Canon Pali : Conditions du bien être d'une nation

Forum regroupant les dix-huit écoles bouddhistes qui sont apparues par divisions successives.
Règles du forum
Environ 150 ans après la mort de Siddhartha Gautama. Dix-huit écoles bouddhistes sont apparues progressivement, dues en premier lieu à des différences de vinaya, une division du Sangha originel, généralement considérées comme étant celles des Sthaviravādins et des Mahāsāṃghikas. Et plus tard dues à la séparation géographique des divers groupes.
Répondre
Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Canon Pali : Conditions du bien être d'une nation

Ecrit le 12 nov. 2020, 15:59

Message par Disciple Laïc »

Conditions du bien-être d'une nation.

A ce moment le Vénérable Ananda se tenait derrière le Béni du Ciel, en train de l'éventer, et le Béni du Ciel s'adressa ainsi au Vénérable Ananda:

"Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis se rassemblent fréquemment, et est-ce que leurs rassemblement sont bien courus?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, qu'il en est ainsi."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas à leur déclin. Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis s'assemblent et se dispersent en paix et s'occupent de leurs affaires en concorde?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, que c'est ce qu'ils font."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas àleur déclin. Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis n'ont ni promulgué de nouveaux décrets ni aboli ceux qui existent, mais procèdent en accord avec leurs antiques constitutions?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, que c'est ce qu'ils font."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas àleur déclin. Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis honorent, estiment, montrent du respect, et de la vénération envers leurs anciens et pensent qu'il vaut la peine des écouter?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, que c'est ce qu'ils font."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas àleur déclin. Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis évitent d'enlever les femmes et les jeunes filles de bonne famille et des détenir?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, qu'ils évitent du faire."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas àleur déclin.Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis honorent, estiment, montrent du respect, et de la vénération envers leurs sanctuaires, autant ceux qui sont à l'intérieur de la cité que ceux qui sont à l'extérieur, et ne les privent pas des justes offrandes ainsi données et précédemment à eux faites?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, qu'ils vénèrent effectivement leurs sanctuaires, et qu'ils ne les privent pas de leurs offrandes."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas à leur déclin. Qu'as-tu entendu, Ananda: est-ce que les Vajjis protègent et gardent dûment les arahats, de sorte que ceux qui ne sont pas venus en leur royaume pourraient le faire, et que ceux qui y sont déjà puissent y vivre en paix?"

"J'ai entendu dire, Seigneur, que c'est ce qu'ils font."

"Pour le moment, Ananda, comme c'est le cas, on peut s'attendre à la croissance des Vajjis, pas à leur déclin.".

Et le Béni du Ciel s'adressa au brahmane Vassakara en ces paroles:

"Un jour, brahmane, je demeurais à Vesali, au sanctuaire Sarandada, et ce fut là que j'enseignai aux Vajjis ces sept conditions qui mènent au bien-être (d'une nation). Pour le moment, brahmane, ces conditions perdurent toujours chez les Vajjis, et les Vajjis sont connus pour elles, on peut donc s'attendre à leur croissance, pas à leur déclin."

Là-dessus le brahmane Vassakara parla ainsi au Béni du Ciel:

"Si les Vajjis, Vénérable Gotama,n'étaient dotés que d'une seule ou d'une autre de ces qui conduisent au bien-être, on pourrait s'attendre à leur croissance, pas à leur déclin. Alors toutes les sept ? Aucun mal, effectivement, ne peut être fait aux Vajjis au combat par le roi de Magadha, Ajatasattu, à part par traîtrise ou discorde. Bien, dans ce cas, Vénérable Gotama, nous allons prendre congé, car nous avons beaucoup à faire,beaucoup de travail à effectuer."

"Fais comme bon te semble, brahmane."

Et le brahmane Vassakara, premier ministre de Magadha,approuvant les paroles du Béni du Ciel et ravi par elles, se leva de son siège et partit.



Extrait du Sutra du Grand Nirvana du Bouddha.
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Anciennes écoles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité