témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.


Mahayana
Le courant bouddhisme mahāyāna, terme sanskrit signifiant « Grand Véhicule » apparaît vers le 1er siècle de notre ère dans le Nord de l’Inde. Actuellement le bouddhisme mahayana a une forte présence en Chine, au Tibet, au Japon au ve siècle, en Corée en 372, au Viêtnam, à Singapour et Taïwan. La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.
Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 517
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 08 Déc 2017, 05:46

et oui...c'est culturelle tout ça.
couteau suisse aussi^^

Je pars du principe que chacun est libre , de penser de croire, de prier, ou ne pas prier.

J'ai une mère féministe qui a dû affronter sa fille à l'âge de neuf ans lorsque je lui ai annoncé que je souhaitais me baptiser.

Depuis elle s'adresse à la Soka Gakkaï (création de valeur en français) en tant que secte. Autant dire que je suis rodée :)

Je pratique le ûtra du Lotus car l'enseignement me parle telle une source familière, que j'aurai pu inventer. Ce qui est pompeux de le dire... mais si naturelle à vivre ! L'aspect mystique et ésotérique du bouddhisme -ou devrais-je dire de la Soka seulement?- n'est pas comprise et admise par tous, d'autre se trouveront plus alaise face à un dieu mystifié qui les consoles, d'autres face à leur peur ou amputer de leur liberté de choix et de ressentir.................................................................................................

Chacun de nous est profondément libre.

Ce que j'aime dans cet enseignement c'est aussi la manière de voir et d'aborder les relations dites, sociales.
"Le Roi-Démon du sixième-ciel" est un chapitre exhaustif en la matière. *

Le connaissez-vous ?

Ainsi, la vie retrouve son relief,
les relations retrouve leur pointure,
les actions menées retrouvent tout leur sens.
Vivre n'en revient plus à "perdre" du temps.


Si demain, l'humain aborde la vie sous son grand jour,
au regard d'une harmonie certaine,
Je n'aurai plus de raison de mesurer un temps donné à RÉCITER Nam Myoho Rengé Kyo
:mains:
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 08 Déc 2017, 09:03

directives de Tsuji:

Lorsque nous pouvons faire surgir le Nam-myoho-renge-kyo qui est à l’intérieur de nous, deux choses se passent : la première est que nous pouvons guérir n’importe qu’elle maladie, en d’autres mots cela agit comme un médicament. En général les médicaments prescrits agissent pour guérir un malaise bien précis ou un problème physique. Que nous ayons un mal de tête, un cancer ou des crises d’asthme, Nam-myoho-renge-kyo guérit tout. Le Sûtra que nous récitons dit que c’est le plus grand des médicaments ; l’autre pouvoir de daimoku lorsqu’il apparaît à l’intérieur de nous, est d’agir comme un aimant qui attire le bonheur. Dans le Gosho, Nichiren Daishonin dit : "Ceux qui croient en ce Sûtra s’attireront la bonne fortune de dix mille lieues à la ronde". Si nous désirons de l’argent, nous pouvons pratiquer pour cela, si nous n’avons pas de travail, la pratique nous conduira vers une nouvelle occupation ou un nouveau travail. Si nous désirons nous marier, nous trouverons un partenaire. Nous pouvons appeler chaque désir en récitant Nam-myoho-renge-kyo. Plus nous aurons de joie et de confiance, plus "l'aimant" deviendra fort..

Un des pièges de Gakkai ! A l'épreuve de la réalité, ça ne tient pas, mais avec les rabâchages, l'influence de l'environnement, les biais...
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 10 Déc 2017, 12:32

Publié par: tsukimoto ()
Date: 04 Décembre 2008 07:31

Dans les années quatre-vingt, la SGI était dans sa phase maniaque. Des activités tous les soirs de la semaine, une intense pression pour faire shakabuku, c'est-à-dire aller à la rencontre d' inconnus dans la rue et leur demander s'ils connaissaient Nam myoho renge kyo, avec des quotas pour le nombre de shakabukus que vous étiez censé obtenir. Beaucoup de membres semblaient hyper-endoctrinés, et si ce rythme effréné avait continué, je ne pense pas que je serais resté aussi longtemps que je l'ai fait.

Les choses se sont calmées un peu à la fin des années quatre-vingt, et j'ai vraiment apprécié certaines parties de ma pratique. J'aimais pratiquer, et lire certains textes du Gosho et du Sutra du Lotus, et j'ai apprécié certaines des activités. Beaucoup de membres et de dirigeants avaient l'air très gentils, bien que j'ai découvert plus tard que la gentillesse disparaissait assez rapidement si on les interrogeait ou si on ne les approuvait pas.

Je me sentais déchirée parfois, entre aimer certains aspects de la pratique et être dérangé par les nombreux travers de l'organisation. Puis, toute la question de la scission de SGI avec la Nichiren Shoshu. Je me suis retrouvée à me questionner encore plus et de me sentir plus moins à l'aise avec mes condisciples. Quelque chose n'allait pas, ça venait de moi ou d'eux ? Je me le demandais souvent. Il y avait des périodes où je n'allais pas aux réunions du tout, et alors cela me manquait et je revenais pendant un moment, jusqu'à ce que je sois à nouveau fatiguée et que j'arrêtais d'y aller. Dans les dernières années de ma pratique, je revenais de moins en moins. C'est comme la chanson "Dois-je rester ou devrais-je aller?" Je ne pouvais pas décider.

En 2006, j'ai eu une urgence médicale, une appendicite un week-end de vacances. Mon médecin m'a dit que j'avais besoin de quelqu'un pour me conduire aux urgences dès que possible. Ma famille ne vivant pas dans ma ville et beaucoup de mes amis étant absents, me sentant de plus en plus mal et ne trouvant personne à la maison. J'avais si peur! Le médecin a dit que je n'avais pas besoin d'ambulance, donc je ne voulais pas appeler les urgences.

J'ai finalement atteint certains membres du SGI. Ils n'avaient pas de jeunes enfants, ils n'avaient pas l'intention de partir pour le week-end de vacances, et ils ne travaillaient pas ce week-end et ils ne pouvaient toujours pas prendre la peine de m'aider! L'une des femmes, une dirigeante depuis de nombreuses années, a dit: "Ce n'est pas pratique pour moi de vous aider aujourd'hui". Je ne pouvais pas croire ça! Je ne pouvais tout simplement pas le croire! J'ai appelé un taxi, je suis allé aux urgences, j'ai fait un scanner et on m'a diagnostiqué une appendicite. A l'hôpital ils m'ont opéré d'urgence. Évidemment j'ai survécu, mais pas ma tolérance pour la SGI ! Peut-être que le chirurgien l'a enlevé avec mon appendice!

Après l'opération, je me suis senti reconnaissant d'être en vie. Plus tard j'ai pensé aux actions de mes soi-disant amis, et j'étais juste outrée et choquée. Ces gens me connaissaient depuis des années, m'ont souvent dit combien ils m'aimaient, parlaient sans cesse à des réunions sur l'importance d'ouvrir nos cœurs aux autres. Ce sont mes voisins, des gens sans affiliation religieuse particulière qui m'ont aidé.

Il y avait tellement de choses qui m'avaient dérangé à propos de SGI au fil des ans: la sur-audition d'Ikeda, la haine envers les autres écoles du bouddhisme, la "pensée magique": pratiquer est la réponse à tout, quitter ou critiquer SGI et vous aurez de la malchance, et aussi la manière dont on vous répond si vous interrogez vos dirigeants. Je ne suis donc pas partie en raison de leur refus de m'aider, c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, je crois que la dernière chose qui m'a retenue dans cette organisation, c'était croire que les membres étaient gentils, Je voulais tellement y croire, quand je me suis rendue compte de la réalité, c'était plus facile de partir. Donc, vraiment, je dois considérer l'appendicite et la réponse insensible des membres comme une bénédiction déguisée! Cela m'a forcé à voir ce que j'aurais dû voir plus tôt, et à faire ce que j'avais à faire, partir, et ne pas regarder en arrière. Quand vous voyez enfin la vérité, il y a de la liberté ! L'appendicite m'a aussi fait réaliser à quel point la vie est précieuse, elle peut se terminer soudainement, quand on s'y attend le moins. Après la chirurgie, j'ai réalisé que je ne voulais plus perdre ma vie en suivant les idées de quelqu'un d'autre sur ce que je devais faire.

Une de ces personnes qui a refusé de m'aider a laissé un message sur mon répondeur quelques mois plus tard, le message: si je voulais participer à une réunion hebdomadaire spéciale pour pratiquer en faveur du désarmement nucléaire. J'ai ri et supprimé le message. C'était tellement fou! Sauvez le monde et laissez l'ami mourir sur le sol de la cuisine! Ces adultes d'âge moyen m'ont rappelé certains enfants que je connaissais! Ces enfants parlent de nettoyer le monde et d'arrêter la pollution, et ils laissent tomber leurs emballages de bonbons et de gomme partout dans le parc ! Et quand je dis: "Vous savez, si vous voulez nettoyer le monde commencez par cette partie du parc!" Ils ont eu l'air tellement surpris. Ah ! Ils adorent l'idée d'avoir une mission grandiose, qui sauve le monde, ça leur donne tellement d'importance. Mes voisins ont été surpris quand je les ai remerciés de m'avoir aidé pendant mon rétablissement, l'un d'eux a dit: "Oh, n'importe qui aiderait un voisin ou un ami malade."

Eh bien, non, pas tout le monde Mais je pense que c'est la différence entre eux et mes soi-disant amis SGI. Mes voisins n'ont pas besoin d'être des sauveurs du monde, Ils ne parlent pas tout le temps à propos de leur compassion et de leur spiritualité, ils font ce qui doit être fait, sans les "oh, comme nous sommes merveilleux!" que vous entendez constamment dans SGI. Mes voisins sont matures, certains de mes anciens amis SGI ne le seront probablement jamais. Toute cette expérience m'a vraiment fait comprendre qu'être dans un culte pendant des années peut amener une personne à suivre quelqu'un d'autre, rêver de grands rêves, tout en étant désemparé et insensible aux gens autour de soi

https://forum.culteducation.com/read.php?5,87661,page=2
Modifié en dernier par algol-x le 17 Déc 2017, 19:06, modifié 1 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 12 Déc 2017, 06:56

Ce que nous voyons là, c'est la croyance de celui qui pense que l'on peut "obtenir quelque chose en échange de rien", qui a remplacé l'effort de "se consacrer au processus de devenir un être humain décent" des enseignements bouddhistes antérieurs.

Actuellement, tout ces gens pensent obtenir un salut ou une illumination instantanée, juste en ayant la "foi", et sans efforts. C' est un point commun que je vois (avec les religions du livre). C'est identique aux croyances de ceux qui sont certains que l'achat d'un billet de loterie va les propulser vers la richesse instantanée.

La Soka Gakkai développe complètement cette pensée magique:

"Comment pouvons-nous vivre heureux dans ce monde et profiter de la vie? Si quelqu'un dit qu'il aime la vie sans être riche et même quand il est malade - il est un menteur. Nous devons avoir de l'argent et de la vigueur physique, et tout ce dont nous avons besoin, c'est de la force de vie. C'est ce que nous ne pouvons pas obtenir par seulement l'épargne ou par de simples efforts. Vous ne pouvez pas l'obtenir à moins de vénérer un gohonzon. Il peut être irrévérencieux d'utiliser cette forme de discours, mais un gohonzon est une machine qui vous rend heureux... Comment utiliser cette machine? Vous menez cinq séances de prière le matin et trois séances le soir et shakubuku (convertissez) dix personnes. Faisons de l'argent et construisons la santé et jouissons de la vie avant de mourir!" Josei Toda deuxième président de la Soka Gakkai

Il n'y a aucune chance que faire du gongyo (pratique), du chant (mantra) ou du shakubuku fasse venir n'importe quel travail. C'est une vision purement magique. Quelque chose arrive en échange de rien de concret, et ce type de croyance imprègne TOUS les cultes intolérants.

https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... ecome_the/
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 14 Déc 2017, 08:46

Blanche Quizno03/11/2014 12:06pm

Je viens de me rendre compte que j'avais un étrange blocage, alors que je peux facilement dire que la SGI est un culte (secte en anglais), et je reconnais que j'ai été membre de la SGI pendant plus de 20 ans. Ce n'est qu'hier que j'ai dit à quelqu'un que je connaissais dans la vie réelle. « j'étais un membre d'un culte » et « j'appartenais à un culte »

Maintenant que je viens d'écrire cela, l'expression « j'avais l'habitude d'appartenir à une secte » est terrifiante - Ce n'est pas seulement que j'étais membre, c'était qu'ils me détenaient. Un esclave appartient à son maître. C'est l'aspect négatif de l'appartenance. Vous pouvez "appartenir" à un ensemble qui vous accueille et vous accepte comme faisant partie du groupe (c'est le positif), mais quand vous appartenez, quelque chose vous possède.

C'était à l'un des meilleurs amis de mon fils, que nous considérons à l'égal d'un membre de notre famille depuis ces 5 dernières années. Lui et son frère sont rentrés dans nos vies quelques mois après que je me sois séparé de SGI, donc ils n'ont aucune expérience avec l'autel dans le salon, les réunions, ou le chant loufoque.

Quand je lui ai dit ça, il m'a regardé avec une expression que je ne lui avais jamais connu, comme si je venais juste de m'enlever un ma sque et de lui montrer que j'étais, Jason Sudekeis ou John Malkovich en dessous. (Je suis une femme) Il m'a connu capable, de soutien, d'aventures - chaque été depuis 3 ans, lui et son frère viennent faire un grand voyage avec nous. Ils sont tout le temps avec nous, ce sont quasiment des membres de la famille.

Il m'a regardé comme si je venais juste de lui révéler quelque chose qui modifiait profondément son regard sur moi, comme « j'ai tué des gens pour de l'argent » ou « j' ai été une danseuse exotique » ou quelque chose comme ça.

Nous devons faire passer le mot afin que la remarque « j'appartenais à une secte » ne soit pas considérée comme un aveu de faiblesse, d'incapacité mentale et de jugement particulièrement mauvais. Il y a tellement de cultes ici, souvent déguisés sous des en-têtes culturellement approuvés", et tant de gens qui s'en sont séparés qui ne comprennent toujours pas pourquoi ils ont ainsi délirés. Ils se promènent, choqués, se demandant ce qui ne va pas chez eux. Le problème est que les sectes volent sous les radars et endommagent les gens sans que leurs victimes se rendent vraiment bien compte de ce qui s'est passé.

https://taitenwisdom.weebly.com/blog/in ... n#comments
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 15 Déc 2017, 09:26

Publié par: Luz ()
Date: 26 juin 2012 03:08

Salut !

Je tiens à remercier ce forum, il m'a été très utile. Parce que quand il est temps de quitter cette organisation, vous pouvez vous sentir seul et effrayé.

J'ai commencé à pratiquer il y a 8 ans, parce que j'étais dans une situation désespérée. J'ai toujours eu des doutes surtout sur le mythe Ikeda, le fait que leaders n'avaient pas vraiment un esprit d'ouverture par rapport à des questions sur "la loi" en répondant: "pratiquez, vous comprendrez"

Le fait est que j'ai pratiqué dans 4 pays très différents et j'ai toujours pensé que je pratiquerais pour toujours. Les gens étaient assez gentils dans certaines réunions et j'ai vraiment cru que je pourrais changer ma vie avec cette pratique.

Il y a six mois, je suis arrivé en France, puis j'ai découvert dans SGI tout ce que je déteste à propos des gens. Fondamentalement, ils pratiquaient depuis plus de 20 ans, ils étaient négatifs et ils avaient tous un grand ennemi à combattre!

Je me rends compte à quel point ils étaient perdus et endoctrinés . J'ai essayé de comprendre et de commencer à m'interroger: "ce bouddhisme fonctionne-t-il vraiment?" La réponse dans le cas contraire était invariablement: "on ne comprenait pas le cœur de Sensei". Ou bien on pratiquait mal, bien sûr, toujours une bonne excuse.

Puis j'ai commencé à regarder ma vie et ces 8 dernières années, toutes ces heures de daimokus (mantra) pour les buts qui ne se sont jamais concrétisés. je pensais que le Gohonzon (le mandala) m'avais mis dans ces conditions de vie pour m'améliorer et j'ai dû me battre sans faire de stratégie personnelle (c'est le petit ego d'après SGI), un jour les résultats viendraient.

Je suis vraiment fatiguée mais j'ai peur d'arrêter. Mon mari est un scientifique et il était toujours respectueux mais sceptique. Nous avons beaucoup parlé et je comprends maintenant que j'ai perdu le contrôle de ma vie, laissant toutes les décisions importantes à "la stratégie du Gohonzon et du sutra du lotus". J'étais dans une profonde dépression . Maintenant, je veux juste aller de l'avant mais je suis toujours avec cette m.... , beaucoup de pensées angoissantes me hantent, l'impression que les gens que j'aime vont mourir et que je vais devenir misérable.

Juste en écrivant ce message, je me sens moins seule dans cette décision, je sais que je ne peux pas parler librement avec les quelques amis que j'ai dans la SGI. Ils ne comprendraient pas. Deux d'entre eux m'ont déjà dit que je ne serai jamais heureuse si j'arrête.

J'ai peur, mais je veux me sentir libre par rapport à ces sentiments.

https://forum.culteducation.com/read.php?5,96125
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 17 Déc 2017, 11:38

soumis il y a 2 heures par infinitegratitude

Il y a quelques jours, le deuxième des deux appels téléphoniques que je redoutais de recevoir à la suite de mon "évasion" de la SGI a eu lieu. Il était de quelqu'un que je connaissais à Londres depuis plusieurs années et c'est un membre de SGI hardcore.

Elle avait appris que j'avais quitté l'organisation, la personne à laquelle je fais référence sur ce site sous le nom de GB (Gakkai Bot) il y a quelques semaines et j'avais donc eu le temps de préparer un scénario.

Pour les besoins de ce poste, je me référerai à cette deuxième personne comme Mission: Kosen-rufu! (MK). Après quelques plaisanteries d'introduction, elle a soudainement adopté un ton très sombre en arrivant à la vraie raison pour laquelle qu'elle avait appelé (et ce n'était certainement pas pour mon bien-être). C'est à peu près comment ça s'est passé:

-MK: J'ai entendu que vous avez cessé de pratiquer.

-Moi:
Oui. C'est vrai.

-MK:
Eh bien, j'ai été très surprise.

-Moi: Je me suis arrêté il y a quelques mois.

-MK:(avec un son de larmes retenues dans sa voix) Mais pourquoi vous ne me l'avez pas dit?

-Moi: Parce que je n'ai pas ressenti le besoin de téléphoner à qui que ce soit pour dire « j'ai arrêté de pratiquer » Si je parlais à quelqu'un DE TOUTE FAÇON et que j'avais eu envie de le mentionner dans une conversation, alors je l'aurais fait.

-MK: Mais avez-vous eu des doutes pendant un certain temps?

-Moi: Oui. Et j'ai essayé d'expliquer de façon raisonnable à GB pourquoi je décidais que j'en avais absolument assez. J'avais perdu tout sentiment de connexion à la pratique et l'intensité du culte d'Ikeda m'avait presque achevé. Cependant, GB a été très impoli avec moi au téléphone et n'acceptait pas mes explications. Elle a continué à essayer d'insister sur le fait que je devais avoir été influencé par ma sœur ou mon beau-frère qui n'étaient jamais de grands fans de la SGI. Ou qu'être isolé en ne résidant plus dans une région métropolitaine avait eu un effet négatif sur ma foi.

-MK: Je ne pensais pas que vous seriez affectée par l'opinion des autres. Vous êtes trop têtue pour ça. Mais c'est ce que je pense: vous avez eu une grande responsabilité en étant un chef de district plus ou moins seule depuis quatre ans, et vous avez été coupée parce que vous ne vivez plus à Londres. J'ai toujours dit de moi-même que je ne pourrais jamais m'entraîner en dehors de Londres parce qu'il n'y aurait pas assez de soutien! Donc vous avez eu beaucoup de choses à gérer par vous-même et je pense que vous venez de vous brûler.

-Moi: Vraiment?

-MK:
Oui. Est-il vrai que vous avez renvoyé votre Gohonzon?

-Moi:
Oui.

-MK: Eh bien, ça va. Cela n'a pas d'importance. Vous pouvez toujours en obtenir un autre. Je pense vraiment que vous avez eu un lourd fardeau et maintenant vous êtes épuisé et vous avez juste besoin d'une pause.

-Moi: Je ne ressens aucun désir de revenir.

-MK: Peut-être pas pour le moment parce que vous souffrez de burn-out.

-Moi:
Je suis partie parce que je ne veux plus faire partie de la SGI. Au fait, vous rendez-vous compte que Daisaku Ikeda est probablement déjà mort?

-MK: Sensei est vivant!

-Moi: Comment le savez-vous?

-MK: Il est vivant! En tout cas, merci d'avoir pris mon appel. Je vous ai toujours beaucoup apprécié et vous êtes très douée pour expliquer le bouddhisme aux gens. C'est un grand talent que vous avez. GB vous met réellement sur un piédestal.

-Moi: Je ne veux pas être mise sur un piédestal. Tout ce que je veux, c'est une vie ordinaire pleine de choses que j'aime faire.

-MK: Bien sûr, c'est important. L'équilibre est très important. Mais le problème est que vous êtes épuisée par les activités de SGI et vous avez simplement besoin d'une pause pour pouvoir recommencer et avoir une vie normale qui inclura aussi toutes les autres choses que vous voulez faire. S'il vous plaît rester en contact. Profitez de votre pause!

Quelques heures après cette conversation, je suis entré dans une fureur absolue: COMMENT OSENT-ILS M'ASSURER DE CONNAÎTRE MON CŒUR MIEUX QUE MOI- MÊME !

La bonne nouvelle est qu'il y a des centaines de kilomètres entre moi et GB et MK et je n'ai plus jamais besoin de les revoir...

https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... _believed/
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 18 Déc 2017, 18:57

VIA SOKA
17 juin 2016

ANONIMO MILANESE:

"Vous passez 13 ans dans une organisation où vous pensez que vous pouvez ignorer les choses que vous n'aimez pas, les étiquetant comme secondaires. J'ai pensé: d'accord, il y a des gens dogmatiques, fermés, mais je ne suis pas comme ça. Oui, il y a un parti politique au Japon, mais nous ne l'accepterions jamais ici. Oui, ils changent l'objet du culte selon la commodité, peut-être que le premier était aussi un faux, peut-être même l'actuel, ce qui compte « est en nous ».

Oui, ils parlent toujours d'Ikéda, ils l'adorent comme une idole, ils prétendent qu'il est actif et lucide, mais il a disparu de la scène depuis des années. Ils vous disent que si vous voulez, vous pouvez "changer" l'organisation, en réalité, ils vous isolent. De vrais amis (Je les ai toujours) ils vous soutiennent mais ils ont peur d'être arrogant ou accumuler des causes négatives, de sorte qu'ils le font en silence et un peu caché. Puis vient le jour où vous ne pouvez plus le supporter, et partez.

Puis il peut vous arriver, comme cela m'est arrivé, de commencer à avoir des difficultés, réelles, au travail, au niveau santé, vous êtes malade, et vous pensez que peut-être vous avez fait quelque chose de mal. Vous pensez que vous aviez tort de critiquer, d'avoir offensé la sensibilité et la pureté de la croyance des autres, et que pour cette raison la « vie » se retourne contre vous.

Mettre en pratique ce que vous avez toujours pensé rationnellement, et le lier avec une religion et vérifier sa validité selon la réalisation d'objectifs, est une superstition et un esclavage opposé au Bouddhisme.

Je n'ai pas choisi cette voie et ma vie d'aujourd'hui redevient libre, vraie, inconditionnelle. Je gagne et perds, comme tout être humain, j'ai surmonté des difficultés comme tout être humain, tôt ou tard, c'est le cas, mais j'ai transpiré et souffert. En dehors de quelques amis merveilleux, les membres ils sont proches de vous seulement si vous revenez. Ils sont empoisonnés par le chantage superstitieux comme vous l'étiez. Ils ont peur de perdre des objectifs, des liens d'amitié, le sens d'appartenance et d'identité.

J'ai remarqué que ce que je ressentais en moi, en quittant l'organisation, c'était de la peur.

Avec toute ma culture et mon sens de l'équilibre, j'avais absorbé pendant des années les tabous, les superstitions et le chantage toujours devoir être reconnaissant envers ce monsieur Ikéda et son organisation, comme s'il était le seul salut du monde.

Aujourd'hui je me sens libre! Je me sens libre d'accepter tout le clair-obscur de la la vie sans avoir à établir un planning, avec des heures de pratique superstitieuse et le prosélytisme comme sauveur du monde. Aussi libre de vivre le présent sans planifier les "victoires" anxiogènes propres à Soka Gakkai. Je programme, j'ai des désirs, comme tout être humain, mais je ne pratique pas de religions. Je peux même essayer de m’améliorer sans attendre de prix en retour, sinon la joie de vivre."

Source: Soka Detox - Facebook

https://docs.wixstatic.com/ugd/885ddd_1 ... 0f395c.pdf
Modifié en dernier par algol-x le 19 Déc 2017, 20:38, modifié 2 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 517
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 19 Déc 2017, 07:42

Il n'y a que la Soka Gakkaï qui combat le mal. En réalité, c'est la véritable organisation bouddhique qui succède à l'esprit de Shakyamuni.
Shakyamuni a dit " Rejetez le mal comme on rejette un déchet."



Une sagesse extrême fait toujours surgir des sentiments de jalousie par réaction... Cependant rien n'est plus injuste que la jalousie.
https://www.youtube.com/watch?v=K_aurjEhl2Q

Bonne journée Alcov-x :fleur-6:
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 517
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 19 Déc 2017, 11:45

La preuve actuelle...


J'ai tout fait. TOUT.

Rien n’a marché. Je voyais aussi des gens autour de moi chanter de manière continue, en désespoir de cause - mourir de cancer, prier pour qu'un enfant estropié soit rétabli et en parfaite santé contre toute attente, que de l'argent apparaisse comme par magie, etc.
ils étaient épuisés, jusqu’à ce qu'ils abandonnent et à contrecœur commencent le processus d'accepter la réalité telle qu'elle était, n'ayant pas réussi à la plier à leur volonté.

Je sais et c’est un fait, que cette pratique ne marche pas.

https://taitenwisdom.weebly.co [...] n#comments

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 19 Déc 2017, 16:16

j'ai rencontré la Soka Gakkai par l'intermédiaire d'un membre de ma famille très proche, et j'ai été invité à assister à l'une des réunions bimensuelles (zadankai). Lors de ces réunions, nous récitions daimoku, Gongyo, les membres nous racontaient leurs expériences personnelles de pratique et aussi la "philosophie" proposée par l'organisation, nous avons également étudié les écrits de Nichiren, Ikeda et des articles qui apparaissent dans le magazine SG "New Renaissance".

Euphorie générale, sourires imprimés sur les visages, "expériences de vie" racontées comme une "preuve" que cette pratique fonctionne, avec des personnes qui, dans certains cas, en parlent de manière exaltée ou délirante, louant le "maître Ikeda" et ainsi de suite.

On me dit que le but de leur philosophie est d'être heureux. Pour être ainsi, j'ai dû commencer à réciter le soi-disant daimoku, une heure par jour, matin et soir, et faire gongyo. Non seulement cela, mais également en agissant. j'ai dû me fixer des objectifs, et après 10 jours d'après eux j'aurais une réponse. Donc, j'ai récité cette formule pour obtenir des "résultats". Ils m'ont dit alors que dans leur religion, contrairement aux autres, il y a la "preuve concrète", c'est-à-dire que que j'aurais la réponse à mes vœux dans le temps fixé. En effet, une personne m'a dit que, à un moment où il avait besoin d'une somme d'argent, et grâce aux daimoku (mantra) il l'avait obtenu.

Effectivement, quelque chose était arrivé, mais ce ne fut pas quelque chose de si improbable ou incroyable, cependant c'était assez matériel pour faire taire mes doutes et ma perplexité sur cette "doctrine".

Parlons-nous d'une philosophie de la vie ou d'un rituel magique? Je m'attendais à ce qu'il y ait un chemin dans lequel la philosophie bouddhique a été profondément expliquée à partir des origines, et à la place on m'a offert une sorte de "formule magique" qui résoudrait mes problèmes et me rendrait heureuse. on me dit qu'il est pas nécessaire de comprendre la signification de "nam Myoho Renge Kyo" ou de Gongyo pour leur efficacité et cela parce c'est une "chose mystique englobant tout l'univers" et on ne pouvait comprendre qu'en voyant ses effets, il n’était pas possible de donner une explication rationnelle mais il fallait avoir la foi.

Est-ce du vrai bouddhisme, ou un artifice pour attirer les gens, surtout ceux en difficultés, qui souffrent et ont des problèmes, leur donnant cette promesse illusoire de pouvoir les résoudre? N'était-ce pas la même chose qui promettait le sorcier Do Nascimento avec Wanna Marchi?

Mais cette phrase a-t-elle ce pouvoir?, la réponse est NON !! Dans la vie, les événements et les changements se produisent tout le temps, et ils n'apparaissent pas plus chez une douzaine de personnes qui pratiquent dans un groupe. Si vous agissez tous les jours, il est trop facile de ramener à la pratique le fruit de vos actions. Mais dans mon cas, dans les périodes où j'ai agi et je n'ai pas pratiqué n'a rien changé !!! En fait, les plus belles choses me sont arrivées quand j'ai arrêté d'agir. Et je me sentais beaucoup mieux intérieurement, c'était comme si je m'étais libéré d'un poids qui m'oppressait, et j'ai ressenti un énorme soulagement.

la tendance générale est de réciter très rapidement le daimoku et le gongyo, de cette façon vous ne réalisez même pas ce que vous faites mais essayez de garder un rythme agité en vous conformant aux autres, et l'effet n'est rien d'autre qu'un état de conscience modifié, donnant ainsi l'impression d'une expérience mystique, parce que vous perdez le contrôle sur ce que vous faites, et ceci est fortement contraire au concept fondamental de la philosophie bouddhiste qui favorise la conscience.

Le dalaï-lama lui-même dit qu'en récitant un mantra, il est bon de penser à sa signification, puisque le sens des syllabes, quel que soit le mantra, le domaine est vaste . En récitant un mantra à la vitesse de la lumière, vous n'avez même pas le temps de réfléchir à ce que vous faites. Et toute cette frénésie d'agir, si elle est exercée pendant des heures et des jours, à mon avis fait plus de mal que de bien.


Une autre contradiction que j'ai trouvée est la suivante: le responsable, pour promouvoir la validité de leurs enseignements, différencient leur "bouddhisme" des autres religions et surtout du catholicisme, disant que le bouddhisme n'a ni obligations ni interdictions, faisant croire que cette doctrine permet une liberté absolue, sans commandements et surtout sans le concept de péché. Mais il est dit aussi que vous devez pratiquer Gongyo matin et soir et faire au moins une heure daimokus par jour et que cela peut alors apporter des bienfaits, mais cela contredit les propos ci-dessus. Les pratiquants du fait de suivre ces directives, sont incités à augmenter les heures de pratique si les choses ne vont pas comme prévues.

Sans oublier que même si nous ne remarquons pas, ils introduisent un concept similaire au péché déguisé en "cause négative", invitant alors à réciter plus de mantras pour "transformer le karma négatif" causé par "les oppositions à la loi" faites non seulement dans cette vie, mais aussi dans les vies précédentes. Cela induit une sorte de "superstition", masquant un "terrorisme psychologique" qui semble avoir pour but d'empêcher toute contestation de la doctrine ou de l'organisation, prophétisant un avenir de disgrâces à ceux qui le feront. Nous sommes au XXIe siècle, je pensais que ces croyances médiévales avaient disparues.

On dit qu'une maison qui "héberge" un Gohonzon sera protégée, Il faut aussi dire qu'il y a des gens qui pratiquent des années, mais ils n'ont rien résolu dans leur vie. Et il est facile dans ces cas de dire qu'ils n'ont pas correctement pratiqué, qu'ils n'ont pas eu assez de foi et et ainsi de suite, comme le font habituellement les responsables. Qu'ajoutent-ils alors? Que pour obtenir les résultats, vous devez également étudier! Étudier signifie lire le Gosho de Nichiren, les livres d'Ikeda ou les articles des magazines de l'organisation. Mais comment pouvez-vous me faire croire que si je lis la page d'un livre le lendemain je trouverai du travail ou que je vais gagner à la loterie? Aberrant !

Les responsables proposent aussi de faire des "activités", c'est également un moyen d'avoir des "bienfait". En quoi consistent les "activité"? présenter un sujet dans les réunions, en tant que modérateur, ouvrir la porte de la maison où la réunion a lieu aux participants, offrant un verre à ceux qui en ont besoin, de communiquer des statistiques sur la participation, (tout est surveillé! le nombre de personnes qui ont participé aux réunions de toute l'Italie, et parmi eux combien membres, de sympathisants ou de débutants), également annoncer les prochaines, réunions et faire en sorte d'y amener des gens, faire partie du chœur, faire du nettoyage (!) dans le kaikan (les temples du SG) et ainsi de suite. Je crois que même l'église ne fait pas nettoyer pas les planchers aux fidèles, et ce ne sont que des exemples, la liste pourrait être longue!

https://nosokagakkai.blogspot.fr/2012/0 ... akkai.html
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 517
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 20 Déc 2017, 17:11

[EDIT]
Tu as cette chance de pouvoir te faire ton propre avis à présent. Sur ce site. Ne la rate pas !

Bon je dois t'avouer que tes écrits -comme ceux de vic- je ne les décortique plus autant, qu'à moitié, voir pas du tout... mais tu ne m'en voudras pas, je répond à tes attentes considérés.
Dans la mesure où tu sembles davantage d'acharner sur ce sujet sans ne poser aucune question claire.

Il est facile d'admettre que la vie offre des imperfections pour toute chose alors, pourquoi en serait-il autrement concernant la Soka Gakkaï ?
Réponds-moi.

Si cette organisation te gêne, personnellement, exprimes-toi alors clairement.
Si l'organisation ni ne te correspond, ni ne t'interesse, libre à toi de nourrir ton quotidien de lecture qui t'enrichisse sans perdre de temps.
Et si tu estimes que le bouddhisme de Nichiren ne doit pas apparaître sur ce forum, ou que nous ne sommes pas en mesure d'agir correctement comme disciple de Nichiren et encore plus envers toi, il est important de discuter des 'vrai' 'problème' nous réunissant ici.

Voilà..
c'est tout ce que j'aimerai te faire entendre Algol-x.
Car toutes les réponses aux diffamations citées dans tes revues, t'ont été donnés. Il ne manque rien à comprendre, pour celui qui y tient. :hi:
Bonne soirée.
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 21 Déc 2017, 00:31

wisetaiten il y a 1 an

En tant que membres de SGI, nous étions conditionnés à considérer comme suspects tous ceux qui critiquaient l'organisation. Puisque l'organisation était parfaite à tous points de vue, si des gens se prononçaient contre, c'est qu'ils devaient avoir un agenda personnel.

Ils étaient des membres du Temple qui essayaient de séduire d'innocents gakkiens avec leur machinations. C'étaient des ennemis du sutra du lotus déterminés à détruire l' organisation qui en fait la meilleure promotion.

Des gens mentalement malades parce qu'ils ne comprennent pas à quel point l'organisation est merveilleuse et n'ont pas pris le temps d'essayer de vérifier comment ce groupe est le chemin vers le vrai bonheur. Ou mon favori: ils sont jaloux parce qu'ils ne sont pas membres.

Même des groupes internes à SGI, comme l'IRG, qui avait été encouragé par l'organisation elle-même à identifier des domaines à améliorer a été vilipendé, lorsqu'ils ont dressé une liste assez complète et l'ont présenté aux dirigeants.

Non ! la Soka Gakkai International (et tous ses affiliés) sont parfaits ! et tous ceux qui trouvent que quelque chose ne va pas ne font que tromper et fourvoyer les gens...

https://www.reddit.com/r/sgiwhistleblow ... _offender/
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 887
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 22 Déc 2017, 01:03

La nuit dernière, j'ai fait un rêve que ma mère et moi déménagions des meubles de notre maison. Nous avons décidé de faire une pause, devant la porte d'entrée.

Soudainement, tous les membres et les dirigeants de SGI que j'ai connus sont entrés par la porte ouverte, un à la fois. Et puis ils ont commencé une fête dans ma maison et ont fait comme si ils étaient très heureux de me voir.

Puis un vieux chef de WD de mon ancienne réunion a apporté un Gohonzon qui avait déjà été enterré dans un butsudan dans ma maison. Elle l'a placé sur la table de la cuisine et a dit "Maintenant vous devez retourner à SGI!"

J'ai couru jusqu'à ma chambre, (la porte de derrière aurait été un choix bien meilleur, sacrés cauchemars !) pour m'éloigner de la foule. Ils ont couru après moi et m'ont coincé dans ma chambre. Ils m'ont ensuite traîné hors de ma chambre, hors de ma maison et m'ont poussé dans une fourgonnette.

Et puis je me suis réveillé, Dieu merci!


https://www.reddit.com/r/SGIcultRecover ... ng_to_sgi/
Modifié en dernier par algol-x le 22 Déc 2017, 18:56, modifié 3 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 517
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Titre du message: Re: témoignage d'anciens adeptes de la secte sokka gakkaï

Message Ecrit le 22 Déc 2017, 10:07

zeste de savoir a écrit:La preuve actuelle...


J'ai tout fait. TOUT.




Je sais et c’est un fait, que cette pratique ne marche pas.

https://taitenwisdom.weebly.co [...] n#comments


Bonjour et bien venu...
De quelle pratique parlez-vous?

vous êtes preuve, oui. mais de quoi...

c'est la question que je vous pose ici :)
Je n'attend pas un remerciement pour l'accueil, mais au moins un minimum de considération, au delà de l'égo.
Au delà de l'égo, nous sommes égaux.

#Sûtra du Lotus - Byakuren - Fleur - Nichiren.

https://www.google.fr/search?q=byakuren&client=firefox-b-ab&dcr=0&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=KEkZqZFxkXow6M%253A%252C29UttTkUfh2waM%252C_&usg=__zqeh-RHvAK3up0RPTomAqQztv5A%3D&sa=X&ved=0ahUKEwj37Nud5p3YAhXD_KQKHVo9CcEQ9QEIOjAB#imgrc=KEkZqZFxkXow6M:
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:


Retourner vers Mahayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités