Le Salut (Pentecôtistes)

Cette affirmation est propre aux pentecôtistes, la manifestation extérieure du parler en langues, insistent aussi sur l'imposition des mains aux malades.
Répondre
Forum-Religion

[Modérateur]
[Modérateur]

Messages : 324
Inscription : 05 juil. 2003, 09:10

Contact :

Le Salut (Pentecôtistes)

Ecrit le 17 déc. 2003, 17:07

Message par Forum-Religion »

L’OEUVRE REDEMPTRICE DE JESUS-CHRIST
Dieu est venu en chair en Jésus-Christ afin de pourvoir un salut pour sa création qui avait chutée. L’incarnation avait pour but l’expiation. L’Evangile, littéralement " la bonne nouvelle ", est que Jésus est mort, enseveli et ressuscité pour notre salut. A la différence de toutes les autres religions, le christianisme dépend de la mort et la résurrection de son fondateur.

La sainteté de Dieu demande qu’Il se sépare de l’humanité pécheresse. La séparation d’avec Dieu qui est la source de toute vie, veut dire la mort - la mort physique, spirituelle et éternelle- alors que la sainte loi de Dieu demande que la mort soit la peine applicable pour les pécheurs. Dieu a choisi de se lier par la loi de la mort à cause du péché. Sans effusion du sang ( sans le don d’une vie) il n’y a pas de pardon ni de rémission ou de libération de cette peine; il n’y a pas de restauration de camaraderie avec le Dieu saint (Hébreux 9/22). La mort des animaux ne suffit pas pour le pardon des péchés (Hébreux 10/4), car nous sommes plus grands qu’eux; nous avons été créés à l’image spirituelle de Dieu. Aucune autre personne ne peut prendre la peine de la mort pour nous, car chacun mérite la mort éternelle pour ses péchés

Afin de pourvoir à un remplaçant convenable, Dieu est venu au monde comme un homme sans péché, Jésus-Christ.

Jésus est le seul homme sans péché qui ait jamais vécu; aussi est-il le seul homme qui n’ait pas mérité la peine de mort et qui peut être notre remplaçant parfait. Sa mort est devenue l’expiation parfaite pour nos péchés. Dieu n’excuse pas nos péchés, mais il a appliqué la peine pour nos péchés sur l’homme innocent, Jésus-Christ. Ainsi la mort de Christ était nécessaire à cause :

1) du péché de toute l’humanité.
2) de la sainteté de Dieu.
3) de la loi de Dieu, qui demande la mort comme peine pour le péché.
4) du désir de Dieu de pourvoir à un salut pour les pécheurs .
Il n’y a pas de salut en dehors du Seigneur Jésus-Christ. Jésus a dit, " Je suis le chemin, la vérité et la vie ; nul ne vient au Père que par Moi " (Jean 14/6). ( voir également Jean 8/24 ; Romains 10/9 à 17).
L’Ancien Testament a donné une ombre de la mort de Christ par les sacrifices d’animaux. Le peuple de Dieu a offert des sacrifices de sang pour l’expiation - pour couvrir, pardonner, renvoyer - ses péchés. Ces sacrifices ne pouvaient enlever ses péchés, mais il a montré sa foi et son obéissance au plan du salut. Sur la croix, Jésus a payé la peine pour les péchés de tous les âges, et Son sacrifice s’applique à toute personne qui croit et obéit à Dieu (Romains 3/25).
La Bible décrit la mort de Jésus-Christ de plusieurs façons :
1) Comme Rédemption ou rançon (Matthieu 20/28 ; Galates 3/13 ; 1 Timothée 2/6).
Racheter veut dire délivrer en payant un prix ; la rançon est le prix qui est payé. Le sang du Christ (Sa vie) était la rançon nécessaire selon la loi sainte de Dieu afin de nous racheter de l’esclavage et de la peine du péché (1 Pierre 1/18 à 20 ; Apocalypse 5/8 à 10).
2) Comme Propitiation (Romains 3/25 ; 1 Jean 2/2).
Ce mot veut dire expiation, satisfaction ou apaisement - ce qui donne la possibilité à Dieu de pardonner nos péchés sans compromettre Sa sainteté et Sa justice. La mort de Christ a rempli les exigences d’un Dieu juste, en payant le prix du pardon des péchés (Matthieu 26/28 ; Jean 1/29).
3) Comme Réconciliation (Romains 5/6 à 11 ; 2 Corinthiens 5/14 à 21). Jésus-Christ homme a fait la médiation entre Dieu et l’homme (1 Timothée 2/5). Comme un homme sans péché, Il a enlevé la barrière entre le Dieu Saint et les hommes pécheurs afin de restaurer la communion avec Dieu.
4) Comme Substitution (Esaïe 53/5 à 6; 2 Corinthiens 5/21; 1 Pierre 2/24). Jésus-Christ a pris notre place et a souffert la peine que nous avons mérité pour nos propres péchés. Dans ce sens, Il est devenu celui qui a porté les péchés ; Il est devenu le sacrifice pour nos péchés (1 Corinthiens 5/7 ; Hébreux 9/28 ; 10/10 à 17).
Après la mort de Christ, Son corps fut enterré dans le tombeau et Son âme est descendue en enfer (l’abîme, l’endroit des morts, pas l’étang de feu) (Actes 2/25 à 32). Après trois jours, Il est ressuscité avec un corps glorifié, victorieux sur la mort et l’enfer. Sa résurrection est essentielle à notre salut parce qu’elle a mis à effet Sa mort; elle a assuré Sa victoire sur la mort (Romains 4/25; 1 Corinthiens 15/14). Grâce à Sa résurrection, nous avons la puissance de vaincre et une nouvelle vie en Christ, ainsi que l’assurance de l’immortalité à venir (Romains 5/10; 6/4; 1 Corinthiens 15/20 à 23).
Quarante jours après la résurrection, Jésus est monté au ciel où Il est exalté pour toujours (Ephésiens 1/20 à 21; Philippiens 2/9). Pendant Sa vie terrestre, Il a renoncé aux prérogatives divines de gloire, d’honneur et de reconnaissance, et s’est soumis aux limitations humaines; mais ce n’est plus le cas. Au ciel, Jésus-Christ est revêtu ouvertement de toute puissance, d’autorité et de gloire en tant que Dieu. La croix est le sacrifice final pour toujours (Hébreux 10/12), et ce sacrifice suprême pourvoit l’intercession présente pour nos péchés et nous donne libre accès au trône de Dieu (Romains 8/34; Hébreux 4/14 à 16; 1 Jean 2/1).
La croix renverse toutes les conséquences du péché. Tout ce que la race humaine a perdu à cause du péché sera plus que regagné par l’Eglise de Jésus-Christ. Les croyants reçoivent beaucoup de bénédictions dans cette vie et recevront la plénitude de bénédictions dans l’éternité. Les bénéfices de l’oeuvre du Christ renferment le pardon des péchés, une nouvelle vie spirituelle, la puissance sur le diable, la guérison pour le corps, l’affranchissement de la malédiction du péché, et finalement la vie éternelle pour ceux qui croient (Esaïe 53/5; Romains 8/19 à 23; Colossiens 1/14, 20; Hébreux 2/14).
L’oeuvre présente du salut a plusieurs aspects qui sont reçus par la foi au travers de la repentance, du baptême au nom du Seigneur Jésus-Christ et le baptême du Saint-Esprit (1 Corinthiens 6/11):
1) La justification (Romains 3/24, 26). Justifier veut dire: déclarer, compter ou regarder comme juste. Ceci inclue le pardon des péchés qui annule la culpabilité et la peine du péché et qui accorde la justice de Christ.
2) La régénération, ou la nouvelle naissance (Jean 3/5; Tite 3/5). Ceci est plus qu’une réforme; c’est une nouvelle nature - la nature de Dieu- avec un changement des désirs et la puissance de vivre une vie nouvelle.
3) L’adoption, (Romains 8/14 à 17; Galates 4/1 à 7). Le croyant est placé dans la famille spirituelle de Dieu et est choisi comme héritier de Dieu.
4) La sanctification, ou séparation (Hébreux 10/10). Lorsqu’une personne s’est repentie, elle est mise à part du péché. Le Saint-Esprit continue de faire une transformation, de la perfectionner et de la sanctifier (2 Corinthiens 3/18; 1 Thessaloniciens 3/13; 5/23).
L’oeuvre expiatoire de Christ est le fondement du salut; le salut commence avec la grâce de Dieu et s’approprie par une foi obéissante. Christ est mort pour la race humaine entière (Jean 1/29; 1 Timothée 2/6; 1 Jean 2/2). Les bénéfices de Son expiation reviennent à tous ceux qui croient en Lui et qui mettent en application Son oeuvre à leur vie (Jean 3/16; Hébreux 5/9).
LE SALUT DU NOUVEAU TESTAMENT
Dans le contexte des Écritures, le salut comprend la délivrance de toute la puissance et de tous les effets du péché. Le salut a des répercussions dans le passé, le présent et dans l’avenir.

1) Le salut par grâce au moyen de la foi.
Une personne ne peut rien faire pour se sauver elle-même. Les bonnes oeuvres ou l’observation de la loi ne peuvent la sauver. " Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie " (Ephésiens 2/8 à 9). Le salut est un don gratuit de Dieu, et l’homme ne peut le gagner, ni le mériter. L’oeuvre expiatoire de Jésus-Christ a rendu possible ce don du salut, et le seul moyen de le recevoir est de croire en Jésus ainsi que dans l’efficacité de Son sacrifice (Romains 3/24 à 28; 4/22 à 25).
2) La foi qui sauve.
Croire au Seigneur Jésus implique la foi dans Sa Parole. Si on croit vraiment dans Sa Parole, on Lui obéira. La foi est plus qu’un accord mental, une acceptation intellectuelle, ou une profession verbale; elle comprend une confiance, un soutien, un engagement, une appropriation et une application. On ne peut séparer la foi qui sauve de l’obéissance (Actes 6/7; Romains 1/5; 2/6 à 10; 10/26; Hébreux 11/6 à 8). L’obéissance à la Parole de Dieu est absolument nécessaire au salut (Matthieu 7/21 à 27; Jean 14/15, 23; Romains 6/17; 15/18; 2 Thessaloniciens 1/7 à 10; Hébreux 5/9; 1 Pierre 1/21 à 23; 4/17; 1 Jean 2/3 à 5; 5/1 à 3). La foi n’est vivante que par une réponse et des oeuvres (Jacques 2/14 à 26). Il est possible d’avoir une foi initiale en Christ sans être sauvé s’il n’y a pas d’acceptation totale et d’obéissance à la Parole de Dieu (Matthieu 7/21 à 23; Jean 23/25; 12/42 à 43; Actes 8/12 à 23; Jacques 2/19).
La foi est le moyen par lequel nous nous approprions la grâce de Dieu. Elle est le moyen par lequel une personne cède complètement à Dieu, obéit à Sa Parole et laisse agir Son oeuvre dans son coeur. La foi qui sauve est alors:
1) l’acceptation de l’Évangile de Jésus-Christ comme le seul moyen de salut
2) l’obéissance à cet Évangile (application ou appropriation de cet Évangile).
3) L’Evangile et la nouvelle naissance.
L’Évangile de Jésus-Christ , c’est Sa mort, Son ensevelissement et Sa résurrection pour notre salut ( 1 Corinthiens 15/1 à 4). Une personne répond à l’Évangile, ou applique l’Évangile dans sa vie par la repentance de ses péchés (la mort au péché), le baptême d’eau par immersion au nom de Jésus-Christ (l’ensevelissement avec Christ par le baptême), et le baptême du Saint-Esprit (la vie nouvelle en Christ) (Actes 2/1 à 4, 38; Romains 6/1 à 7; 7/6; 8/2).
Jésus a dit: " Si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu " (Jean 3/5). Quand un homme croit au Seigneur Jésus-Christ et obéit à Actes 2/38, il expérimente la naissance d’eau et d’Esprit. Il est " né de nouveau " et devient une nouvelle créature (Jean 3/3, 7; 2 Corinthiens 5/17). Lorsqu’on s’est repenti de ses péchés et fait baptisé au nom de Jésus, on enterre son ancien style de vie ainsi que le registre de ses péchés passés mais également la peine de la mort à cause du péché. Quand on reçoit le Saint-Esprit, on commence à vivre une vie sainte et nouvelle.
Le jour de la Pentecôte, une date anniversaire de l’Église du Nouveau Testament, l’apôtre Pierre a prêché le premier message à la foule qui est venue pour observer ces nouveaux croyants parlant en langues et louant Dieu. Condamnée dans sa conscience à cause de ses péchés, la foule a demandé: " hommes frères, que ferons-nous? " (Actes 2/37). Pierre a donné une réponse précise, complète et très claire: " Repentez-vous, et que chacun d’entre vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit " (Actes 2/38).
Ceux qui étaient sauvés dans les évangiles étaient sauvés sous l’ Ancien Testament en attendant le Nouveau. Le Nouveau Testament n’est pas entré en application avant l’ascension de Jésus-Christ (Luc 7/28;24/47 à 49; Jean 7/39; 16/7; Actes 1/4 à 8; Hébreux 9/14 à 19). Ainsi Actes 2/38 est la réponse totale à cette question du salut par le Nouveau Testament, et ce verset donne en quelques mots la réponse exacte de l’Evangile.
Les juifs du jour de la Pentecôte n’ont pas été les seuls à expérimenter Actes 2/38; les samaritains, l’apôtre Paul, les gentils et les disciples de Jean-Baptiste à Ephèse ont fait la même expérience (Actes 8/12 à 17; 9/17 à 18; 22/16; 10/44 à 48; 19/1 à 6). En bref, le message du salut du Nouveau Testament est la repentance, le baptême d’eau au nom de Jésus-Christ pour le pardon des péchés et la réception du Saint-Esprit avec le signe initial du parler en langues.




citation internet: http://www.pentecotistes.org/

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Pentecôtisme »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité