[Soka]Temoignage

La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.


Mahayana
Le courant bouddhisme mahāyāna, terme sanskrit signifiant « Grand Véhicule » apparaît vers le 1er siècle de notre ère dans le Nord de l’Inde. Actuellement le bouddhisme mahayana a une forte présence en Chine, au Tibet, au Japon au ve siècle, en Corée en 372, au Viêtnam, à Singapour et Taïwan. La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.
Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 364
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: [Soka]Temoignage

Message Titre du message: [Soka]Temoignage

Message Ecrit le 21 Jan 2018, 11:37

~bouddhisme~
EXPÉRIENCE

DOMO ARIGATO NAKAMURA-SAN !
merci beaucoup, très cher Nakamura !

par Vincent

A la recherche d'un équilibre, Vincent rencontre le Japon, les japonais et la Soka Gakkaï

Après plusieurs séjours professionnels dans différents pays, j'étais décrit comme un jeune cadre international à qui tout réussit ou simplement qualifié de "survolté" , impatient et parfois égoïste, dépensant une énergie formidable mais ne sachant pas clairement distinguer l'important du superflu.
J'étais juste un être humain à la recherche d'un équilibre et j'étais convaincu qu'en allant d'un continent à l'autre, je trouverais le ou les bon(s) partenaire(s) qui pourrai(en)t me l'apporter.
J'ai finalement rencontré en Égypte une personne avec qui je pensais passer le reste de ma vie et nous sommes arrivés au Japon il y a huit ans.
J'étais persuadé que ma vie de couple et le confort matériel seraient les bases de mon bonheur. J'avais tout faux, mais ne le savais pas encore ! Mes voyages d'affaires continuaient et je rentrais à la maison pour profiter de la vie à deux ; j'étais dans un état de tranquillité et cela semblait me convenir. Après un an à Tokyo, mon besoin de sortir et de me faire des amis devient oppressant et je me suis rendu à l'évidence que cet équilibre apparent ne m'allait pas.
J'avais l'impression de vivre en satellite sans m'intégrer, alors que mon désir profond était de connaître les gens de ce pays. Je sentais qu'il y avait ici quelque chose, mais quoi ?
Un "amour" de plus ?
Des amis en plus ?
Ou bien...

J'apprends qu'un collègue "est Soka Gakkaï" !

C'est grâce à un japonais parlant anglais et travaillant pour la société qui a assuré le transport de mes meubles de Paris à Tokyo, que j'eus l'occasion de participer à ma première nomikai (rencontre de collègue/amis après les heures de travail pour aller boire un verre ensemble). C'était sympa, mais après troix heures de boissons et de rires, il manquait toujours l'un des invités. Vers 23h30, il appela pour dire qu'il ne viendrait pas.
Ma curiosité naturelle me fit demander pourquoi, et j'appris que cela lui arrivait souvent de décommander au dernier moment car "il était Soka Gakkaï". Tiens ! Un terme descriptif japonais nouveau dont il me fallait comprendre le sens afin de le réutiliser ! On m'expliqua vaguement que cet homme était membre d'un groupe bouddhiste qui organisait des réunions tard le soir et que personne autour de la table ne comprenait vraiment pourquoi il y allait.

Je découvre un autre Japon

Déclic ! J'avais toujours eu envie de connaître le bouddhisme. Je demandais donc à être invité à la prochaine nomikai à laquelle ce "Soka Gakkaï" pourrait venir. Elle eût lieu plusieurs semaines après, et je pus discuter avec ce jeune homme japonais "très occupé" qui me fascina par son sourire et sa bienveillance (les Japonais que je côtoyais jusqu'alors étaient plutôt sérieux et un peu froids, tout du moins tant qu'ils n'avaient pas un peu d'alcool dans le sang !). Nous nous sommes revus plusieurs fois et je pus sentir son bien-être, sa constance, sa compassion et sa volonté de devenir heureux quoi qu'il arrive.
C'était pile ce dont j'avais besoin moi aussi pour être heureux et, suite à mes questions, il commença à me parler de Nichiren Daishonin, du président Ikeda... Il conclut l'une de nos rencontres en me proposant de l'accompagner à une réunion et, malgré ma crainte de ne pas comprendre ou même de participer aux activités d'une secte, j'avais vraiment envie d'y aller.
C'est au centre culturel de Suginami-Ku à Tokyo qu'il m'amena un soir, et ce qui me frappa en entrant, c'était que les Japonais qu'il me présenta avaient TOUS cet air radieux, cette joie de vivre, cette disponibilité d'esprit et de cœur qui me faisaient défaut. Je le ressentis fortement, même si je ne comprenais pas ce qu'ils disaient dans leur langage.
Au premier étage, on me fit entrer dans une pièce superbe et lorsque je vis des centaines de personnes à genoux répétant les mêmes mots devant un autel, l'envie d'en faire autant devint tout à coup évidente pour moi. On me dit dans un anglais approximatif qu'en récitant Nam Myoho Renge Kyo ensemble, chacun était capable de retrouver la force inhérente à sa propre vie.
Je commençai donc à répéter cette phrase car j'avais envie de devenir "beau" comme ces Japonais et ses Japonaises. En fait, cela ne m'avait rien coûté d'essayer et j'eus peu à peu l'impression d'être bien là et de faire aussi partie d'un tout, comme bercé par cette vague chantante !

Je change l'axe de ma vie

Le bouddhisme, c'était donc cela, cette capacité de retrouver en soi l'énergie permettant d'avancer dans le bon sens et de la communiquer aux autres. Je ne me rendais pas encore compte de la signification réelle de ce que je ressentais, mais j'étais déjà convaincu que cela avait un rapport avec la joie de vivre, le bien-être radiant, bref le bonheur, qui émanaient de tous ces membres.
Je découvrais un autre Japon ou un autre moi qui doucement émergeait.
Après trois réunions, je reçus le Gohonzon. Je ne comprenais toujours pas comment cela contribuerait à mon bonheur et cela m'a prit du temps avant de pratiquer régulièrement et de réaliser pleinement la signification du formidable "outils" que l'on venait de m'offrir pour changer profondément ma vie. Depuis ce jour, cinq ans se sont écoulés : pour la première fois de ma vie, j'ai décidé de stopper une relation sentimentale (avant, c'était moi qu'on laissait tomber), j'ai eu une promotion, j'ai pu déménager dans un super appartement.
J'ai ouvert ma maison aux réunions de discussion japonaises de notre quartier et à celle du groupe francophone "Esprit". J'ai commencé à rééquilibrer ma vie en faisant des activités régulièrement.

Le bonheur, un combat permanent avec (et contre) soi-même

Il m'a fallu encore beaucoup de détermination, d'efforts, de souffrances et d'encouragements pour continuer à évoluer, pour comprendre la nécessité d'une pratique régulière matin et soir, et combattre mes démons afin d'être patient, ouvert (pas seulement en surface, mais réellement prêt à écouter les autres) et disponible (créer du temps pour ce qui est important, malgré mes voyages fréquents).
Grâce à mes activités dans l'organisation japonaise, au sein du TIG et avec le groupe francophone "Esprit" , ma foi est devenue plus forte. Une amie française, parmi beaucoup d'autres, me soutient aussi très fort.
Il me reste du chemin à parcourir, mais je suis déterminé à devenir heureux et à aider les autres à le devenir.
Avec ses quelques lignes, je souhaite à tous les nouveaux membres de découvrir ce qu'est d'avoir confiance ( car si je n'en avais pas eu envers ces membres japonais, je n'aurai sans doute pas pu ressentir ce que cette pratique pouvait apporter), de persévérer quoi qu'il arrive et où qu'ils soient, afin de réussir leur propre révolution humaine.
C'est le voyage le plus exigeant, certes, mais le plus passionnant que la vie puisse offrir.
Merci, Nakamura-San ! Mes mots ne seront jamais assez forts pour t'exprimer toute ma gratitude.

-troisième civilisation > février 2000 p.19-
La religion est faite pour l'humain, et non l'inverse.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1360
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: [Soka]Temoignage

Message Titre du message: Re: [Soka]Temoignage

Message Ecrit le 22 Jan 2018, 15:57

Image
Image

-- 24 Jan 2018, 15:22 --

Image
Image
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 364
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: [Soka]Temoignage

Message Titre du message: Re: [Soka]Temoignage

Message Ecrit le 29 Jan 2018, 09:25

Merci Yvon. Cette expérience là m'encourage grandement.

Parfois, il faut "perdre" un acquis pour réaliser ce que l'on désir. Bien sûr il n'est nul question de perdre des acquits d'humanité. Il est question de matériel, de façon de fonctionner, de vivre. Imaginer pouvoir changer sans que notre vie change est intellectuellement stupide lorsqu'on y pense, pourtant on essais tous ou presque d'y croire. ^^

Pour ma part, je perd ce que mon éducation parentale et de la société ont tenté de me faire comprendre comme nécessaire à mon bonheur (maison, mariage, travail rémunéré selon un certain confort, etc) pour atteindre Mon bonheur, ce sens unique.
Renaître de ses cendres..
Revenir à la vie :) Choisir sa vie. En pleine conscience.

Encore merci pour ce partage, et ce cœur.
Bonne journée.

-- 01 VenEC 2017 03:42 --

3ème civilisation numéro 408
(p/28 ~ Mouvement Soka)

A LA RECHERCHE DE LA BIENVEILLANCE

expérience

Quitter la malveillance

Je travaillais dans la publicité, secteur où règne une compétition permanente entre les gens. C'est un milieu très dur, et j'avais développé une animalité extraordinaire, tout m'était permis surtout au niveau du langage. Je faisais partie, dans l'agence où je travaillais de ce qu'on appelle les créatifs.
A été engagé, un jour, un concepteur-rédacteur, quelqu'un de très talentueux qui démarrait dans la pub. Il voulait me prendre mes clients. Ce fut la bagarre très vite, d'abord sur le ton de l'humour, jusqu'à ce que je décide de lui montrer qui dominait l'autre. A l'époque, nous pensions tous dans cette agence, que plus nous étions méchants et même insultants, plus nous étions drôles. Je remplissais ce rôle à merveille. Cet homme qui arrivait a très mal vécu tout cela. Chaque fois qu'il me croisait, il me disait : "J'aurai ta peau". Je me plaignais de lui partout. Assez nouvelle dans la pratique(bouddhique) , je suis partie en séminaire à Trets. Je souffrais tellement de cette situation que j'ai pris une directive, on omettant de parler de mon attitude, de ma malveillance, je me plaçais en victime. L'aîné qui m'a donné la directive m'a dit : "Il faut ouvrir ton coeur, pratiquer pour le bonheur de cet homme, s'il se comporte ainsi, c'est qu'il souffre beaucoup." J'ai commencé à pratiquer pour lui sans aucune conviction, sans penser que les choses pouvaient changer. Peu à peu, j'ai pris conscience de mon comportement si agressif à son égard. A partir du moment où j'ai commencé à voir, j'ai pu pratiquer très sincèrement pour son bonheur...
Je l'ai fait pendant deux ou trois mois. Un beau jour, il est entré dans mon bureau, s'est assis et, alors qu'on ne se parlait plus que pour se dire des horreurs, il m'a demandé comment j'allais, nous avons entamé une conversation comme on fait généralement entre amis et, de cet instant, la guerre était finie. Nous sommes même devenus assez amis.
Grâce à cette expérience, j'ai compris que les relations humaines telles que je les vivais jusque là étaient insoutenables. J'ai appris à apprécier la gentillesse, alors qu'avant, je pensais que c'était une faiblesse.
Tout mon système de valeurs a changé et je me suis mise à pratiquer pour créer des valeurs là où j'étais.
C.O.
La religion est faite pour l'humain, et non l'inverse.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:


Retourner vers Mahayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : algol-x et 4 invités