Zen en guerre

La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.


Mahayana
Le courant bouddhisme mahāyāna, terme sanskrit signifiant « Grand Véhicule » apparaît vers le 1er siècle de notre ère dans le Nord de l’Inde. Actuellement le bouddhisme mahayana a une forte présence en Chine, au Tibet, au Japon au ve siècle, en Corée en 372, au Viêtnam, à Singapour et Taïwan. La tradition du Mahayana, met l’accent sur la pratique altruiste du bodhisattva comme moyen pour parvenir à l’éveil, à la fois pour soi-même et pour les autres.
vic

[Religion] Bouddhiste
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9312
Enregistré le: 07 Juil 2013, 16:15

Message Sujet: Zen en guerre

Message Titre du message: Re: Zen en guerre

Message Ecrit le 06 Mar 2016, 07:20

Désolé marmhonie ,

La manipulation mentale ça existe , scientologie etc ....et donc si le terme secte vous gène , je vais plutôt employer le terme de manipulation mentale concernant le bouddhisme de la sokka gakkaÏ ça sera plus juste opposé à la pleine conscience dans la méditation vipassana .Au final , ce courant a supprimé la pratique de la méditation de la pleine conscience ( vipassana) pour la récitation d'un mantra perroquet . Bref, il s'agit ni plus ni moins de transformer les gens en automate , en perroquet , en lapin duracel

Yvon,

Dans la sokka gakkaÏ on y instaure un mantra qui ne fonctionne que récité en japonais , alors que bouddha n'a jamais parlé japonais de sa vie .
Et on vous explique que si vous ne le récitez pas en japonais vous n'obtiendrez pas l'éveil du bouddha , du point de vue logique cherchez l'erreur !
Bref, tout est basé dans ces nouvelles religions qui essaient d'empreinter des thèses bouddhistes sur du placébo , du reste inutile d'essayer de chercher une quelconque logique , le perroquet n'en a pas besoin , il suffit d'appliquer la méthode . Une religion qui cherche à vous manipuler mentalement quand vous vous mettez à réfléchir ne sait plus quoi vous répondre, merci yvon de nous le démontrer , je vous est posé une question claire sur ce mantra en japonais et vous êtes incapable de me répondre de façon cohérente .
Yvon , votre nouvelle religion et votre réponse n'a aucune cohérence logique comme la pratique de votre mantra magique non plus .

Voici un maitre bouddhiste selon la sokka gakkaÏ , un perroquet qui récite le Daimoku ( fameux mantra pseudo magique de la sokka gakkaï):


Modifié en dernier par Marmhonie le 06 Mar 2016, 07:55, modifié 1 fois.
Raison: Hors-sujet complet et propos inacceptables visant une mouvance religieuse bouddhiste.

Marmhonie

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 11452
Enregistré le: 24 Avr 2013, 09:34

Message Sujet: Zen en guerre

Message Titre du message: Re: Zen en guerre

Message Ecrit le 06 Mar 2016, 07:49

Tout propos spécifique - et désormais sans plus de haine :tap: - sur la Soka Gakkai doit se faire dans son sujet ici :
bouddhisme/soka-gakkai-un-bouddhisme-japonais-suspect-t29331.html

Soit ce sujet Zen en guerre continuera de tomber sous les hors-sujets et il sera fermé, soit vous respectez les sujets et les internautes.

Il n'y aura pas d'autre avertissement.

Marmhonie, modération.
Image
http://meilleurforum-net.meilleurforum.net
Le forum d'Étude, sans contingent, sans censure, respect total !

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1273
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Zen en guerre

Message Titre du message: Re: Zen en guerre

Message Ecrit le 26 Nov 2017, 09:53

Le Zen en guerre : Une réaction de Nishijima rôshi

"Si on vous ordonne de marcher : une, deux, une, deux ! ou de tirer : bang, bang ! C'est là la manifestation de la plus haute sagesse de l'éveil. L'unité du Zen et de la guerre se propage jusqu'aux confins de la guerre sainte qui est maintenant en cours." (Harada Daiun Sogaku, 1939)

"Les guerriers qui sacrifient leur vie pour l'empereur ne mourront pas. Ils vivront éternellement. En vérité, on devrait les appeler des dieux et des bouddhas pour qui il n'y a ni vie ni mort. Là où il y a loyauté absolue, il n'y a ni vie ni mort." (Lieutenant-Colonel Sugimoto Gorô)

"Depuis l'ère Meiji, notre école [Sôtô] a coopéré à la conduite de la guerre." (Déclaration de Repentance de l'école sôtô, 1992)

La publication du livre de Brian Victoria, Zen at War (New-York, Weatherhill, 1997), publié en français sous le titre Le Zen en guerre 1868-1945 (Paris, Éditions du Seuil, 2001), révélant la collusion des églises bouddhiques avec l'appareil militariste et nationaliste japonais depuis l'ère Meiji jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale a suscité de nombreuses réactions. Josh Baran, pratiquant du zen et de la tradition tibétaine du dzogchen, a notamment publié dans la revue américaine Tricycle un long compte rendu de cet ouvrage intitulé "Zen holy war ?" Nishijima rôshi, maître zen contemporain de l'école Sôtô, réagit ici à la lecture de cet article.

Lire sur le site La guerre sainte du zen, la version française de l'article de Josh Baran ainsi qu'un compte-rendu de lecture du livre Le zen en guerre.

Source :

http://www.zen-occidental.net/nishijima/gudo3.htm
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

alishoune

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 800
Enregistré le: 29 Aoû 2008, 08:00

Message Sujet: Zen en guerre

Message Titre du message: Re: Zen en guerre

Message Ecrit le 30 Nov 2017, 19:29

Ah OK

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 54
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Zen en guerre

Message Titre du message: Re: Zen en guerre

Message Ecrit le 19 Déc 2017, 12:00

si vous appréciez Brian Daizen Victoria et son livre zen at war, vous saurez certainement reconnaitre et apprécier ce qu'elle révèle sur Makiguchi !

Je suis d'avis que la seule raison du danger actuel pour la paix mondiale est la promotion par la Russie de sa propre existence C'est-à-dire qu'à l'ère actuelle de lutte économique pour l'existence, la Russie cherche à exploiter les faiblesses des puissances internationales pour acquérir ce qu'elle doit avoir: l'accès aux océans. Elle est donc en train de s'étendre dans trois directions, depuis le détroit de Dardanelle en Europe de l'Est jusqu'au golfe Persique en Asie occidentale et la mer Jaune en Extrême-Orient (Makiguchi 1903: 950-951).

Indépendamment de notre classe sociale, chacun doit être conscient de la destinée de notre nation, harmoniser sa vie avec cette destinée et, à tous moment, être prêt à partager cette destinée. C'est pour cette raison que le travail de l'éducation nationale est de nous préparer nous-même à faire exactement cela, sans rien omettre dans ce processus. . . . Cependant, pour ce faire, et avant de nous mettre au service de l'Etat, nous devons d'abord contribuer à la zone locale qui nous a nourris et avec laquelle nous partageons des intérêts communs (Makiguchi 1933: 460-461).

Sa Majesté, l'Empereur, sur qui est centré l'exercice de l'autorité impériale, le fait par l'intermédiaire de ses fonctionnaires militaires et civils. La raison pour laquelle il exerce cette autorité n'est définitivement pas pour son propre bénéfice. Plutôt, en tant que chef et tête de la nation entière, il exerce gracieusement au nom de tout le peuple. C'est pour cette raison que, dans notre pays, l'Etat et l'empereur, en tant que chef d'Etat, doivent être considérés comme totalement un et indivisibles. Nous devons faire comprendre à nos enfants que le service loyal à leur souverain est synonyme d'amour du pays. . . Je crois que c'est seulement ainsi que nous pouvons clarifier le vrai sens de l'expression « loyauté à son souverain et amour de la patrie » [chåkun aikoku] (Makiguchi 1933: 411-412).

C'est lorsque nous regardons ces exemples concrets [de la Corée et de la Chine] que les pensées sur notre propre pays nous viennent à l’esprit. . . . Le résultat est que nous ne pouvons nous empêcher d'être reconnaissants et de vouloir rembourser la dette de gratitude que nous devons à l'État.
L'application pratique de l'étude de la culture populaire est de fournir la base fondamentale pour une compréhension de l'État en demandant à [nos enfants] de regarder des situations comme celles-ci qui sont sous leurs yeux. Je sens très profondément que nous devons chercher vigoureusement à créer des personnes de caractère qui mèneront à l'avenir une vie centrée sur l'État, ayant d'abord acquis le germe de l'idée de servir l'État au niveau local de la ville et du village (Makiguchi 1933: 413)


La Déesse du Soleil est la vénérable ancêtre de notre famille impériale, sa vertu divine ayant été transmise à chaque empereur successif qui monta sur le trône jusqu'à l'empereur actuel inclus. Ainsi sa vertu a été transformée en la vertu auguste de Sa Majesté qui, éclairant le peuple, lui apporte le bonheur. C'est pour cette raison que l'article III de la Constitution stipule: « La personne de l'Empereur est sacrée et inviolable.
Tout comme nous [les membres de l'association] reconnaissons l'unité fondamentale de la piété filiale et de la loyauté, nous sommes convaincus qu'il est approprié de vénérer Sa Majesté avec vénération selon l'opinion moniste que « Sa Majesté, l'Empereur est Un et Indivisible » [Tenn 'Ichigen -ron], rendant ainsi inutile de rendre hommage au Grand Sanctuaire d'Ise. . . .
A la lumière de cela, il n’y a personne d’autre que Sa Majesté, l'empereur lui-même, il n’y a rien à prier avec respect? (Akashi & Matsåra, éds 1975: 174-175).

Dans les faits, nulle part dans les écrits de Makiguchi, que ce soit avant ou pendant la guerre, en prison ou à l’extérieur de celle-ci, nous ne trouvons de déclarations critiquant la politique militaire du Japon. Au contraire, Makiguchi a non seulement justifié la colonisation de la Corée par le Japon (et la guerre avec la Russie), mais il a consacré toute sa vie d'éducateur à concevoir des moyens plus efficaces d'inculquer le « service à l'État » aux enfants japonais. Il a ajouté que ces mêmes enfants comprenaient tout à fait que le service loyal à leur souverain était synonyme d'amour du pays. Même après l'emprisonnement, il a affirmé que la loyauté envers l'empereur n'était qu'une part naturelle de « la voie du sujet » basé sur sa compréhension de le Sutra du Lotus. Et, comme nous l'avons vu, en ce qui concerne l'empereur, Makiguchi demanda: « Qui, en dehors de Sa Majesté, l'Empereur lui-même, devrions nous prier respectueusement?
Pour les apologistes qui déclarent maintenant que, malgré son emprisonnement et sa mort, Makiguchi a résisté ou s'est opposé à l'effort de guerre du Japon, revient à vouloir essayer de transformer une chose en son contraire.
http://www.thezensite.com/ZenEssays/Cri ... ddhism.pdf


Retourner vers Mahayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités