walter Brown Professeur émérite de Physique ancien directeur d’un des laboratoires de recherche et de développement du département de la défense américaine

Le Figaro: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/ ... rquie-.php
http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine ... blique.php

Charles Berlitz : L’arche de Noé retrouvé
Très haut sur une montagne de Turquie orientale, visible en certaines saisons sous la glace et la neige, repose un objet fait de la main de l'homme, plus ancien que l'histoire, et qui ressemble à un navire. En est-ce bien un ? L'objet mystérieux a été photographié à partir de satellites et mesuré par radar. Des échantillons de son bois datés au Carbone 14 remonteraient à la préhistoire, à une époque contemporaine au déluge. Peut-il véritablement s'agir de l'Arche de Noé ? Charles Berlitz mène ici une minutieuse et passionnante enquête sur le terrain à la recherche des preuves de la validité historique du déluge et de l'arche.


Bonjour, il me semble important de partager ces informations au sujet du Mont Ararat:

77:4.11 (860.6) Quelques-uns des premiers associés de Van s’installèrent, par la suite, près des rives du lac qui porte encore son nom, et leurs traditions naquirent autour de cet endroit. Le mont Ararat devint leur montagne sacrée et prit, pour les Vanites des temps ultérieurs, une signification très analogue à celle du mont Sinaï pour les Hébreux. Il y a dix-mille ans, les Vanites ancêtres des Assyriens enseignaient que leur loi morale de sept commandements avait été donnée à Van par les Dieux sur le mont Ararat. Ils croyaient fermement que Van et son associé Amadon avaient été enlevés vivants de la planète pendant qu’ils se livraient à l’adoration au sommet de la montagne.

77:4.12 (860.7) Le mont Ararat était la montagne sainte de la Mésopotamie du Nord et, comme une grande partie de vos traditions de ces anciens temps fut acquise en liaison avec l’histoire babylonienne du déluge, il n’est pas surprenant que le mont Ararat et sa région aient été imbriqués ultérieurement dans l’histoire juive de Noé et du déluge universel.

http://www.urantia.org/fr/le-livre-d-ur ... p-result-0

Je crois que le bateau sur le Mont Ararat était déjà là quand les hébreux ont fabriqué l'histoire du déluge universel.
Dieu est notre Père qui nous aime. Jésus était Micaël de Nébadon. Micaël est vivant et peut répondre à vos prières.
Le Livre d'Urantia (La terre) http://www.urantia.org/fr/le-livre-d-ur ... s-du-livre

keinlezard

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3790
Enregistré le: 08 Oct 2012, 04:08

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 20 Juin 2016, 04:12

Hello
Recherches22 a écrit:Hello,

L'Arche de Noé et le Déluge Preuves Historiques et Scientifiques (vidéo 53’17):
https://www.youtube.com/watch?v=TkqZ7Jto5Zw

Questions sur les animaux :(vidéo 36’67)
Dr Ken Cumming Professeur de Biologie / Dr Kenneth Ebel Professeur de Biologie
D’où pouvait bien provenir toute cette pluie et que devinrent ces eaux après la décru ? : (vidéo 38’19)
Les fossiles : Roger Oakland Professeur de sciences
Dr David Clark Professeur d’études Bibliques
Dr Larry Vardiman Professeur des Sciences de l’Atmosphère
Dr Walter Pitman Géologue, Lamont-Doherty Clumbia Earth Institute, New York
Dr Fred Hiebert Archéologue, Nacional Geography Society
Explication de Walter Brown Professeur émérite de Physique ancien directeur d’un des laboratoires de recherche et de développement du département de la défense américaine

Le Figaro: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/ ... rquie-.php
http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine ... blique.php

Charles Berlitz : L’arche de Noé retrouvé
Très haut sur une montagne de Turquie orientale, visible en certaines saisons sous la glace et la neige, repose un objet fait de la main de l'homme, plus ancien que l'histoire, et qui ressemble à un navire. En est-ce bien un ? L'objet mystérieux a été photographié à partir de satellites et mesuré par radar. Des échantillons de son bois datés au Carbone 14 remonteraient à la préhistoire, à une époque contemporaine au déluge. Peut-il véritablement s'agir de l'Arche de Noé ? Charles Berlitz mène ici une minutieuse et passionnante enquête sur le terrain à la recherche des preuves de la validité historique du déluge et de l'arche.


Je rpéondrais plus tard au reste. Il faut que je regarde pour savoir mais d'emblée ça sent l'argument d'autorité lorsqu'on éprouve le besoin d'étaler les "pédigrés" des intervenant plutôt que leurs arguments.

L'objet en question serait une "structure" en bois ... prob ceux qui l'on étudié ... ne donne jamais sa situation géographique exacte !
Les structure satellitaires observée peuvent parfaitement s'expliquer autrement.

De plus ici sur la structure satellitaire à une forme de bateau ... or l'arche est "un parallelepipède" en gros une grosse boite bien carrée et non un navire naviguant.

Dernier point, bien des structure on plus de 6 000 donc bien antérieures à la fin du jardin d'éden et à la créatuion d'adam et Eve ...

Nous avons les objet est construction egyptienne : pyramide de Saqqarah
les contruction chinoises,les construction de l'Indus ,la civilisation minoènne

Toutes existaient avant le déluge et parfois même avant la naissance d'Adam et d'Eve ... toutes ont survécu au déluge ....

Et fatalement, de nombreux artéfact provenant de ces civilisations sont forcéments plus vieux que la structure du mont ararat !

Cordialement

Recherches22

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 401
Enregistré le: 03 Juin 2016, 18:19

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 08 Juil 2016, 11:04

Keinlezard = Juste merci

Pour le partage d’infos :

Connaitre l’histoire pour comprendre le fondement de nos croyances…

Source : Ouvrage La Mésopotamie p. 134-139
Le pédigrée :wink: : Georges Roux (1914-1999)
http://www.seuil.com/ouvrage/la-mesopot ... 2020236362

Le déluge Mésopotamien

« En 1872, un jeune assyriologue, Georges Smith, travaillait au British Museum où il assemblait et collait ensemble des fragments de tablettes provenant de la bibliothèque d’Ashurbanipal à Ninive lorsqu’il tomba un jour sur un texte qui ressemblait étrangement au récit du Déluge qu’on lit dans la genèse. La tablette qu’il avait en main n’était qu’un épisode d’un long poème épique connu sous le nom d’Epopée de Gilgamesh et que nous résumerons plus loin. Le héros de cette épopée, Gilgamesh, roi d’Uruk, est en quête du secret de l’immortalité quand il rencontre un nommé Utanapishtim, seul homme à qui les dieux avait accordé la vie éternelle. Utanapishtim est donné comme étant le fils d’Ubar-tutu, le seul (ou premier) roi de Shuruppak mentionné dans la Liste royale sumérienne. Or voici, le résumé, ce que l’immortel lui confie en grand secret.
A une époque lointaine, « lorsque les dieux habitaient à Shuruppak », ils décidèrent d’exterminer l’humanité en la noyant sous une immense inondation. Mais Ea prit pitié de lui et lui parlant à travers les parois de sa hutte de roseaux, il lui donna l’ordre de détruire sa demeure, de construire un grand bateau et d’y embarquer « toutes les espèces vivantes ». Le lendemain, toute la population locale se mettait à l’œuvre et bientôt, un énorme vaisseau à sept ponts était prêt à l’accueillir avec ses richesse, sa famille, ses ouvriers, ainsi que des troupeaux et des bêtes sauvages. Lorsque le temps devint « effrayant à voir » notre Noé babylonien entra dans l’arche et en ferma la porte. Alors :

« Lorsque brilla le point du jour,
Monta de l’horizon une noire nuée »

annonçant la plus effroyable tempête de vent, de pluie, d’éclairs et de tonnerre que l’homme ait jamais connue. Les digues s’effondrèrent, la Terre fut plongée dans les ténèbres, les dieux eux-mêmes furent épouvantés et se réfugièrent au ciel d’Anu :

« Les dieux étaient épouvantés par ce Déluge,
Ils grimpèrent jusqu’au plus haut du ciel,
Où, tels des chiens, ils demeuraient pelotonnés
Et accroupis au sol.
La Déesse criait comme une parturiente,
Bêlit-ili, à la belle voix, se lamentait, disant :
« Ah, si je n’avais jamais existé ce jour-là,
Où parmi l’Assemblée ai-je pu, de la sorte,
Décider un pareil carnage pour anéantir les populations ?
Je n’aurai donc mis mes gens au monde que pour en remplir la mer, comme une poissonnaille ! »

Six jours et six nuits le vent souffla et la tempête balaya la terre. Le septième jour les éléments s’étant calmés, Utanapishitim ouvrit une lucarne et pleura, lui aussi : toute l’humanité était devenue argile ; du paysage aussi plat qu’un toit, seul émergeait le mont Nisir auquel l’arche était accrochée. Il laissa s’écouler une semaine et lâcha une colombe, mais elle revint ; puis il lâcha une hirondelle, qui revint aussi ; enfin, il lâcha un corbeau, qui trouva à se poser et ne revint pas. Utanapishtim sortit alors de l’arche, versa une libation au sommet de la montagne et brûla, en sacrifice, des roseaux et du bois de cèdre et de myrte :

« Les dieux humant l’odeur, humant la bonne odeur,
S’attroupèrent comme des mouches
Autour de l’ordonnateur du banquet. »

Si Ishtar se réjouissait, Enlil, qui avait décidé le Déluge et dont le plan venait d’échouer, devint furieux et s’en prit à Ea. Mais Ea plaida si bien sa cause et celle des hommes qu’Enlil fut ému. Il entra dans l’arche, bénit Utanapishtim et son épouse et dit :

« Utanapishtim, jusqu’ici, n’était qu’un être humain :
Désormais, lui et sa femme seront semblables à nous, les dieux !
Mais ils demeureront loin, à l’embouchure des Fleuves ».

On imagine l’émoi que suscita la publication de cette tablette en Angleterre, puis dans le reste du monde, car les ressemblances avec le récit bibliques sont frappantes et l’on peut considérer comme certains que les rédacteurs de la Genèse devait connaitre le récit mésopotamien. Par ailleurs, il existe de multiples indications que pour les Babyloniens et les Assyriens le Déluge était un évènement important, marquant une coupure à l’aube de leur histoire. Il était donc logique de se tourner vers l’archéologie et de lui demander s’il existait des traces matérielles d’un cataclysme de ce genre ayant affecté au moins une grande partie de la Mésopotamie et capable de laisser une impression forte et durable dans la mémoire de ses anciens habitants.

Jusqu’à ce jour, des dépôts sédimentaires d’origine fluviatile évoquant une inondation majeure et de longue durée n’ont été trouvés que sur trois sites de Mésopotamie : Ur (ville d’Abraham), Kish et Shuruppak. La moitié des quatorze puits de sondage creusés à Ur contenaient de tels dépôts. Le plus important (jusqu’à 3,72 mètres d’épaisseur) était aussi le plus profond ; il s’insérait dans la strate culturelle d’Ubaid et Sir Leonard Woolley, qui dirigea les fouilles d’Ur, a toujours voulu y voir le grand Déluge biblique. Les autres dépôts, plus minces, se situaient vers le milieu de la période Dynastique Archaïque, soit vers 2800-2600. C’est également, au Dynastique Archaïque que remontent les trois dépôts découverts à Kish. Enfin, celui de Shuruppak (Tell Fara) est à dater du tout début de cette période, soit d’environ 2900. La présence de ces couches d’alluvions soulève de difficiles problèmes d’ordre géophysique, mais il est hors de doute qu’elles témoignent d’inondations d’une étendu limitée. Il est notable, par exemple, qu’on n’a trouvé aucun « déluge » sur d’autres sites et notamment à Eridu, pourtant situé à 12 kilomètres à peine d’Ur et fouillé jusqu’au sol vierge. On peut donc affirmer que l’archéologie a révélé des traces d’inondation locales, survenues à différentes époques, mais n’a pas confirmé la réalité d’un déluge affectant toute la Mésopotamie. Comment alors expliquer ce mythe et l’importance de l’amaru sumérien (abûbu en akkadien) dans la tradition mésopotamienne ?
Depuis la découverte mémorable de George Smith, d’autres récits mésopotamiens du Déluge ont été retrouvés. C’est ainsi qu’il en existe une version sumérienne, malheureusement très mutilée, dont le héros, Ziusudra, est probablement identique à Utanapishtim. Dans une autre version, rédigée en akkadien vers 1600, le survivant du Déluge est appelé Atrahasis, le « Supersage », surnom qui s’applique sans doute à Ziusudra/Utanapishtim. Long et relativement bien conservé, Atrahasis – dont le titre babylonien était inuma ilû awilum, « Quand les dieux (étaient comme) l’homme… », - est d’une importance capitale, car en nous révélant la raison du Déluge, dont l’Epopée de Gilgamesh ne souffle mot, il va nous livrer une des clés du mystère.
Le récit commence au moment où les dieux sont las de travailler sur terre et se plaignent amèrement ; certains même se révoltent et se mettent en grève, brûlant leurs outils. C’est alors qu’Ea propose de créer l’homme « pour qu’il assume le dur labeur des dieux ». La réponse est un « oui » unanime. On sacrifie un certain dieu Wê (peut-être le meneur de l’insurrection) et avec de l’argile mêlée à son sang, la déesse Mami (alias Nintu) façonne le premier homme. Ensuite, d’autres déesses génitrices fabriquent sept hommes et sept femmes et miment l’accouchement. Mais hélas :

« Douze cents ans ne s’étaient pas encore passés
Que le pays s’étendit, que se multiplia la population.
La terre mugissait comme un taureau… »

Et cette clameur (peut-être de révolte), empêche Enlil de dormir. Pour réduire au silence cette engeance braillarde, les dieux déchainent une épidémie, puis une grande sécheresse, mais en vain : les humains ne cessent de se multiplier, même s’ils sont affamés au point de dévorer leurs propres enfants. Les dieux décident alors de frapper plus fort et provoquent un déluge ne sachant pas qu’Ea avait prévenu son ami le Supersage et parviendrait à le sauver. La description du Déluge dans Atrahasis semble être très proche de celle qu’on a lue plus haut, mais elle est écourtée par une malencontreuse cassure dans la tablette. Toutefois, c’est la fin du poème qui doit retenir notre attention, car Ea y apparaît comme un précurseur de Malthus, préconisant la stérilité, la moralité infantile et le célibat pour lutter contre la surpopulation. Il dit, en effet, à Mami/Nintu :

« O déesse de la naissance, créatrice des destins…
Qu’il y ait parmi les gens un démon pashittu,
Qu’il saisisse le bébé sur les genoux de sa mère.
Etablis des prêtresses ugbabtu, des prêtresses entu et des prêtresses igisitu,
Elles seront tabou, et ainsi seront réduites les naissances. »

Ainsi, le Déluge aurait été utilisé par des dieux comme ultime moyen pour mettre fin à une « explosion démographique ». C’était la « solution finale » par un moyen qui devait tout naturellement venir à l’esprit des Mésopotamiens quand on sait les ravages que provoque dans cette partie du monde une grande inondation, qu’elle soit due à un débordement des fleuves ou même à de très forte pluies. Dès lors, à quoi bon rechercher au fond des tells un cataclysme géant improbable, quand l’imagination seule suffisait pour élever à l’échelle planétaire un phénomène naturel impressionnant et relativement fréquent ?

Reste, cependant, le problème du Déluge mentionné dans la liste royale sumérienne, phénomène bien précis, situé dans le temps et considéré par les Mésopotamiens comme historique. Pourquoi figure-t-il là et que représente-t-il ? Certes, le mot « déluge » peut être pris au sens figuré et s’appliquer ici, par exemple, à l’invasion massive de Sumer par des Sémites d’Akkad, mais ce que nous savons des rapports entre Sumériens et Akkadiens rend cette hypothèse improbable. Par contre, on ne peut pas manquer d’être frappé par la convergence de quatre données incontestables :
1. dans la Liste, le Déluge marque la fin de la suprématie de Shuruppak sur l’ensemble des cités-Etats sumériennes ;
2. le héros des trois versions connues du Déluge mésopotamien est un roi ou prince de Shuruppak ;
3. on a trouvé à Shuruppak (Tell Fara) des traces d’une inondation importante au début de la période Dynastique Archaïque ;
4. enfin, Shuruppak, au troisième millénaire, était un grand centre culturel, comme l’atteste la collection des tablettes de Fara, bien connue des sumérologues.

Il n’est donc pas irrationnel de formuler l’hypothèse qu’une inondation catastrophique à Shuruppak, vers 2900, a peut-être coïncidé avec une défaite militaire qui lui a fait perdre la suprématie et que la conjonction exceptionnelle de ces deux désastres (sans nul doute attribués au courroux divin) a été enregistrée par les scribes locaux et, plus tard, ajoutée, avec la dynastie de Shuruppak, à la liste royale sumérienne.
Peut-être est-il permis d’aller plus loin dans le fil de cette hypothèse. Pour peu que Shuruppak, très entendue à cette époque, ait été surpeuplée et affamée au moment de cette catastrophe, les prêtres de cette ville avaient en main tous les ingrédients pour construire le prototype du récit didactique que nous lisons dans Atrahasis. Le Déluge-évènement et le Déluge-mythe se rejoindraient alors. Mais des deux, c’est le mythe qui, comme son héros, est devenu éternel. Passé dans la tradition hébraïque, puis dans la tradition judéo-chrétienne, il ne cessera sans doute jamais de nous passionner et d’exciter notre curiosité ».
« Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito». Albert Einstein

BenFis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4491
Enregistré le: 02 Nov 2013, 06:35

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 09 Juil 2016, 03:32

Recherches22 a écrit:...Des échantillons de son bois datés au Carbone 14 remonteraient à la préhistoire, à une époque contemporaine au déluge. Peut-il véritablement s'agir de l'Arche de Noé ? ...


On dirait bien que cette découverte datée au C14 a été montée de toute pièce.
Est-ce que tu aurais un article scientifique qui pourrait la confirmer ?

Aléthéia

Avatar de l’utilisateur
 

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re:

Message Ecrit le 09 Juil 2016, 09:14

ahasverus a écrit:La legende du deluge se retrouve deja dans la tradition de Gilmanech, un roi Assyrien.

Ce n'est pas Gimanech, mais Gilgamesh. Et parler de lui comme d'un roi "assyrien" est totalement anachronique puisque l'Assyrie n'existait pas encore.

:Bye:

Recherches22

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 401
Enregistré le: 03 Juin 2016, 18:19

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 09 Juil 2016, 09:25

Jipe :wink: :mains: "sinon pour les questions qui ne servent a rien il faut voir aléthéa" :lol: :lol: :lol:

Aléthéa désolée…mais la remise en question ne peut qu’être positive… Si tu veux débattre de manière utile sur la rubrique science en apportant des réflexions ou des éléments nouveaux, et bien tout à ton honneur...mais voilà ce n'est pas le cas. Aléthéa est-ce judicieux de polluer les topics inutilement ? C’est difficile de s’y retrouver pour ceux qui débarquent et cherchent des réponses…merci à toi de prendre en compte le discernement et la mesure.

Bonjour Benfils,

Non, désolée, je n’ai pas de sources scientifiques à te soumettre. C’est la raison pour laquelle ce post est dans la rubrique « livre et archéologie ». Juste pour partager ma lecture. J’y ai pensé à ta question et elle me parait intéressante, mais comme cette source n’est que facultatif pour moi, je recherche plutôt d’autres éléments concernant cette question…c’est keinlezard qui a apporté les pistes de réflexion. Faut-il seulement les considérer honnêtement…Par contre, si tu es vraiment intéressé par la réponse et que tu recherches ces informations de ton côté, je serai curieuse de connaitre tes sources, si tu peux dans ce cas les partager à ton tour... :hi:

Si le déluge universel a eu lieu ? Pour l’instant, la seule hypothèse qui me vient à l’esprit pour expliquer la croyance en un déluge universel ne peut-être que du domaine de l’ésotérisme. Le livre d’Hénoch l’explique…cela pourrait être une explication à tout ce qui nous échappe…la construction des pyramides maya et égyptienne, l’île de pâque…
Mais voilà...sur quoi repose cette hypothèse ? à part la foi ? Pour le coup, on est bien loin de la démarche scientifique...Je ne sais pas…c’est juste ma réflexion.

Bien à vous. :hi:
« Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito». Albert Einstein

BenFis

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4491
Enregistré le: 02 Nov 2013, 06:35

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 09 Juil 2016, 11:18

Recherches22 a écrit:Bonjour Benfils,

Non, désolée, je n’ai pas de sources scientifiques à te soumettre. C’est la raison pour laquelle ce post est dans la rubrique « livre et archéologie ». Juste pour partager ma lecture. J’y ai pensé à ta question et elle me parait intéressante, mais comme cette source n’est que facultatif pour moi, je recherche plutôt d’autres éléments concernant cette question…c’est keinlezard qui a apporté les pistes de réflexion. Faut-il seulement les considérer honnêtement…Par contre, si tu es vraiment intéressé par la réponse et que tu recherches ces informations de ton côté, je serai curieuse de connaitre tes sources, si tu peux dans ce cas les partager à ton tour... :hi:

Si le déluge universel a eu lieu ? Pour l’instant, la seule hypothèse qui me vient à l’esprit pour expliquer la croyance en un déluge universel ne peut-être que du domaine de l’ésotérisme. Le livre d’Hénoch l’explique…cela pourrait être une explication à tout ce qui nous échappe…la construction des pyramides maya et égyptienne, l’île de pâque…
Mais voilà...sur quoi repose cette hypothèse ? à part la foi ? Pour le coup, on est bien loin de la démarche scientifique...Je ne sais pas…c’est juste ma réflexion.

Bien à vous. :hi:

Merci pour ta réponse. L’histoire d’une poutre trouvée sur le mont Ararat revient cycliquement depuis de nombreuses années déjà, et faute d’expertises scientifiques, je la classe donc parmi les canulars.

Pour l’instant, aucune source scientifique n’a mis à jour une trace du déluge (universel) de Noé, qui aurait eu lieu d’après la Bible il y a env. 4500 ans.

Ce qui ne veut pas dire qu’un déluge local ne se soit jamais produit dans un passé lointain.

On pourrait relier cet épisode à l’Atlantide, le continent englouti. Pourquoi pas ?
On constate aussi que des constructions humaines hétéroclites ont fleuri sur la planète il y a des milliers d’années en arrière ayant souvent un rapport avec le cosmos. La dernière découverte en date étant l’alignement des pyramides Mayas sur une constellation... y a-t-il entre tout ça un dénominateur commun ?
Mes recherches ne vont guère plus loin... :interroge:

jipe

[ Christianisme ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2632
Enregistré le: 03 Juin 2016, 13:19

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 26 Juil 2016, 04:13

@BenFils = Merci pour ta réponse. L’histoire d’une poutre trouvée sur le mont Ararat revient cycliquement depuis de nombreuses années déjà, et faute d’expertises scientifiques, je la classe donc parmi les canulars.

Et puis faire une liaison entre une poutre de bois et un bateau de l'envergure de celui de Noé , il faut être prudent

Saint Glinglin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13947
Enregistré le: 12 Fév 2013, 05:07

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 26 Juil 2016, 04:34

Un continent ne peut pas couler comme un matelas pneumatique.

jipe

[ Christianisme ]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2632
Enregistré le: 03 Juin 2016, 13:19

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 08 Oct 2016, 04:42

Saint Glinglin a écrit:Un continent ne peut pas couler comme un matelas pneumatique.


pour les intégristes religieux => oui

indian

[Religion] Foi pluralisme
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 26241
Enregistré le: 25 Avr 2014, 10:14

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 08 Oct 2016, 05:50

Saint Glinglin a écrit:Un continent ne peut pas couler comme un matelas pneumatique.


pas un continent...tout d'un coup certes...

mais que pensez de toute ces cités englouties qu'on retrouve un peu partout sur la planete?
Unir l'humanité. Un seul Dieu. Les grandes religions de Dieu. Femmes, hommes sont égaux. Tous les préjugés sont destructeurs et doivent être abandonnés. Chercher la vérité par nous-mêmes. La science et la religion en harmonie. Nos problèmes économiques sont liés à des problèmes spirituels. La famille et son unité sont très importantes.

Prophètedel'éternel

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1251
Enregistré le: 15 Sep 2016, 08:01

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 08 Oct 2016, 08:27

la théorie du dégèle.. qui a noyé beaucoup de onde assez subitement est apparemment la seule qui tiennes la route droite;

il ne faut surtout pas chercher à pratiquer ce en quoi on dit croire.. car tous savent que promesse tenue ne signifie rien... tant il est vrai que moïse ton peuple ton peuple que tu as sorti d'égypte...

personne y fait attention...

au fait intriué par les 2 boudahs détruit pr le s talibans, j'apprennait qu'il y a un 3ème bouddha couché de 300 mètres de long ( 300 coudées?) et un autre de 19 mètres ;

ah peut être celui a t il fait de sgués, mais le sautres ont préfré dértruire les 2 témoins et éviter les gué de *peur que le vaisseau de 300 coudées ne viennent lui même le ssauvé tout fabriqué, san squ'ils n'ai rien à faire...

m'enfin, je parle dans un désert là...

faites une voie bien droite pour votre siegneur...
http://www.lire-des-livres.com/alice-au ... erveilles/ ( celui là se commence au commencement )

http://www.lire-des-livres.com/de-lautr ... du-miroir/ ( celui là se commence par la fin )

Constater que de l'autre coté du miroir le style change légèrement.

Saint Glinglin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13947
Enregistré le: 12 Fév 2013, 05:07

Message Sujet: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Titre du message: Re: Trace du déluge dans le milieu archéologique (Noé)

Message Ecrit le 08 Oct 2016, 09:15

indian a écrit:mais que pensez de toute ces cités englouties qu'on retrouve un peu partout sur la planete?


Le niveau actuel des mers date de 10.000 ans. Et il n'y avait pas encore de cités à l'époque.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_ ... otemps.png


Retourner vers Livres & Archéologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic et 3 invités