Comment définir une secte en 2018

Des fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une Église.


Sectes
Ce terme ( secte ) a pris une dimension polémique, et désigne de nos jours un groupe ou une organisation, le plus souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société.
pelerincosmique

Nouveau
Nouveau
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9
Enregistré le: 13 Fév 2018, 05:48
Localisation: Côte d'Argent

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 15 Fév 2018, 06:45

Comment définir une secte religieuse en France en sachant qu'en 2018 toute organisation cultuelle peut se sentir diffamée par l'emploi d'un tel qualificatif péjoratif ? Au moment du rapport de la Commission d'enquête sur les sectes remis à l'Assemblée Nationale en 1995, les députés impliqués avaient proposé un ensemble de critères qui n'ont pas tous été retenus, mais qui forment une grille de lecture relativement logique, et sur laquelle un consensus social général est plausible. Il est beaucoup plus exact d'employer le terme d'égrégore religieux qui définit bien mieux "une secte religieuse" comme ont cherché à le faire les parlementaires.

Pour chacun de ces critères je réponds sans animosité :mains: , au terme d'une connaissance approfondie, à propos de l'organisation, Association Cultuelle Soka du Bouddhisme de Nichiren (Soka Gakkai) :

1) la libre association et le groupe coercitif, pour la Soka Gakkai il n'y a pas de coercition à proprement parlé, il existe une pression morale toute en douceur vis à vis de qui ne se conforme pas aux principes idéologiques, c'est à dire dont la foi est ternie par des concepts erronés, tout en lui reconnaissant le droit à la différence.

2) la conviction et les certitudes incontournables, la doctrine est absolue, universelle, et son enseignement à la limite du dogmatisme. Le mantra (daimoku) et le mandala (gohonzon) sont la Vérité et la Soka Gakkai est la seule à pouvoir sauver le monde : hors de l'organisation il n'y a pas d'éveil.

3) l'engagement et le fanatisme, très variable d'un individu à l'autre, le fanatisme est plutôt une méconnaissance des textes bouddhiques fondamentaux, une absence de recherches hors du champ scolaire de la Soka Gakkai et de Nichiren, mais aussi une tendance naturelle de certains à adopter des idées toutes faites, du prêt à penser, à se comporter en zélateurs et à expliquer la doctrine en lisant ou répétant sans aucune originalité les textes officiels tels des perroquets.

4) le prestige du chef et le culte du gourou, complètement, un vrai culte de la personnalité avec une revue internationale en anglais qui lui est spécialement dédiée, un lobbying culturel destiné à lui fournir toutes sortes de décorations, diplômes honorifiques, reconnaissances officielles, et - dans la pure tradition japonaise du "sensei" - la relation maître et disciple est la clé de l'éveil du fait qu'il est le seul à détenir la compréhension correcte du bouddhisme (de Nichiren) dans le monde.

5) les décisions volontaires et les choix totalement induits, au niveau strictement individuel chacun fait ce qui lui plaît dans sa vie, dans les activités les pratiquants respectent un code de conduite consensuel, respectueux et neutre : pas d'opinions trop personnelles ou différentes des principes religieux officiels, pas de critiques directes ou de polémiques en public, au niveau communautaire toutes les décisions viennent du Consistoire National et du Consistoire Mondial (basé à Tokyo) sans aucune consultation des croyants.

6) les recherches d'alternatives (culturelles, morales, idéologiques) et la rupture avec les valeurs de la société, aucune recherches d'alternatives, une conception conservatrice de la politique, de l'économie, de la culture, de la morale, complètement en phase avec le libéralisme, le capitalisme, et les politiques nationales, européennes et internationales, la Soka Gakkai est loin d'être pro-altermondialiste. Daisaku Ikeda soutient la création d'un gouvernement planétaire de type Nouvel Ordre Mondial.

7) l'appartenance loyale à un groupe et l'allégeance inconditionnelle, en quelque sorte avec des nuances d'une personne à une autre, c'est très japonais et proche d'une forme de mentalité "proto-faciste", et beaucoup de pratiquants français aiment se sentir disciples de la Soka Gakkai : c'est une fierté.

8) la persuasion habile et la manipulation programmée, officiellement non, mais certaines personnes culturellement limitées ont adhéré car c'est ce qu'elles recherchaient : qu'on les oriente, les dirige, les conseille. La manipulation existe comme dans toute organisation idéologique, mais elle n'est pas reconnue comme telle, le dire est diffamatoire, c'est au travers des activités de discussions, d'études, de séminaires, que l'idéologie s'implémente dans le mental et ce sont les récitations en groupe du mantra qui pré-conditionnent l'ouverture consciente à l'acceptation de la doctrine.

9) le langage mobilisateur et le néo-langage : la "langue de bois", tout à fait, avec une sémantique franco-japonaise, des slogans mobilisateurs et communautaristes, mais aussi une pratique du non-dit sur les sujets bouddhiquements incorrects (sexualité, gouvernance et finances de l'organisation, alternatives sociales et politiques, histoire des dérives de la Soka Gakkai depuis les années 1950 au Japon, et de 1960 à aujourd'hui en France et en Europe. L'histoire officielle réécrite par D. Ikeda est toute à sa gloire dans « La Nouvelle Révolution Humaine », etc.).

10) l'esprit de corps et le groupe fusionnel, tout à fait comme dans tous les égrégores religieux, mais selon la formule: "Un seul cœur dans des corps différents", c'est à dire tous différents mais unis par une même croyance. Ce qui est différent du principe de "l'esprit de corps" : un seul corps dans des cœurs différents.

11) la déstabilisation mentale, elle est plutôt le fait d'individus déjà déstabilisés et que la récitation du mantra perturbent bien plus, et de l'incompétence absolue - donc dangereuse - des responsables bouddhiques officiels et des ministres du culte à accompagner ces personnes à cause d'une absence complète de toute formation à l'aide psychologique à la personne en chemin sur une voie spirituelle.

12) le caractère exorbitant des exigences financières, aucune, le don est libre et pas obligatoire.

13) la rupture induite avec l'environnement d'origine, pas du tout, au contraire, le respect des origines, de la famille, du milieu social, culturel, professionnel est au centre des activités bouddhiques individuelles.

14) les atteintes à l'intégrité physique, aucune.

15) l'embrigadement des enfants, pas plus que dans d'autres religions, chez les plus "fanatiques" et les japonais traditionnels il existe un désir que les enfants accèdent à la boddhéité (l’Éveil), ils sont encouragés à pratiquer et à participer aux activités officielles.

16) le discours plus ou moins anti-social, jamais.

17) les troubles à l'ordre public, jamais.

18) l'importance des démêlés judiciaires, légitimement l'organisation française s'est défendue pour des propos qu'elle jugeait diffamant.

19) l'éventuel détournement des circuits économiques traditionnels, l'argent provient des dons des pratiquants qui le veulent bien et du soutien financier de la Soka Gakkai Internationale dont les actifs financiers sont gérés dans des Fonds de Placement par Mitsubichi.

20) les tentatives d'infiltration des pouvoirs publics, en France pas directement, juste un lobbying très bien organisé – il y aurait eu des contacts avec des députés bienveillants et durant son mandat Nicolas Sarkozy aurait demandé qu'elle soit reconnue comme une religion et plus comme une secte, selon les propos d'un responsable officiel de l'organisation...
De plus, il y a la présence de cadres de la SGI au Conseil de l'Europe, au Conseil Économique et Social, comme des relations officielles avec la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris. Du fait du statut de la SGI comme ONG (UNESCO et ONU) l'ACSBN avec la Maison Littéraire de Victor Hugo à Bièvres bénéficie de contacts officiels dans le domaine de la culture.
Quoique à ce sujet ce soit la "langue de bois" de la part du Consistoire National sur les méthodes et personnes utilisées.
Conformément aux libertés d'opinion et d'expression garanties par la Constitution de la République Française, toute censure de ces textes s'oppose aux principes des libertés républicaines. Ils respectent la liberté de culte et ne sont pas diffamatoires, ni ne portent préjudice à la moralité des croyants et de leurs organisations cultuelles.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 15 Fév 2018, 09:15

Donc la Soka Gakkai n'a rien à voir avec une secte on est bien d'accord .

La pratique du bouddhisme en France est marquée par la diversité de ses formes et de ses structures qu’exprime la pluralité des cultes bouddhistes. Ainsi en est-il du culte du bouddhisme de Nichiren, moine bouddhiste du XIIIe siècle,dont la forme contemporaine s’est développée au Japon vers
1930, qui existe en France depuis les années 1960. Ce mouvement religieux présent aujourd’hui dans 192 pays et territoires compte plus de 12 millions de pratiquants dans le monde dont près de 17 000 en France (voir la Constitution Soka pour le culte du bouddhisme de Nichiren, charte interne, d’ordre Consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren Le droit du culte du bouddhisme de Nichiren en France ecclésiologique au sens du droit des cultes en France, qui expose les principes fondamentaux et l’organisation dudit culte
en France.

La pratique du culte bouddhique en général a entraîné le recours à différentes structures juridiques répondant aux exigences légales. Ainsi, « depuis quelques années le bouddhisme a connu plusieurs réussites importantes dans les efforts en vue d’une « reconnaissance » des pouvoirs publics (…). En 1988, par exemple,le ministère des affaires sociales et de l’emploi a attribué un siège d’administrateur du Culte bouddhiste au conseil d’administration de la Caisse mutuelle d’assurance maladie des cultes (CAMAC) … Et la même année (8 janvier), la communauté monastique de Karmé
Dharma Chakra en Dordogne a été reconnue par un décret du ministère de l’intérieur (J. O. 10 janv. 1988, p. 465) et jouit donc des
mêmes droits que les monastères catholiques »

C’est dans ce contexte que les activités du mouvement Soka du bouddhisme de Nichiren ont rapidement suscité la création d’associations cultuelles et de différentes associations socioculturelles, dont l’organisation et le fonctionnement,distincts, sont autonomes. Ce schéma associatif diversifié répond à la pluralité des activités des pratiquants, dont le fondement commun reste le culte religieux conforme aux enseignements du bouddhisme de Nichiren.
Aujourd’hui, le droit du culte du bouddhisme de Nichiren de France repose sur le régime légal des activités religieuses et cultuelles, ensemble s’inscrivant dans le respect des lois combinées des 1er juillet 1901 sur le contrat d’association et décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat.

Consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren Le droit du culte du bouddhisme de Nichiren en France Ainsi, la soumission du culte du bouddhisme de Nichiren obéit aux impératifs du régime légal des cultes.Ce rappel au droit applicable intervient sur fond d’anciens Rapports d’enquêtes parlementaires qui ont estimé, dans le passé, que les pratiquants de ce culte bouddhique au sein du mouvement dit Soka Gakkai formaient une « secte ».
S’agissant de ces conclusions parlementaires prenant la forme de documents d’informations n’ayant aucune valeur légale, le Consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren a publié une réponse argumentée sous le titre « Pour une évaluation équitable du culte du bouddhisme de Nichiren de France »

Commission parlementaire de 2005, sur la même question de
lutte contre les dérives sectaires, a ensuite clairement reconnu
dans son rapport 2006 que « la doctrine de ce mouvement
n’implique pas, en elle-même, de comportements déviants »

Mais ensuite afin de clore tout débat sur ce sujet des plus
polémiques, il faut savoir que depuis 2003, de source
ministérielle, les services de police et de gendarmerie n’ont
constaté aucune dérive sectaire concernant le mouvement Soka.
Ce constat s’évince de la position écrite du Ministre de
l’intérieur et des cultes qui, par lettre en date du 23 décembre
2003, a précisé au mouvement Soka les faits suivants :
« Je vous confirme qu’aucune dérive sectaire n’a été
constatée dans les activités de la Soka Gakkai en France
par les services de la police et de la gendarmerie
nationale » (c’est nous qui soulignons et mettons en
gras).

Cette conclusion a été corroborée en outre largement par le
Président de la Mission interministérielle de vigilance et de
lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) qui par lettre en
date du 21 mai 2008 adressée au Président du Consistoire Soka
du bouddhisme de Nichiren , a précisé les points déterminants
qui suivent :
 « Je vous confirme que, depuis que la Présidence de la
MIVILUDES m’a été confiée, aucun signalement concernant
votre organisation, en provenance des services de l’Etat, des
collectivités locales, ou d’adeptes, n’a été reçu à la Mission ».
 Dans le même temps, au fil des contacts que nous avons
noués, vous avez répondu à mes diverses questions et vous
m’avez informé des modifications que vous avez apportées à
vos statuts et à vos structures, vous m’avez également
expliqué les démarches que vous avez engagées en vue de
déposer les statuts de vos associations cultuelles et produits
divers documents émanant des services préfectoraux ».
 « Quant à la liste (parlementaire) de 2005, je vous précise que
les services de l’Etat, conformément aux instructions de
Monsieur le Premier ministre, ne s’y réfèrent jamais, mais
qu’il n’est pas en leur pouvoir, en vertu du principe de
séparation des pouvoirs, de l’amender ou de l’annuler ».
S’agissant de « documents émanant des services préfectoraux »,
il est ici fait référence à la décision prise le 9 novembre 2007 par
le Préfet des Hauts-de-Seine autorisant deux donations à
l’Association cultuelle Soka du Bouddhisme de Nichiren en
raison de son caractère exclusivement cultuel
.

Voir en annexe 2 : Lettre de Jean-Michel Roulet, Président de la
MIVILUDES, au Président du Consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren,
en date du 21 mai 2008.

Voir en annexe 4 : Décision du Préfet des Hauts-de-Seine, datée du 9
novembre 2007.


Nous pouvons donc clairement constater de ces deux
assertions que :
 Jusqu’en fin 2003 (date du courrier du ministère de
l’Intérieur), aucun signalement ou aucune dérive n’a
été signalé aux services de police et de gendarmerie ;
 Et que de 2003 (prise de fonction de M. J.-P. Roulet à la
Présidence de la MIVILUDES) jusqu’au 21 mai 2008 au
moins (date de son courrier) aucun signalement,
aucune déclaration, aucune plainte, etc., n’ont été
déposés ou adressés à la MIVILUDES.
Autant dire que la plupart des affirmations contre le
mouvement Soka Gakkai ou le culte du bouddhisme de
Nichiren paraissent pour le moins infondées...
Les conclusions auxquelles sont parvenus il y a quelques
années une poignée de parlementaires ne correspondent donc
pas aux constats réalisés sous l’autorité du ministère de
l’intérieur – chargé du maintien de l’ordre public – par les
services de la police, mais également de la gendarmerie
nationale (voir les développements qui suivent ci-dessous), et
de la MIVILUDES elle-même ou encore de la Commission
parlementaire qui leur a succédé.
La présentation du schéma d’organisation et de fonctionnement
juridique et matériel du mouvement Soka et de l’organisation
du culte du bouddhisme de Nichiren, schéma soit inconnu soit
dénigré ou « diabolisé » (en terme de « richesse », d’influence
« nippone », etc.) est à la mesure des évolutions qui l’ont
conduit à se placer sous le régime légal des activités religieuses
et cultuelles. Cette présentation répond ainsi aux conditions de
transparence et de lisibilité, conditions attendues des
groupements cultuels en France, confrontés aux exigences du
régime légal des cultes, sous le contrôle des administrations.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 16 Fév 2018, 07:36

Yvon a écrit:Donc la Soka Gakkai n'a rien à voir avec une secte on est bien d'accord .

Certes, "organisation totalitaire", est une définition plus exacte pour qualifier Soka Gakkai.

:Bye:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 16 Fév 2018, 08:19

Organisation pour :
-La Paix
-La Culture
-L'Education

"Je grandi , j'ose , je grandiose . Je fais totalitaire tout le monde , je fais totalitaire la médiocratie . " :lol:
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 524
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 16 Fév 2018, 18:07

Bonjour, ce post m'étonne légèrement... mais tout les avis sont dans la nature (et encore plus ici). Vous parlez de "logique politique" mais la politique doit servir la vie et la vie n'est pas logique. Tout le reste n'est que votre avis, je ne me retrouve pas dans ces mots en tout cas. Je vous met au défi de voir et trouver un enseignement plus valeureux que celui dont vous ne faites que parler semble-t-il..
Bien à vous.


" Ceux qui ne reconnaissent pas la dignité et la valeur de la vie de tous les êtres humains et exercent des discriminations envers autrui se dénigrent en fait eux-mêmes. Reconnaître la valeur des autres, les respecter, tel est le moyen de faire briller notre propre Tour aux trésors intérieure de tout son éclat. "
D Ikéda
Commentaires des Ecrits de Nichiren vol 14 p 48



PAROLES OFFERTES A MES JEUNES AMIS

Il semble quelqu'un de remarquable,
Mais n'est que prisonnier de l'autorité.
Quant à moi, pas plus d'elle que des puissances de l'argent je ne suis l'esclave,
Mais tel un roi de la croyance bouddhique, inébranlable, je me conduis.

En regardant la lune de la dix-huitième nuit (*) au milieu du ciel,
En battant les tambours de la paix à coups redoublés,
Je marche, fort de ma croyance,
Au milieu du peuple, avec la jeunesse du siècle.

Avec les hommes, ce soir sera, je l'espère, celui de la philosophie.


(*) selon le calendrier lunaire, elle correspond au mois d'août, nuit où la lune apparaît la plus claire.
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 19 Fév 2018, 14:45

Shonin a écrit:"Quant à moi, pas plus d'elle que des puissances de l'argent je ne suis l'esclave,
Mais tel un roi de la croyance bouddhique, inébranlable, je me conduis.

En regardant la lune de la dix-huitième nuit (*) au milieu du ciel,
En battant les tambours de la paix à coups redoublés,
Je marche, fort de ma croyance,
Au milieu du peuple, avec la jeunesse du siècle."

Avec les hommes, ce soir sera, je l'espère, celui de la philosophie.


La modestie d'Ikéda est sidérante ! et concernant "les puissances de l'argent", permettez moi d'en douter (si vous le désirez, je peut développer...)

vous renseignez ici votre propre rapport avec ce dernier, cela est cohérent avec les propos de pelerincosmique:

4) le prestige du chef et le culte du gourou, complètement, un vrai culte de la personnalité avec une revue internationale en anglais qui lui est spécialement dédiée, un lobbying culturel destiné à lui fournir toutes sortes de décorations, diplômes honorifiques, reconnaissances officielles, et - dans la pure tradition japonaise du "sensei" - la relation maître et disciple est la clé de l'éveil du fait qu'il est le seul à détenir la compréhension correcte du bouddhisme (de Nichiren) dans le monde.

:Bye:
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 19 Fév 2018, 15:07

La petite guéguerre d'Algol x le frustré de la SG continue :D
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 05:15

Yvon a écrit:La petite guéguerre d'Algol x le frustré de la SG continue :D

Faute d'argument, une petite provocation pour essayer de faire dériver le sujet !

3) l'engagement et le fanatisme, très variable d'un individu à l'autre, le fanatisme est plutôt une méconnaissance des textes bouddhiques fondamentaux, une absence de recherches hors du champ scolaire de la Soka Gakkai et de Nichiren, mais aussi une tendance naturelle de certains à adopter des idées toutes faites, du prêt à penser, à se comporter en zélateurs et à expliquer la doctrine en lisant ou répétant sans aucune originalité les textes officiels tels des perroquets.

:Bye:
Modifié en dernier par algol-x le 20 Fév 2018, 07:38, modifié 1 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 05:20

Arrétez donc votre guéguerre , l'administrateur vous a déjà mis en garde , soyez constructif pour une fois .

-- 20 Fév 2018, 04:25 --

Comment définir une secte?

Les groupes sectaires sont schématiquement de deux types. L’un à visée religieuse et/ou spirituelle, l’autre a visée de santé psychique et physique. Cependant, en donner une définition juridique s’avère difficile, la lutte contre les dérives sectaires relevant principalement de la notion d’ordre public

Qu’est-ce qu’une secte ?
On prête au mot secte deux origines latines : les verbes sequi (suivre) ou secare (couper). Il désigne un ensemble d’hommes et de femmes réunis par une même doctrine en petits groupes souvent constitués après séparation d’une Église ou religion instituée. Le Petit Robert cite ainsi, à titre d’exemple, les sectes juives, protestantes, hérétiques… Aujourd’hui, elles sont schématiquement de deux types : certaines ont une visée religieuse ou spirituelle, d’autres mettent l’accent sur la santé psychique ou physique. En France, à la fin de 1993, la Commission nationale consultative des droits de l’homme proposait cette définition : « Groupement se présentant ou non comme une religion, dont les pratiques constatées sont susceptibles de tomber sous le coup de la législation protectrice des droits des personnes ou du fonctionnement de l’État de droit. »

Pourquoi est-il difficile d’en donner une définition juridique ?
La République, en vertu de la loi de 1905, « ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». De plus, selon l’article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958, la France, république laïque, « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.» Elle ne peut donc opérer aucune distinction juridique, ni effectuer aucune discrimination entre les cultes. Certaines sectes peuvent ainsi demander le statut d’associations cultuelles, au même titre que les religions établies. À charge pour l’État de vérifier qu’elles sont bien, comme l’exige la loi de 1905, consacrées exclusivement à l’exercice d’un culte. Mais les sectes peuvent aussi se présenter sous la forme d’associations « loi 1901 ».

Qui s’occupe des sectes ?
Le Parlement s’est le premier emparé du sujet, à la suite du rapport remis au premier ministre en 1983 par le député PS Alain Vivien. Plusieurs commissions d’enquêtes parlementaires ont été constituées, débouchant sur d’autres rapports. Celui de 1995 reprend une liste de 173 mouvements jugés sectaires par les Renseignements généraux. Un second rapport, daté de 1999, se donne pour objectif de faire un état des lieux de la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes. Enfin, un troisième rapport, relatif à l’influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, a été publié fin 2006.
De son côté, en 1996, le gouvernement a souhaité se doter d’un outil interministériel sur le sujet. D’abord « Observatoire interministériel sur les sectes », installé auprès du premier ministre Alain Juppé, il devient « Mission interministérielle de lutte contre les sectes » en novembre 1998, présidée par le député PS, Alain Vivien. En 2002, la Mils se transforme en « Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires » (Miviludes) : elle ne s’occupe plus, dès lors, des doctrines professées par les mouvements – laissées à la liberté de conscience de chacun –, mais des actes délictueux et des menaces de dérives.

Quel est le statut de la « liste » de 1995 ?
La liste des 173 mouvements jugés sectaires, reprise par le rapport parlementaire de 1995, a été élaborée sur la base de dix critères de dangerosité définis par les Renseignements généraux. La justice administrative lui a dénié toute valeur juridique et rappelé qu’elle ne pouvait fonder aucune entrave à la pratique d’un culte. En 2002, le tribunal administratif de Poitiers a ainsi annulé une décision de la mairie de la Rochelle au motif qu’elle s’était « fondée non sur un motif tiré de l’ordre public, mais sur le caractère de secte attribué aux Témoins de Jéhovah par le rapport d’enquête de l’Assemblée nationale du 22 décembre 1995 ». Une circulaire de 2005, signée par le premier ministre Jean-Pierre Raffarin, a tiré les conséquences de cette jurisprudence et déclaré obsolète cette liste : « L’expérience a montré qu’une démarche consistant, pour les pouvoirs publics, à qualifier de “secte” tel ou tel groupement et à fonder leur action sur cette seule qualification ne permettrait pas d’assurer efficacement cette conciliation et de fonder solidement en droit les initiatives prises. Aussi a-t-il été décidé, plutôt que de mettre certains groupements à l’index, d’exercer une vigilance particulière sur toute organisation qui paraît exercer une emprise dangereuse pour la liberté individuelle de ses membres. »

Comment s’organise la lutte contre les dérives sectaires ?
La circulaire récente du ministère de l’intérieur rappelle que la lutte contre les dérives sectaires n’a pas pour but « de stigmatiser des courants de pensée », mais de maintenir l’ordre public. « En l’absence de définition de ce qu’est un mouvement sectaire, c’est la notion d’ordre public qui est centrale », remarque-t-elle.
Dans ce domaine, la loi du 12 juin 2001 dite loi About-Picard (du nom du sénateur UDF Nicolas About et de la députée PS Catherine Picard) offre différents outils aux pouvoirs publics : ceux-ci peuvent désormais dissoudre les sectes ayant été condamnées au pénal, et un délit de « manipulation mentale» a été créé, reformulé par les parlementaires en délit d’ «abus frauduleux d’un état de sujétion psychologique ou physique » . La première condamnation, sur la base de ce nouvel article du code pénal, a été celle du gourou de la secte Néo­Phare, Arnaud Mussy, condamné en novembre 2004 à trois ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes.
« Concernant la protection des individus, les outils législatifs existent, même si le problème reste de réunir les preuves, estime Jean-Pierre Jougla, administrateur de l’Union nationale des associations de défense de la famille et de l’individu (Unadfi). En revanche, on ne les a pas pour contrer les interventions des sectes dans le champ démocratique. Nous nous heurtons aux libertés d’association et d’expression. »
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 12:20

L'intitulé de la discussion est: "Comment définir une secte en 2018" votre bla-bla est HS !

:Bye:
Modifié en dernier par algol-x le 20 Fév 2018, 14:04, modifié 1 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 12:39

Définitions de sociologues
Comme le résume Danièle Hervieu-Léger ( La Religion en miettes ou la Question des sectes, Calmann-Lévy 2001), la secte est « un objet non identifié ». La définition qu’en ont donnée au début du XXe siècle Max Weber et Ernst Troeltsch (lire ci-dessus) a en effet été relativisée depuis, en raison notamment de l’émergence de « nouveaux mouvements religieux » à partir des années 1970, ne rentrant pas dans ce cadre. Dans l’ouvrage collectif Sectes et démocratie (Seuil, 1999), Françoise Champion et Martine Cohen retiennent, parmi les nombreuses accusations portées contre les sectes, deux éléments à « prendre au sérieux » : une « certitude affichée ou voulant absolument s’imposer à tous comme seule vérité, et surtout un fonctionnement collectif qui entrave lourdement la liberté personnelle des membres du groupe ».

L’Église catholique et les sectes
L’Église catholique est concernée à plusieurs titres. Elle a d’abord le souci de connaître les sectes, afin de bien marquer leur différence avec les religions établies, mais aussi pour mieux accueillir les personnes en recherche spirituelle. C’est le but du service national Pastorale, sectes et nouvelles croyances, créé en 1973 par le P. Jean Vernette qui en fut le secrétaire jusqu’à sa mort en 2002. En 2001, ce service a publié un document proposant aux responsables d’Églises des critères pour « identifier les tendances sectaires et discerner entre les groupes » : comment fonctionne le pouvoir ? Comment circule le savoir ? Comment se gère l’avoir ? Enfin, comment sont gérées les relations, dans le groupe et à l’extérieur ? Depuis l’an dernier, ce service, renommé Pastorale, nouvelles croyances et dérives sectaires, est dirigé par le P. Denis Lecompte, du diocèse de Cambrai.
L’Église a également le souci de faire face aux accusations de dérives sectaires en son sein. De « faire le ménage », selon l’expression de Jean Vernette. Un service Accueil-médiation pour la vie religieuse et communautaire a été créé en 2001 par les évêques dans ce but.
L’historien italien des religions Massimo Introvigne distingue trois types de mouvements qui déclarent se situer à l’intérieur de l’Église catholique et sont qualifiés de « sectes » par d’autres : des groupes schismatiques, des groupes vivant en « marginalité » au sein de l’Église sans avoir été désavoués, et enfin des mouvances ou organisations reconnues comme « légitimes » par la hiérarchie, mais « attaquées comme sectes par des milieux situés à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Église catholique ».
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

zeste de savoir

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 533
Enregistré le: 19 Déc 2017, 04:13

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 14:32

Cette définition de 2001 que vous donnez commence a dater, et la notion de secte a évolué depuis le premier rapport rendu par des députés. Mais revenons au sujet comme vous le dites, j'ai relevé d'autres points négatifs cités par pelerincosmique en plus des éléments cités par algol.
J'ai souligné ce qui me semble le plus marquant et finalement assez représentatif. C'est subjectif bien sur ! :interroge:


7) l'appartenance loyale à un groupe et l'allégeance inconditionnelle, en quelque sorte avec des nuances d'une personne à une autre, c'est très japonais et proche d'une forme de mentalité "proto-faciste", et beaucoup de pratiquants français aiment se sentir disciples de la Soka Gakkai : c'est une fierté.

8) la persuasion habile et la manipulation programmée, officiellement non, mais certaines personnes culturellement limitées ont adhéré car c'est ce qu'elles recherchaient : qu'on les oriente, les dirige, les conseille. La manipulation existe comme dans toute organisation idéologique, mais elle n'est pas reconnue comme telle, le dire est diffamatoire, c'est au travers des activités de discussions, d'études, de séminaires, que l'idéologie s'implémente dans le mental et ce sont les récitations en groupe du mantra qui pré-conditionnent l'ouverture consciente à l'acceptation de la doctrine.

9) le langage mobilisateur et le néo-langage : la "langue de bois", tout à fait, avec une sémantique franco-japonaise, des slogans mobilisateurs et communautaristes, mais aussi une pratique du non-dit sur les sujets bouddhiquements incorrects (sexualité, gouvernance et finances de l'organisation, alternatives sociales et politiques, histoire des dérives de la Soka Gakkai depuis les années 1950 au Japon, et de 1960 à aujourd'hui en France et en Europe. L'histoire officielle réécrite par D. Ikeda est toute à sa gloire dans « La Nouvelle Révolution Humaine », etc.).

10) l'esprit de corps et le groupe fusionnel, tout à fait comme dans tous les égrégores religieux, mais selon la formule: "Un seul cœur dans des corps différents", c'est à dire tous différents mais unis par une même croyance. Ce qui est différent du principe de "l'esprit de corps" : un seul corps dans des cœurs différents.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 20 Fév 2018, 18:53

Le sociologue Étienne Ollion nous propose, avec Raison d’état. Histoire de la lutte contre les sectes en France (La Découverte, 2017, 19 euros ; un ouvrage tiré de sa thèse de doctorat), de revenir sur la genèse de la lutte antisecte en France. Ce livre est capital pour comprendre comment est né en France le combat contre le phénomène sectaire. Il est également important pour deux autres raisons : la première est qu’il soulève la question de la liberté de croyance (protégée par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen) et du rôle de l’État dans la régulation de la pratique religieuse ; la seconde est celle de la définition d’une secte : qu’est-ce qu’une secte ? Comment la définir ? Sur ce dernier point, l’auteur reprend d’ailleurs la définition que l’État donne des sectes.

Les critères sont regroupés en deux grandes catégories : danger pour l’individu (déstabilisation mentale, rupture avec la famille, pression financière insupportable, atteinte à l’intégrité physique, embrigadement des enfants) et le danger pour la société (troubles à l’ordre public, discours antisocial, démêlées judiciaires, détournement de fonds, et enfin, tentatives d’infiltration des pouvoirs publics).

L’attitude de la France vis-à-vis des sectes est intéressante car elle est radicale, dans le sens où l’État s’immisce dans la vie spirituelle du citoyen. Notre pays a d’ailleurs l’État le plus engagé dans la lutte antisecte. De ce fait, il s’éloigne de la neutralité théorisée au XIXe siècle et concrétisé en 1905 avec la loi de séparation de l’Église et de l’État, pour légiférer et agir pénalement sur ce qu’il estime relever du phénomène sectaire. Cette position est à l’opposé de celle des États-Unis, très souple sur la liberté de culte (il y a existé ainsi des années 1960 aux années 2000 une Église de Satan). L’Allemagne a une position médiane, la plus partagée, laissant une assez grande liberté religieuse à ses concitoyens, mais surveillant les groupes religieux trop agressifs vis-à-vis des institutions étatiques, telle l’Église de Scientologie suspectée d’infiltrer les rouages de l’administration.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

algol-x

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 898
Enregistré le: 17 Mai 2015, 13:59

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 21 Fév 2018, 19:11

algol-x a écrit:Personne n'est pénalisé en France pour ses croyances et je voudrais bien savoir comment est-il possible [i]"que l'état s’immisce dans la vie spirituelle du citoyen" !

Vous avez omis de répondre à cette question essayant de masquer votre embarras derrière des propos insignifiants ! :sourcils:
Modifié en dernier par algol-x le 22 Fév 2018, 10:46, modifié 3 fois.
"Une carte n'est pas le territoire" Alfred Korzybski

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2102
Enregistré le: 01 Sep 2015, 17:07

Message Sujet: Comment définir une secte en 2018

Message Titre du message: Re: Comment définir une secte en 2018

Message Ecrit le 22 Fév 2018, 05:52

Bien sûr vous oubliez la suite :

Notre pays a d’ailleurs l’État le plus engagé dans la lutte antisecte. De ce fait, il s’éloigne de la neutralité théorisée au XIXe siècle et concrétisé en 1905 avec la loi de séparation de l’Église et de l’État, pour légiférer et agir pénalement sur ce qu’il estime relever du phénomène sectaire. Cette position est à l’opposé de celle des États-Unis, très souple sur la liberté de culte (il y a existé ainsi des années 1960 aux années 2000 une Église de Satan). L’Allemagne a une position médiane, la plus partagée, laissant une assez grande liberté religieuse à ses concitoyens, mais surveillant les groupes religieux trop agressifs vis-à-vis des institutions étatiques, telle l’Église de Scientologie suspectée d’infiltrer les rouages de l’administration.
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."


Retourner vers Sectes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité