témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.


Mahayana
Le courant bouddhisme mahāyāna, terme sanskrit signifiant « Grand Véhicule » apparaît vers le 1er siècle de notre ère dans le Nord de l’Inde. Actuellement le bouddhisme mahayana a une forte présence en Chine, au Tibet, au Japon au ve siècle, en Corée en 372, au Viêtnam, à Singapour et Taïwan. La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.
Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1940
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 29 Avr 2018, 13:12

[Edit]
Modifié en dernier par Yvon le 29 Avr 2018, 14:42, modifié 1 fois.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 29 Avr 2018, 13:28

Message effacé par mes soins ! :Bye:

:levitation:
Modifié en dernier par algol-x le 01 Mai 2018, 05:55, modifié 2 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1940
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 29 Avr 2018, 14:43

[Edit]
Modifié en dernier par kaboo le 30 Avr 2018, 19:12, modifié 1 fois.
Raison: Merci de rester courtois.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 29 Avr 2018, 16:55

Je me souviens que j'ai pratiqué à fond pour faire face à une situation financière difficile sans résultats. C'était douloureux et frustrant, et les membres ne cessaient de me demander si je pratiquais assez ou de manière cohérente. C'est curieux, ont-ils dit , puisque je faisais gongyo deux fois par jour et que je pratiquait pendant des heures. On m'a aussi dit de faire plus d'activités. Super, puisque je prenais une heure et demie pour aller au centre-ville de Chicago au centre SGI.

Quand j'ai quitté le SGI, un ami adepte m'a dit la raison pour laquelle ils harcèlent les gens pour qu'ils reviennent. Il m'a dit quelque chose à propos des gens qui ont des malheurs ou qui se suicident . Bizarre que l'ami d'un ami se soit suicidé alors qu'il était encore membre !

Je suis aussi fatigué du terme «mystique» chaque fois que les choses semblent se passer en douceur pendant une journée. La psychologie a montré que lorsque nous établissons des intentions de succès et agissons, le succès arrive, pas besoin d'un mandala ou d'un mantra. C'est nous qui augmentons nos possibilités de faire mieux.

Nous avons avec ma mère, pratiqué pendant des heures et des heures tous les jours. Je dormais sur une chaise comme elle. Nos vies ne se sont jamais améliorées, pas d'un seul centimètre. Des choses pénibles nous sont arrivée , aucun membre n'a voulu nous aider et on a blâmée ma mère sous le prétexte qu'elle n’étudiait pas suffisamment ou quelle ne participait pas assez aux réunions.

Dans les réunions j'étais déprimée parce que nos vies semblaient nulles et que la pratique mantrique n'était pas efficace. Je pensais juste que c'était mon quartier et déménagé à des milliers de kilomètres de là et je pensais que ce serait différent, mais la vie est intrinsèquement injuste et pleine de souffrance. Nous allons de l'avant avec des événements aléatoires combinés avec un travail acharné, Je ne connais pas d'autre moyen, la pensée positive m'aide à faire face aux échecs, mais cela n'amène certainement pas le succès.

Mais cependant je vais mieux, j'ai des moments aléatoires où je pense à réciter le mantra mais je ne le fais pas..

https://www.reddit.com/r/SGIcultRecover ... ?context=3
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1940
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 30 Avr 2018, 09:00

Toujours du trés grand mensonge
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 531
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 30 Avr 2018, 09:50

algol-x a écrit:Je me souviens que j'ai pratiqué à fond pour faire face à une situation financière difficile sans résultats. C'était douloureux et frustrant, et les membres ne cessaient de me demander si je pratiquais assez ou de manière cohérente. C'est curieux, ont-ils dit , puisque je faisais gongyo deux fois par jour et que je pratiquait pendant des heures. On m'a aussi dit de faire plus d'activités. Super, puisque je prenais une heure et demie pour aller au centre-ville de Chicago au centre SGI.

Quand j'ai quitté le SGI, un ami adepte m'a dit la raison pour laquelle ils harcèlent les gens pour qu'ils reviennent. Il m'a dit quelque chose à propos des gens qui ont des malheurs ou qui se suicident . Bizarre que l'ami d'un ami se soit suicidé alors qu'il était encore membre !

Je suis aussi fatigué du terme «mystique» chaque fois que les choses semblent se passer en douceur pendant une journée. La psychologie a montré que lorsque nous établissons des intentions de succès et agissons, le succès arrive, pas besoin d'un mandala ou d'un mantra. C'est nous qui augmentons nos possibilités de faire mieux.

Nous avons avec ma mère, pratiqué pendant des heures et des heures tous les jours. Je dormais sur une chaise comme elle. Nos vies ne se sont jamais améliorées, pas d'un seul centimètre. Des choses pénibles nous sont arrivée , aucun membre n'a voulu nous aider et on a blâmée ma mère sous le prétexte qu'elle n’étudiait pas suffisamment ou quelle ne participait pas assez aux réunions.

Dans les réunions j'étais déprimée parce que nos vies semblaient nulles et que la pratique mantrique n'était pas efficace. Je pensais juste que c'était mon quartier et déménagé à des milliers de kilomètres de là et je pensais que ce serait différent, mais la vie est intrinsèquement injuste et pleine de souffrance. Nous allons de l'avant avec des événements aléatoires combinés avec un travail acharné, Je ne connais pas d'autre moyen, la pensée positive m'aide à faire face aux échecs, mais cela n'amène certainement pas le succès.

Mais cependant je vais mieux, j'ai des moments aléatoires où je pense à réciter le mantra mais je ne le fais pas..

https://www.reddit.com/r/SGIcultRecover ... ?context=3


Merci pour ces témoignages d'anciens membres, la réaction qu'ils suscitent rappelle celle des communistes dans les années 50, quand certain(e)s sont revenus d'URSS disant que ce n'était pas le paradis annoncé. Les militants les plus acharnés, leurs sont tombés dessus pour les insulter et les accuser de tout les maux, trahison, mensonge, dépression, délire, problème psychiques... :sourcils: :Bye:

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 30 Avr 2018, 13:29

algol-x a écrit:Je me souviens que j'ai pratiqué à fond pour faire face à une situation financière difficile sans résultats. C'était douloureux et frustrant, et les membres ne cessaient de me demander si je pratiquais assez ou de manière cohérente. C'est curieux, ont-ils dit , puisque je faisais gongyo deux fois par jour et que je pratiquait pendant des heures. On m'a aussi dit de faire plus d'activités. Super, puisque je prenais une heure et demie pour aller au centre-ville de Chicago au centre SGI.

Quand j'ai quitté le SGI, un ami adepte m'a dit la raison pour laquelle ils harcèlent les gens pour qu'ils reviennent. Il m'a dit quelque chose à propos des gens qui ont des malheurs ou qui se suicident . Bizarre que l'ami d'un ami se soit suicidé alors qu'il était encore membre !

Je suis aussi fatigué du terme «mystique» chaque fois que les choses semblent se passer en douceur pendant une journée. La psychologie a montré que lorsque nous établissons des intentions de succès et agissons, le succès arrive, pas besoin d'un mandala ou d'un mantra. C'est nous qui augmentons nos possibilités de faire mieux.

Nous avons avec ma mère, pratiqué pendant des heures et des heures tous les jours. Je dormais sur une chaise comme elle. Nos vies ne se sont jamais améliorées, pas d'un seul centimètre. Des choses pénibles nous sont arrivée , aucun membre n'a voulu nous aider et on a blâmée ma mère sous le prétexte qu'elle n’étudiait pas suffisamment ou quelle ne participait pas assez aux réunions.

Dans les réunions j'étais déprimée parce que nos vies semblaient nulles et que la pratique mantrique n'était pas efficace. Je pensais juste que c'était mon quartier et déménagé à des milliers de kilomètres de là et je pensais que ce serait différent, mais la vie est intrinsèquement injuste et pleine de souffrance. Nous allons de l'avant avec des événements aléatoires combinés avec un travail acharné, Je ne connais pas d'autre moyen, la pensée positive m'aide à faire face aux échecs, mais cela n'amène certainement pas le succès.

Mais cependant je vais mieux, j'ai des moments aléatoires où je pense à réciter le mantra mais je ne le fais pas..

https://www.reddit.com/r/SGIcultRecover ... ?context=3


zeste de savoir a écrit:Merci pour ces témoignages d'anciens membres, la réaction qu'ils suscitent rappelle celle des communistes dans les années 50, quand certain(e)s sont revenus d'URSS disant que ce n'était pas le paradis annoncé. Les militants les plus acharnés, leurs sont tombés dessus pour les insulter et les accuser de tout les maux, trahison, mensonge, dépression, délire, problème psychiques...

Certes ! la dialectique des organisations totalitaire se ressemblent, en ex-urss les opposants étaient internés en HP, la soka gakkai les traitent de malades mentaux !

:levitation:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 531
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 30 Avr 2018, 15:01

zeste de savoir a écrit:Merci pour ces témoignages d'anciens membres, la réaction qu'ils suscitent rappelle celle des communistes dans les années 50, quand certain(e)s sont revenus d'URSS disant que ce n'était pas le paradis annoncé. Les militants les plus acharnés, leurs sont tombés dessus pour les insulter et les accuser de tout les maux, trahison, mensonge, dépression, délire, problème psychiques...


algol-x a écrit:
Certes ! la dialectique des organisations totalitaire se ressemblent, en ex-urss les opposants étaient internés en HP, la soka gakkai les traitent de malades mentaux !

:levitation:


Les structures totalitaires ont tendance à attirer le même genre d'individus qui finissent par générer les mêmes comportements ! :Bye:

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 531
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 13 Mai 2018, 11:12

Comment je suis finalement devenu "Taitan" :
J'étais un nouveau venu à Los Angeles en 1985 - j’étais parti de New York pour étudier la musique et jouer dans des groupes de rock. Je n'avais rien, je ne possédais rien. Aucun argent, aucune propriété, j’étais parti du collège pour déménager là-bas et me débrouiller par moi meme.
Je n'avais aucune famille ou amitié là-bas. J'étais complètement seul dans une grande ville à l'âge de 20 ans.
(C'est l'état vulnérable typique de ceux qui rejoignent SGI, rarement les personnes en bonne santé avec des liens sociaux forts.)

Donc, après avoir reçu mon gohonzon au Temple de Los Angeles en 1986, et l'encouragement que non seulement cela m'aiderait à survivre et m'apporter ce dont j'avais besoin, cela pourrait aussi «faire de mes rêves une réalité». Avec ces choses à l'esprit, j'ai commencé un voyage de près de 3 ans de pratique difficile.
La SGI est devenu à peu près toute ma vie sociale, et ma "famille". J'ai fait tout ce qu'il fallait pour, et ce pour plusieurs raisons, mais le fait d'avoir simplement des contacts humains et de faire partie d'un lieu où je pouvais aller et avoir des relations sociales y était pour beaucoup.

Mais surtout ... des choses se sont passées quand j'ai pratiqué et parlé aux gens. Des choses inhabituelles. Synchronicités.
Oui, je vois maintenant les vérités évidentes de la "rationalisation en arrière" et du "biais cognitif" (SI quelque chose de bien se passe, c'est parce que vous avez pratiqué ... SI cela n'arrive pas ou quelque chose de douloureux arrive parce que c'est votre karma "OU" vous le faites dans le mauvais sens "). Ces distorsions cognitives font partie de la nature humaine et sont inévitables ...
Cependant, je suis et ai toujours été hyper vigilant à ne pas croire en B.S, et en esprit critique comme un scientifique: j'ai plongé profondément dans la pratique pour la tester. S'il y avait quelque chose, j'étais sacrément déterminé à le savoir, indépendamment de toute organisation.
Donc, des choses sont arrivées. Parfois c'était bizarre, parfois hilarant, parfois douloureux, parfois profond, et toujours profondément lié aux problèmes de ma vie concernant la société, les gens, les émotions, l'argent, l'amour. Et donc j'ai continué.

Au fil du temps, j'ai commencé à remettre en question toutes les choses dont vous et d'autres avez parlé dans ce fil. La pression constante pour se conformer et à faire de plus en plus d"activités", et le manque de considération pour mes propres besoins personnels et d'avoir une vie en dehors de SGI. La pression constante pour se conformer à la structure organisationnelle, leur façon de penser, leur façon de percevoir la réalité.
Les personnes que j'ai côtoyées dans l'organisation, que j'ai appelées "drones organisationnels": utilisaient toujours « le discours particulier à la SGI" et "le maniérisme SGI". En communiquant avec eux, je revenais de plus en plus avec l'impression d'avoir affaire à des automates. Une de ces choses que vous voyez dans l'exposition présidentielle à Disney.
Comme si à un moment précis, ils avaient complètement cessé de penser par eux-mêmes et de développer une personnalité indépendante ... ou ils n'étaient jamais assez forts pour commencer à avoir un véritable "esprit de recherche" ou découvrir qui ils étaient uniques. Cela m'a vraiment dérangé. Parce que cela a été et a toujours été l'une de mes bêtes noires (SOYEZ-VOUS et ne soyez pas faux), parce que je peux sentir instinctivement l'hypocrisie à un km.
Mais j'avais mes propres problèmes avec l'argent, des filles, et d'autres choses et ... j'avais ces expériences personnelles ... et donc comme une carotte sur un bâton, la pratique était toujours là, créant l'espoir que je plantais les causes de changer ma vie à un niveau très profond. Et donc j'ai continué à courir après cette carotte malgré mes doutes.
Les plus assidus dans la pratique me connaissaient personnellement, connaissaient mes doutes, les acceptaient comme naturels, me donnaient un feedback sur les choses que je vivais («  La chose la plus importante est ton lien avec le Gohonzon: continue de chanter et de faire du shaka-buku et tu réussiras, tu verras ") ... ils m'ont donné des encouragements qui s'appliquaient à ma situation et cela m'a aussi permis de continuer.

Vers 1987 ou 1988, il y a eu un grand voyage à Seattle. J'étais un AMJ (Division des jeunes hommes), et ils nous préparaient à partir. Mais j'étais fauchéé. A l'époque je vivais à West LA dans une maison avec 5 autres personnes - non membres - et un jeune, Larry,qui était membre - mais le reste était des étudiants etc - et c'était une maison de fous, une maison de fête, des colocataires emménageant et partant chaque semaine. J'ai oublié qui était sur le bail ou même si nous en avions un.
Nous avons eu le projet de faire un show où nous faisions une pyramide humaine sur des patins à roulettes. Apparemment nous cherchions à battre le record du monde en faisant cela, lol.
Parce que je suis un grand gars (plus de 1,80), cela m'a mis au niveau inférieur avec les autres grands. Je portais les patins, avec un panneau sur l'épaule que tous les autres niveaux pouvaient supporter. Et donc nous ferions ces activités un week-end, où nous serions traînés hors du lit à 5 heures du matin !
"Défiez votre négativité! C'est une bonne cause pour Kosen Rufuuuu !!!!" arg!) c'est à dire, allez quelque part, pratiquer, faire de la gymnastique en grands groupes tôt le matin, puis nous tuer au soleil alors que les gars grimpaient sur les planches (avaient-ils une assurance lol? Je n'en ai aucune idée).
Et tout le long du chemin, je leur ai dis que j’étais fauché. Et ils continuaient de me dire que je plantais la cause qui me permettrai de sortir de ma situation financière actuelle. Que c’était le cas, parce que c'était lié à la pratique de travailler avec d'autres pour changer le karma du monde, que cela influencerait directement ma situation personnelle. Ils semblaient assez sûrs d'eux-mêmes. Alors j'ai continué à y croire.
Quand le temps est venu de payer pour le billet d'avion et le coût du voyage (qui était d'environ 400 $ je crois) - j'ai atteint le stade où je devais prendre une décision. J'avais déjà investi tout ce temps de sang de sueur et de larmes dans cette activité folle. J'avais vraiment, vraiment de sérieux problèmes avec l'argent et aussi avec ma vie quotidienne. Je pouvais soit :
A) Faire la chose responsable et payer mon loyer, ou
B) Faire confiance à la pratique ... et espérer un miracle.
J'ai reçu des conseils de tout le monde. Mes dirigeants de district, les chefs de section, les hauts dirigeants ... ils ont tous dit la même chose. "Allez-y, cela va changer votre karma!"

Alors je leur ai donné l'argent et je m'envolais pour Seattle …
... et ainsi, vers la fin de l'été de (1988?) j'ai remis tout mon salaire - tout l'argent que j'avais au monde - la somme d'environ 400 - 500 $ ou plus - à mes chefs de chapitre et nous nous sommes tous retrouvés prêts pour monter à bord d'un avion afin de participer à cette grande réunion commémorant "une chose ou une autre à voir avec la paix dans le monde" à Seattle.

À l'époque, je vivais à Brentwood, à West Los Angeles, près de Wilshire et de Brentwood Ave, à environ un kilomètre et demi du centre communautaire de Santa Monica. Je vivais dans cette maison avec une rotation de personnages, des étudiants et des jeunes au hasard qui avaient répondu à l'annonce pour l'endroit, seul un de mes colocataires était un membre aussi, Larry qui est aussi allé à Seattle avec nous si je me souviens bien.

Je travaillais pour un fleuriste de la ville de Brentwood en haut de la colline de notre place à l'époque, livrant des bouquets tout autour du West Side de Los Angeles. J'ai pris congé du boulot et j'ai pris l'avion pour Seattle avec les autres membres pendant quelques jours.

Le voyage réel était entièrement au service de l'organisation; Je ne me souviens pas de grand choses à part le voyage en ville depuis l'aéroport, voyant Seattle et le Space Needle à travers le brouillard et la pluie de la fenêtre du bus sur le chemin ... une chambre d'hôtel où ils nous ont servi un déjeuner emballé dans des boîtes de papier (je pense qu’il s’agissait d'un sandwich sur du pain blanc, une pomme, peut-être quelques frites, etc.).

Ce n'était pas vraiment un voyage d’agrément. Je n'ai jamais vu ou connu de Seattle autre chose que ce voyage en bus, l'hôtel, le centre de convention, et le retour vers Los Angeles de la même façon. Je me souviens avoir été vraiment fatigué par tout ce stress à cette époque ... et de m'inquiéter de ce qui allait m’ arriver à mon retour.

Alors, nous avons fait cette énorme pyramide sur le plancher d'un immense centre de congrès devant des milliers de membres. Tout ce dont je me souviens de ce moment, c'est une grande pièce obscure avec un éclairage de scène autour de nous et des acclamations, et moi debout sur le bas d'une pyramide, avec au dessus environ 3000 livres de gars debout sur des patins à roulettes; Tout ce poids sur mes bras et mes épaules (et me répétant) « reste concentré, reste concentré, tiens le coup et assure-toi que personne ne tombe ... ce sera finit dans une seconde, tiens encore le coup !" lol
Et c'est tout. Nous sommes rentrés ensuite à la maison. Et durant tout le chemin du retour dans l'avion, je me demandais ce que je devinerai quand je reviendrais ...
D'où le miracle allait-il provenir? Où allais-je trouver le loyer? Est-ce que j'allais avoir assez à manger? Qu'est-ce qui allait se passer ....?

Le bouddhisme et l'ensemble de la machinerie SGI m'avaient convaincu que je serais protégé par le Shoten Zenzin et que la loi naturelle ferait en sorte que tout se passe en ma faveur à la fin. Mais cela mettait à l'épreuve le bon sens ordinaire bien au-delà ce que pouvait penser une personne ordinaire raisonnablement intelligente.

Eh bien ... je suis rentré à Los Angeles et ...
Je n'ai pas eu d’agent pour payer le loyer... Je n'avais pas d'argent pour manger ou faire quoi que ce soit jusqu'à ce que je reçoive mon prochain salaire, lequel était environ une semaine plus tard.
Mais ... Je pourrais survivre d'une façon ou d'une autre: ils pourraient attendre un peu pour le loyer, et j'avais des amis ou des colocataires et d'une manière ou d'une autre je pourrais avoir assez à manger.

Mais ce fut bien pire que ça. D'une manière ou d'une autre ... l'instant était tel que tout le monde dans cette maison où je vivais - pour une raison ou une autre - était en train de partir ce mois-ci. Celui-ci était transféré dans une nouvelle école; celui-là avait trouvé un nouvel endroit ailleurs; cet autre était de retour à la maison avec les parents ... environ 5 autres personnes ... partis.
Et m’avaient quitté. Sans argent pour le loyer et sans argent pour trouver un nouvel endroit où vivre. Avec toute ma famille de l'autre côté du pays, et pas d’amis depuis longtemps à Los Angeles qui m'hébergeraient...
Je n'avais pas d'endroit où aller.
A 23 ans: tout d'un coup j'étais sans abri à Los Angeles.

Et la SGI était à peu près tout ce que j'avais. Comment ont-ils répondu?
[... arghhh ... à suivre!]


[je continue mon expérience - partie III]
C'était à la fin de l'été 1987 quand je suis retourné à Los Angeles après un week-end à Seattle avec le YMD de la NSA pour ce grand rassemblement de convention / célébration / promo que nous avons fait. Et le bon sens vous dirait, qu'après avoir donné presque chaque centime à la NSA et la SGI pour le voyage ... avec le loyer dû ... et tous mes colocataires (timing, loi de Murphys) quittant simultanément notre maison ..... que je n'aurais rien quand je suis revenu. Et bien sûr, c'est exactement ce qui est arrivé. Il n'y a eu aucun miracle de l'univers pour me protéger de ma propre crédulité dans ces circonstances. Et il n'y a pas eu non plus de changement soudain miraculeux dans l'égoïsme inhérent, le manque de compassion et l'irresponsabilité de la nature humaine - en vertu du fait que les dirigeants qui m'encourageaient et qui me poussaient à partir faisaient partie de cette organisation depuis longtemps et ne me donnaient que des conseils qui étaient fermement contre le bon sens.

J'étais sans-abri. Je n'avais nulle part où aller, vraiment. Et pendant les jours d'urgence immédiate et le chaos qui ont suivi mon retour, je n’étais plus qu'un jeune psychologiquement et émotionnellement paniqué par tout cela. Et bien c’est gens m’ont tous tourné le dos, ces gens avec qui j'avais passés 2-3 années de ma vie, avec ma "famille" de district qui m'avait accueilli dans leurs maisons, m'encourageaient à chanter, faire gongyo, shaka-buku, me sortir du lit à 4 heures du matin pour aller à des activités, m'ont conduit à des réunions dans toute la ville, m’ont appelé pendant les moments où j'avais des doutes sur la pratique pour de longues conversations, discuté avec moi, aidé quand j'essayais de commencer cette pratique ... Ces gens qui étaient une partie intime de ma vie, qui étaient mes amis les plus proches et mes confidents à bien des égards .. mon district local ... ces gens se sont évaporés comme des couards quand ils ont été confrontés à la réalité de ce qui m'est arrivé. A ce moment, comme je le disais je travaillais comme aide-vendeur et livreur pour un fleuriste sur la route de Brentwood. Alors, ayant nulle part où aller, et sans en parler à mon patron (parce que j'étais gêné par ma situation) ... J'ai utilisé le camion de livraison pour emballer les petits objets de ma maison et les mettre au sous-sol du magasin. Puis je me suis faufilé dans le minuscule sous-sol du fleuriste par la porte arrière pour y dormir durant la nuit. Le sol était en béton et dur. J'ai utilisé une lampe de poche pour lire des trucs au hasard - les romans de Stephen King (je lis "IT" dans ce sous-sol LOL), des vieux World Tribunes, une copie du Gosho. Puis je me levais pendant des jours, je me promenais autour du bâtiment et je rentrais travailler - gagner de l'argent - et survivre un autre jour. Un matin, je me souviens que mon patron ouvrit brusquement la porte et entra dans le sous-sol, me voyant sur le sol ... me regarda, puis sorti en ne disant rien. Il n'était pas trop content de tout ça, mais je pense que fondamentalement c’était un type bien qui a réalisé que je ne nuisais à personne, et voulait juste avoir une chance pour survivre. Les membres de mon district savaient ce qui se passait ... mais n’avaient rien de plus aidant pour moi que de me dire "Ceci est votre karma, pratiquez plus" ou "Faites votre révolution humaine" et autres platitudes. Je n'ai jamais entendu, de quiconque: "Est-ce que ça va" ou "Je suis désolé de ce qui vous est arrivé ... Y a-t-il quelque chose que je puisse faire?" "Hé je connais quelqu'un qui a besoin d'aide à sa boite, vous pouvez gagner de l'argent là-bas pour vous sortir de cette situation "Personne ne m'a apporté de la nourriture. Personne ne m'a donné de conseils pratiques qui me soient utiles, ou est sorti de sa routine pour me ramener et m'emmener à leur maison, ou se sont simplement assis là et m'ont écouté comme un ami qui se soucieraitt de moi pendant cette crise. Seul, les mêmes vieilles platitudes de la SGI sur le karma et la révolution humaine, etc. ... ou ils m'évitaient de manière visible aux réunions parce qu'ils ne savaient pas quoi dire. Il n'y avait aucune compassion, d'aide et d'amour de la part de ces gens. Autre que ... une seule: une fille, une JMJ dans la pratique - autour de mon âge ... nous avons commencé à passer du temps ensemble et nous avons fini par nous brancher - j'ai commencé à rester chez elle et à déménager du sous-sol - et elle est devenu ma petite amie durant les deux prochaines années. Donc, nous sommes tombés amoureux et elle m'a aidé ... CONTRE la politique NSA et SGI (nous étions tous deux membres dans le même district). Et de cette façon je me suis sorti de cette situation. Peu après mon retour de Seattle je suis devenu "taitan". Pourquoi ne l’aurai je pas fait ? les masques étaient tombées, ces gens m'avaient abandonné. Ils n'étaient pas ma "famille". Ils n'étaient pas mes "amis" comme on me laissait croire habituellement. C'était juste des gens avec qui j'ai fait des trucs, que j’ai payé pour soutenir leurs activités, à qui j’ai donné mon énergie et mon temps libre pour soutenir ce qu’ils faisaient. Mais ils se moquaient de moi et de mon bien-être. Après avoir essayé pendant un certain temps de me faire revenir, ils ont fini par abandonner quand je les ai constamment appelés sur leur BS Cet argent pour Seattle aurait payé un acompte pour un nouvel endroit. Ils m'ont encouragé à faire une croix sur leur activité, quand je suis revenu à Los Angeles et qu’ ils m'ont abandonné quand j'étais sans-abri. Fin de l'histoire. Ils n'avaient aucune excuse, alors ils m'ont laissé partir. Au cours de ma dernière année à Los Angeles, je ne me souviens pas d'avoir eu de contact avec aucun d'entre eux. Une fois que je suis devenu taï-tan, ils ont disparu et je n'ai plus jamais entendu parler d’eux.


https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... ed_sgiusa/

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1940
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 13 Mai 2018, 11:31

D’abord, d’abord, y a l’aîné
Lui qui est comme un melon
Lui qui a un gros nez
Lui qui sait plus son nom
Monsieur tellement qu´y boit
Tellement qu´il a bu
Qui fait rien de ses dix doigts
Mais lui qui n´en peut plus
Lui qui est complètement cuit
Et qui s´prend pour le roi
Qui se saoule toutes les nuits
Avec du mauvais vin
Mais qu´on retrouve matin
Dans l´église qui roupille
Raide comme une saillie
Blanc comme un cierge de Pâques
Et puis qui balbutie
Et qui a l´œil qui divague
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne pense pas, Monsieur
On ne pense pas, on prie

Et puis, y a l´autre
Des carottes dans les cheveux
Qu´a jamais vu un peigne
Qu´est méchant comme une teigne
Même qu´il donnerait sa chemise
A des pauvres gens heureux
Qui a marié la Denise
Une fille de la ville
Enfin d´une autre ville
Et que c´est pas fini
Qui fait ses p´tites affaires
Avec son p´tit chapeau
Avec son p´tit manteau
Avec sa p´tite auto
Qu´aimerait bien avoir l´air
Mais qui a pas l´air du tout
Faut pas jouer les riches
Quand on n´a pas le sou
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n´vit pas, Monsieur
On n´vit pas, on triche

Et puis, il y a les autres
La mère qui ne dit rien
Ou bien n´importe quoi
Et du soir au matin
Sous sa belle gueule d´apôtre
Et dans son cadre en bois
Y a la moustache du père
Qui est mort d´une glissade
Et qui r´garde son troupeau
Bouffer la soupe froide
Et ça fait des grands slurp
Et ça fait des grands slurp
Et puis y a la toute vieille
Qu´en finit pas d´vibrer
Et qu´on attend qu´elle crève
Vu qu´c´est elle qu´a l´oseille
Et qu´on n´écoute même pas
C´que ses pauvres mains racontent
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n´cause pas, Monsieur
On n´cause pas, on compte

Et puis et puis
Et puis il y a Frida
Qui est belle comme un soleil
Et qui m´aime pareil
Que moi j´aime Frida
Même qu´on se dit souvent
Qu´on aura une maison
Avec des tas de fenêtres
Avec presque pas de murs
Et qu´on vivra dedans
Et qu´il fera bon y être
Et que si c´est pas sûr
C´est quand même peut-être
Parce que les autres veulent pas
Parce que les autres veulent pas
Les autres ils disent comme ça
Qu´elle est trop belle pour moi
Que je suis tout juste bon
A égorger les chats
J´ai jamais tué de chats
Ou alors y a longtemps
Ou bien j´ai oublié
Ou ils sentaient pas bon
Enfin ils ne veulent pas
Parfois quand on se voit
Semblant que c´est pas exprès
Avec ses yeux mouillants
Elle dit qu´elle partira
Elle dit qu´elle me suivra
Alors pour un instant
Pour un instant seulement
Alors moi je la crois, Monsieur
Pour un instant
Pour un instant seulement
Parce que chez ces gens-là
Monsieur, on ne s´en va pas
On ne s´en va pas, Monsieur
On ne s´en va pas
Mais il est tard, Monsieur
Il faut que je rentre chez moi
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Ichinen29

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 185
Enregistré le: 25 Oct 2017, 14:57

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 14 Mai 2018, 07:08

Cette "expérience "est en effet navrante,...En ce qui me concerne et parce que je pratique en fonction de l'enseignement et non des personnes (suivre la Loi et non la personne")...je continue encore aujourd'hui,...il y a en effet (comme dans le monde) des comportements aberrants partout, bouddhisme ou non,...si je me base sur ces personnes, j'arrête immédiatement, mais parce que mon choix est personnel et ne dépend de personne je suis libre,...notamment de dire leur 4 vérités à quelques uns. Les 3 présidents de la Soka ne se sont jamais gêné de réprimandé vertement les mauvais comportement de mauvais responsables...Tout le monde fait sa révolution humaine dans la soka et il convient de toujours faire le point sur ses motivations personnelles (Foi ,Etude, Pratique)...Lisez bien le Gosho,..Nichiren insiste sur le fait qu'il n'est nullement responsable si nous n'avons pas de bienfaits,...il nous donne un enseignement, à nous de le mettre en pratique)...c'est sûr, ce n'est pas évident...

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 531
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 14 Mai 2018, 10:34

Non ce n'est pas une exception, puisque vous etes conditionné à penser que vous aurez une retour karmique positif avec tous ces dons !
Le fait est qu'une fois l'argent donné, la sgi ne vous doit rien, et le jour ou vous réveillerez et bien vous vous réveillerez ! :Bye:


Blanche Kizno 02/18/2014

Je suis parti depuis 4 ans maintenant, presque exactement, et j'en ressens toujours l’impact. Vous savez comment votre esprit se concentre sur quelque chose ? Je me suis entrainé à réciter le mantra dans mon esprit et je me sens toujours en défaut quand ça revient. Je l’interrompt, mais je n’y ai rien substitué, donc je suppose que ce n'est pas une surprise que ça persiste. J'ai inséré la récitation dans mes pensées pour remplacer l'endoctrinement chrétien, les hymnes. L'une des raisons pour lesquelles ces groupes scandent des chants et des récitations, c'est parce que ceux ci tournent ensuite dans les esprits - pensez aux spots publicitaires dont vous vous souvenez de votre enfance. POURQUOI vous souviendriez-vous de cela, et pas d’autres choses ?? Mais cela fonctionne. C'est le pouvoir de la musique et du rythme.

J'ai lu le même article, et cela correspond très bien à la SGI. La collecte de fonds agressive; la flatterie, la peur, la culpabilité; et les exhortations répétées à ne jamais quitter l'organisation. Que le vrai bonheur ne peut se trouver que dans l’orbite de l'organisation. Vous devez être un satellite, en d'autres termes - la position du soleil a déjà été prise. Par Ikeda.

"Si nous voyageons dans l'orbite de" la foi égale la vie quotidienne ", toutes nos prières recevront certainement une réponse." - Encouragement quotidien de Daisaku Ikeda, le mardi 8 juillet 2014

Erf, vraiment? Par magie? Cela signifie que si nous n'obtenons pas quelque chose pour lequel nous prions sincèrement, cela signifie que nous n'avons pas la « bonne orbite ». Nous commettons une erreur en d'autres termes. Et le hamster court toujours plus vite dans sa roue ...

"Il est donc important que nous sauvegardions ce précieux mouvement par notre soutien financier, afin que nous puissions nous rassembler, communiquer les uns avec les autres et construire une organisation unie et efficace." - Matilda Buck, ancienne responsable des femmes de SGI-USA

« J'étais un étudiant diplômé pauvre vivant d’un semestre à l’autre, ne sachant pas si je pouvais réellement me permettre de terminer mes études supérieures. Malgré cela, je me souviens distinctement debout au coin d'une rue à Berkeley, en Californie, avec mon chef de section SGI-USA, qui m’a dit: "Je pense qu'il est temps pour vous de commencer à penser à faire une contribution financière mensuelle à l'organisation pour créer de la bonne fortune pour votre vie. Ayez la détermination de continuer, peu importe la difficulté de votre situation."
J'ai décidé de commencer à contribuer chaque mois à notre organisation et je n'ai pas arrêté depuis. Exactement comme il l'a dit, cet acte d'offrande est devenu la source d’une grande fortune.
Environ un an plus tard, le SGI-USA a annoncé qu'il accepterait des contributions pour construire le Centre Culturel Mondial. À ce moment-là, j'étais tellement fatigué de vivre dans la pauvreté. Comme nous n'avions pas d'assurance, ma femme a dû quitter l'hôpital le jour de la naissance de notre premier enfant. Nous avons déterminé que nous devions faire quelque chose pour surmonter nos difficultés financières. Nous avons décidé de prendre tout l'argent que nous avions réussi à économiser pour les frais de scolarité du semestre suivant, qui n'était pas assez suffisant de toute façon, et nous y avons contribué avec une grande fierté, afin qu'au moins une porte dans le bâtiment puisse être achetée grâce à nos efforts.
Je crois que c'est cette détermination qui nous a permis de surmonter tous les obstacles, de payer mes frais de scolarité pour les prochaines années et de créer une immense fortune pour notre famille. »- Tariq Hasan, SGI-USA Men's Leader

Yuh-huh. "Donner jusqu'à ce que ça pique", en d'autres termes.
C'est ça "le bouddhisme est le bon sens" ...

"Rappelant ces premiers jours dans le roman historique The New Human Revolution, le président Ikeda écrit:" Les offrandes et les contributions financières que l'organisation a sollicitées étaient exclusivement pour accomplir le mandat de Nichiren Daishonin de propager largement la loi mystique. Il n'y avait donc pas de plus grande offrande, plus de bien, certainement pas de plus grand bénéfice »(vol.4).

"Considérant l'histoire de la transmission du bouddhisme Nichiren jusqu'à nos jours, il est clair que la SGI est la seule organisation qui a hérité et qui exécute correctement les enseignements de Nichiren Daishonin et son vœu de créer un monde pacifique. comme Nichiren a enseigné, partager cette grande philosophie avec leurs familles et amis, et montrer la preuve réelle de son pouvoir dans leur vie quotidienne. " - http://www.sgi-usa.org/studyan [...] istory.pdf

Considérant que Nichiren a souscrit à un modèle fasciste, dans lequel toutes les autres sectes du bouddhisme étaient censées être éradiquées par le gouvernement, à travers un programme suggéré par Nichiren, d'exécutions, de restrictions interdisant tous les dons et de démolition de tous les temples.
Ce vœu de créer un monde pacifique "est totalement factice !"
https://taitenwisdom.weebly.com/blog/in ... n#comments


Retourner vers Mahayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités