YOGA

Le véhicule des tantras préconise l’utilisation de ces émotions. C’est la voie qui transforme les poisons en remèdes. Il y a indivisibilité du saṃsāra et du nirvāna.


Vajrayana
Le Vajrayāna s’inscrit dans le cadre du Mahāyāna et de la recherche de l'éveil pour tous. Tandis que le Mahayana prônent le renoncement aux émotions perturbatrices pour maîtriser l’esprit et parvenir à l'Éveil, le tantrisme préconise l’utilisation de ces émotions. C’est la voie pour transformer les poisons en remèdes. Le saṃsāra est identique au nirvāna.
Shonin

* [ Aucun rang ] *
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 518
Enregistré le: 10 Nov 2017, 13:39

Message Sujet: YOGA

Message Titre du message: YOGA

Message Ecrit le 02 Fév 2018, 13:07

YOGA
pour tous

La philosophie yoga

Le yoga, ce n'est pas une simple activité que l'on pratique deux fois par semaine comme l'on ferait du tennis ou de la natation. Le yoga, c'est aussi et – presque avant tout – une véritable philosophie de vie. Sans endoctrinement.

Faire du yoga, c'est comme pratiquer une activité physique quelconque, la gym, par exemple. Non. Faire du yoga, c'est bien, mais cela ne dépasse pas le cadre des séances. Non. Faire du yoga, c'est bien plus que cela. Car si vous pensez pouvoir bénéficier de tous les bienfaits supposés ou reconnus d'une pratique régulière, il ne faut pas vous contenter d'y consacrer dix minutes ou un quart d'heure par jour. Car le yoga véhicule une idéologie, une façon d'appréhender la vie, de respecter son corps et son esprit. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut changer radicalement de vie parce qu'on inclut trois ou quatre séances de yoga dans la semaine! Pas du tout. Mais la zen attitude cela se cultive, tout au long de la journée et de la vie.
« Pour moi, explique Gaelle, une jeune parisienne adepte depuis trois ans, le yoga c'est un ensemble, sinon ce n'est pas cohérent. Ce serait comme vouloir manger exclusivement bio et filer au Macdo troix fois par semaine, quel intérêt ? »
D'autant que la philosophie yoga s'inscrit tout à fait dans la ligne du mieux-être sur laquelle on ne peut que s'accorder : manger mieux, mieux dormir, mieux bouger mais aussi faire un travail sur soi par rapport au monde extérieur (en limitant ainsi les agressions extérieures et le stress, par exemple).
Respecter son sommeil, dormir suffisamment et dans un environnement sain sont essentiels pour que l'énergie circule harmonieusement dans le corps.



Zen attitude

Faire du yoga, cela permet de chasser le stress. C'est vrai. Mais ce n'est pas miraculeux non plus. Par là, entendez que le yoga n'est pas le pansement à dégainer pour pouvoir jouir en toute impunité d'une vie stressante à souhait ! R bénéficier de tous les bienfaits d'une pratique régulière, vous devez vous aussi essayer de limiter stress et agressions extérieures.
C'est un peu un travail à double sens, mais aussi une façon d'appréhender le quotidien qui ne peut vous faire que du bien sur le court, le moyen et le long terme.
D'accord, moins de stress dans la vie courante, mais comment faire ?
Alors, on commence par respirer et par dresser le tableau, faire un état des lieux en quelque sorte.
A quoi ressemble votre quotidien ?
D'où vient votre stress ?
Le travail, l'organisation, l'environnement ?
Ne pouvez-vous pas agir sur certains de ses facteurs ?
Parce que s'il est difficile de changer de supérieur hiérarchique, par exemple, il est peut-être possible de modifier l'organisation de son travail ou son environnement. Adapter ses horaires, déléguer plus, ne pas accepter ce qui ne relève pas de son poste, peuvent être des options pour libérer un peu la vie professionnelle d'un stress souvent omniprésent. Et parfois les solutions ne sont pas forcément là où on pourrait les attendre. « J'habite en région parisienne, dans un coin très mal desservi par les transports. Un bus, un RER et deux métros, vous imaginez le nombre de problème que je pouvait rencontrer par jour, explique Nathalie, employée dans une bibliothèque. Du coup les trajets étaient une source constante de stress, car je ne peux pas me permettre d'être en retard. » Plutôt que de continuer à subir ces problèmes perpétuels, cet énervement de chaque instant et le regard désapprobateur de sa chef quand elle arrivait cinq minutes en retard, Nathalie s'est acheté un vélo ! Aujourd'hui, ses temps de transports sont fixes, sans stress et en plus elle fait de l'exercice. Du tout bénéf ! Juliette quant à elle a complètement réorganisé son emploi du temps. « Mes amies croient que je suis zen, parce que je fais du yoga. C'est vrai que le yoga m'apporte beaucoup. Mais je ne me contente pas de quelques séances par semaine ! Je vis au rythme du yoga ! Avant je courais dans tous les sens. Maintenant je prend le temps ! »
Chacun peut adapter un minimum son quotidien pour limiter le stress : éviter les déplacements inutiles, coupler les rendez-vous, faire ses courses en ligne, privilégier les activités de proximité, les pistes sont plurielles.



Hygiène de vie

Limiter les risques de stress, s'organiser pour moins subir les agressions inutiles et extérieures, c'est déjà un bon départ. Mais la pratique du yoga, idéalement, s'accompagne d'un mode de vie en adéquation avec la philosophie développée et véhiculée par le yoga. Parce que se faire du bien à l'extérieur dépend aussi du soin que l'on apporte à son intérieur, n'est-ce pas ?
Oubliés les substances délétères, les excès en tout genres, les environnement pollués, le stress et les comportements qui nuisent à la santé ! Bien. Mais vu comme cela, la philosophie yoga ressemble un peu à une idéologie un rien contraignante ! Pas de panique, inutile de changer radicalement vos habitudes de vie, et encore moins de retourner vivre au temps des cavernes, ce n'est pas du tout l'idée ici. En revanche, adapter le quotidien pour subir moins de nuisances d'une part et veiller à conserver une hygiène de vie saine, oui, c'est tout à fait le sujet. En ligne de mire : le sommeil et l'alimentation, notamment, mais aussi l'activité physique et la capacité à prendre le temps, à ne pas brûler les étapes, la faculté enfin de se faire du bien physiquement (mentalement aussi mais nous aborderons ce point plus tard). Car s'il y a une chose à retenir de la philosophie yoga, c'est sans doute celle-là. Avoir une hygiène de vie saine, c'est poursuivre un but et un seul : respecter son corps, le choyer, lui donner le meilleur...l'aimer.
D'où l'intérêt d'éliminer tout ce qui peut le mettre à mal, provoquer des maladies, induire un vieillissement cellulaire, comme les excès, par exemple, de tabac et d'alcool, mais aussi de graisses et/ou de sucres, puisque les excès, on le sait, sont toujours préjudiciables sur le long terme.
Alors, même s'il n'est pas question de se priver de tout, ni de rentrer dans les ordres, un minimum de modération est bienvenu. Les séances seront d'autant plus bénéfiques que l'hygiène de vie correspondra à une réelle volonté de mieux-être physique.
Préserver le sommeil et le repos, surveiller son alimentation et privilégier les produits frais, limiter alcool, tabac, et autres substances toxiques, prendre du temps pour soi,s'aérer au maximum... Voilà autant de point sur lesquels vous pouvez agir facilement et qui pourront transformer votre état de forme en phase avec une pratique du yoga régulière. Un bien-être et un dynamisme qui rejailliront forcément sur votre état psychologique et votre mental.



les mains sur le ventre, inspirez lentement en le gonflant au maximum puis expirez en le vidant complètement.

RESPIREZ, c'est gagner !

La respiration joue un rôle central dans le yoga. A la bonne heure ! Car la respiration, c'est aussi la vie. Apprendre à respirer, c'est ainsi gagner sur tout les niveaux. Explications.

Apprendre à respirer ? Vu de loin, on peut comprendre que ce soit déroutant. Parce que quand même, on sait tous respirer dès la naissance, non ? On inspire et on expire naturellement, dans un processus même inconscient, puisque l'on respire à chaque minute de la vie, aussi bien le jour que la nuit.
Pour autant, la respiration peut être bien plus que cela. Seul réflexe de vie pour certain, véritable outils de santé et bien-être pour d'autre, la respiration est -quoi qu'il en soit- l'un des piliers du yoga.
« Résumer le yoga aux asanas, autrement dit aux postures, même si elles sont très variées et nombreuses, c'est nier le rôle de la respiration dans le travail postural », explique ainsi Myriam qui enseigne le yoga dans une petite association de quartier. Car les postures, sans la respiration, ne rimeraient à rien. Ainsi, les exercices axés sur la respiration, on les appelle pranayama, font partie intégrante du yoga. Mieux, ils peuvent les précéder ou exister en dehors de tout mouvement. La respiration est ainsi non seulement centrale dans la pratique du yoga, mais elle est aussi indépendante. Apprendre à respirer est notamment une étape indispensable dans une autre pratique liée au yoga et qui a le vent en poupe : la méditation.

Le diaphragme en question

Inspirer et expirer. Jusque-là le travail sur la respiration paraît simple et accessible. Et il l'est. Car il n'y a rien dans la méthode pranayama qui ne soit finalement strictement naturel. Il s'agit de respirer, ce que l'on fait de toutes les façons pour vivre, mais surtout de sentir cet te respiration. C'est un peu le but du pranayama, littéralement le « contrôle de la force vitale ». Pour sentir cette respiration et donc lui donner de la force, les exercices ont pour objectif de mieux comprendre la circulation de l'air d'une part et de respirer en pleine conscience d'autre part. La première étape pour « apprendre » à respirer et surtout prendre conscience de la respiration consiste par respirer par le ventre. C'est la base du pranayama, et donc aussi du yoga. « C'est grâce au yoga que j'ai pris conscience de l'importance de la respiration, explique Claire qui pratique depuis 18 mois le yoga. C'est incroyable en fait la différence que cela fait de savoir respirer. Je me rend compte en fait qu'avant le pranayama, je respirais comme si je n'avais pas de poumons ou presque. » Tout comme Clair, une grande majorité des personnes n'utilisent qu'une infime partie de leur capacités respiratoires. Leur souffle est généralement court et saccadé, la respiration rapide. Dans ces conditions, difficile d'être calme, n'est-ce pas ? D'ailleurs même sans faire de yoga, on sait qu'en respirant plus lentement et plus longuement, on peut plus facilement maîtriser ses émotions, lors d'un choc par exemple. C'est ce que l'on fait également souvent inconsciemment pour se calmer après un moment d'énervement. Maîtriser sa respiration, prendre conscience de son trajet, cela est entendu. Mais comment faire ?
L'un des exercices premier et majeur est celui de la respiration avec le diaphragme. Plus communément, on l'appelle exercice du « ballon », car il s'agit de respirer comme si l'on gonflait et dégonflait un ballon. Le ballon en la matière étant le ventre. Il s'agit donc de gonfler le ventre sur une inspiration longue et lente et de le dégonfler sur une expiration elle aussi longue et lente. L'idéal pour maîtriser cette respiration ventrale, qui est la seule et unique valable, est de se placer en position du lotus, dos droit et épaules relâchées. Pour suivre le flux du souffle, et contrôler le rythme, le mieux est de placer une main bien à plat sur le ventre et de se concentrer sur son mouvement. Quand la respiration par le ventre est acquise, cela libère le diaphragme et le plexus solaire, et les capacités respiratoires sont plus développées.


~Quand vous le pouvez, pratiquer de préférence les postures en extérieur. L'idéal pour respirer et s'oxygéner en même temps~


La colonne d'air

La respiration maîtrisée influe donc directement sur le bien-être et la forme physique et peut tout à fait être appréhendée seul. Pour autant, dans la pratique du yoga, la maîtrise de la respiration n'est pas une entité individuelle. Le pranayama ne peut pas être isolé de l'asana. Car il n'y a pas d’exercice réussi sans un contrôle du souffle pendant le mouvement. Kia Meaux, professeur de yoga et auteur du Yoga d'aujourd'hui (Hachette pratique) explique ainsi que « la synchronisation des mouvements du corps avec le rythme de la respiration fait partie intrinsèque de la pratique du yoga dynamique, pour stimuler (son) corps, concentrer (son) mental et éviter les courbatures. » Il s'agit donc pour tout pratiquants de réussir à poser correctement son souffle dans les mouvements : inspiration et expiration doivent absolument être placées au bon endroit pour que le geste soit complètement efficace. D'où l'intérêt de bien maîtriser les techniques respiratoires avant de se lancer seul car les mouvements pourront ainsi être exécutés en amplitude complète.
Autre détail qui a son importance, le souffle marque le début et la fin du mouvement. Kia Meaux poursuit : « Ne bougez que si vous respirez et synchronisez le commencement et la fin de chaque respiration avec le commencement et la fin d'un mouvement spécifique. Le rythme de votre respiration doit rester régulier et uniforme pendant les étapes de chaque posture, et vous devez pour cela vous concentrer sur le flux de votre souffle et contrôler consciemment l'inspiration et l'expiration. » Quand il circule bien dans le corps, le souffle peut s'apparenter à une colonne d'air. Il devient ainsi, mentalement en tout cas, la clé de voûte du corps, le squelette invisible d'un organisme qui respire à 100%. Physiquement, croyez-le ou pas, bien respirer se voit. Poitrine bombée, cage thoracique ouverte et épanouie, dos droit, les pratiquants de yoga ont une belle posture y compris au repos grâce aux exercices mais aussi à la respiration.
A contrario, quand on a le souffle court et saccadé, on a tendance à « enfoncer » la cage thoracique, à être plus voûté. « Ma femme me dit que je me tiens mieux, plus droit sans être raide, depuis que je pratique le yoga » raconte Thierry, un Orléanais de 37 ans. « Honnêtement, je pense que cela vient surtout de ma manière de respirer maintenant, qui est ample et profonde. »


Des bienfaits multiples

Bien respirer, c'est mieux vivre. Même si cela ne paraît pas évident tant que l'on a pas passé le cap, quand on ignore les techniques respiratoires. Et pourtant, au quotidien, cette respiration ventrale assimilée, les bénéfices peuvent être multiples. Déjà, sur le plan le plus strict de la santé et du bien-être, il est évident qu'un organisme bien oxygéné est un organisme qui fonctionne mieux : les poumons alimentent et influent sur toutes les cellules de l'organisme, les muscles, les cellules nerveuses, le sang, etc. En augmentant vos capacités respiratoires mais aussi en évacuant les tensions nerveuses, vous boostez aussi vos défenses immunitaires.
Plus en forme, en meilleure santé, vous vous sentez globalement mieux aussi bien physiquement que psychologiquement. Sur le plan physique, les sportifs pourront tirer les meilleurs bénéfices du pranayama car ce travail du souffle en profondeur est un accompagnement efficace en cas d'effort physique intense et régulier. A la clé ? Plus d'endurance, de meilleur capacités aérobie et des performances au top. Tentant non ?
Et ne vous inquiétez pas, si vous n'êtes pas sportif, vous y trouverez aussi largement votre compte car le pranayama vous accompagnera à chaque moment de la journée. Vous pouvez de plus utiliser les exercices de respiration à des moments clés de la journée : pour vous relaxer (avec ou sans méditation), pour évacuer les tensions nerveuses, pour préparer un rendez-vous professionnel, etc. Par effet rebond, en étant plus calme, plus zen et donc moins soumis au stress, vous améliorez de façon nette votre dynamisme et votre forme, en même temps que votre mieux-être d'ailleurs.
Autre point non négligeable sur lequel la respiration peut avoir des conséquences positives, le sommeil. En étant bien oxygéné et en vous aérant aussi un minimum, vous pouvez bénéficier d'une meilleure qualité de sommeil alors que les troubles de l'endormissement ou les problèmes d'insomnies, souvent présents chez les personnes stressées, seront aussi amoindris. « Quand j'ai commencé le yoga témoigne Élisa, une jeune trentenaire dynamique, j'y voyais surtout une pratique physique et posturale. Le souffle, je n'y avais jamais prêté attention pour être honnête. » Souvent fatiguée et plutôt nerveuse, Élisa a néanmoins rapidement pris conscience de l'intérêt du pranayama sur son bien-être. Très vite, elle a utilisé les petits exercices de respiration pour limiter le stress dans son travail, mais aussi pour améliorer ses capacités de concentration.
Plus détendue, plus disponible et plus à l'aise dans son travail, Élisa a également noté des améliorations de sa posture.






http://www.yogapassion.fr/5-postures-de ... -debutants (miaouuu)

[il existe forcément un type de yoga qui vous convient...et qui vous redonne le sourire.]



(à suivre) : Quel est votre profil yoga ? Il n'y a pas un, mais plusieurs yogas.
La religion est faite pour l'homme et non l'homme pour la religion.

https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1949279308655040/
Ne pas oublier que la guerre du Congo qui a fait plus de 8 millions de morts en 20 ans dans le Kivu est intimement liée a la richesse minière de la région et au silence de la communauté internationale :hi:


Retourner vers Vajrayana

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité