Les commandements Druidiques.

Forum sur les religions du: Taoisme / shintoïsme / Foi bahá’íe


Veigsidhe Karvgwenn

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 23
Enregistré le: 13 Avr 2018, 04:44

Message Sujet: Les commandements Druidiques.

Message Titre du message: Les commandements Druidiques.

Message Ecrit le 18 Avr 2018, 10:57

Les commandements Druidiques:

Il s'agit d'un texte très récent qu'on trouve en ce moment chez certains Druide, alors plus les revivalistes (l'esprits du Druidisme) et la Wicca Celte.
Mais qui parle beaucoup, je trouve que éventuellement ça peut vous intéresser, je pense qu'il y a une influence des Religions Judéo-Chrétiennes, bien que ce soit aussi basé sur un texte plus anciens. C'est toujours intéressent a lire. C'est le genre de chose qu'on fait dans le Druidisme on crée quelque chose de nouveaux avec comme base quelque chose de plus ancien.

Voici le texte:

1 - La nature est une mère au sein de laquelle tout vit.
2 - Dans la nature, toute chose vivante a une individualité et un nom.
3 - Quatre éléments sont toujours nécessaires : terre, feu, eau, air.
4 - Les choses n'arrivent qu'à des moments privilégiés et suivant un cycle.
5 - Ombre et lumière doivent s'alterner.
6 - C'est la Mère Nature qui réalise, seule, les opérations projetées.
7 - Des forces hostiles menacent toujours les résultats.
8 - Des groupes se défendent toujours mieux contre ces forces hostiles.
9 - Espoir et amour sont indispensables pour obtenir le concours de la Mère Nature.

Le texte plus ancien sur lequel c'est basé:

Cad Goddeu (attribué à Taliésin, barde Gallois VIème siècle)

Jai revêtu une multitude d'aspects
Avant d'acquérir ma forme définitive,
Il m'en souvient très clairement,
J'ai été une lance étroite et dorée,
Je crois en ce qui est clair,
J'ai été goutte de pluie dans les airs,
J'ai été la plus profonde des étoiles,
J'ai été mot parmi les lettres,
J'ai été livre dans l'origine,
J'ai été lumière de la lampe,
Pendant une année et demie,
J'ai été un immense pont, jeté sur trois vingtaines d'abers.
J'ai été chemin, j'ai été aigle,
J'ai été bateau de pêcheur sur la mer,
J'ai été victuailles du festin,
J'ai été goutte de l'averse,
J'ai été une épée dans l'étreinte des mains,
J'ai été bouclier dans la bataille,
J'ai été corde d'une harpe,
Ainsi pendant neuf années.
Dans l'eau, dans l'écume,
J'ai été éponge dans le feu,
J'ai été arbre au bois mystérieux.

et les valeurs d'étique que ça a donner par un texte écrit par certains Druides et groupes Druidiques qui on travailler dessus sur Druidnetwork (un site internet)

Beaucoup de gens peuvent se demander: en plus de ses enseignements spirituels et magiques, Druidry offre-t-il également des enseignements sociaux et éthiques? La réponse est oui. Les druides dans l'Antiquité et aujourd'hui s'intéressent beaucoup aux questions les plus importantes de la philosophie morale et sociale. Pourtant, Druidry enseigne l'éthique d'une manière douce et ouverte. D'une manière celtique traditionnelle, le druide ne prononce pas de règles ou de commandements. Plutôt, il pose des questions, telles que: Qu'est-ce que cela signifie être une bonne personne ou vivre une bonne vie? Quelles valeurs devraient guider nos relations, nos communautés, même nos nations? Que devons-nous faire pour devenir responsables de nous-mêmes et de notre monde? L'enquête sur des questions comme celles-ci a toujours été une activité distinctement druidique, même dans les temps anciens.

Certains anciens écrivains romains et grecs qui étaient en mesure d'observer les druides de première main ont fait des notes sur leurs structures sociales, leurs valeurs et leurs enseignements éthiques. Dans de telles notes, il est clair que nos prédécesseurs ont rempli de nombreuses fonctions sociales importantes pour leur peuple, pas seulement les fonctions religieuses ou cérémonielles bien connues. Le rôle du philosophe et de l'enseignant de la philosophie morale était parmi ses fonctions essentielles. Par exemple, voici les mots de Strabon, un historien romain:

Les bardes ont composé et échangé des odes; Les Uatis [Ovates] ont assisté aux sacrifices et ont étudié la nature; Tandis que les druides ont étudié la nature et la philosophie morale. Les gens de la justice des Druides sont tellement confiants qu'ils se réfèrent à tous les conflits privés et publics; Et ces hommes, à maintes reprises, ont fait la paix entre les armées réellement élaborées pour la bataille. (Strabo, Geographica, IV.4.198)

De cette citation, il est clair que les druides étaient les philosophes de leur peuple et qu'ils s'intéressaient beaucoup à l'étude et à l'enseignement des valeurs éthiques. De même, Jules César a écrit ce qui suit dans son récit de la guerre en Gaule:

Les druides officient au culte des dieux, régissent les sacrifices publics et privés, et donnent des décisions sur toutes les questions religieuses. Un grand nombre de jeunes hommes affluent à eux pour l'instruction, et ils sont tenus en grand honneur par le peuple. Ils agissent en tant que juges dans pratiquement tous les différends, que ce soit entre tribus ou entre individus; Lorsqu'un crime est commis ou qu'un meurtre a lieu ou qu'un différend survient à propos d'un héritage ou d'une frontière, ce sont eux qui jugent la question et désignent l'indemnité à payer et à recevoir par les parties concernées. (Jules César, La conquête de la Gaule, VI.13.1)

Il est clair, par conséquent, que les Druides agissaient comme des magistrats ou des juges, résolvant des conflits de diverses sortes parmi leurs personnes. Ainsi, non seulement les druides anciens ont étudié l'éthique de manière spéculative, mais ils ont également mis leurs études en pratique. Voici une observation du commentateur romain Diogène Laertius, qui a décrit une partie du contenu réel des enseignements morales druidiques:

Les druides font leurs déclarations au moyen d'énigmes et de discours sombres, en enseignant que les dieux doivent être adorés, et qu'aucun mal fait et que le comportement masculin ne se maintienne. (Diogenes laertius, Vitae, I.5)

Par «énigmes et prononcifications sombres», il est probablement prévu que les Druides ont enseigné leurs idées à l'aide d'un vocabulaire existant de proverbes, de symboles, de métaphores et d'autres, qu'ils auraient appris au cours de leur formation, ce qui pourrait sembler obscur (c.-à-d. Sombre) à des étrangers comme Diogenes. La triade mentionnée par Diogène suggère que les Druides appréciaient la piété, le non-malversation et l'honneur, parmi leurs enseignements éthiques. En outre, ces sources classiques attestent une croyance druidique dans l'âme immortelle. Pomponius Mela a écrit ceci sur les croyances des druides celtiques:

L'un de leurs dogmes est venu à la connaissance commune, à savoir que les âmes sont éternelles et qu'il y a une autre vie dans les régions infernales, et cela a été autorisé manifestement parce qu'il rend la multitude plus aisée pour la guerre. Et c'est pour cette raison qu'ils brûlent ou enterrent, avec leurs morts, des choses qui leur conviennent dans la vie. (Pomponius Mela, Factorum et dictorum libri, II.6.10)

Cette croyance en l'âme immortel a également été observée par Jules César: «Une leçon qu'ils prennent des efforts particuliers pour inculquer, c'est que l'âme ne périsse pas, mais après que la mort passe d'un corps à l'autre ...» (César, Conquête de la Gaule, V .16.5) Cependant, il n'y a aucune preuve à l'appui de l'idée que les gens ont été punis ou récompensés dans l'au-delà pour la façon dont ils ont vécu leur vie mortelle. Au lieu de cela, les écrivains classiques ont fait des comparaisons favorables à la croyance pythagorique en «Metempsycose», une forme de réincarnation. Il apparaît également, sur la base d'autres écrits classiques, que les Celtes croyaient que la prochaine vie serait plutôt comme celle-ci. En effet Pomponius Mela a observé que"Dans le passé, ils avaient même l'habitude de différer l'achèvement des affaires et le paiement des dettes jusqu'à leur arrivée dans un autre monde". (Mela, ibid.)

Certains des textes de sagesse irlandais sont très précis sur les enseignements éthiques des Druides. Il existe plusieurs "textes de sagesse", ou des récits d'enseignements donnés par des druides ou d'autres personnes importantes dans la vieille société irlandaise. Parfois, ces enseignements ont été offerts à la cérémonie d'inauguration d'un nouveau chef, pour enseigner au candidat comment être un bon chef. Parfois, les enseignements étaient destinés aux enfants ou aux petits-enfants du locuteur, pour leur apprendre à devenir des adultes matures. Voici un exemple de ce dernier :. Cormac Mac Airt est demandé par son petit-fils Carbre «quelles étaient vos habitudes quand vous étiez un garçon?» Cormac répond comme suit:

I was a listener in woods,
I was a gazer at stars,
I was blind where secrets were concerned,
I was silent in a wilderness,
I was talkative among many,
I was mild in the mead-hall,
I was stern in battle,
I was ready to watch,
I was gentle in friendship,
I was a physician of the sick,
I was weak towards the strengthless,
I was strong toward the powerful,
I never was hard lest I be satirised,
I never was feeble lest I should have my hair stripped off,
I was not close lest I should be burdensome,
I was not arrogant though I was wise,
I was not given to promising though I was strong,
I was not venturesome, though I was swift,
I did not deride old people, though I was young,
I was not boastful though I was a good fighter,
I would not speak about anyone in his absence,
I would not reproach, but I would praise,
I would not ask, but I would give,
For it is through these habits that the young become old and kingly warriors. (Instructions of Cormac, § 7

Notez qu'il y a une certaine importance ici sur le respect et la gentillesse envers les autres, mais rien n'indique qu'une personne soit passivement obéissante aux autres. Il n'y a pas non plus de suggestion de sacrifier sa dignité pour le bien des autres. En outre, il peut y avoir même une mysticité implicite dans ce texte, car les deux premières lignes suggèrent qu'en tant qu'artiste, Cormac a simplement étudié les bois et les étoiles, et était «silencieux dans un désert», comme pour apprendre des éléments eux-mêmes comment mieux vivre. Voici un autre exemple, également à partir des instructions de Cormac. Cairbre demande à son grand-père Cormac comment il doit se comporter parmi les sages et les insensés, parmi les amis et les étrangers, parmi les vieux et les jeunes, parmi les innocents et les méchants »- ou en d'autres termes, comment il doit agir, quelle que soit la situation Il est entré. Cormac lui répond comme suit:

Be not too wise, be not too foolish,
be not too conceited, be not too diffident,
be not too haughty, be not too humble,
be not too talkative, be not too silent,
be not too harsh, be not too feeble.
If you be too wise, one will expect (too much) of you;
If you be too foolish, you will be deceived;
If you be too conceited, you will be thought vexatious;
If you be too humble, you will be without honour;
If you be too talkative, you will not be heeded;
If you be too silent, you will not be regarded;
If you be too harsh, you will be broken;
If you be too feeble, you will be crushed. (Instructions of Cormac, § 29)

Encore une fois, notez que quelque chose qui ressemble à un chemin d'équilibre est préconisé ici. Cairbre est invité à agir de telle sorte qu'il ne soit ni trop dur ni trop doux avec chacune de ses qualités de caractère.

Il faut noter que les anciens druides vivaient dans une société de guerres tribales et que certaines de leurs valeurs éthiques n'avaient plus de sens que dans une telle société. Mais dans le meilleur esprit philosophique de leurs prédécesseurs, les Druides contemporains font leur propre étude de l'éthique et des valeurs sociales. Ils s'appuient sur des sources anciennes telles que les textes grecs, romains et irlandais mentionnés ici, ainsi que sur diverses sources plus récentes, et bien sûr leurs propres idées intellectuelles et émotionnelles.

L'Ordre des Bard Ovates & Druids a ses racines dans le renouveau du Druidry du 18ème et 19ème siècle. Ses fondateurs ont été fortement influencés par le néoplatonisme, la franc-maçonnerie, certaines formes de christianisme libéral et autres. Des sources classiques concernant la druidature ancienne et la culture celtique étaient disponibles. Pourtant, les fondateurs du Druidry britannique cherchaient à trouver, ainsi qu'à créer, une littérature spirituelle britannique indigène. Dans le même temps, quelques études sérieuses sur les monuments néolithiques britanniques ont été publiées par d'éminentes érudits, dont beaucoup ont attribué la conception et la construction de tels monuments aux druides. Dès 1689, l'antiquaire John Aubrey a publié sa thèse selon laquelle les Druides étaient les architectes de Stonehenge et Avebury, et il a spéculé que les Druides doivent donc avoir une grande connaissance mystique. Certains écrivains de cette époque voulaient représenter les druides comme proto-chrétiens. Sur la base des remarques des écrivains classiques concernant les enseignements druidiques, les druides du renouveau débutent à croire que les anciennes doctrines morales druidiques étaient essentiellement les mêmes que celles du christianisme. Par exemple, Godfrey Higgins, en 1829, a traduit le mot Tara, le nom de l'ancienne capitale de l'Irlande, comme «la Tora des Hébreux» (cité dans Matthews, éd. The Druid Source Book, p. 167. En passant , Le mot Tara signifie vraiment «vision large» ou «spectacle»). Le renouveau de Druidry en Grande-Bretagne était également profondément lié à de nombreuses valeurs publiques. Il a attiré des réformateurs sociaux, des militants pour diverses causes, des organisateurs du travail, des socialistes et une foule d'autres personnes merveilleuses et étranges.

Les druides contemporains, bien sûr, possèdent des informations historiques, linguistiques et archéologiques de meilleure qualité sur les druides et sur les monuments néolithiques de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Mais ils ont hérité de ce début de renouveau un certain nombre d'idées spirituelles importantes, notamment: l'unité et l'une des nœuds du monde, l'immortalité de l'âme, la présence de «Awen» (inspiration magique ou divine), l'expérience de Le divin dans les arbres et les formes de relief et dans la nature en général, et la bonté inhérente de la nature humaine.
Enfin, un certain nombre de druides du vingtième et du XXIe siècle ont beaucoup écrit sur Druidry et l'éthique. Dans son chapitre sur l'éthique et les valeurs, Philip Carr-Gomm a noté que«La plupart des druides ont un sens très développé du comportement éthique, ce qui est habituellement implicite dans leurs actions, plutôt que dans un énoncé explicite.» (Qu'est-ce que Druids Believe? P. 60) Sur la base de ses nombreuses années d'observation, il a identifié quatre facteurs spécifiques Concepts éthiques druidiques: responsabilité, communauté, confiance et intégrité. Cette valeur finale, l'intégrité, est héritée à la fois de la culture celtique héroïque et de la Renaissance britannique de Druidry. Il est rapidement reconnu comme l'une des valeurs les plus importantes de toutes les valeurs druidiques.

En 2008, deux livres complets sur l'éthique et les valeurs d'une perspective druidique ont été publiés, qui ont tous deux discuté de l'intégrité, entre autres valeurs. L'une d'entre elles est Living with Honor par Emma Restall Orr, responsable du The Druid Network. Dans son texte, Honor, lié à l'intégrité, est d'abord exploré par son association traditionnelle avec la position sociale et la réputation dans une société tribale. Dans son analyse la plus proche, elle comprend l'honneur comme le ressortissant des relations humaines, écologiques et spirituelles. Dans ses mots:

Parce que le paganisme est basé sur le respect de la nature, sa pratique religieuse est une question de notre interaction. Les païens n'atteignent pas une divinité surnaturelle, un dieu qui existe en dehors de la nature ... Le plan de leur vie est la planète, son environnement, ses écologies et ses tribus. La façon dont nous percevons et traitons un autre - que ce soit un être humain, un chat, un coléoptère, un arbre ou un ruisseau - est le fondement de la théologie païenne. C'est dans cette démarche de relation, en tant qu'action spirituelle, que je place le mot honneur pour trouver son essence. (Living with Honor, p. 128.)
Par la suite, Orr discute de l'honneur comme la somme de trois vertus spécifiques: le courage, la générosité et la fidélité. Chacun d'entre eux, à son avis, est impliqué dans diverses relations sacrées avec d'autres personnes, la tribu et la Terre dans son ensemble. Une grande partie du reste de son texte est ensuite consacré à l'examen de la manière dont ces valeurs peuvent être appliquées à des problèmes pratiques tels que les problèmes médicaux, la protection de l'environnement, la richesse et la pauvreté, l'importance de l'empathie et surtout l'importance des relations humaines.

Un autre traitement significatif en longueur de livre de l'éthique druidique est L'autre côté de la vertuPar le Dr Brendan Myers, un conférencier de philosophie du Canada et l'un des Mt. Érudits d'Haemus. Son livre fait une étude approfondie de la mythologie des Celtes, des Normés et des Scandinaves, des Allemands, des Grecs et d'autres personnes du monde antique. Grâce à cette étude de la mythologie et de l'histoire, il a discerné la vision du monde des sociétés «héroïques» de l'âge du fer et des sociétés «classiques» au niveau de l'État. À mesure qu'il le voit, l'éthique et les vertus ont émergé comme des réponses à des problèmes universels tels que la transitoire, le destin, la destinée, les conflits sociaux et politiques et la mort. Ensuite, il fait un examen philosophique approfondi des résultats de cette étude. À son avis, l'éthique n'est pas une question d'obéir aux règles ni aux lois suivantes. Plutôt, il dit que l'éthique est une question de devenir le genre de personne dont la bonté et la vertu évoluent naturellement. La personne druidique cherche une vie valable et valable, et développe dans son caractère les qualités et les vertus nécessaires à une telle vie. Dans la poursuite de ce principe, Myers a développé un système philosophique original appelé «The Theory of the Immensity». L'argument a une triple structure, comme le décrit Myers:

1. D'abord et avant tout, la vie implique des rencontres inévitables avec des événements qui semblent, du moins au début, s'imposer à vous. La fortune, la nature, les autres et la mort elle-même sont parmi eux.
2. Deuxièmement, ces événements nous invitent également à répondre. La réponse implique généralement le développement de divers potentiels et ressources humaines. Certains d'entre eux sont sociaux, comme la famille et les liens d'amitié, et certains sont personnels et internes, comme le courage et l'intégrité.
3. Et troisièmement, si nous répondons à ces événements imposants avec excellence, et si l'excellente réponse devient habituelle, ils peuvent être transformés en sources de sens et d'accomplissement spirituels. Cette transformation ouvre la voie à une vie valable et florissante. (Myers, The Other Side of Virtue, page 7)

Cet article a examiné les concepts morales et éthiques de Druidry de la manière la plus simple et la plus instructive. Parmi les druides d'aujourd'hui, il n'existe pas de doctrine formelle universellement acceptée. Comme l'a noté Philip Carr-Gomm, «la plupart des druides sont désireux d'éviter les problèmes causés par la dictature d'une morale envers les autres». (Carr-Gomm, qu'est-ce que les druides croient? P. 59)Cependant, il existe un consensus émergent sur le fait que les valeurs druidiques émergent de notre dialogue les uns avec les autres, avec la nature, avec Deity et avec le flux d'Awen dans nos vies. Il existe également un accord émergent selon lequel les valeurs éthiques de Druidry sont des valeurs de caractère et ne sont pas des règles, des dogmes, ni des calculs utilitaires. Chaque contributeur majeur, depuis l'Antiquité jusqu'à aujourd'hui, a produit son propre «catalogue des vertus». Mais il existe un certain nombre de valeurs qui ont tendance à apparaître sur la plupart des catalogues. Voici quelques-uns d'entre eux, tels que discutés par trois écrivains Druidiques éminents.

Des relations

Dans chaque groupe, je me suis assemblé pour parler de l'éthique païenne, après que les principales sources ont été démêlées, la réponse devient claire. C'est simple: relation. Les païens trouvent et développent leur éthique à travers l'expérience des relations. (Emma Restall Orr, Living with Honor)

Responsabilité

Le Druide aura tendance à voir que plusieurs des problèmes du monde proviennent d'un refus de prendre la responsabilité et d'agir pour le plus grand bien de l'ensemble. En ne prenant pas en charge la dégradation de l'environnement, par exemple, ils voient des politiciens et des sociétés agissant simplement pour les gains à court terme du pouvoir et du profit ... Le druidisme encourage la prise en charge individuelle - d'abord dans nos propres vies, de concert avec d'autres pour nos La communauté et pour des questions plus vastes qui affectent la communauté de toute vie. (Philip Carr-Gomm, qu'est-ce que les druides croient?)

Connaissance de soi

L'appel à la connaissance de soi-même ne permet pas d'auto-déception. Il appelle à reconnaître à la fois le feu du divin en nous, et aussi la terre de la mortalité sur nous. (Myers, l'autre côté de la vertu)

Confiance

C'est une expérience commune chez les gens qui sont conscients de la dimension spirituelle pour trouver que lorsqu'ils ont confiance en la vie, ils trouvent plus facile d'entrer dans un «flux» qui porte leur vie avec une qualité de légèreté, de joie et d'effort, qui aussi Les garde alignés avec leur but spirituel. Bien sûr, la confiance va parfois faire place à son contraire - méfiance et peur - mais en croyant que la vie est fondamentalement bonne, qu'il y a du sens et du but de l'existence, le chercheur spirituel trouve de plus en plus facilement le retour à la position de confiance. Plus nous pouvons faire confiance à la vie, plus nous pouvons encourager ce flux. (Carr-Gomm, que croient les druides?)

Intégrité

Bien que le terme «intégrité» soit souvent utilisé pour signifier «la qualité de posséder et de respecter fermement les principes moraux élevés et les normes professionnelles», sa définition plus profonde est définie dans le dictionnaire comme «l'état d'être complet et indivisible». L'état d'être sain ou intact "... Utilisé dans ce sens plus profond, l'intégrité devient une valeur ou une qualité recherchée par les druides, comme c'est le cas pour tous les chercheurs spirituels. Le voyage spirituel commence pour nous lorsque nous sentons qu'il manque quelque chose. Nous nous sentons incomplets, et nous commençons donc à lutter contre la Divinité, l'illumination, l'intégralité. Plus loin sur la piste, nous découvrons que ces réalités existent en nous et que c'est seulement notre esprit qui croit que nous sommes séparés d'eux. Lentement, à travers la méditation et la pratique spirituelle, nous nous sensibilisons à notre exhaustivité, à notre intégrité. Nous trouvons l'intégrité. Et de ce lieu d'intégrité, nous pouvons agir avec authenticité, ne pas essayer d'être quelqu'un d'autre que nous sommes simplement. (Carr-Gomm, que croient les druides? Pp. 63-4)

Courage

Dans l'ancienne énigme «Qui est plus courageux - celui qui ressent la peur mais qui agit, ou celui qui ne craint pas du tout?» La réponse est celle qui ressent la peur et agit pourtant. Quelqu'un qui ne ressent pas la peur lorsqu'il est sur le point d'entreprendre quelque chose de dangereux peut être quelqu'un qui ne comprend pas bien ce qu'il va faire, ni les risques qui lui sont liés, ni la probabilité de succès ... Une personne courageuse a l'intention de bénéficier D'autres, et bénéficier à la société dans laquelle elle habite, et peut-être aussi aux générations futures. Et le courage en fin de compte profite à son possesseur, et pas seulement parce que la personne courageuse a moins peur. C'est une affirmation du potentiel mondial de bonté et de beauté et une volonté active de participer au monde. Être prêt à accepter le danger, la souffrance, les difficultés, Et même la mort dans la tentative de changer le monde est d'être très courageuse et très sincèrement amoureuse. Ces qualités sont, me semble-t-il, enrichissantes; Une vie utile et florissante ne peut pas se passer d'eux. (Myers, l'autre côté de la vertu)

Sensibilisation à l'environnement

Quand je dis que l'éthique païenne repose sur la relation, c'est avec cette perception de la conscience et de l'énergie de la nature comme l'essence qui sous-tend et relie toute la vie. Comme la pluie est intrinsèquement liée au ruisseau et à la mer, tout l'humain est lié à la boue et au blé, à l'eau qu'ils boivent, aux morts et aux enfants qui ne sont plus nés. Et à travers toutes les rafales de vent dans lesquelles mon souffle disparaît, je respire le souffle qui a été respiré par chaque renard, ses œufs et sa souris dans la forêt, l'air qui a traversé les feuilles des arbres, qui se répand dans l'immobilité du crépuscule Dans la chanson du wren et l'appel de la buzzard qui monte les thermes au-dessus de nous tous. (Emma Restall Orr, Living with Honor)

Générosité

Et si nous voulons trouver en nous la volonté de donner avec générosité, nous pouvons nous pencher sur le besoin de responsabilité personnelle pour nous guider: en tant que partie intégrante de la nature, nous devons conserver la responsabilité consciente de chaque action et de notre inaction, de comprendre l'impact Notre vie a à la
fois l'humanité et l'environnement dans lequel nous vivons. Nous sommes responsables, en partie, après tout, de l'honneur de notre race, notre espèce, notre nation: pour le visage de notre tribu. (Emma Restall Orr, Living with Honor)

Relation amicale

Nos amis rendent la vie utile et significative, et que les choses que nous faisons ensemble avec nos amis sont notre source de bonheur les plus importantes ... Dans une société héroïque, en revanche, les relations sociales d'une personne sont très importantes: elles contribuent à constituer sa propre identité. L'amitié est plus qu'une question d'opportunité de survie, bien qu'elle n'accorde d'importants avantages de survie. En cas d'accident ou de calamité, il faudra des amis pour obtenir de l'aide ou des secours. On a le droit de faire appel à cette aide en étant là pour les autres en leur temps de besoin. Il est donc intéressant d'être respectueux et coopératif. Mais l'esprit de l'amitié héroïque est intrinsèquement précieux aussi: c'est l'amitié de ceux qui se retrouvent un deuxième moi. (Myers, l'autre côté de la vertu)

honneur

Vivre avec honneur est de faire face à chacune de ces connexions, aussi éveillé que possible à la relation, engageant avec courage avec honnêteté, avec générosité et responsabilité, avec le respect de la loyauté. Pour ce faire, nous avons choisi, interrogé et tenté, exploré et trouvé un chemin d'intégrité, dans chaque action, nous représentons notre tribu - de la famille, de la communauté, de l'humanité - et donc de l'identité morale de cette tribu. Le faire sans honte ni ignorance permet une fierté profonde et vitale qui vient de savoir que nous avons bien partagé, en vérité et en liberté. (Emma Restall Orr, Living with Honor)

La vie utile

La vie de chacun est inévitablement liée à la vie des autres, au monde naturel, aux accidents de la fortune et à l'évasion de l'existence. Toutes ces choses figurent inévitablement dans l'histoire de la vie de chacun. Une personne animée réagit à toutes ces choses de manière affirmant la vie. Et dans cette réponse, elle peut trouver en elle-même une révélation de la connaissance de soi et du but, et
Bonheur ... La vie utile est une vie active. Il se caractérise par le sentiment que le monde vous offre un lieu où vos objectifs peuvent être remplis. Ou, peut-être, le monde apparaît comme un lieu qui a ses propres fins qui se réalisent en vous. C'est ainsi que nous l'expérimentons souvent. Un bon dialogue avec l'Immensité tend à éveiller le sentiment d'être vivant, d'être entier, d'être pleinement nous-mêmes. En effet, le bonheur lui-même est le sentiment que la vie est belle et bonne. (Myers, l'autre côté de la vertu)

À la fin, les valeurs ou les principes tels que ceux énoncés ici, avec d'autres qui leur sont liés ou qui découlent d'eux, peuvent constituer la base de laquelle des décisions éthiques et morales peuvent être prises. Plutôt que d'internaliser un code moral développé il y a peut-être des siècles par l'élite religieuse ou politique dirigeante, nous pouvons développer un solide sentiment individuel de moralité et d'éthique né de notre propre lien intérieur avec ces valeurs. Blaise Pascal résume succinctement, dans la triade suivante, les ingrédients dont nous avons besoin pour développer cette morale, quand il a dit simplement: «Coeur, instinct, principes».

Pour plus d'informations, lisez les articles connexes sur les croyances en Druidisme et Druidry & Politics sur ce site et The Brehon Laws: Définir l'éthique et les valeurs pour la druidure moderne par Athelia Nihtscada, Druidry & Ethical Choice par Bobcat
http://www.libraryireland.com/Brehon-Laws/Contents.php

Sources: http://www.druidry.org/druid-way/what-d ... es-druidry
http://www.druidry.org/community


Retourner vers Autres religions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités