Kosen rufu

La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.


Mahayana
Le courant bouddhisme mahāyāna, terme sanskrit signifiant « Grand Véhicule » apparaît vers le 1er siècle de notre ère dans le Nord de l’Inde. Actuellement le bouddhisme mahayana a une forte présence en Chine, au Tibet, au Japon au ve siècle, en Corée en 372, au Viêtnam, à Singapour et Taïwan. La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.
algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 01 Mar 2018, 18:24

Yvon a écrit:C'est bien passé surtout au Japon , où il y a plutôt intérêt à faire le ménage dans la multitude de bouddhismes . Au Japon c'est shakubuku En France c'est moins dur il n'y a que le catholicisme c'est shoju .

Pas du tout un exemple: la pratique de hobobarai dont j'ai été témoin à deux reprises: la première, une adepte âgée s'en est ouverte à moi, la seconde j'ai réussi à convaincre une "naitoku" (membre probatoire) à ne pas céder à ces injonctions.

"Les membres de Gakkai incitent au conflit par leur pratique de hobobarai, une mesure qui incluait l'élimination des objets et des instruments liés à des croyances autres que celle de la Soka Gakkai dans la maison des nouveaux convertis. À l'époque de Toda, les nouveaux convertis avaient l'obligation de brûler les talismans shintoïstes, les autels bouddhistes et leurs images, les bibles chrétiennes et même le mandala émis par les sectes rivales de Nichiren.

Un résultat du "hobobarai" dans les premières décennies de l'expansion de Soka Gakkai fut la destruction par des convertis à la Soka Gakkai de milliers de mandalas, de talismans et d'autres objets anciens qui constituaient le riche héritage de la pratique bouddhiste. Cette destruction massive a infligé d'énormes dommages à l'héritage culturel du Japon en effaçant essentiellement des siècles d'histoire bouddhiste au niveau local (conversations avec Nakao Takashi, éminent érudit du bouddhisme Nichiren, été 2008).

Soka Gakkai a diminué les exigences de hobobarai ces dernières années. Le groupe n'a plus besoin que les nouveaux convertis brûlent des objets de religions rivales, alors que les membres des années Toda et Ikeda avaient l'interdiction de participer à des festivals sponsorisés par des sanctuaires shintoïstes (matsuri) ou de visiter des sites religieux célèbres, Soka Gakka interprète cela maintenant comme des activités « culturelles » plutôt que religieuses et permet à ses membres d'y participer tant qu'ils s'abstiennent de prier des divinités non orthodoxes ou des images bouddhistes. Source, p. 289

Nous avons déjà discuté ici de l'insistance de la Soka Gakkai sur le "hobobarai" ou la destruction d'objets d'autres religions. Je me souviens d'un chef d'unité de division masculine (à l'époque où il y avait un niveau inférieur au chef de groupe, qui était chef d'unité) racontant comment sa mère lui avait donné un collier avec une sorte de symbolisme chrétien avant qu'il rejoigne ce pseudo-bouddhisme, et comment il s'était senti obligé de s'en débarrasser. Mais il ne pouvait pas supporter de le jeter, alors quand il était de retour à la maison, il le cacha dans le fond du tiroir de sa mère. N'est-ce pas triste que des gens gentils, consciencieux, sensibles, réfléchis soient poussés à de tels comportements par un culte comme Soka Gakkai / SGI?

Remarquez aussi que l'on trouve ceci dans les 26 Admonitions de Nikko, considéré comme un fondateur à côté de Nichiren : Les croyants laïcs devraient être strictement interdits de visiter les temples et sanctuaires [hérétiques]. De plus, les prêtres ne devraient pas visiter les temples ou les sanctuaires calomnieux, qui sont habités par des démons, ne serait-ce que pour jeter un coup d'œil alentour. Le faire serait une pitoyable violation [du bouddhisme de Daishonin.] Ce n'est pas mon point de vue personnel; elle dérive entièrement des sutras [de Shakyamuni] et des écrits de Nichiren Daishonin"

Il n'y a aucune ambiguïté ! Pas la moindre!! Je n'ai jamais pratiqué nulle part où il y avait un temple bouddhiste, jusqu'à ce que je déménage à X, il y a un temple Nembutsu à proximité, qui a un festival d'obon (été) très populaire ou beaucoup de gens vont, avec un groupe de tambour taiko (tambour japonais ndlr) et les seuls cours de langue japonaise en ville (beaucoup d'expatriés japonais, y compris les membres SGI, y inscrivaient leurs enfants).

Eh bien, depuis que j'ai étudié, je savais qu'aller dans les temples hérétiques était strictement interdit (voir ci-dessus), alors j'ai demandé à mon Jt. Terr. chapitre leader (Women division) des informations à ce sujet - et elle a dit qu'il était bon d'y aller! "Amusez-vous bien!" Après j'ai eu une expatriée japonaise une Women leader qui voulait que je m'en sépare. Elle même morte deux semaines après m'avoir dit que je devais me débarrasser de mes Nichiren Shu gohonzons (que je considère comme des œuvres d'art) et ne pouvait pas expliquer pourquoi cette action extrême était nécessaire. disant juste que je devais pratiquer jusqu’à être d'accord avec elle."


https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... h=bbbdef62
Modifié en dernier par algol-x le 02 Mar 2018, 15:04, modifié 5 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 01 Mar 2018, 18:41

http://blog.doctissimo.fr/temoignage-so ... 37268.html
Réf d'un blog Doctissimo c'est du lourd :lol:
Le Japon c'est pas la France et encore heureux que la bas on mélange pas les torchons et les serviettes . Y a tellement d'écoles bouddhistes qu'il vaut mieux pas tout mélanger . Voir la lutte d'un moine dans "La révolution humaine " histoire de la Soka Gakkai .
Modifié en dernier par Yvon le 02 Mar 2018, 05:20, modifié 1 fois.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 01 Mar 2018, 18:50

Yvon a écrit:Voir la lutte d'un moine dans "La révolution humaine " histoire de la Soka Gakkai .

Cet ouvrage pour collégiens naïfs ? :)

:accordeon:
Modifié en dernier par algol-x le 02 Mar 2018, 14:14, modifié 1 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 01 Mar 2018, 18:53

algol-x a écrit:Cet ouvrage pour collégiens naïfs ?

Mais ne parlez donc pas de ce que vous ne connaissez pas . :wink: Vous connaissez même pas l'histoire . Critiquer sans connaitre c'est le propre du sot .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 02 Mar 2018, 05:00

Yvon a écrit:Mais ne parlez donc pas de ce que vous ne connaissez pas . :wink: Vous connaissez même pas l'histoire . Critiquer sans connaitre c'est le propre du sot .


Apprendre sans critiquer, reviens à croire !

Algol a cette vision critique qui vous fait défaut !
Il a su remettre en question ses croyances et il j'imagine qu'il continuera si nécessaire
c'est 100 fois plus scientifique que d'ingérer et de les reproduire.
Pour la sottise je vous laisse apprécier laquelle de ces deux approches la nourrit. :Bye:

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 02 Mar 2018, 05:19

Algol à un problême personnel avec la SG ; Sa seule motivation sur les forum est de dénigrer rabaisser tout ce qui s'y rapporte . L'etendue de sa culture et de son étude sur le bouddhisme se limite à internet . Alors si pour vous c'est scientifique , je comprend mieux vos limites intellectuelles .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 02 Mar 2018, 08:17

Yvon a écrit:Mais ne parlez donc pas de ce que vous ne connaissez pas . :wink: Vous connaissez même pas l'histoire . Critiquer sans connaitre c'est le propre du sot .

zeste de savoir a écrit:Apprendre sans critiquer, reviens à croire !

Algol a cette vision critique qui vous fait défaut !

Il a su remettre en question ses croyances et il j'imagine qu'il continuera si nécessaire
c'est 100 fois plus scientifique que d'ingérer et de les reproduire.

Pour la sottise je vous laisse apprécier laquelle de ces deux approches la nourrit. :Bye:


Yvon a écrit:Algol à un problême personnel avec la SG ; Sa seule motivation sur les forum est de dénigrer rabaisser tout ce qui s'y rapporte . L'etendue de sa culture et de son étude sur le bouddhisme se limite à internet . Alors si pour vous c'est scientifique , je comprend mieux vos limites intellectuelles .

Cher Yvon, vous pouvez répéter à l'infini, ce genre de propos sur le mode mantra, cela est davantage significatif de vos limites que des miennes.

Bien à vous, et belle journée !

:levitation:
Modifié en dernier par algol-x le 02 Mar 2018, 15:10, modifié 2 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 02 Mar 2018, 09:43

C'est bien ce que je dis , vous ne savez pas de quoi vous parlez .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 524
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 05 Mar 2018, 05:13

zeste de savoir a écrit:Mais pour une fois je suis d'accord avec vous, à la mort d'Ikeda qui ne saurait plus trop tarder, tout va exploser.



:sourcils:


Tiens, pratique un peu . . .

(pratique guidée)


Encore une fois Zeste, tu es hors sujet .

Tu ne respecte ni le forum, ni les topics, et j'en passe et des meilleurs !
La paix, ou surtout la guerre, prend racines en toi.
kosen-rufu, c'est la Paix.

:hi:
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 10 Mar 2018, 16:28

Bonjour, ça faisait un moment que je voulais partager certaines de mes expériences perturbantes dans la SGI. Je suis brésilienne et je suis toujours un membre de BSGI, l'une des organisations les plus fanatiques du monde.
Je suis fukushi, cela signifie que je suis né dans une famille bouddhiste. Quand j'étais gosse, j'ai entendu dire que sensei était la personne qui me faisait le plus confiance. Je n'ai pas entendu parler du Petit Chaperon Rouge ou de la Belle au Bois Dormant - au lieu de cela, j'ai entendu toutes les histoires de la mythologie bouddhiste (Fille du Roi Dragon, Dosho et Domyo, Les Montagnes de neige du garçon, etc.).
J'ai appris le gongyo quand j'avais 3 ans. À l'âge de 8 ans, je suis entré dans un groupe de danse fondé par Hiromasa Ikeda. J'étais très timide, alors j'ai pleuré sur tous les cours de danse. Ma mère, toujours en colère contre moi, ne m'a jamais laissé sortir du groupe. Aujourd'hui, elle me dit que j'ai surmonté ma timidité grâce à ça.
J'ai donc grandi en pensant que le bouddhisme de Nichiren était le seul moyen de trouver le bonheur, la seule vérité. Je ne pouvais pas accepter les opinions des autres et je ne pouvais pas comprendre pourquoi tout le monde ne pratiquait pas.
Mes parents avaient beaucoup l'habitude de s’engueuler et pourtant, ma mère avait l'habitude de dire à tout le monde l'importance de l'harmonie familiale. Les gens m'ont dit de prier pour résoudre cette situation. Une fois j'ai entendu dire que j'étais le responsable de ces combats, parce que le joshibu est le soleil de la famille. Une femme, qui était mon amie, est venue me voir et m'a dit: "Tu es tellement égoïste, arrête de causer tant de souffrances à tes parents". J'avais douze ans.
Je ne savais pas que, dans quelques années, mes parents trouveraient la solution la plus acceptable à tout: le divorce.
Dans certains moments de lucidité, j'ai réfléchi et réalisé que beaucoup de choses n'avaient tout simplement aucun sens. Pourquoi donner beaucoup d'argent et s'attendre à recevoir le double? Quel est le point sur le karma collectif et ce qui s'est passé exactement à Tatsunokuchi? Un jour, je me suis senti en désaccord avec les mots sensei, et cela m'a fait me sentir effrayé et coupable. Alors je me suis juste forcé à penser qu'il disait la vérité.
Avec le temps, j'ai réalisé que j'avais l'habitude de ressentir trop de culpabilité et de peur à chaque moment de ma vie. J'ai eu une crise d'anxiété et une instabilité émotionnelle pendant des années. J'étais divisé entre deux côtés: interroger le sens de la poursuite du «cœur de sensei» et se sentir coupable d'être en désaccord avec la «bonne parole», peut-être dans une «obscurité fondamentale», craignant l'effet de tant de causes négatives.
De l'autre côté, ce fanatisme grandissait en moi. J'ai cru aveuglément que les anciens membres souffriraient jusqu'à ce qu'ils réalisent que le bouddhisme était le bon chemin. J'avais l'habitude de blâmer la victime à cause de son karma. J'ai rendu visite à des gens qui ne voulaient plus participer. J'ai pleuré lors de réunions et sangloté en regardant des vidéos de discours sensei. J'ai fait shakubuku avec fierté.
A cause de cela, ils m'ont donné la direction d'un district et aussi une fonction au niveau national. Récemment, j'ai participé à un kenshukai, dans lequel j'ai senti que mon esprit était foutu. J'étais la personne parfaite pour SGI. Le plus utile.
Cependant, quand j'ai rencontré le monde merveilleux de la science à l'université, les films documentaires et en parlant à mon fiancé (également un ex-fanatique), j'ai vu que je vivais dans une bulle. Pendant 15 ans, j'étais ce chef qui manipulait beaucoup de gens au nom de Kosen-Rufu. Beaucoup de gens comptent sur moi pour assumer de nouvelles fonctions, mais je ne le veux plus.
Aujourd'hui, je veux quitter SGI. Cela devrait être la décision la plus facile, mais ce n'est pas le cas. Je ne peux pas partir. Pas maintenant. Ma famille est l'une des plus fanatiques que je connaisse, et nous discutons toujours lorsque je suis en désaccord avec un principe ou un discours de sensei. Ils me disent la même chose: "c'est ce que le bouddhisme nous enseigne", et la discussion se termine la dessus.
Si je pars maintenant, je suis sûr que beaucoup de gens viendront chez moi et me diront que je trahis sensei, ma famille et abandonne ma mission.
Je suis fatigué. Quand j'y pense, je veux pleurer. Je sens que j'ai perdu mon enfance et mon adolescence. J'ai grandi avec la peur, l'inquiétude, la culpabilité et l'anxiété.
Je suis totalement sûr que je serais une meilleure personne si j’avais pas suivi une religion.
De toute façon, je voulais juste sortir ces mots de ma gorge. Je vous remercie. Je ne veux plus attendre le jour où je serai capable de dire "Je suis sorti ».
https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... gi_and_is/

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 10 Mar 2018, 18:30

Hors sujet . Le sujet est Kosenrufu .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 11 Mar 2018, 02:10

Yvon a écrit:Hors sujet . Le sujet est Kosenrufu .



je vivais dans une bulle. Pendant 15 ans, j'étais ce chef qui manipulait beaucoup de gens au nom de Kosen-Rufu

Lisez les témoignages, ca vous instruira !
Quant aux HS parlez-en à votre coreligionnaire, elle ne fait que ça ! :Bye:
Modifié en dernier par zeste de savoir le 12 Mar 2018, 03:32, modifié 1 fois.

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 12 Mar 2018, 02:59

[Edit]

Pour la Soka Gakkai au contraire, le prosélytisme est de rigueur, c'est même le but ultime. Le devoir de chaque membre est, en effet, de "transmettre l'enseignement de Nichiren Daishonin", c'est le "shakubuku" (réfuter et convertir). Il s'agit de supprimer les "mauvaises religions", de réfuter les "enseignements erronés". Plus l'adepte déploie de zèle à faire "shakubuku", plus il démontre la profondeur de sa foi (et accessoirement, plus il progresse dans la hiérarchie de l'organisation). Le but ultime étant de convertir l'humanité entière, condition sine qua non au bonheur des hommes et à l'avènement de la Paix mondiale. Et cela s'appelle "Kosen Rufu", traduction : "Enseigner et propager largement", c'est à dire "assurer, par la transmission du bouddhisme orthodoxe et par sa propre révolution humaine, une paix durable pour l'humanité (25)." Le prosélytisme devient donc un acte charitable puisqu'il a comme objectif le bonheur de l'humanité.
"Kosen rufu", un mot qui revient comme un leitmotiv dans les diverses publications de la Soka Gakkai, martelé à longueur de pages avec la régularité d'un gong.
"Maintenant, debout, vous vous dressez, Car vous êtes les pionniers de la majestueuse marche en avant de Kosen Rufu.(...) Dès à présent le monde attend Votre venue avec ferveur (...) Alors, éclateront, sonores, Vos applaudissements et le chant de la victoire." (Poème du président Ikeda à la jeunesse française, 1989)
"Kosen rufu", un combat du bien contre le mal : "Kosen-rufu est un combat contre les forces démoniaques ; il a pour scène le monde réel. Si les forces de la Loi perdent de leur vigueur, le pouvoir du démon gagne insidieusement du terrain (...) ce qui compte en bouddhisme, c'est la victoire ou la défaite. Nous n'avons pas d'autre choix que de gagner la victoire à chaque combat que nous livrons, parce que c'est seulement sur un tel triomphe que peuvent s'établir le bonheur individuel, la prospérité de la société et le développement régulier de la propagation (26)."
"Kosen rufu", une noble mission à laquelle doivent se vouer les adeptes, exhortés par le président Ikeda, dont les encouragements aux accents parfois martiaux évoquent davantage les harangues d'un général à ses troupes que les discours d'un leader religieux :
- Dotés de la plus noble des missions, nous, membres de la SGI avons lutté en première ligne et fait des efforts tenaces pour réaliser kosen-rufu.
- Le seul moyen de réussir consiste à se battre jusqu'au bout avec sincérité, ténacité et une inébranlable détermination. "
- Que signifie se dresser pour kosen-rufu ? Cela veut dire être prêt à donner sa vie [sic]. "
- Avec une telle foi, vous ne serez jamais vaincus. (...) Décidons d'avancer ensemble, joyeusement et fièrement. "
- Jeunesse, l'aube s'est levée ! (...) Vous avez obtenu une victoire magnifique ! "
- C'est maintenant à votre tour, mes disciples, de vous unir d'un seul cœur et d'assumer l'entière responsabilité de notre mouvement en remportant la victoire sur la scène grandiose du XXIe siècle. "
- N'oubliez jamais les vils ennemis de Bouddha, jamais ! Soyez sans compromissions dans votre lutte contre eux ! S'il vous plaît, combattez également jusqu'au bout la violence verbale des intrigues cherchant à nuire au mouvement de kosen-rufu, en conservant au fond du cœur la ferme décision de ne pas reculer devant les attaques et de riposter. "
- (...) ne jamais lâcher prise face à l'adversité est la marque d'une noblesse et d'une dignité véritable. Je tiens à affirmer que cette attitude invincible représente la véritable essence de la croyance, de la vie et de la Soka Gakkai. "
- Notre combat consiste à devenir les défenseurs de la plus grande justice et de la plus haute vérité. Il est donc essentiel que vous luttiez de toutes vos forces contre le mal et le mensonge et remportiez une victoire indiscutable. Le bouddhisme n'est que victoire ou défaite; son but est de réfuter ce qui est erroné afin de révéler ce qui est vrai. "
Tous ces extraits sont issus du même ouvrage (27), mais on aurait pu en relever bien d'autres encore dans les divers écrits de la Soka Gakkai. Un tel langage n'est-il pas surprenant de la part d'une organisation se revendiquant du bouddhisme ; bouddhisme qui prône entre autres valeurs celles de la sérénité et de la non-violence ? La lecture des nombreuses publications de la Soka Gakkai met nettement en évidence le prosélytisme virulent de ce mouvement et ses visées planétaires. Ikeda assurait pourtant en 1989 dans une interview au " Figaro Magazine (28) " : - -" Je n'ai jamais pensé convertir le monde."

Le même Ikeda qui, un an plus tôt clamait dans un discours à la jeunesse française : "Le 14 juin 2001, le bouddhisme deviendra la religion universelle et l'humanité s'unifiera autour d'un Japon porteur de la troisième civilisation."
Une chose est sûre, la majestueuse marche en avant de Kosen Rufu a pris quelque peu de retard.


http://www.prevensectes.com/soka14.htm
Modifié en dernier par kaboo le 30 Avr 2018, 22:26, modifié 1 fois.
Raison: Contretype d'un message supprimé.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2095
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 12 Mar 2018, 04:24

D'abord la Soka Gakkai n'est pas une secte .
Ensuite le mot secte ne veut rien dire en français puisqu'il n'existe aucune signification s'y rattachant
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Kosen rufu

Message Titre du message: Re: Kosen rufu

Message Ecrit le 12 Mar 2018, 04:31

Yvon a écrit:D'abord la Soka Gakkai n'est pas une secte .
Ensuite le mot secte ne veut rien dire en français puisqu'il n'existe aucune signification s'y rattachant


Hors sujet . Le sujet est Kosenrufu . :sourcils:


Retourner vers Mahayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités