Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Croyances issu des enseignements de Siddhartha Gautama, considéré comme le Bouddha historique.
Règles du forum
Le bouddhisme est une pratique, une philosophie de vie fondée par un sage de l'inde antique vers -600 avant JC, ce sage appelé "Bouddha" ce qui veut dire Éveillé, atteint l'Éveil vers 40 ans puis il enseigna durant toute sa vie, il mourut vers 80 ans en ayant établi une communauté de sa doctrine.
Répondre
Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 10 nov. 2020, 19:10

Message par Yvon »

"Le bouddhisme mahayana est-il une authentique expression de l'enseignement d'origine du Bouddha ?
Quatre cents ans au moins séparent la vie du Bouddha Shakyamuni de l'apparition des plus anciens sutras mahayanas. Pourtant, ces sutras décrivent Shakyamuni et d'autres personnes qui lui sont associées, Ananda et Shariputra par exemple, comme étant des participants actifs. Shakyamuni est souvent l'orateur principal, parlant dans le Sutra du Lotus des innombrables bouddhas résidant dans l'Espace, ou décrivant encore les merveilles de la Terre Pure d'Arnitabha dans les Sutras de la Béatitude suprême et de la Terre Pure. Mais comment un moine écrivant en l'an 100. aurait-il pu décrire avec précision ce qui se produisit, du moins le croit-on, cinq siècles auparavant ? Certains affirment que le moine a dû tout simplement inventer ces histoires, c'est-à-dire qu'il a dû écrire ses propres idées et en attribuer la paternité au Bouddha. Pour les gens qui adhèrent à ce point de vue, et ils sont nombreux, les sutras mahayanas sont des faux. Pieux certes, mais des faux quand même.
Les discours rapportés dans le canon pali du bouddhisme theravada font l'objet du même examen critique. Eux aussi furent écrits plusieurs siècles après les événements qu'ils décrivent. Mais dans leur cas, on accepte généralement que ces sutras (pour utiliser l'orthographe palie) furent transmis oralement pendant des siècles par des moines après que les premiers d'entre eux les eurent entendus du Bouddha lui-même.
Donc bien que certains changements dus à leur longueur et à la langue se soient produits à travers les âges, il est assez plausible que les écritures theravada reflètent de façon authentique ce que le Bouddha a vraiment dit.
Pourrait-on en dire autant des sutras du Mahayana, dont les descriptions fantastiques et le style fleuri sont si différents de ceux des sutras du Theravada, plus sobres et terre-à-terre ?
Et si les sutras mahayanas rendaient vraiment avec précision ce que le Bouddha a enseigné, pourquoi les écritures theravada ne mentionnent-elles aucun des événements décrits dans les sutras du Grand Véhicule ?
Il n'est pas facile d'apporter des réponses à ces questions, et les lecteurs les plus modernes accueilleraient probablement avec scepticisme certaines des réponses traditionnellement apportées par les tenants du Mahayana. Par exemple, certaines sources mahayanas affirment que tandis que le premier concile était organisé à Rajagaha, un rassemblement séparé et bien plus important était tenu sur un autre site, où les grands bodhisattvas qui étaient présents auraient récité et authentifié l'enseignement mahayana du Bouddha.
Alors, comme cet enseignement était trop profond pour être compris correctement par la plupart des disciples, les bodhisattvas les dissimulèrent jusqu'à ce que l'heure soit venue de les révéler, comme lorsque Nagarjuna rapporta du pays des Nages les Sutras de la Perfection de la sagesse.
Même si les détails de cette légende sont difficiles à avaler; l'idée de départ n'est pas si invraisemblable. Le Bouddha a certainement pu penser qu'il était nécessaire que plusieurs siècles s'écoulent avant que les gens ne soient prêts à se consacrer au mode de vie du bodhisattva, et il est possible qu'il n'ait révélé les préceptes mahayanas qu'à ceux qui étaient prêts à les recevoir, avec l'avertissement de ne les transmettre qu'à un petit nombre de disciples sélectionnés.
Plus tard, lorsque l'heure serait venue, un génie spirituel comme Nagarjuna ou Asanga pourrait alors diffuser cette partie de l'enseignement.
Le dalaï-lama (dont il est difficile de contester l'autorité, ne trouvez-vous pas ? :) ) a même affirmé qu'il n'était pas nécessaire que le Bouddha ait donné l'un de ses enseignements durant sa vie parmi les hommes pour que cet enseignement soit authentique ! Ce que veut dire le dalaï-lama, c'est qu'un être éveillé ne disparaît jamais réellement ; son inspiration est toujours accessible à ceux qui sont prêts à la recevoir.
Vous pouvez aussi aborder cette question de l'authenticité d'une autre manière.
Le Dharma du Bouddha n'est pas une chose statique. Comme un grand arbre, il pousse et fleurit avec le temps. Ce que le Bouddha a enseigné il y a 2 500 ans, c'est comme la graine d'un arbre, et les différentes traditions (y compris la tradition mahayana) sont les fleurs et les fruits qu'il porte. Sous cet angle, il importe peu que Shakyamuni ait ou non prononcé les paroles qu'un sutra particulier lui attribue. Au lieu de vous en préoccuper, il vaut mieux chercher si les leçons de ce sutra, si on les met en pratique, sont cohérentes avec les objectifs du reste de l'enseignement. Si elles mènent à la cessation de la souffrance, l'ouverture de votre coeur aux autres, et la réalisation de votre vraie nature, vous pouvez alors avec assurance considérer qu'il s'agit d'Une leçon du Bouddha plein de compassion."
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 10 nov. 2020, 19:15

Message par Disciple Laïc »

Source précise du texte ? C'est pas évident au premier coup d'oeil.

Le Dalaï Lama parle pour le Véhicule de Diamant et quand on lui demande quelle est sa religion, il répond : la bonté.

Et il a reconnu publiquement qu'il pouvait parfaitement se tromper, ce qui prouvait bien qu'il n'était pas parfait !

Il a aussi reconnu dans un documentaire sur le Sutra du Coeur (un sutra du Grand Véhicule), que parfois il avait l'impression de faire des progrès, alors il relisait se Sutra, et se rendait compte qu'il n'en était rien et que même il avait régressé ! Ce qui le fait rire.

C'est curieux, pourquoi se servir du Vénérable Dalaï Lama, plutôt que de Nichiren ?
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 10 nov. 2020, 20:14

Message par Yvon »

C'est vrai même shakyamuni se trompait nottament sur les femmes . Mais comme tout pratiquant il fit sa propre "révolution humaine "

Source Le Bouddhisme pour les Nuls Editions First page 113 .

Image
Image
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 02:58

Message par Disciple Laïc »

En l’occurrence il a été démontré par des historiens/chercheurs et historienne/chercheuses (je peux fournir un texte explicatif très clair sur le sujet), que le contenu en apparence "sexiste" ou misogyne du Canon Pali fut rajouté après le mort du Bouddha par des moines peu inspirés sans doute, trop imprégnés des préjugés sexistes de leur société et pas assez du Dharma.

Donc si même le Canon Pali peu montrer parfois des failles et erreurs que dire d'un texte à l'origine précise inconnue apparue plusieurs siècles après la mort du Bouddha ?

Donc estimer que le Bouddha a pu se "tromper" concernant les femmes est probablement calomnieux. Par ignorance ou malveillance. J'ai noté que de son vivant Nichiren était excessivement critique vis à vis de tous les autres courants bouddhistes autour de lui. Et évidemment en toute logique cela lui attira beaucoup d'ennui. C'est ce qui se passe quand on a des propos non mesuré et qu'on ne se soucis pas du mal qu'on peut faire à ses interlocuteur, du fait qu'on peut les blesser. On en paye le prix tôt ou tard, de manière on ne peut plus juste. Les membres de la Soka Gakkaï, à l'image de leur maître originel, Nichiren, sont réputés pour la véhémence de leurs propos (a tort ou a raison je ne sais pas). Et ici cela se voit un peu. C'est malheureux. Cela ne peut mener qu'a plus de souffrances. Pour tout le monde. Ce n'est pas la voie du Bouddha.

Par contre il est vrai que le Bouddha était un pragmatique, au tout début ou il était seul et avait seulement une poignée de disciples, il édictait des règles seul, puis a mesure qu'il eu une communauté de moine avancés, il a élaboré des règles de manière collégiale, par consensus, après discussions, au cas par cas des situations rencontrées au fur et a mesure, et parfois quand certaines règles donnaient de mauvais résultats, elles étaient modifiées.

C'est d'ailleurs sur des questions de règles plus ou moins strictes que Devadatta se confronta au Bouddha. Il voulait des règles plus strictes et absolues, rigide, ce que le Bouddha ne voulait pas. Il y eu schisme.

Au passage en faisant des recherches (grâce à vous indirectement) j'ai trouvé les paroles du Bouddha concernant la consommation de viande dans sa communauté. Pas encore lu, je posterais bientôt, nous verrons bien. J'ai aussi retrouvé par un heureux hasard un texte ou le Bouddha explique comment reconnaît un Arahant. Un autre ou le Bouddha critique l'hédonisme. Un autre ou Ananda (le très proche "secrétaire", celui a la mémoire stupéfiante qui mémorisait toutes les paroles du Bouddha dont il était témoin) du Bouddha explique comment conserver la discipline et l'unité après la mort du Bouddha. J'en ai un aussi ou le Bouddha explique que son enseignement ne marche pas forcément pour tout le monde. Ce qui ne fait que confirmé qu'il est absurde de vouloir imposer à la planète entière une seule religion qui se prétende en plus en lien avec l'enseignement du Bouddha.

Faut dormir la nuit :) Poster à plus d'une heure du matin... A moins que vous ne viviez pas en France ? Horaires différents ?
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 05:10

Message par Yvon »

Soit voyons comment Bouddha considérés les femmes dans les Sûtras

"Quant aux textes bouddhiques, on lit dans le Sutra Kegon*, premier enseignement important exposé par le Bouddha après son Éveil : "Les femmes sont des messagers de l'enfer, capables de détruire les graines de la bodhéité. Elles peuvent prendre l'apparence de bodhisattva, mais, dans leur coeur, elles sont comme des démons yaksha." Et dans le Sutra du Nirvana, le dernier enseignement du Bouddha qu'il exposa dans le bosquet de shala, il est dit : "Tous les fleuves et les ruisseaux sont inévitablement sinueux et tortueux et toutes les femmes sont inévitablement inconstantes et fourbes." Il y est dit encore : "Les désirs et les illusions de tous les hommes d'un kalpa majeur ne pèsent pas plus lourd que l'entrave karmique d'une seule femme."

Quand on lit dans le Sutra Kegon* que les femmes sont "capables de détruire la graine de la bodhéité", cela veut dire qu'elles dessèchent et brûlent les graines qui pourraient leur permettre d'atteindre la bodhéité. Quand des nuages s'amoncellent dans le ciel, après une période de grande sécheresse et qu'une forte pluie tombe sur le sol, partout, d'innombrables plantes et arbres assoiffés vont bourgeonner et donner des fruits. Mais cela n'est pas vrai des graines que l'on a brûlées. Elles ne germeront jamais. Au contraire, une pluie abondante les fera pourrir. Le Bouddha est comparé à l'amoncellement des nuages, ses enseignements, aux pluies abondantes, et les plantes et arbres assoiffés, à tous les êtres vivants. Quand ces derniers sont arrosés par la pluie des enseignements bouddhiques et quand ils observent les cinq préceptes, les dix préceptes de bien, et les pratiques de méditation, ce qui est source de bienfaits, ils fleurissent et portent des fruits. Mais les graines brûlées ne germeront jamais, même si elles sont exposées à la pluie. Au contraire, elles pourriront. Les femmes sont comparées à ces graines. Même après avoir rencontré les enseignements bouddhiques, elles ne parviennent pas à se libérer des souffrances de la naissance et de la mort et, tournant le dos à la vérité bouddhique, elles tombent dans les Voies mauvaises. Voilà ce que veut dire "capables de détruire la graine de la bodhéité".

Ce passage du Sutra du Nirvana dit que, de même que toutes les rivières et les ruisseaux font des détours, toutes les femmes sont tortueuses et retorses. Parce que l'eau est liquide, lorsqu'un objet solide comme un roc ou une montagne lui barre la route, elle se divise en deux bras, passant tantôt ici, tantôt là. Le sutra dit qu' il en va de même des femmes, et les compare à l'eau. Leur esprit est malléable et indécis. Même lorsqu'elles croient qu'un certain cours est juste, si elles butent sur l'opposition déterminée d'un homme, comme l'eau bloquée par un barrage, elles prennent une direction différente.

Des dessins faits sur l'eau, il ne subsiste pas trace. L'inconstance est une donnée fondamentale de la nature des femmes. Elles pensent d'une certaine manière à un moment donné, quitte à être plus tard d'un avis entièrement différent. Or, la caractéristique principale du Bouddha est l'honnêteté et la droiture. Des femmes au comportement tortueux ne pourront donc jamais devenir bouddha.

Les femmes sont gênées par les cinq entraves et soumises aux trois types d'obéissance. C'est pourquoi il est dit dans le Sutra Gonjikinyo : "Même si les yeux de tous les bouddhas du passé, du présent et du futur devaient tomber à terre, une femme ne pourrait toujours pas devenir bouddha." Et on lit dans le Daichido Ron* : "Il est plus facile d'attraper le vent que de saisir l'esprit d'une femme."
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 06:11

Message par Disciple Laïc »

Hors sujet.
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 13777
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 07:22

Message par vic »

Si Bouddha pensait que les femmes étaient incapables de parvenir à l'éveil , alors il n'aurait pas créer un communauté de nonnes pour y parvenir .
a écrit :Yvon a dit : Au lieu de vous en préoccuper, il vaut mieux chercher si les leçons de ce sutra, si on les met en pratique, sont cohérentes avec les objectifs du reste de l'enseignement
Et comment votre école soka gakkaï pourrait elle constater cette cohérence avec les autres soutras , vu qu'elle n' enseigne qu'un seul soutra , le soutra du lotus ? Votre gourou Nichiren affirme que tous les autres soutras sont caduques ? Vous êtes juste entrain d'admettre que l'enseignement du bouddha ne prend sa cohérence que dans un ensemble , de l'ensemble des soutras et que le soutra du lotus ne se suffit pas à lui tout seul . Bref, vous êtes en parfaite contradiction avec votre gourou Nichiren . :lol:
Mais en fait le soutra du lotus tout seul n'est cohérent avec rien du tout , il en devient incohérent . OU on pourrait dire qu'il en devient irrationnel , ésotérique , sans qu'on y trouve plus de cohérence que ça autre que dans les nuages .Pourquoi parlez vous de cohérence ? Sur quelle base ?
La croyance est l'exact contraire de la preuve, et qu'un dieu utilise la croyance pour espérer démontrer son existence prouverait l'absurdité d'un tel dieu .On serait très loin de l'omniscience qu'on attribue à ce dieu imaginaire .

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 07:59

Message par Disciple Laïc »

Prétendre que le Bouddha estimait que les femmes étaient incapables d'attendre la Libération est purement et simplement Faux et Calomnieux.

Un article a été partagé qui explique clairement (notamment par des auteurs féminines) que les passages sexistes et discriminant sur les femmes dans les textes anciens ont été ajouté après la mort du Bouddha. Si on prend la peine de lire l'article en entier on l'apprend, on le sait, on le comprend et on arrête de dire des choses fausses.
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 13777
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 08:06

Message par vic »

a écrit :Yvon a dit : Le dalaï-lama (dont il est difficile de contester l'autorité, ne trouvez-vous pas ? :) ) a même affirmé qu'il n'était pas nécessaire que le Bouddha ait donné l'un de ses enseignements durant sa vie parmi les hommes pour que cet enseignement soit authentique ! Ce que veut dire le dalaï-lama, c'est qu'un être éveillé ne disparaît jamais réellement ; son inspiration est toujours accessible à ceux qui sont prêts à la recevoir.
Le dalaÎ lama n'enseigne pas que le soutra du lotus , mais aussi bien d'autres soutras . En outre , il pratique la méditation samatha et vipassyana . Ce qui va à l'encontre de l'enseignement de la soka gakkaï qui prétend que la méditation samatha et vipassyana sont caduques et qu'on ne doit pratiquer que des incantations avec un mantra sans pratiquer les techniques majeures de méditation et sans abstenir .

Il donc fort étonnant que vous preniez comme exemple le dalaï lama sans contester par ailleurs l'enseignement de votre moine Nichiren .
La croyance est l'exact contraire de la preuve, et qu'un dieu utilise la croyance pour espérer démontrer son existence prouverait l'absurdité d'un tel dieu .On serait très loin de l'omniscience qu'on attribue à ce dieu imaginaire .

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 08:18

Message par Disciple Laïc »

vic a écrit :
11 nov. 2020, 08:06
Le dalaÎ lama n'enseigne pas que le soutra du lotus , mais aussi bien d'autres soutras . En outre , il pratique la méditation samatha et vipassyana . Ce qui va à l'encontre de l'enseignement de la soka gakkaï qui prétend que la méditation samatha et vipassyana sont caduques et qu'on ne doit pratiquer que des incantations avec un mantra sans pratiquer les techniques majeures de méditation et sans abstenir .

Il donc fort étonnant que vous preniez comme exemple le dalaï lama sans contester par ailleurs l'enseignement de votre moine Nichiren .
Bien vu. Charité bien ordonnée doit commencer par soi-même.
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 09:53

Message par Yvon »

Messieurs inutile d'être dans le déni , j'ai cités les Sûtra dans lequel Shakyamuni parlaient des femmes .
Plusieurs femmes demandèrent au Bouddha de rentrer dans la communauté bouddhique comme nonnes. Shakyamuni refusa .
Alors elles allèrent trouver Ananda un des disciples de Bouddha pour plaider leur cause . Il reitéra la demande 3 fois , le bouddha refusa 3 fois . A la quatrième il accepta en donnant des régles de vie trés stricte au femmes désirant être nonne . Celle ci accéptèrent .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar du membre

Messages : 13777
Enregistré le : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 10:12

Message par vic »

Yvon a écrit :
11 nov. 2020, 09:53
Messieurs inutile d'être dans le déni , j'ai cités les Sûtra dans lequel Shakyamuni parlaient des femmes .
Plusieurs femmes demandèrent au Bouddha de rentrer dans la communauté bouddhique comme nonnes. Shakyamuni refusa .
Alors elles allèrent trouver Ananda un des disciples de Bouddha pour plaider leur cause . Il reitéra la demande 3 fois , le bouddha refusa 3 fois . A la quatrième il accepta en donnant des régles de vie trés stricte au femmes désirant être nonne . Celle ci accéptèrent .

Oui ,mais ce que vous ne dites pas c'est comment Ananda s'y est pris pour qu'elles soient acceptées . Il demanda à Bouddha si une femme pouvait atteindre le nibbana . Et Bouddha n'a pu répondre que oui . Et c'est pour cette raison qu'il n'a pu s'y opposer .
A mon avis , Bouddha a refusé les femmes pour la raison qu'elles auraient par leur nature d'attirance sexuelle perturbé la sangha faite d'hommes . Et puis il s'est ravisé ensuite , sur l'insistance d'ananda .

« Seul importe le Véhicule. / Qu’on soit homme ou femme / Quiconque prend le Véhicule / atteint le nirvâna ». [Samyutta Nikaya, I, 5, 6] »
La croyance est l'exact contraire de la preuve, et qu'un dieu utilise la croyance pour espérer démontrer son existence prouverait l'absurdité d'un tel dieu .On serait très loin de l'omniscience qu'on attribue à ce dieu imaginaire .

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 10:16

Message par Yvon »

Oui c'est en autre pour ces raisons . Il ne faux oublier non plus la condition trés basse des femmes à cet époque .
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Disciple Laïc

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 1003
Enregistré le : 06 sept. 2020, 03:48
Localisation : Île de France

Contact :

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 10:19

Message par Disciple Laïc »

VOUS êtes dans le déni. J'ai proposer un article complet. Lisez. Si vous ne lisez pas c'est que vous êtes un ignorant volontaire.

Parce que l'autre option c'est de dire que le Bouddha était misogyne et que les femmes ne peuvent pas être nonne. Faudra dans ce cas expliquer POURQUOI le Bouddha a ordonné plusieurs membres de sa propre famille dont sa mère adoptive. Tout est expliqué dans l'article proposé. Donc certaines auteurs sont elles même des femmes !

Soit vous lisez les informations qu'on vous donne issues de sources autrement plus compétentes et érudites et fiables que vous ou moi, soit vous faites silence. Calomnier autrui est un acte karmiquement défavorable et certains diraient que c'est encore pire si c'est le Bouddha qu'on calomnie même si lui-même n'a jamais interdit qu'on le fasse et est resté impassible face à l'offense.

Vous êtes mal guidé, par des gens eux-mêmes mal guidés, il y a pléthore d'arguments pour démontrer de manière flagrante que l'enseignement de Nichiren n'est pas conforme à l'enseignement du Bouddha et que la Soka Gakkaï n'est pas conforme ni dans ses méthodes ni dans ses buts avec les enseignements du Bouddha. Tout a déjà été donné.

Maintenant vous êtes averti : on vous trompe et vous trompez autrui (peut être de bonne foi) parce qu'on vous a inculqué (comme dans tout mouvement sectaire) de n'avoir confiance en personne en dehors de ce qui est dit par les vôtres. Rien que cela est en contradiction flagrante avec l'enseignement du Bouddha. Le Bouddha cherche a rendre les gens apaisés et confiants, tolérants, maîtres de leur parole et de le mental, sans discrimination. L'on vous inculque le contraire.

Maintenant soit vous allez consulter les sources correctes, vous utilisez votre tête, vous réfléchissez, soit vous continuez de raconter des choses fausses sur le Bouddha et le Dharma. Sachant qu'il est très facile comme je l'ai déjà fait de nombreuses fois de montrer les erreurs.

Si vous voulez être mal guidé volontaire, c'est bien triste pour vous. Mais vous devez cessez d'induire les autres en erreur. Ni Vic qui n'est pas bouddhiste que je sache, ni moi qui m'efforce de pratiquer correctement, ne sommes dupes.

Et je le répète, ce qui est à mettre à votre crédit c'est que vous m'apprenez ou est le danger et ce qu'il ne faut surtout pas faire. Je n'avais pas trop d'a priori contre la Soka Gakkaï jusque là, maintenant je sais à quoi m'en tenir. C'est donc exactement le contraire que vous avez obtenu. Rien que le fait d'avoir obtenu un résultat inverse a celui souhaiter devrait vous faire vous poser des questions.

Je vous plains sincèrement. On vous induit en erreur et vous induisez d'autres en erreur. Vous en êtes averti et si vous persister, karmiquement ce sera très douloureux pour vous. Donc par compassion pour vous même et les autres, méditez vraiment, faites le calme dans votre esprit suivez les conseils du Bouddha tel qu'ils sont dans les textes les plus fiables a disposition.

Et moi je n'ai rien à gagner à perdre une énergie et un temps fou à écrire tout cela. Cela m'est coûteux mais je n'en attend rien. Je n'attend pas être récompensé par quiconque. Tout ce que je sais, ce que le Bouddha n'a demandé qu'une chose à ses disciples : transmettre un Dharma correct.

@Vic : lisez l'article que j'ai posté sur les femmes dans le bouddhisme ancien, vous comprendrez.
"Sachant que la vie est courte, pourquoi vous quereller ?" Le Bouddha.

Yvon

* [ Aucun rang ] *
Avatar du membre

Messages : 2267
Enregistré le : 01 sept. 2015, 17:07

Re: Comment juger de l'authenticité des enseignements ?

Ecrit le 11 nov. 2020, 10:51

Message par Yvon »

rappel :

Soit voyons comment Bouddha considérés les femmes dans les Sûtras

"Quant aux textes bouddhiques, on lit dans le Sutra Kegon*, premier enseignement important exposé par le Bouddha après son Éveil : "Les femmes sont des messagers de l'enfer, capables de détruire les graines de la bodhéité. Elles peuvent prendre l'apparence de bodhisattva, mais, dans leur coeur, elles sont comme des démons yaksha." Et dans le Sutra du Nirvana, le dernier enseignement du Bouddha qu'il exposa dans le bosquet de shala, il est dit : "Tous les fleuves et les ruisseaux sont inévitablement sinueux et tortueux et toutes les femmes sont inévitablement inconstantes et fourbes." Il y est dit encore : "Les désirs et les illusions de tous les hommes d'un kalpa majeur ne pèsent pas plus lourd que l'entrave karmique d'une seule femme."

Quand on lit dans le Sutra Kegon* que les femmes sont "capables de détruire la graine de la bodhéité", cela veut dire qu'elles dessèchent et brûlent les graines qui pourraient leur permettre d'atteindre la bodhéité. Quand des nuages s'amoncellent dans le ciel, après une période de grande sécheresse et qu'une forte pluie tombe sur le sol, partout, d'innombrables plantes et arbres assoiffés vont bourgeonner et donner des fruits. Mais cela n'est pas vrai des graines que l'on a brûlées. Elles ne germeront jamais. Au contraire, une pluie abondante les fera pourrir. Le Bouddha est comparé à l'amoncellement des nuages, ses enseignements, aux pluies abondantes, et les plantes et arbres assoiffés, à tous les êtres vivants. Quand ces derniers sont arrosés par la pluie des enseignements bouddhiques et quand ils observent les cinq préceptes, les dix préceptes de bien, et les pratiques de méditation, ce qui est source de bienfaits, ils fleurissent et portent des fruits. Mais les graines brûlées ne germeront jamais, même si elles sont exposées à la pluie. Au contraire, elles pourriront. Les femmes sont comparées à ces graines. Même après avoir rencontré les enseignements bouddhiques, elles ne parviennent pas à se libérer des souffrances de la naissance et de la mort et, tournant le dos à la vérité bouddhique, elles tombent dans les Voies mauvaises. Voilà ce que veut dire "capables de détruire la graine de la bodhéité".

Ce passage du Sutra du Nirvana dit que, de même que toutes les rivières et les ruisseaux font des détours, toutes les femmes sont tortueuses et retorses. Parce que l'eau est liquide, lorsqu'un objet solide comme un roc ou une montagne lui barre la route, elle se divise en deux bras, passant tantôt ici, tantôt là. Le sutra dit qu' il en va de même des femmes, et les compare à l'eau. Leur esprit est malléable et indécis. Même lorsqu'elles croient qu'un certain cours est juste, si elles butent sur l'opposition déterminée d'un homme, comme l'eau bloquée par un barrage, elles prennent une direction différente.

Des dessins faits sur l'eau, il ne subsiste pas trace. L'inconstance est une donnée fondamentale de la nature des femmes. Elles pensent d'une certaine manière à un moment donné, quitte à être plus tard d'un avis entièrement différent. Or, la caractéristique principale du Bouddha est l'honnêteté et la droiture. Des femmes au comportement tortueux ne pourront donc jamais devenir bouddha.

Les femmes sont gênées par les cinq entraves et soumises aux trois types d'obéissance. C'est pourquoi il est dit dans le Sutra Gonjikinyo : "Même si les yeux de tous les bouddhas du passé, du présent et du futur devaient tomber à terre, une femme ne pourrait toujours pas devenir bouddha." Et on lit dans le Daichido Ron* : "Il est plus facile d'attraper le vent que de saisir l'esprit d'une femme."
:priere: "Le sage n’est pas celui qui pratique le bouddhisme en dehors des règles de la société mais plutôt celui qui, grâce à une compréhension profonde du monde, connaît la meilleure manière de s’y comporter."

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Bouddhisme »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités