l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

L'une des plus vieilles religions du monde qui croient en l'autorité du Veda.
Règles du forum
L'hindouisme se présente en fait comme un ensemble de concepts philosophiques issus d'une tradition remontant à la Protohistoire indienne. Cette religion a ainsi assimilé les croyances et les philosophies venues des nombreuses conquêtes et invasions qui se sont déroulées sur le sous-continent indien.
Répondre
alishoune

* [ Aucun rang ] *

Messages : 1106
Enregistré le : 29 août 2008, 08:00

l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

Ecrit le 04 avr. 2010, 05:30

Message par alishoune »

selon alain danielou c'est surtout le janisme qui aurait introduit l'idée de reincarnation qui est absente des premiers temps des vedas.

qu'en pensez vous?

totocapt

Christianisme [Orthodoxe]

Messages : 1210
Enregistré le : 07 mai 2009, 18:27
Localisation : Chrétien Orthodoxe au pays de Ste Geneviève

Re: l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

Ecrit le 13 oct. 2012, 09:42

Message par totocapt »

alishan a écrit :selon alain danielou c'est surtout le janisme qui aurait introduit l'idée de reincarnation qui est absente des premiers temps des vedas.

qu'en pensez vous?
C'est peu vraissemblable! A partir du VIIIe-VIIe siècle avant JC, les Upanishad déjà opposent à un "lieu d'où l'on ne revient pas", un monde de naissances successives. Le jaïnisme viendrait a posteriori au VIe siècle avant JC, après que cela ait donc été auparavant mentionné dans les Upanishad. Malgré tout, il y a des spécialistes qui s'opposent sur les dates...
"... La sanctification et la déification des anges et des hommes, c'est la connaissance de la Trinité sainte et consubstantielle ..." (Saint Thalassius l'Africain, "Première Centurie", 100)

invité


Re: l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

Ecrit le 12 nov. 2012, 16:21

Message par invité »

Le sixième siècle avant notre ère n'est pas la date de l'origine du Jaïnisme, mais celle d'une "réforme" opérée par Vardhamana/Mahavira/Jina, 24ième et dernier Tirthankara (prophète). Si les plus anciens tirthankara sont probablement des mythes, ont s'accorde aujourd'hui à considérer au moins le 23ième, Parshva, comme un personnage historique qui aurait vécu environ de -877 à -777... avant la rédaction des premiers upanishads, donc.

Par contre, je ne dirais pas tout à fait que c'est du Jaïnisme que l'Hindouisme tiens la réincarnation.

Il est évident que cette idée, le samsara (cycle des naissances), tout comme la moska (l'éveil, la délivrance), l'ahimsa (non-violence, amenant entre autre au végétarisme et à l’abandon des sacrifices sanglants), la méditation et l'ascèse, n'est pas une idée védique.

Toutes ses idées sont celles des Sramanas, des moines errants, extérieur au système de caste qui consacraient leur vie au travail spirituel.

On ne connaît pas leur origine exacte, mais elle semble s'encrer dans un très lointain passé de l'Inde... on a notamment retrouvé des illustrations de personnage en position de hatha-yoga provenant de la civilisation de l'Indus (et donc antérieur à l'arrivé des arya et du védisme).

Il y a eu des courants Sramanas opposés aux vedas (dit "nastika"), tel que l'ajivika, le Jaïnisme et le Bouddhisme (qui était d'ailleurs originaire de l'est de l'Inde, peu influencé par les arya installé à l'ouest... preuve de plus que les sramana sont d'origine non-aryenne) ; mais les traditions sramanes se sont souvent fondu dans le brahmanisme, et sont devenu des aspects très important de l'Hindouisme (tel que le yoga).


Je ne sais pas si le Sasmara est une influence spécialement jaïn, mais il me semble évident qu'il est d'origine Sramana.

alishoune

* [ Aucun rang ] *

Messages : 1106
Enregistré le : 29 août 2008, 08:00

Re: l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

Ecrit le 12 mai 2020, 08:03

Message par alishoune »

UP svp

alishoune

* [ Aucun rang ] *

Messages : 1106
Enregistré le : 29 août 2008, 08:00

Re: l'influence du janisme sur le boudhisme et l'hindouisme

Ecrit le 25 mai 2020, 21:53

Message par alishoune »

JAINISME ET SRAMANAS

Intéressant que mahavera le 24eme prophète entre "" des JAINISME est en réalité un revivificateur et avait des différence avec les 23premiers

Avec le 23eme
- le célibat .avant lui il y a pas de moine mais ils sont marie
- le look presque nue type yogi . Avant ils sont plus habillé

L'hindouisme tels que l on connaît ne viendrait il pas du JAINISME et de mahavera

-ahimsa non violence
-vegetarisme (Inde antique mange de la viande et les Veda parle du sacrifice )
- célibat
- look yogi en slip

ET ORIGINE ANTIQUE SERAIT LES SRAMANAS
https://www.dieu.pub/viewtopic.php?f=124&t=35092

ET LA RELIGION DU MAGADHA( région d Inde /royaume antique)

Selon Johannes Bronkhorst*, professeur à l’Université de Lausanne, cette doctrine est une voie de salut contre laquelle s’est construit le bouddhisme

Rencontre de Bouddha avec un ascète
Traditionnellement, les historiens tiennent le bouddhisme pour une réaction au ritualisme ossifié de la religion brahmanique. Mais à l'époque le royaume du Magadha - le berceau du bouddhisme, qui correspond au bassin moyen du Gange - n'est pas encore entièrement brahmanisé. C'est une tradition religieuse différente qui y domine, dont la figure principale est le jaïhisme (une religion aujourd'hui encore présente en Inde), et c'est d'abord en réaction contre lui que le bouddhisme se définira.

Mahavira, appelé aussi le Jina, fondateur de l'école jaïn, est un concitoyen du Bouddha, et son aîné d'à peine quelques années. Mais son école est l'héritière de traditions plus anciennes qui constituent précisément la religion du Magadha. C'est de ce fonds que sont issues des croyances promises à un bel avenir, comme le cycle des renaissances et le karma - croyances qui commencent seulement, à l'époque du Bouddha, à imprégner les régions occidentales de tradition védique. Les penseurs du Magadha sont donc les premiers à se poser la nouvelle question fondamentale - non pas celle des brahmanes, comment améliorer ma renaissance? mais: comment échapper au piège du samsara?

On peut briser la chaîne du samsara, affirme le Jina. La difficulté principale réside dans le karma: tout acte, qu'il soit bon ou mauvais, intentionnel ou accidentel, en produit inexorablement. En contraste, le Bouddha soutiendra plus tard que seuls les actes intentionnels en produisent. Pour les jaïn, tout acte alimente donc le cycle des renaissances. La solution, c'est de cesser d'agir. Les méthodes jaïn préconisent l'immobilité: il faut par exemple rester debout, indéfiniment, se faire pierre, tronc d'arbre. La souffrance occasionnée par cette pénible ascèse sert à «brûler les résidus» des actes antérieurs. Le stade ultime, c'est la suppression définitive de toute action, y compris de la respiration, suivie de la mort. Si l'ascète a bien fait ses calculs, s'il a réussi à liquider tout son karma passé, il sera «libéré» avant que la mort ne le saisisse.

Avec ses deux maîtres, le Bouddha s'est frotté à des techniques mentales fondées précisément sur des formes de suppression d'activité. Il a rejeté leur enseignement, qui ne mène nulle part, selon lui. Il a également tenté, en solitaire, une forme extrême d'ascèse d'inspiration probablement jaïn, qu'il a également rejetée pour les mêmes raisons. Dans son enseignement, le Bouddha a expliqué que la non-action peut mener à la mort, mais pas à la libération spirituelle. Ce qu'il faut anéantir, selon lui, ce n'est pas l'action, c'est le désir qui est derrière l'action (qu'il appelle «la soif»), car ce désir, ignorant de sa propre nature, est le moteur même du cycle des renaissances. La méthode bouddhique sera donc une méthode psychologique - c'est son originalité - qui permet d'entrer dans sa propre tête afin d'y détruire les racines du désir.

(*) « Greater Magadha. Studies in the culture of early India », Brill, 2007.



Ursula Gauthier
Le Nouvel Observateur

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Hindouisme »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité